Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 12 octobre 1793: L’ossuaire royal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yann sinclair

avatar

Nombre de messages : 2750
Age : 59
Localisation : Carcassonne
Date d'inscription : 10/01/2016

MessageSujet: 12 octobre 1793: L’ossuaire royal   Jeu 12 Oct - 9:48

L’ossuaire royal




Aujourd’hui, il n’y a plus de corps sous les gisants des rois.

En 1793, après l’exhumation des restes royaux, les révolutionnaires ont jeté les cendres de 42 rois, 32 reines, 63 princes, 10 serviteurs du royaume, et d’une trentaine d’abbés ou de religieux divers, « entre des lits de chaux », dans des fosses communes de l’ancien cimetière des moines alors situé au Nord de la basilique.

En 1817, le roi Louis XVIII fait rechercher ses ancêtres.

Les travaux pour retirer les squelettes des deux fosses ont pris plusieurs jours et plusieurs nuits.


Mais les ossements étaient alors impossibles à identifier.

On a toutefois bien séparé ceux provenant de la fosse des Bourbons des autres. Ils ont été placés dans un énorme cercueil.


Les restes des Valois, Capétiens directs, Carolingiens et Mérovingiens ont été répartis pèle mêle dans quatre cercueils noirs à fleurs de lys.

Les cercueils ont ensuite été descendus dans la crypte, dans l’ancien caveau où se trouvait jusqu ‘en 1793 le corps de Turenne (sous l’ancienne chapelle de Notre-Dame-la-Blanche)

L'ossuaire se situe sur le plan au n° 8.
On voit le couloir d'accès qui relie le déambulatoire à la petite pièce où se trouvent les plaques avec les noms des rois.
Derrière elles se trouvent les deux ossuaires.



On y accède à partir du déambulatoire de la crypte, et juste avant l’escalier qui en sort au Nord, par un couloir de 5 mètres fermé d’une grille.

A droite et à gauche de l'entrée du couloir se trouvent cinq plaques avec les noms des illustres personnages inhumés dans la basilique.






On aboutit alors à un petit réduit de 2 x 2 mètres, mais sous une voûte amputée.
De chaque côté se trouve de nouveau une grande plaque de marbre noir portant les noms des dizaines d’individus royaux ou princiers dont les ossements sont entassés derrière. Elles reproduisent le contenu de trois panneaux de marbre se trouvant de part et d’autre de l’entrée du couloir.

On peut y lire (entre autres ! Car il y a des restes d’environ 170 personnes !) :

1) sur la plaque de gauche :
(Rois et reines arrachés à leur sépulture les 17, 18, 19, 20, 21, 22,23, 24 octobre 1793)

- Les rois :
Dagobert, Charles II le Chauve, Philippe II Auguste, Louis VIII, Philippe IV le Bel, Louis X le Hutin, Jean I° le Posthume, Philippe V le Long, Charles IV le Bel, Philippe VI de Valois, Jean II le Bon, Charles VIII, Louis XII, François I°, Henri II, François II, Charles IX, Henri III…


- Les reines :
Nanthilde, Marguerite de Provence, Jeanne de Bourgogne, Jeanne de France, Jeanne d’Evreux, Blanche de Navarre, Anne de Bretagne, Claude de France, Catherine de Médicis, Marguerite de Valois. ..

2) Sur la plaque de droite :
(Rois et reines arrachés à leur sépulture les 12, 14, 15, 16 octobre 1793)
- Les rois :
Charles V, Charles VI, Charles VII, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV…
- Les reines :
Jeanne de Bourbon, Isabeau de Bavière, Marie d’Anjou, Marie de Médicis, Anne d’Autriche, Marie-Thérèse d’Autriche, Marie Leczinska…


Louis XVIII avait ordonné de bien maçonner les deux petits espaces derrières les plaques, servant d’ossuaires. Personne n’a donc vu ce qui s’y trouve depuis 1817. Les cinq cercueils doivent toujours y être.

Mais dans quel état … ?


La caisse aux ossements (caveau central ; sous la crypte)
[ Attention ! A ne pas confondre avec le grand ossuaire ! ]


Sous la crypte, dans le caveau central, se trouve une caisse à côté des cercueils de Louis XVI.
C’est une boîte en chêne contenant des ossements royaux.
Quelle est son histoire ? Quelle est le degré de traçabilité de ces restes royaux ?


Intérieur de la crypte des Bourbons - état fin XIX° s.
Les travaux de Formigé les ont repoussés un niveau en dessous, dans le caveau sous la crypte.
Des dalles de marbre noir ont pris leur place.
La caisse aux ossements, que l'on voit au premier plan, entourée par le cercle noir, les a suivis.
© BNF


En 1898 , un employé du Musée du Louvre découvrait dans un carton poudreux toute une collection d'ossements. Ils étaient munis d'une étiquette; la stupéfaction fut grande quand on lut successivement sur une étiquette :

- Omoplate de Hugues Capet,
- fémur de Charles V
- tibia de Charles VI
- vertèbre de Charles VII
- vertèbre de Charles IX
- côte de Philippe le Bel
- Côte de Louis XII
- Mâchoire inférieure de Catherine de Médicis
- Tibia du cardinal de Retz

D'où venait cet ossuaire, ou plutôt ce squelette démonté, dont chaque roi avait fourni son échantillon?

Le 3o mars 1893, le Figaro reproduisait une lettre adressée à M. de Nieuwerkerke, alors organisateur, au Louvre, du Musée des Souverains, datée de 1864, et contenant l'histoire de « ce squelette de la monarchie française » :

« Monsieur le Surintendant,

« Lorsque j'ai eu l'honneur de vous voir, il y a quinze jours, vous m'avez invité à vous faire une notice historique au sujet des ossements royaux qui se trouvent en ma possession ; je vais être obligé d'entrer dans quelques détails, mais je tâcherai d'être aussi bref que possible. Vous m'avez dit que les ossements ne vous étaient pas inconnus et que vous aviez déjà été informé de leur existence, Je n'entreprendrai pas dès lors d'expliquer comment M. Ledru, ancien mairede Fontenay-aux-Roses se les était pro- curés. Il me suffira de vous faire connaître que M. Ledru avait été l'ami intime du chevalier Lenoir, le fondateur du Musée des curiosités, dit des Petits-Augustins, lequel, créé en 1793, fut formé sous la Restauration ; et que le chevalier Lenoir avait assisté, comme inspecteur, à l'exhumation des cadavres, lors de la profanation des tombes royales de Saint-Denis qui eut lieu au mois d'octobre 1793. Ce que je dois surtout vous expliquer, c'est comment les objets ont quitté le cabinet de curiosité du maire de Fontenay pour devenir ma propriété. M. Ledru est mort vers 1834 ou 1835; c'est sa veuve. Madame Ledru, née Lemaire, ma tante, qui me les a donnés en 1842 ou 1843. J'avais quinze ou seize ans, j'apprenais le dessin..., et Mme Ledru me remit les ossements en me disant qu'ils pourraient m’être utiles pour l'étude de l'Académie. Elle ne me parla aucunement de leur origine, mais elle me recommanda de les conserver soigneusement, de ne pas les donner et de les ensevelir s'ils n'étaient pas utiles.
Ce n'est que lorsque ma tante mourut, au mois d'octobre 1848, que j'appris l'importance du cadeau qu'elle m'avait fait. Comme j'assistais, quelques jours après, au dépouillement de ses nombreux papiers, j'entendis un homme d'affaires lire à haute voix une liste d'ossements dont la réunion paraissait assez étrange.
Je fus frappé du rapport qui existait entre cette liste et les objets dont j'étais possesseur. Je réclamai le papier, et aussitôt que je fus rentré chez moi, je fis une comparaison à la suite de laquelle je fus convaincu que j'avais entre mes mains une omoplate de Hugues Capet, un fémur de Charles V, un tibia de Charles VI, une vertèbre de Charles VII, une côte de Philippe le Bel, une côte de Louis XII, etc.,

« Quelques mois plus tard, je lisais dans un roman intitulé : Les mille et un fantômes, chapitre IV, un passage où l'illustre conteur parle de ces ossements qu'il avait eu l'occasion de voir, en 1831, chez M. Ledru lui-même...
Ce n'est pas sans effort, je vous en fais l'aveu, que je m'en sépare... »

Lemaire
Avenue de Neuilly , 165.


Le même M. Lemaire, qui avait écrit cette lettre à M. de Nieuverkerke et qui vivait encore, adressait la lettre suivante au Directeur de l'Intermédiaire des chercheurs et curieux :

« Neuilly, 3 juillet 1893.
« Monsieur le Directeur.

« Dans le numéro du 20 octobre 1892, de l'Intermédiaire, M. Edouard Montagne demandait, ce qu'étaient devenus les ossements royaux qui avaient appartenu à M. Ledru, oncle de M. Ledru-Rollin. Je ne répondis rien, parce que je me demandais, moi-même, alors, ce qu'ils étaient devenus. Le 3o mai dernier, j'apprenais encore par les Nouvelles de l'Intermédiaire qu'on les avait trouvés dans les greniers du musée du Louvre, et, le même jour, le Figaro reproduisait une lettre de moi à M. de Nieuwerkerke, datée de 18G4, et contenant l'histoire de ces ossements.
Tout le monde connaissant maintenant cette lettre et cette histoire dont tous les journaux ont parlé, je crois inutile de donner de nouvelles explications. Cette lettre de 1864 avait, d'ailleurs été déjà reproduite en 1883 dans L’Artiste par M. de Chennevières, dans un article intitulé : Souvenir d'un ancien Directeur des Beaux-arts.

« Aujourd'hui, on paraît généralement convaincu de leur authencité. Dans les lignes qu'il ajoutait à ma lettre dans l'Artiste, M. de Chennevières disait que la liste qui les accompagne, sur papier à entête de la neuvième mairie de Paris, lui semblait indubitablement de l’écriture bien connue d’Alexandre Lenoir, et il ajoutait cette réflexion : Quels applaudissements de la conscience publique n'accueilleraient pas, aujourd'hui, le ministre qui rendrait à l'abbaye de Saint-Denis les ossements de nos rois.
Quelques journaux ont cependant émis des doutes et ont demandé qu'ils fussent simplement rendus à la terre à laquelle ils appartiennent.
« Pour moi, ma conviction n'a pas changé sur l'origine de cette collection, qui était connue de M. Dulort, comme l'a dit Fournier, d'Alexandre Dumas père (Les Mille et un fantômes, tome I"), de Ledru-Rollin et de M. de Nieuwerkerke lui-même, et c'est avec le plus grand étonnement que j'ai appris qu'elle n'avait pas été restituée à la Basilique de Saint-Denis, comme M. le Surintendant des beaux-arts, sous le second Empire, me l'avait promis en dernier lieu.
En résumé, si, comme le Temps vient de l'annoncer tout récemment, en donnant mon nom et mon ancienne qualité au ministère de l'intérieur, le chapitre de Saint-Denis est invité à reprendre ces ossements et qu'il y consente, c'est bien, l'affaire est terminée.

« Mais si cette restitution présente des difficultés, il restera encore la question de savoir dans quelle terre, dans quel cimetière on mettrait ces débris humains.
Dans ce cas, comme j'ai eu l'honneur de le dire, le 26 mai dernier, à M. le Directeur des musées nationaux, je croirais lui rendre service en exprimant le désir qu'on me les rendît.
Je solliciterais de M. le Préfet de la Seine l'autorisation de les déposer dans mon caveau de famille, où j'irais les rejoindre tôt ou tard.
Après avoir eu ces ossements comme modèles pour mes premières études de la charpente humaine, quand j'avais quinze ans; après les avoir conservés vingt ans comme un pieux souvenir de famille, je me sentirais encore honoré de les avoir auprès de moi dans ma dernière demeure.
« Agréez, etc.

Léon Lemaire,
Ancien Commissaire Inspecteur de l'Imprimerie et de la Librairie.


Un an après, satisfaction était enfin donnée à M. Lemaire qui pouvait lire le 10 juillet 1894, dans l'Intermédiaire des
chercheurs :
« La direction des musées nationaux, déférant au vœu exprimé par M. Lemaire, dans l'Intermédiaire, décida, au mois d'août 1893, que ces ossements seraient déposés dans la Basilique de Saint-Denis. Mais le transfert définitif ne put s’effectuer, par suite de formalités administratives, que le 12 mai dernier, où M. Trawinski, secrétaire des musées nationaux, remit à M. Darcy, architecte de la Basilique, les ossements royaux provenant d Albert Lenoir et donnés par M. Lemaire. »



La boîte en chêne, longue de 60 centimètres sur 40 de large, placée à côté du cercueil de Louis XVI, porte l'inscrip-
tion suivante gravée sur une plaque de cuivre :

Ossements déposés dans la Basilique de Saint-Denis, aux termes d'une décision de M. le Ministre de l instruction pu- blique, des beaux-arts et des cultes, en date du 1 août 1898.

Lorsque l’architecte Formigé fit descendre la caisse et tous les cercueils dans le caveau sous la crypte,la caisse y fut également descendue.
Elle s’y trouve toujours.

Mais cette histoire appelle quelques remarques :
1°) On ne comprend pas bien, dans le récit de Lemaire et l’article de l’Intermédiaire, qui a remis quoi à qui. Est-ce Alexandre Lenoir ou son fils Albert ? En effet, les deux personnes sont cotées !
On a même une troisième version rapportée par G. Lenôtre à la même époque. Ledru, fils d’un prestidigitateur de l’ancien régime, Comus, aurait bien participé lui-même au vol des reliques en 1793. Il se serait donc dédouané en parlant de Lenoir. Pourtant, la liste semble bien être de la main de Lenoir.

2°) Mais là surgit une grosse difficulté. Les attributions de la liste ne semblent pas fiables. Alexandre (ou Albert ?) Lenoir savait-il ce qu’il écrivait ?
En effet, le dernier om de la liste est celui du cardinal de Retz. Or, le corps du cardinal n’a pas été retrouvé en 1793 ! Et ce n’était pas faute d’avoir cherché, nous raconte Dom Poirier.
En fait, le cercueil ne sera découvert que vers 1850 lors de travaux effectués par Violet-le-Duc à proximité du tombeau de François I°.
Il est donc totalement impossible qu’Alexandre Lenoir ait possédé à partir des profanations de 1793 un morceau du corps en question.
De plus, la « mâchoire » de Catherine de Médicis présente ainsi un état qui ne cadre pas avec une relique à la traçabilité beaucoup plus assurée : la jambe de la reine, momifiée, qui se trouve au musée Tavet-Delacour de Pontoise.

Autant dire que ce document est approximatif.

On retiendra que ces ossements proviennent vraisemblablement des profanations de 1793, qu’ils s’inscrivent dans un petit trafic de reliques fait par Lenoir, mais que l’attribution individuelle de ces restes demeure douteuse.



_________________
👑 👑 👑
king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louis-xvi.over-blog.net/
PierrotLeFou

avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 12/09/2017

MessageSujet: Re: 12 octobre 1793: L’ossuaire royal   Jeu 12 Oct - 12:20

Sombres temps... Rolling Eyes

_________________
après moi les mouches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
12 octobre 1793: L’ossuaire royal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 15 et 16 octobre 1793:la bataille de Wattignies
» Habillement et équipement de l'armée départementale de Rhône-et-Loire (juillet-octobre 1793)
» L'exécution de Marie-Antoinette le 16 octobre 1793
» La dernière lettre de Marie-Antoinette à Madame Elisabeth, soeur de Louis XVI (16 octobre 1793)
» 12 octobre 1793

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Au fil des jours :: Octobre-
Sauter vers: