Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 FAMILLE KORFF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Ven 11 Avr - 22:49

Je ne sais pas si ça va vous intéresser, mais je vous en informe à tout hasard : en travaillant à mon nouveau site consacré à Nicolas II, j'en ai appris un tout petit peu plus sur la famille Korff, dont Mme de Tourzel avait pris le nom lors de la fuite vers Montmédy.

La famille Korff, qui avait ainsi aidé les Bourbons dans leur fuite, faisait partie de ces nombreuses familles russes d'origine allemande qui tenaient leur rang à la Cour de Russie, tels les Beckendorff, les Buxhoeveden, les Frederiks et bien d'autres. Sous le règne de Nicolas II, le Baron de Korff, descendant de la Baronne que nous connaissons, était le Grand Maître des Cérémonies de la Cour, remplissant les mêmes fonctions que le Marquis de Dreux-Brézé à la Cour de Louis XVI.

Voilà, c'était ma petite contribution avant de vous dire bonne nuit...
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39360
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Sam 12 Avr - 7:05

Merci de tout cœur, Petit Normand. Je me pose beaucoup de questions au sujet de cette Madame de Korff, en effet... Elle n'est jamais présentée qu'associée à une Madame de Stegleman, et dans le cadre strict de la fuite à Montmédy, pour laquelle elles ont prêté de l'argent à Fersen. Rembourser ses "deux vieilles", comme il dira, deviendra une obsession pour le comte.

Mais voilà que vous m'apprenez que non seulement la baronne, mais la famille de Korff était venue en aide aux Bourbons...

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39360
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Sam 12 Avr - 7:41

Cette famille de Korff mérite bien qu'on lui ouvre un sujet parmi les amis de Marie Antoinette. C'est chose faite, Petit Normand ! Je propose que nous mettions ici tous les renseignements que nous trouverons sur cette baronne et ses proches.

Mon moteur de recherche que je ne nommerai pas me donne pas terrible, terrible, pour le moment... Le plus intéressant, c'est ceci, qui étabit en effet le la présence de "Corf" ou "Corff" à la cour de Russie.

... avec une photo de Catherrriiinne en prime, dites donc !

Ce mémoire sur la révolution française, de de François Buzot et Joseph Guadet nous apprend que Madame de Korff avait demandé un nouveau passeport à l'ambassade de Russie, sous prétexte qu'elle avait brûlé le sien par étourderie. Shocked

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Baronne von Korff   Lun 2 Mar - 11:58

Bonjour,

Le sujet de ce forum concernant la baronne von Korff m’ intéresse un peu ; d’ autant plus que je viens de retrouver dans nos papiers de famille des pièces manuscrites écrites de sa propre main.La baronne von Korff ou de Korff , à la mode de France, s’ appelait en réalité Theophila Benigna Finck von Finckenstein. Nous savons peu de choses d’ elle à part la date de son décès en 1836 ; laquelle date est elle même remise en cause par d’ autres sources qui prétendent qu’ elle serait décédée en 1831. Elle était l’ épouse de de Friedrich Wilhelm Andreas von Korff dont nous connaissons la date de la mort en 1829 mais point sa date de naissance. Friedrich Wilhelm Andreas était le fils de Wilhelm Carl von Korff 1739-1799 et de Eleonore Margarethe von der Osten-Sacken 1731-1786 et semble être issu d’ une noblesse assez récente puisque le von Korff le plus lointain dont nous connaissons la date de naissance est Wilhelm von Korff né en 1646, décédé en 1745 à l'âge de 99 ans lequel descendait quatre générations plus haut d’ un simple Nicolaus Korff dont le fils Christophe décéda en 1545 ce qui fait penser aux vagues d’ anoblissement françaises du temps de Henri IV et Louis XIII de gens de robe ( droit et médecine) et de gens de guerre méritants pour combler les lourdes pertes occasionnées par les guerres du siècle précédent et pour remplir aussi les caisses du royaume.


Nicolaus Korff
|
Christopher Korff +1545
|
Nicolaus Korff +1574
|
Heinrich von Korff +1647
|
Heinrich von Korff +1661
|
Wilhelm von Korff 1646-1745
|
Heinrich von Korff
|
Wilhelm Heinrich von Korff 1711-1748
|
Wilhelm Carl von Korff 1739-1799
|
Friedrich Wilhelm Andreas von Korff +1829
marié avec Theophila Benigna Finck von Finckenstein +1836 ou + 1831
Baronne de Korff ou Baronne von Korff.


Quant à Theophila Benigna Finck von Finckenstein, baronne de Korff nous ne savons rien de ses origines et n’ avons aucune information sur sa généalogie ascendante .Si quelque personne avait quelques lumières sur le passé de sa famille et sur sa propre vie jusque son décès en 1831 ou 1836 cela serait bien qu’ elle nous les transmettent et fassent partager sur ce forum.A ma connaissance Friedrich Wilhelm Andreas von Korff +1829 et son épouse Theophila Benigna Finck von Finckenstein +1836 n’ ont pas eu d’ enfants contrairement au frère de Friedrich qui aura une descendance qui s’ alliera avec les Nabokov.Mais si quelque personne avait des informations contraires il serait très heureux dans profiter ici même. S’ il fut un temps où la baronne fut assez riche pour prêter de l’ argent aux princes de France il fut un autre temps où elle reçu une pension de leur trésorier Anne Louis Henri comte de La Fare, évêque de Nancy, domicilié 84, Jacoberhof, Vienne , Autriche, car j’ ai sous les yeux un mot de sa main sur lequel elle a écrit les mots suivants : « Par ordre de son Altesse Royale Madame la Duchesse d' Angoulême. J'ai reçu du Comte de La Fare, Evêque de Nancy, Deux Cent Ducats. Altenburg en Saxe. le 20 mars 1809. Baronne de Korff. ». Ces fonds provenaient des libéralités et des caisses du roi George d’ Angleterre, à savoir George III (George William Frederick) (né le 4 juin 1738 et décédé le 29 janvier 1820) fut roi du Royaume-Uni et roi d'Irlande (1760–1801), puis roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande (1801–1820). Il fut également électeur de Hanovre (1760–1814), puis roi de Hanovre (1814–1820). Très populaire en Grande-Bretagne, il fut surnommé "Farmer George" ("George le fermier").


Bien amicalement.

Louis Joseph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Lun 2 Mar - 12:57

Grand merci, cher Louis-Joseph, pour cette généalogie et toutes ces précisions sur l'énigmatique et fameuse baronne de Korff. Tout ce que je sais c'est que c'est Eléonore Sullivan qui procure ces papiers à Fersen, pour Mme de Tourzel.
Par ailleurs, en quoi les vagues d'anoblissement sous Henri IV et Louis XIII remplissaient-elles les caisses du Royaume ?


Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31659
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Lun 2 Mar - 15:50

Merci pour toutes ces infos Louis V de Bourbon-Condé

Votre famille aurait un lien de près ou de loin avec les Korff? Very Happy

J'imagine cela dit que cette famille devait suffisament être connue pour qu'elle devienne une substitution à la famille royale, mais trop non plus pour que la supercherie ne soit pas reconnue dès les premiers contrôles :s:

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Baronne von Korff - baronne de Korff - Mme de Sabran   Mer 4 Mar - 2:35



Chère Madame,

J’ ai été ravi d' apprendre que mes quelques notes sur notre amie la baronne von Korff vous ont plu . Vous me demandez en quoi les vagues d'anoblissement sous Henri IV et Louis XIII ( et tous les rois suivants Louis XIV, Louis XV, Louis XVI, Louis XVIII, Charles X ) remplissaient-elles les caisses du Royaume ? La noblesse, l’ aristocratie, peut être définie par sa faculté, sa capacité de porter les armes et de rendre la justice. La noblesse historique, que l'on appelle également noblesse de race ou noblesse héréditaire. Ce qui définit la noblesse, la capacité à porter les armes, est quelque chose qui est naturel, et comme tout ce qui est naturel, cela se transmet par le sang. Mais depuis toujours la noblesse fut une classe sociale relativement ouverte et on finit par admettre que les frontières de la noblesse, de l'aristocratie, sont mouvantes et difficiles à déterminer.On retrouve donc également, en deuxième composante de la noblesse, ceux que l'on appelle les anoblis : il est possible d'acquérir la noblesse sans recevoir celle-ci de façon héréditaire, grâce à ce que l'on appelle les lettres d'anoblissement.  Ces lettres d'anoblissement sont accordées par le roi à titre de récompense aux personnes qui ont rendu service au souverain. Ces lettres d'anoblissement ne sont jamais gratuites, et cela devient un moyen pour le pouvoir royal de faire rentrer se façon régulière de l'argent dans les caisses du royaume. L'agrégation à la noblesse se fait donc par l'adoption de normes sociales considérées comme nobiliaires : rôle guerrier, renforcé par la possession des armes et de la monture, conception lignagère de la famille, absence de travail manuel.Durant tout le Moyen Âge et le début de l'époque moderne, le fait de "vivre noblement", c'est-à-dire de partager les valeurs et le mode de vie de la noblesse, permet d'entamer un processus d'agrégation. L'agrégation est la plupart du temps un processus relativement long (3 ou 4 générations), mais il peut être aussi plus rapide dans certains cas. Ce processus repose globalement sur la considération de la famille dans son environnement social et culturel et pour une part sur le patrimoine financier de la famille.Pourtant, dès le début du XVIe siècle, les souverains français ont cherché à restreindre et à contrôler l'accès des personnes à la noblesse. Un système d'enquête fut mis en place, notamment sous le règne de Louis XIV qui punissait les personnes revendiquant la noblesse sans pouvoir la prouver. Parallèlement, le développement des offices anoblissants offre de nouveaux moyens d'accession à la noblesse aux classes roturières aisées.À titre général, l'on peut dire que la noblesse d'extraction (antérieure à l'année 1560) est la plupart du temps une noblesse d'agrégation.Anobli par charge Le statut nobiliaire provenait de la fonction occupée dans l'administration royale française (Parlement, Cour des comptes, bureau des finances). C'était la « noblesse de robe ». Cette charge pouvant dans certains cas être achetée comme la fameuse charge, liée à la Chancellerie, de conseiller-secrétaire du roi, maison et couronne de France, devenue au XVIIIe siècle une simple sinécure. Elle était d'un prix souvent exorbitant car elle anoblissait, d'où son succès et le surnom vengeur de « savonnette à vilain » donné par la vieille noblesse (noblesse d'extraction). A côté de ces lettres d'anoblissement, un autre moyen d'être anobli est l'exercice de certaines fonctions. C'est le cas notamment de certaines fonctions judiciaires, qui permettent d'acquérir ce que l'on appelle la noblesse de robe. C'est aussi le cas de certaines fonctions administratives : certaines fonctions municipales, notamment dans certaines grandes villes, permettent d'acquérir ce que l'on appelle la noblesse de cloche (symbole de l'émancipation urbaine). La noblesse peut encore s'acquérir avec des fonctions et des charges militaires. Certaines de ces fonctions permettent d'acquérir immédiatement la noblesse. pour d'autres il faut parfois attendre deux ou trois générations. L'anoblissement par charge favorisa la vente des offices et leur transmission héréditaire, qui procurait des revenus non négligeables au trésor royal, soit par ce qu'il fallait payer pour être « confirmé », soit parce que ces anoblissements furent révoqués en bloc, lors de crises budgétaires. De plus les titulaires pouvaient léguer librement leur charge à la personne de leur choix, à la condition de verser un droit annuel (égal au soixantième du prix de l'office). Cette taxe était appelée la paulette, du nom de Charles Paulet, chargé du premier recouvrement (1604).Déjà, à la fin de l'ancien régime, cette question faisait débat. Pour certains, la noblesse ne pouvait se prescrire et il n’y avait que le roi qui pouvait anoblir. Mais comme dit G. A. de La Roque (1678) « la prescription que l’on prétend ne procède pas tant de la longueur du temps que de l’autorité du Prince qui donne force à la sentence de ses officiers fondée sur cette forme de prescrire ». En d’autres termes, si le roi accepte le principe de la prescription, en ne l’interdisant pas, alors la noblesse peut se prescrire. En l'occurrence, il semble bien que la possession continue sur plusieurs générations de qualification noble (titre de noblesse) avec fiefs, emplois et services autorisaient la prescription.Dans la France d'ancien Régime il existe plusieurs moyens de s'agréger à la noblesse :L'achat d'un fief noble et d'en rendre hommage durant trois générations : Dès le haut Moyen Âge, cette possibilité fut offerte aux familles possédant alors assez de finances pour acquérir un ou plusieurs fiefs nobles. Durant la longue période des Croisades (du XIe au XIIIe siècle), des familles nobles s'appauvrirent au bénéfice de familles bourgeoises qui à travers le commerce purent s'enrichir et ainsi débuter un processus d'agrégation. Ce mode d’acquisition de la noblesse est réputé prendre fin avec l’ordonnance de Blois (1579) qui stipule que « les roturiers et non nobles, achetant fiefs nobles, ne seront pour ce anoblis, ni mis au rang et degrés des nobles, de quelque revenu et valeur que soient les fiefs par eux acquis ». La possession centenaire : La possession centenaire consiste à jouir de certains privilèges de la noblesse - typiquement une qualification de noblesse (un titre de noblesse) - sans que cela ne soit contesté durant au moins un siècle. L’arrêt d’avril 1771 pourrait mettre fin à ce mode d’agrégation pour les commencements de noblesse postérieurs à 1715. L’arrêt de 1773, à ce sujet, rappelle en effet que les anoblis d’après 1715 « ne puissent à l’avenir être admis à faire aucune preuve de noblesse pour être reçus dans aucun ordre, corps, chapitres ou charges pour lesquels la noblesse est requise, qu’en justifiant la quittance du droit de confirmation... et ce nonobstant toutes qualifications de nobles ou d’écuyers, ou autres qualifications de noblesse qui pourraient avoir été prises par leurs auteurs, à moins qu’ils ne justifient un titre confirmatif de noblesse antérieur au 1er janvier 1715 ». La vie noble : La vie noble se caractérise par le fait de vivre selon les coutumes nobles. "Vray est, que quand le Père et Ayeul ont vécu noblement, on tient qu'ils transmettent cette qualité à leur postérité" (Traité des droits honorifiques des seigneurs es églises - 1643). Là encore l'arrêt d'avril 1771 peut être vu comme une limite à ce mode d'acquisition de la noblesse. Le paiement de la capitation noble, la convocation au ban, aux assemblées de la noblesse, les certificats de reconnaissance, etc., participent également à cette élévation sociale. Ce mode d'acquisition de la noblesse permit ainsi de tout temps à de nombreuses familles du Tiers état d'accéder au Second Ordre.La noblesse d’extraction, acquis par la naissance, dite noblesse d'épée ou de robe, dont les ascendants avaient gagné leur statut nobiliaire par des faits d’armes ou par l'exercice de charges civiles entraînant l'acquisition de la noblesse. La noblesse d'extraction est la plupart du temps une noblesse d'agrégation. Cette noblesse héréditaire donnée par le père était relativement rare et seul 1/20e de ces familles avaient survécu du Moyen Âge jusqu'à la révolution. Dans cette catégorie, on distingue la noblesse d'extraction :Immémoriale : familles dont on ne trouve pas de trace qu'un souverain leur ait accordé leur statut. Malgré l'absence de preuves, elles furent réputées et tenues pour nobles depuis "la nuit des temps". La noblesse de ces familles n'est valable que dans la mesure où le souverain les " maintient" dans leur statut nobiliaire. Féodale : familles connues à partir du XIe siècle. Chevaleresque : prouvée dès avant le XVe siècle. famille d'ancienne extraction réunissant, en outre, deux qualités: atteindre le XIVe siècle et y avoir l'état de chevalerie qui est, entre autres traits, un état militaire, Ancienne : famille dont la filiation noble prouvée atteint le XVe siècle. Simple : famille dont la filiation prouvée ne dépasse pas le XVIe siècle. Par la suite, au cours de l'histoire, on peut distinguer les nouvelles familles accédant au statut de noblesse : Anobli : L'anoblissement, noblesse de promotion par changement d'état (noblesse de robe, de cloche ou de plume), a été conféré à volonté par les rois de France. Noblesse d'Empire : après l'exode d'une partie importante de la Noblesse pendant la Révolution française, Napoléon Ier accorda 3 300 titres (34 princes et ducs, 417 comtes, 1 550 barons et 1 317 chevaliers). A la Restauration, la noblesse royale reprend ses titres, la noblesse d'Empire conserve les siens. Louis XVIII et Charles X accorderont souvent de simples lettres de noblesse , mais ils ne leur accordent que des rangs et des honneurs, et non des offices, les anoblissements du XIXe siècle étant purement honorifiques et un peu assimilables à des décorations héréditaires.

Croyez bien Madame que je suis votre très humble et très obéissant serviteur...

Bien à vous

Louis-Joseph
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Mer 4 Mar - 14:30

Mille mercis, cher Louis Joseph, pour votre longue réponse très érudite .  Very Happy    Mais, j'ai toujours lu que la noblesse dite d'extraction, effectivement " immémoriale" doit être antérieure, non pas à 1560 ( du reste, c'était hier ... ), mais à 1400.  
Effectivement, encore faut-il toujours justifier de sa noblesse.    En effet, les terres ou les noms s'achètent... ce qui constitue un gain pour le Trésor . mais les titres ??? L'anoblissement est conféré par le Roi.  Il exempt son bénéficiaire de l'impôt. Cela représente donc plutôt un manque à gagner pour l'Etat, ce qui explique que les noblesses usurpées sont débusquées et risquent gros !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Mer 4 Mar - 14:39

merci Louis V de Bourbon Condé pour ces informations.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: baronne von korff - anoblissements - Ansouis   Mer 4 Mar - 18:08

Chers amis toutes vos appréciations et tous vos remerciements me vont droit au cœur !

Effectivement, au final le Trésor royal n’ encaissait plus les impôts des anoblis…mais si les anoblissements furent si nombreux c’ est que le roi et son gouvernement y trouvaient de différentes manières et sur plusieurs plans bien des avantages en plus d’ encaisser des sommes intéressantes notamment celui de recruter des personnes talentueuses dont les capacités furent bien utiles ici et là pour assurer la bonne marche du royaume et de l’ Etat.Comme beaucoup j’ ai visionné avec consternation le documentaire sur la vente du château d’ Ansouis, propriété séculaire des Sabran. Cette triste histoire familiale est horrifiante et mon cœur en était tout retourné d’ indignation ! La sœur des frères Sabran , Gersende de Sabran-Pontevès, duchesse d’ Orléans de son état , dans sa condition de femme mariée avec Jacques l’ un des fils de Henri comte de Paris, qui sont tous de nos cousins, était elle à ce point « à la rue « , plongée dans plus affreuse misère, presque « S.D.F. », malheureuse quêtant allongée dans les couloirs du métro parisien ( 1 euro ! pour manger !) pour renier à ce point sa famille et faire vivre à ses frères ce cauchemar indigne d’ une si grande lignée descendant d’ Henri II d'Angoulême, roi de France et de Catherine de Médicis, reine de France en faisant brader à l’ encan le patrimoine de plusieurs siècles de gloire nobiliaire familiale ? Avec de la bonne volonté de part et d’ autre un arrangement aurait pu se faire dans les respect des intérêts des deux parties afin d’ éviter cet horrible et scandaleux gâchis …. Un mécène, royal ou millionnaire aurait aussi pu intervenir… Mais Dieu est là qui regarde et qui juge ! et chacun devra au jour du Jugement dernier rendre compte de tous ses faits et gestes durant sa vie terrestre…Il se pourrait que certains n’ aient pas à s’ inquiéter pour leur chauffage personnel lors des prochains hivers de leur future « éternité » car leur place leur est peut être bien réservée, bien au chaud, au côté du prince des Ténèbres ! Vu le coût actuel de l’ énergie leur position n’ aura pas que des désavantages…restera quand même à subir les horribles tourments (éternels et infernaux ! ) réservés par les anges damnés à ceux qui ont gravement péché !


Henri II d'Angoulême, roi de France 1519-1559
Catherine de Médicis, reine de France
|
Claude d'Angoulême, duchesse de Lorraine 1547-1575
|
François II, duc de Lorraine 1572-1632
|
Gérard Rousselot, seigneur d'Hédival +1662
|
Jeanne Rousselot d'Hédival
|
François Royer, seigneur d'Hoëville
|
Catherine Royer
|
Marie Françoise de Bildstein 1660
|
Nicolas de Franc, comte d'Anglure 1693-1759
|
Marie Thérèse de Franc d'Anglure 1718
|
Philibertine de Montfalcon 1759
|
Eugénie Salteur de La Serraz 1781
|
Athénaïs de Raigecourt 1812-1848
|
Marie Caroline de Mark-Tripoli de Panisse-Passis 1839-1913
|
Elzéar de Sabran-Pontevès 1865-1940
|
Foulques, duc de Sabran-Pontèves 1908-1973
|
Géraud de Sabran-Pontevès 1943
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Mer 4 Mar - 18:41

Comme vous, cette vente d'Ansouis m'a atterrée. C'est inqualifiable ...
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31659
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Mer 4 Mar - 18:54

Merci pour toutes ces infos Louis V de Bourbon-Condé, je bois, je bois

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Mer 4 Mar - 19:04

pour oublier ?
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31659
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Mer 4 Mar - 19:25

Ah tout de suite!
Je bois ces infos comme je bois de l'eau malheureuse

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Mer 4 Mar - 19:31

... mais de Ville d'Avray ! What else ?
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31659
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Mer 4 Mar - 19:53

Exact!

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Baronne de Korff - Louise Elisabeth Félicité de Croÿ d'Havré   Jeu 5 Mar - 2:11

Vos remerciements me touchent beaucoup.

Pour en revenir à notre Theophila Benigna Finck von Finckenstein , notre baronne de Korff, je crois qu' il y a du travail à faire pour en connaître plus à son sujet car j' ai beau consulter les tables des matières des ouvrages sur l' émigration que je possède dans ma bibliothèque je ne trouve aucune mention consistante à son sujet à part Henri Forneron dans son Histoire générale des Emigrés, pendant la révolution française,  dont j' ai un exemplaire de 1884 sous la main, qui nous écrit ceci à propos de " l' invraisemblable expédition de Varennes " :

" (....) Madame Sullivan se fait donner un passe-port sous le nom de la comtesse russe de Korff, et remet cette pièce à la reine (....) La voiture , commencée le 22 décembre 1790, est livrée le 26 mars suivant pour le prix de six mille livres : elle attire la curiosité des parisiens ; ceux-ci viennent la regarder comme une curiosité dans la cour de Fersen (Bimbenet , Fuite de Louis XVI p. 21) puis on la mène rue de Clichy chez Crawford ( l'invraisemblable voiture qui attire la curiosité des parisiens !) , avec qui demeure la fausse baronne de Korff; c' est là-dedans que devra se grouper comme dans un tableau d' ensemble toute la famille royale, pour être plus facilement reconnue dans le moindre hameau (...). «

La fausse baronne de Korff était  en réalité, comme chacun le sait ici,  Louise Elisabeth Félicité de Croÿ d'Havré, c' est à dire Madame de Tourzel, , née le 11 juin 1749  à Paris, décédée le 15 mai 1832 à Paris, à  l'âge de 82 ans, inhumée dans l’ église d'Abondant, 28, Eure et Loir, mariée le 8 avril 1764 avec Louis François du Bouchet, marquis de Sourches 1744-1786, créée duchesse héréditaire du Tourzel en 1816 . Le 16 juillet 1789, Louise-Elisabeth de Croy d’Havré, veuve du marquis de Tourzel, était nommée « gouvernante des Enfants de France » après la démission et le départ en émigration de la duchesse de Polignac, notre très chère Yolande de Polastron, précédente titulaire de cette prestigieuse charge. Par une faveur particulière et une marque de bonté toute à fait exceptionnelle du roi Louis XVI et de la Reine Marie Antoinette, Mme de Tourzel obtint de garder auprès d’elle sa dernière fille non mariée et non présentée – ce qui était contraire aux usages de l’étiquette de la Cour , où la Gouvernante des Enfants de France – grand officier de la Couronne – abandonnait tout, y compris sa propre famille et ses propres enfants , pour se consacrer tout entière, vingt quatre heures sur vingt quatre , aux enfants du Roi, dont elle devenait la garante auprès du roi et de l’Etat. Elle accompagna la famille royale dans sa fuite à Varennes avec un passeport, où elle joue le rôle de la baronne de Korff .Je pense même qu’ il faudrait,  en plus de la baronne de Korff,  faire également, des recherches concernant les autres protagonistes de Varennes à savoir Mme Sullivan et le colonel Crawford, tous deux aussi mystérieux… « drôles de pistolets ! ces deux-là  «  nous semble dire et fulminer  Henri Forneron qui n' en peut plus à leur sujet …. Forneron pour qui l’ affaire à été montée par de "véritables personnages de romans" , des "amateurs", des « rigolos » « complètement  allumés »…pas des "pros" quoi !  Même Fersen en prend pour son grade. Forneron aurait viré avec fracas toute cette équipe !
"
A ceux qui souhaiteraient consulter Le Boudoir de Marie-Antoinette dans une ambiance musicale XVIII° siècle (gratuite)  je conseille d’ ouvrir une deuxième page avec Internet explorer en cherchant sur google  www.deezer.com/, site de musique gratuite. Il reste ensuite à rentrer dans l’ onglet de recherche situé au centre de la page (avec une petite loupe à droite sur laquelle il faut cliquer pour lancer la recherche ) les noms des compositeurs suivants : Georg Friedrich Haendel ou Händel (George Frideric Handel en anglais, comme il l'écrivait lui-même , en choisissant par exemple le « Concerto grosso n° 8 opus (6’ 13 et 6’ 11 ) , Wolfgang Amadeus Mozart ou Franz Joseph Haydn ou Giovanni Paisiello entre bien d’ autres .Les morceaux ne durent que quelques minutes et il faut en remettre d’ autres en marche de nouveau mais cette écoute est gratuite , ce qui est rare sur le net… Je serais très heureux d’ avoir ici l’ avis et les impressions de celles ou de ceux qui en auront fait l’ expérience si elles ou ils veulent bien avoir la bonté de m’ en faire part  .

Croyez bien que suis et que je reste votre très humble et très obéissant serviteur…

Louis-Joseph
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39360
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Jeu 5 Mar - 7:40

Merci pour ces renseignements, et pour le tuyau deezer !  Wink

Nous avons déjà un sujet sur le couple Craufurd, basé sur la mini biographie de Dard. C'est ce que je connais de plus sérieux sur ces deux amis de Fersen et de Marie Antoinette. Mais c'est bien peu... juste assez pour nous donner envie d'en savoir davantage...
http://maria-antonia.justgoo.com/t439-des-amis-de-la-reine-le-couple-craufurd?highlight=craufurd

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Jeu 5 Mar - 14:58

En effet, cette histoire de l'émigration de H. Forneron est tout à fait palpitante ! On y comprend bien comment la peur est instaurée dans les provinces, dès l'été 89. Et je dirais même plus, elle l'était dès avant la réunion des Etats Généraux : Hier soir, je lisais, sous la plume de la baronne de Méré, comment Orléans (pas encore Egalité, mais cela ne saurait tarder ...), se présentant dans sa voiture aux côtés de Marie-Adélaïde, ouvre une brèche dans le barrage des forces de l'ordre qui protègent le quartier de la papeterie Réveillon. Aussitôt s'engouffrent les émeutiers . Ils saccagent, ils tuent, en acclamant la malheureuse duchesse d'Orléans, me disent ce matin Tullard, Fayard et Fierro !!!!!!! Bizarre, vous avez dit bizzare ... Pauvre Adélaïde ! Elle n'en peut déjà plus à cette époque de son scélérat de mari.
Ainsi, vous aussi Louis Joseph aimez Mme de Polignac ? Cela me fait plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: baronne de Korff Yolande de Polastron, duchesse de Polignac   Jeu 5 Mar - 17:04

J' ai fait plus que l' aimer puisque j' ai écrit sur elle et j' ai durement bataillé pour elle il y a quelques années afin de défendre sa mémoire !

Je suis bien content que cela vous ait fait plaisir.

Effectivement l' ouvrage de Forneron est remarquable et lorsque l' on est plongé dans sa lecture on ressent l' époque très fortement , son ambiance, son climat, son vrai "tempo" et l' on comprend mieux beaucoup de choses qui vous semblaient obscures auparavant.

En lisant l' ouvrage d' Antonia Fraser sur la reine j' ai trouvé à la page 366 la description des faux voyageurs de la voiture : " Monsieur Durand, un valet, (...) la baronne de Korff, une femme d' âge mûr à laquelle la voiture appartenait en faisait aussi partie ". Si on lui attribue l' âge de 35 ans elle serait née en 1756 et elle devait avoir 75 ans ou 80 ans quand elle est morte si son décès date de † 1831 ou de † 1836 .
Une si longue vie a dû laisser des traces ici ou là. Il ne devrait pas être impossible d' en savoir plus à son sujet mais je pense qu' il faudra alors fournir un gros travail de recherches diverses pour recueillir des résultats.

Il faut que je vous avoue une chose : c' est grâce à la baronne de Korff - Theophila Benigna Finck von Finckenstein - que j' ai trouvé votre site dont j' ignorais tout car c' est en faisant des recherches sur la baronne que je vous ai trouvé !

Avez vous essayé Haendel ou Haydn sur Deezer ?

Serviteur ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: baronne de Korff - baronne Cécile de Courtot   Jeu 5 Mar - 18:20

L' un ou l' une d' entre vous aurait il des renseignements sur la baronne Cécile de Courtot, (1763-1803) qui fut dame de compagnie de Marie-Louise de Savoia-Carignano, princesse de Lamballe dont l' arrière-petit-fils Moritz von Kaisenberg (Moritz von Berg) publia les mémoires : The memoirs of the Baroness Cecile de Courtot, lady-in-waiting to the princesse de Lamballe, London, William Heinemann, 1900 dont je possède un exemplaire.

Ou bien sur son mari, ses parents, son ascendance ou sa descendance...

Je cherche en vain dans toutes mes sources qui ne sont pas négligeables et je ne trouve rien ! Sad

Autres éditions mentionnées sur le site www.napoleonic-literature.com/AgeOfNapoleon/Memoirs/FemaleMemoirs.html - 71k -

Courtot, Cécile de, baronne (1763-1803)

Die Memoiren der Baronesse Cecile de Courtot, Dame d'autour der Fürstin von Lamballe, Prinzess von Savoyen-Carignan (Leipzig, 1897) Kaisenberg, Moritz von (1837-1910) editor.

The memoirs of the Baroness Cecile de Courtot, lady-in-waiting to the Princess de Lamballe, princess of Savoy-Carignan (New York, 1900)
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39360
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Jeu 5 Mar - 18:28

Non, désolée, j'ignore tout de cette dame... Embarassed

Mais je constate que vous appelez Madame de Lamballe Marie Louise, conformément à sa signature, et non Marie Thérèse, comme la plupart des historiens.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: FAMILLE KORFF   Ven 8 Mai - 13:36

Bonjour à tous,

Je suis un descendant de la famille Korff et j'aurais aimé avoir des renseignements pour accéder à ma généalogie et à l'histoire de celle-ci.
Je vous remercie.
Cédrik Korff
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39360
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Ven 8 Mai - 13:59

Bonjour, Cedrik Korff ! Soyez le bienvenu ici ! Very Happy

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   Ven 8 Mai - 14:18

Soyez , Cédric, le bienvenu parmi nous...
Avez-vous perdu la particule? car j'ai toujours entendu parlé de la Baronne de Korff, n'est-il pas?

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FAMILLE KORFF   

Revenir en haut Aller en bas
 
FAMILLE KORFF
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Famille Ave Maria
» Grains de café ? (famille des trivias)
» Famille des Arionidae la rouge et la noire
» Famille d'ABOVILLE
» Famille saint Joseph

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Marie-Antoinette et ses contemporains :: Ses relations amicales-
Sauter vers: