Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 11 octobre 1820: Fête donnée au château de Versailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yann sinclair

avatar

Nombre de messages : 2750
Age : 59
Localisation : Carcassonne
Date d'inscription : 10/01/2016

MessageSujet: 11 octobre 1820: Fête donnée au château de Versailles   Jeu 12 Oct - 9:45




Fête donnée au château de Versailles
par les gardes du corps du Roi
en l'honneur de la naissance du Duc de Bordeaux



Extraits des Souvenirs intimes et anecdotiques d'un garde de corps des rois de Xavier de Montépin


"Pour donner à chacun le temps de se préparer, nous filâmes le jour de la fête au mercredi 11 octobre. Ce n'était pas trop de douze jours, car nous ne pûmes terminer la décoration des salles que le matin même de la fête.
Chaque matin, partaient de Versailles pour Paris dans les voitures appelées alors Parisiennes et Gondoles, trente de nos palefreniers, qui revenaient à pied, les voitures chargées des lustres du garde-meuble. Ils n'arrivaient au château de Versailles qu'après huit heures de marche.
Quant aux tapisseries, tapis, estrades, banquettes, orchestres, tables, tout fut posé, comme par enchantement, par les ouvriers des menusplaisirs, dirigés par M. Gromaire, machiniste du théâtre des Tuileries et de l'Opéra."

"On entrait par la grande grille du château. Une allée d'ifs, chargée de lampions et sablée, conduisait obliquement à gauche, du côté de la surintendance, à la porte des appartements dits de la Reine. Les trois salons qui se font suite étaient pour les danses. Le quatrième réunissait les joueurs.
Sur la droite, dans l'un des cabinets de toilette de la reine, étaient étalés des souliers d'étoffe de toute couleur, des rubans, des cordons, des ceintures, des gants, des pommades, puis... mais il faut le dire tout bas, certains petits vases contenant des blancs ou noirs, destinés à réparer des ans l'irréparable outrage; des fioles pleines de liquides réconfortants, rafraîchissants, raffermissants, odorants."

"Enfin le 11 octobre est venu! Tous les services sont à leur poste. A huit heures, l'avenue de feu qui conduisait au lieu de la féte était enflammée. Collinet et sa troupe musicale attendaient, l'archet sous le bras ; les salles de danse étaient éclairées a giorno. En moins d'une heure, la foule était compacte;
Par l'escalier de marbre, dont les marches étaient ornées d'arbustes, dont les pilastres, par la partie inférieure, étaient éclairés par des lampions de cire, la rampe par des candélabres entremêlés de fleurs, on arrivait à la salle du festin. Dans la plus grande salle en entrant, dite salle des gardes, était une table en fer à cheval de 350 dames, présidée par M. le duc de Mouchy *, avec à ses côtés le comte d'Audenarde, maréchal de camp, et la marquis de Bonneval, colonel lieutenant-major de la compagnie.
En face, entre les deux croisées, à plus de quinze pieds du parquet, était un vaste orchestre qui devait faire entendre pendant le banquet les airs nationaux et saluer de leurs aubades vives et riantes les santés qui seraient portées."

"Pendant le repas des dames, un vigoureux assaut avait été donné au buffet par une troupe pleine de bon vouloir et d'appétit. L'amphithéâtre, disposé comme une serre, dont les rayons montaient du parquet au plafond, avait été dépouillé par des bras jeunes et habiles. Enfin, quatre cents estomacs masculins obtenaient satisfaction. Trois cents autres attendaient que les dames fussent restaurées pour avoir leur tour.
Bientôt, à la grande satisfaction des danseuses, on redescendit dans les salons, rafraîchis , nettoyés, aérés, dont les bougies avaient été renouvelées. Les musiciens avaient pris de nouvelles forces, les jarrets étaient raffermis."

"Tandis que je remplissais mes fonctions de commissaire, faisant monter, par les ouvriers des menus-plaisirs, ici les lustres, là les orchestres, au-dessous les tables, plus loin les buffets, j'avais sans cesse sons les yeux les scènes sanglantes qui avaient eu lieu sur ce bel escalier, dans cette chambre à coucher de la reine, dans cette salle des gardes, dans cette antichambre du roi. Je voyais nos aînés traqués de pièce en pièce, arrosant de leur sang ]es parquets, les marbres, les portes... Il fallait une revanche brillante et douce au cœur; nous l'eûmes. devoir de civilité, les autres par curiosité, le reste pour danser, regarder ou jouer. A minuit, les salles ne contenaient plus à peu prés que les utiles, c'est-à-dire les danseurs, les danseuses et leurs parents, maris, mères ou frères."

"A cette féte, la garde nationale de Versailles répondit par un splendide banquet."

Extrait des Couplets pour la fête donnée à Versailles, le 11 octobre 1820, par MM. les gardes du corps du roi. (Gallica)

QU'IL croisse et vive à l'abri des tempêtes,
Ce tendre Lis, objet de notre amour !
Gardons-le bien, l'Enfant qui, sur nos têtes y
En Père, en Roi, doit dominer un jour !
De CAROLINE il aura la belle âme,
De son aïeul la grâce et la bonté,
Du Béarnais le grand coeur tout de flamme
Et de BERRY la noble loyauté.



* Charles Arthur Tristan Languedoc de Noailles (1771-1834), prince de Poix (1794), duc de Poix (1819), 3e duc de Mouchy (1819), membre de l'ordre de la Légion d'honneur, et pair de France, petit-fils de Philippe de Noailles (1715-1794), Duc et maréchal de Mouchy, Intendant et gouverneur des châteaux de Versailles et de Marly.

_________________
👑 👑 👑
king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louis-xvi.over-blog.net/
le beau lauzun

avatar

Nombre de messages : 732
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: 11 octobre 1820: Fête donnée au château de Versailles   Jeu 12 Oct - 12:07

Yann, merci. Ces anciens documents sont précieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
11 octobre 1820: Fête donnée au château de Versailles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» info : 16 et 17 octobre 2010 à Toulouse
» Rituel de Samain-31 octobre 2010
» La guerre des mondes: Les martiens d'Orson Welles le 30 octobre 1938
» Corrélation entre 2 séries de données, quel test?
» VENDREDI 8 OCTOBRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Au fil des jours :: Octobre-
Sauter vers: