Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 22 juillet 1789

Aller en bas 
AuteurMessage
yann sinclair

avatar

Nombre de messages : 11054
Age : 60
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 10/01/2016

MessageSujet: 22 juillet 1789   Sam 21 Oct - 18:30


(Nouvelle Lune)

Le contrôleur général des finances, Foulon et l’intendant de Paris, Bertier de Savigny, sont massacrés au cours d’une émeute.

Foulon de Doué, financier spéculateur, est haï pour avoir dit, prétend-on,  lors de la disette qui avait touché Paris:

"Si cette canaille n'a pas de pain, qu'ils broutent de l'herbe. Je leur ferai manger du foin; mes chevaux eux, en mangent bien"

La foule le massacre et sa tête est promenée au bout d'une pique.

Bertier de Sauvigny, intendant de Paris et gendre de Foulon de Doué, est pendu place de Grève.

Meurtre de l'intendant de Paris,

Berthier et de son beau-père, le conseiller d'état Foulon, éphémère successeur de Necker après le

renvoi de celui-ci.










Joseph François Foullon


Administrateur français


né a Saumur le 25 juin 1715


décédé à Paris le 22 juillet 1789.


Intendant général des armées, de la marine, adjoint au ministre de la guerre, il fut chargé de l'approvionnement de l'armée de siège (12 juillet 1789)


Après la révolution populaire parisienne et la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, il fut condamné à mort par l'assemblée des électeurs de l'Hôtel de ville comme "affameur" du peuple et perdu le 22 juillet, peu avant son gendre l'intendant Bertier de Savigny


Foulon et Bertier massacrés par la foule


Paris le 22 juillet 1789


Ventre affamé n'a point d'oreille, sauf pour écouter la rumeur qui désigne les "affameurs"


Elle a fait aujourd'hui deux victimes: Bertier, intendant de Paris, et son beau-père Foulon, financier peu aimé, qui a été, du 12 au 16 juillet, un éphémère contrôleur des Finances en remplacement de Necker.


Foulon a été "arrêté" le premier à Viry-Châtillon et ramené à Paris nu-pieds, une botte de foin sur la tête, un collier de chardons autour du cou.


Le vieillard avait soif, on lui donna à boire du vinaigre, on lui essuya la face avec des orties.


A l'Hôtel de Ville, ni La Fayette ni Bailly n'ont osé le sauver de la fureur de la foule.


Il a été pendu à un réverbère, puis décapité.


Bertier arrivait à Paris sous bonne escorte, quand il croisa la foule portant la tête de Foulon sur une pique.


Ayant tenté de saisir un fusil pour se défendre, il a été lardé de coups de baïonnettes, et son coeur arraché fut porté dans Paris.

_________________

👑    👑   👑
king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louis-xvi.over-blog.net/
 
22 juillet 1789
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Au fil des jours :: 1789 :: Juillet-
Sauter vers: