Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les coeurs de Louis XVII...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Les coeurs de Louis XVII...   Ven 5 Déc - 19:13

Un petit article dont les touches d'humour ne minimisent pas la réalité. Le docteur Pelletan n'en sort pas grandi et la traçabilité du coeur qu'il a volé s'avère décidément aberrante... au sens littéral autant que figuré! Shocked

Je recopie le tout, pour être sûre que ces précieux renseignements ne s'évaporent pas dans les méandres de la toile. Wink





Qui n'a jamais rapporté chez lui une petite babiole, un souvenir emprunté sur son lieu de travail ? Une gomme, un croissant, la femme de son chef ? C'est humain. Le docteur Philippe-Jean Pelletan ne fait que succomber à ce petit travers quand, le 9 juin 1795, il empoche le coeur du gamin de la prison du Temple qu'il vient d'autopsier. Pour faire bonne mesure, il prélève également une touffe de cheveux. Pauvre ex-futur Louis XVII, enfant martyr. Son papa et sa maman ont été guillotinés, et lui se fait voler son petit coeur par un médecin indélicat.

Les derniers jours de l'orphelin royal font pitié. Depuis quelques semaines, il ne fait que s'affaiblir dans sa geôle. Sa maigreur devient effrayante. Son gardien, Étienne Lasne, s'en inquiète, il réclame la venue du docteur Desault, responsable de la bonne santé du jeune Capet. Mais celui-ci meurt le 1er juin. Le 5 juin, le docteur Pelletan est désigné pour lui succéder. C'est un ambitieux qui n'hésite pas à se montrer féroce révolutionnaire pour supplanter ses confrères. Médecin à l'Hôtel-Dieu, il est soupçonné de servir d'espion au Comité de sûreté générale pour dresser la liste des victimes à guillotiner à la prison Saint-Lazare.


Quand le gardien du petit Louis lui fait parvenir un billet pour l'appeler au chevet du garçonnet, il ne montre aucun empressement. Il prend sa plus belle plume pour répondre : "Citoyens, l'état du malade ne peut être rendu très inquiétant par les circonstances que vous me détaillez. Quoique je sois extrêmement fatigué de mes travaux du jour, et qu'il soit onze heures du soir, je me transporterais sur-le-champ auprès de l'enfant si je sçavois lui être de la moindre utilité." Cela sonne comme une condamnation à mort.

Effectivement, le 8 juin, l'héritier du trône de France meurt. Une autopsie s'impose et, tout naturellement, elle est confiée au docteur Pelletan, assisté de trois autres médecins. Ils se présentent vers 11 heures du matin à la porte du Temple. On les mène jusqu'à une pièce où le petit cadavre gît sur un lit.



Le passage qui suit décrit l'autopsie d'une manière très crue. Comme ces précisions ne sont pas indispensables à la compréhension du récit, je préfère les placer en spoiler.  Sad


Spoiler:
 



L'autopsie achevée, les confrères de Pelletan s'éloignent pour le laisser recoudre le cadavre seul. C'est alors que le médecin prélève d'abord une touffe de cheveux, qu'il remet à l'officier municipal Damont en guise de souvenir. Puis il s'empare du coeur qu'il glisse dans sa poche. Connaissait-il le docteur Chris Barnard (auteur de la première transplantation cardiaque en 1967, NDLR) ? "Je l'entourai de son, l'enveloppai d'un linge et le mis dans ma poche, sans être aperçu", écrira-t-il quelques années plus tard. "J'espérais bien qu'on ne s'aviserait pas de me fouiller en sortant de la maison." Exact. Le corps du jeune Capet est inhumé au cimetière Sainte-Marguerite.


Insurrection parisienne

De retour chez lui, Pelletan dépose le coeur dans un vase rempli d'esprit de vin - de l'alcool éthylique -, qu'il planque derrière les livres de sa bibliothèque. Une dizaine d'années plus tard, le voleur retrouve le vase, dont l'alcool s'est totalement évaporé. Le coeur est devenu un petit morceau de cuir qu'il jette dans un tiroir avec d'autres "souvenirs". Un de ses élèves, à qui il avait raconté son larcin, dérobe à son tour le coeur en 1810.

Cela ne lui porte pas chance, car il meurt de la tuberculose peu après. Juste avant d'expirer, il demande à sa future veuve de rendre le coeur à Pelletan. En le récupérant, ce dernier décide alors de le retourner à la famille royale. Mais il a beau avoir le coeur sur la main, celle-ci doute de l'origine de l'organe. Pelletan fournit des preuves écrites, fait appel à des témoignages, en vain. Le coeur lui reste sur les bras. Faute de mieux, le 23 mai 1828, il remet la relique à monseigneur de Quélen, archevêque de Paris, qui la reçoit "comme un dépôt sacré" et promet de faire son possible pour la remettre au dernier tonton du gamin encore en vie, Charles X. Pelletan peut alors s'éteindre, le coeur léger.

Mais l'archevêque n'a pas le temps d'honorer sa promesse, car, durant les Trois Glorieuses de juillet 1830 qui marquent l'insurrection parisienne contre Charles X, l'archevêché est pillé. Un ouvrier imprimeur s'empare de l'urne de cristal contenant le coeur avec l'intention de le rapporter au fils de Pelletan, mais le brave homme se fait disputer son butin par un autre insurgé. Dans la bagarre, l'urne se brise sur le sol.


Deux siècles d'errance

Lescroart, c'est le nom de l'ouvrier, doit s'enfuir les mains vides. Quelques jours plus tard, quand Paris retrouve son calme, il revient avec le fils Pelletan pour fouiller l'archevêché. Miracle, ils trouvent le coeur dans un tas de sable. Philippe-Gabriel Pelletan le conserve jusqu'à sa mort en 1879, puis le lègue à l'architecte Prosper Deschamps. Lequel le lègue à un proche. La relique est devenue la patate chaude qu'on se refile. De fil en aiguille, elle échoue entre les mains d'un certain Édouard Dumont, qui la remet en 1895 à un représentant du duc de Madrid, prétendant légitimiste au trône de France. Après un crochet par Venise, le coeur prend enfin un repos bien mérité dans la chapelle du château de Frohsdorf, près de Vienne.

Mais voilà que la mortelle randonnée reprend ! Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la princesse Massimo, fille du duc, emporte le coeur en Italie. En 1975, les filles de la princesse l'offrent au Mémorial de France à Saint-Denis pour qu'il soit déposé dans la nécropole des rois de France. Là où il aurait toujours dû se trouver. Enfin, en 2000, une analyse ADN confirme que le coeur appartient à un parent très proche de Marie-Antoinette. Forcément à son fils. Aujourd'hui, l'urne funéraire contenant le coeur de Louis XVII est dans la chapelle des Bourbons. Enfin !

http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/9-juin-1795-au-voleur-le-docteur-pelletan-a-pique-le-coeur-de-louis-xvii-durant-l-autopsie-09-06-2012-1471135_494.php[/i]


Alors, là, franchement, c'est énorme! Rocambolesque, on se croirait dans un roman d'aventure ou un thriller. Shocked Enfin, dans tout sauf un contexte de critique historique sérieuse et étayée. Je me garderai donc bien de manifester l'assertivité qui conclut l'article et en resterai prudemment à ce que le bon sens peut réellement affirmer: [i]Enfin, en 2000, une analyse ADN confirme que le coeur appartient à un parent très proche de Marie-Antoinette.

Sur ce point nous sommes d'accord. Wink

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5007
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Les coeurs de Louis XVII...   Sam 6 Déc - 8:57

Il est vrai que les péripéties décrites sèment le doute.

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Les coeurs de Louis XVII...   Lun 8 Déc - 10:05

Le problème est que quelle que soit l'historie de ce cœur, il a bel et bien été retrouvé, dans un état analysable et de la famille des habsbourg : ce fait là est une certitude bien sûr, et à lui seul est un miracle. Alors son histoire....du bonus à mes yeux

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5007
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Les coeurs de Louis XVII...   Lun 8 Déc - 10:16

Cher Chou d'amour, comment peut-on être sûr que le coeur qui a été analysé était celui du Roi Louis XVII ?

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Les coeurs de Louis XVII...   Lun 8 Déc - 15:06

Nous ne le sommes pas, seulement nous sommes sûrs qu'il s'agit d'un cœur Habsbourg, celui d'un enfant de cette époque, or ce fait là est déjà très improbable. Et je suis intimement persuadé que des cœurs Habsbourg d'enfants ne peuvent pas courir les rues. Donc s'il ne s'agit pas de celui de Louis XVII, à qui est-il? La réponse à cette question là demeure bien plus improbable selon moi que la version de Delorme Wink
Donc quitte à choisir entre deux versions improbables, je prends la moins improbable, et c'est bien celle qui conclut que ce coeur est celui de Louis XVII Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5007
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Les coeurs de Louis XVII...   Lun 8 Déc - 20:24

Je comprends très bien votre raisonnement, Cher Chou d'amour. Entre voies improbables, vous optez pour la moins improbable, c'est logique. Je ne parviens cependant pas à faire cela, à mon grand regret.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Les coeurs de Louis XVII...   Mar 9 Déc - 9:24

En fait tout réside dans la question suivante : à qui est ce cœur? A un enfant Habsbourg de l'époque du 18ème siècle environ cela on en est sûr. Si ce n'est pas celui de Louis XVII à qui est-il? Ce ne peut pas être celui de Louis-Joseph car il a été embaumé, donc à qui d'autre? Moi ce qui me gène dans la défense des survivantistes, c'est que des enfants Habsbourg de cette époque ne couraient pas les rues non plus, et je vois mal le coeur d'un de ceux là pas connu faire office de relique....donc oui que ce cœur soit celui de Louis XVII est bel et bien le plus probable, quelle que soit sa traçabilité toute aussi rocambolesque soit-elle j'en conviens

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les coeurs de Louis XVII...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les coeurs de Louis XVII...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Qu'est devenu Louis XVII ?
» Louis XVII a t'il survécu au massacre?Et si Oui,qui était il?
» Louis XVII est il mort au temple ?
» Louis XVII est-il mort au Temple ?
» Louis-Charles, deuxième dauphin, puis Louis XVII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Marie-Antoinette et sa famille :: Ses enfants :: Louis Charles-
Sauter vers: