Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le livre noir de la Révolution française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31639
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: La révolution   Sam 26 Jan - 20:05

Florian sur le forum PH (encore décidément ) nous apprend la sortie ce cet ouvrage qui risque d'intéresser certains d'entres nous Wink :



Présentation de l'éditeur:

Légitimes et glorieux, festifs et fraternels, fruits d'une « raison » attendue par les siècles : c'est ainsi que sont habituellement présentés les événements de ce qui fut aussi l'une des périodes les plus sanglantes de l'histoire, inaugurant tragiquement une succession de révolutions et de conflits qui marquèrent l'Europe jusqu'au milieu du XXe siècle.

Il est toujours dans l'intérêt d'une nation de faire briller quelques mythes fondateurs et dans l'intérêt de ceux qui ont pris le pouvoir de masquer la violence et l'arbitraire sur lesquels ils ont assis leur domination. Mais l'histoire ne s'écrit pas comme la mythologie, et son exigence de vérité ne devrait pas s'encombrer de visées utilitaristes.

Cet ouvrage n'entend pas « noircir » des faits qui témoignent par eux-mêmes. Cette violence inouïe – qui pourtant se réclamait des Lumières – produisit une onde de choc telle qu'elle devait s'étendre sur plusieurs générations. Elle entraîna avec elle, sur le phénomène révolutionnaire, toute une série d'œuvres et de réflexions critiques dont on dénie trop vite, souvent, la légitimité.

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39309
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Dim 27 Jan - 10:01

Merci de l'info, Chou ! Je le lirai avec le plus grand intérêt ! pale

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31639
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Dim 27 Jan - 11:09

Oui je pense qu'une critique de la révolution ne peut pas faire de mal, tant nous avons eu à subir l'excès inverse
Le titre est trop racoleur et facile à mon goût, mais le contenu peut-être intéressant!

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Dim 27 Jan - 11:50

Vu le nom des auteurs , je ne suis pas certain que ces thèses nous soient fort nouvelles...Toutefois cette ouvrage pourra être, comme tu dis, Chou , une antithèse à bien des propos qu'on a pu retourner contre nous sur d'autres sites Wink

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31639
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Dim 27 Jan - 12:04

Les auteurs ont une mauvaise réputation?

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Dim 27 Jan - 12:15

Eh bien ce sont Jacques Alibert - Pascale Auraix-Jonchière - Michaël Bar-Zvi - Henri
Beausoleil - Christophe Boutin - Isabelle Brancourt - Jean-Pierre
Brancourt - Bruno Centorame - Jean Charles-Roux - Pierre Chaunu -
Stéphane Courtois - Marc Crapez - Dominique Decherf - Jean Des Cars -
Ghislain de Diesbach - Jean Dumaine - Renaud Escande - Bernard Fixes -
Alexandre Gady - Jean-Charles Gaffiot - Jean-François
Galinier-Pallerola - Stéphane Giocanti - Pierre Glaudes - Jacques de
Guillebon - Fabrice Hadjadj - Tancrède Josseran - Philippe Lavaux -
Emmanuel Le Roy Ladurie - Xavier Martin - Frédéric Morgan - Alain Néry
- Arnaud Odier - Paul-Augustin d' Orcan - Dominique Paoli -
Jean-Christian Petitfils - Jean-Michel Potin - Pierre-Emmanuel Prouvost
d'Agostino - Frédéric Rouvillois - Jonathan Ruiz de Chastenet - Reynald
Secher - Jean Sévillia - Renaud Silly - Rémi Soulié - Jean Tulard -
Sarah Vajda - Jean de Viguerie - Gregory Woimbée

On ne les connaît pas tous mais ceux qui ne nous sont pas inconnus ( cf François Furet, par exemple) ont leur réputation, en effet Wink

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31639
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Dim 27 Jan - 12:29

Ah oui exact, je reconnais Jean-Christian Petitfils et Jean Tulard

Mais ils sont quand même bien nombreux...

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Dim 27 Jan - 14:33

Ce livre m`intéresse. Mais est-il est disponible au Canada ? Neutral
Fleurdelys
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31639
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Dim 27 Jan - 15:51

Aïe...bonne question Fleurdelys...il n'est pas encore sorti dans les librairies mais ça ne devrait pas tarder. Par contre je ne sais pas encore s'il sera disponible outre-Atlantique... :s:

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Dim 27 Jan - 17:16

Chou d'amour a écrit:
Oui je pense qu'une critique de la révolution ne peut pas faire de mal, tant nous avons eu à subir l'excès inverse
Le titre est trop racoleur et facile à mon goût, mais le contenu peut-être intéressant!

Par contre, Chou, pourquoi dites-vous "racoleur et facile" ? Tout ce qui s'écrit sur la Révolution ne peut être que noir. Il est temps qu'éclate la vérité.

Petite information au passage : j'ai consulté mon libraire habituel au sujet de ce livre : la date de sortie en librairie est le 31 janvier.


Dernière édition par Petit Normand le Sam 28 Fév - 12:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Dim 27 Jan - 17:33

Je crois, chère Fleur de Lys qu'il vous faudra patienter un peu avant de pouvoir acheter ce livre. Ce livre coûte tout de même 44 euros mais
ce devrait être intéressant de l'acheter.
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31639
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Dim 27 Jan - 18:45

En effet Petit Normand, j'ai aussi lu tout à l'heure que ce livre allait sortir le 31 Janvier Very Happy

Citation :
Par contre, Chou, pourquoi dites-vous "racoleur et facile" ? Tout ce qui s'écrit sur la Révolution ne peut être que noir. Il est temps qu'éclate la vérité.
Oui je suis d'accord, mais justement vous voyez j'aurais préféré un titre du genre : "La revolution telle qu'elle a été", car souligner le côté "noir" est un peu trop provocateur (même si en effet je suis d'accord)...d'ailleurs certains comme vous avez dit crient déjà au scandale....
Et puis je trouve dommage que le "Livre noir" soit en gros....c'est cela qui est racoleur, car selon moi le mot "révolution" méritait bien plus d'attention Wink

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Dim 27 Jan - 19:40

Vos observations sont justes. Wink
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39309
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Lun 28 Jan - 5:58

Oui, je sais, Chou, c'est racoleur, et c'est dommage, car ça nuit à la crédibilté du propos.

... Mais, en même temps, ça fait du bien ! Depuis le temps qu'on nous bassine avec le versant rose de la révolution ! Rolling Eyes Ca peut pas faire de tort de varier un peu les couleurs !

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31639
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Lun 28 Jan - 17:33

Je suis aussi d'accord Pim Wink

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Mar 29 Jan - 14:42

Moi, je suis d`accord avec Petit Normand : il y a vraiment eu un côté noir de la révolution Française au point que le noir domine plus que le rose
Fleurdelys
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Jeu 31 Jan - 14:44

Voici un site que Charles nous a donné sur son forum.

http://federationroyalisteprovencale.hautetfort.com/
Un peu plus bas on parle du livre noir de la révolution française.

Fleurdelys
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Sam 2 Fév - 10:00

Il était temps qu'on lui torde le cou à cette Révolution ! et qu'on rappelle toutes les violences, tueries, et sacrilèges commis contre la monarchie.
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39309
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Sam 2 Fév - 10:11

Les violences, tueries et autres sont couramment rappelés. Le problème, c'est qu'au lieu d'insister sur leur horreur, on les inclus dans l'ensemble, ce qui revient à les minimiser.

C'est pourquoi il est intéressant de ne considérer que le versant noir de la révolution, de temps en temps, pour mieux réaliser à quel point l'horreur ne peut ni s'excuser ni se relativiser.

Des massacres tels que ceux commis par les septembrisseurs étaient tout à fait inutiles, et, donc parfaitement inexcusables. Une révolution doit pouvoir s'en passer.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Sam 2 Fév - 11:50

pimprenelle a écrit:


Des massacres tels que ceux commis par les septembrisseurs étaient tout à fait inutiles, et, donc parfaitement inexcusables. Une révolution doit pouvoir s'en passer.

Les révolutions aussi, on peut s'en passer.

Non, ne répondez pas Pim, n'y faites pas attention, c'était plus fort que moi
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31639
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Sam 2 Fév - 12:12

Permettez moi quand même de juste nuancer : Les révolutions aussi merdiquement menée que celle de 1789, oui on peut s'en passer

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39309
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Sam 16 Fév - 11:47

L'avis de Jean Tulard sur ce livre :

Les années noires de la Révolution
Jean Tulard, le 01-02-2008

Il y avait une sorte d’histoire convenue de la Révolution qui négligeait le sang, les massacres, le génocide vendéen… En voici le contrepoint lui aussi écrit par des historiens.

La chute du mur de Berlin se produisit la même année que la célébration du bicentenaire de la Révolution. La coïncidence était fortuite mais les deux révolutions, la française et la russe, avaient été intimement liées. Albert Mathiez, spécialiste à la Sorbonne de la première, se plaisait à dresser un parallèle avec la seconde, citant Lénine qu’il admirait profondément. Les révolutionnaires russes avaient d’emblée fait référence à la Révolution française, donnant le nom de Marat à l’un de leurs navires.


Il était donc logique, qu’après un Livre noir du communisme, paru en 1997, suivit un Livre noir de la Révolution française, onze ans plus tard, livre noir rédigé par plus de quarante collaborateurs. N’en attendons pas un réquisitoire passionné contre dix ans de notre histoire, mais une remise en perspective de faits dont la violence parle d’elle-même et la réhabilitation d’idées qui ont été jusqu’à ces dernières années soigneusement occultées.

Au cœur de l’ouvrage, revenant sans cesse dans les contributions, un mot : la Terreur. Elle symbolise la Révolution. C’est elle qui sauve en 1793 le gouvernement révolutionnaire face à la guerre civile et à la coalition des monarchies européennes. Mais c’est elle qui le condamne aux yeux de la postérité.

La Terreur a été voulue, pensée et proclamée par le gouvernement révolutionnaire. Elle n’est pas un accident, un dérapage involontaire.

La Terreur est mise à l’ordre du jour le 5 septembre 1793. Ce jour-là, la Convention, envahie par les émeutiers des faubourgs parisiens, vote l’arrestation des suspects, l’épuration des administrations, la création d’une armée révolutionnaire. La Terreur devient le mode de fonctionnement d’un gouvernement défini comme « révolutionnaire jusqu’à la paix ». La Terreur n’est qu’une politique de circonstance mais qui s’étend à tous les domaines, de la conduite des armées à l’économie, des finances aux arts. Elle donne une cohérence idéologique à des mesures improvisées et sans lien entre elles, et surtout sert de justification à l’élimination brutale des adversaires du gou­vernement révolutionnaire.

En réalité, les instruments de la Terreur avaient été mis en place bien avant le mois de septembre 1793. Chargé de juger des attentats contre la liberté, l’égalité et l’indivisibilité de la République, le Tribunal révolutionnaire, dont les jugements étaient sans appel, date du 10 mars 1793. Les comités de surveillance, qui ont pour mission de découvrir les suspects, sont établis le 21 mars. C’est au cours de ce même mois que l’envoi de représentants de la Convention dans les régions de guerre civile devient systématique.

Les grands procès politiques débutent en octobre : Marie-Antoinette, les girondins, Philippe Égalité, Bailly, Barnave… sont condamnés à mort et aussitôt exécutés. Hébert célèbre dans son journal, le Père Duchesne, « la sainte guillotine ».

Il s’agit de “terroriser” au sens pro­pre l’ennemi politique. Déjà, en juillet 1789, les têtes coupées du gouverneur de la Bastille et du prévôt des marchands, portées au bout de piques, avaient semé l’épouvante et paralysé les résistances. Par la suite, les condamnés conduits à la guillotine doivent aller en charrette de la Conciergerie au lieu de l’exécution. Ce trajet dans les rues de Paris dure souvent plus d’une heure. Pourquoi ? Pour faire peur aux opposants.

La peur peut être aussi à l’origine du comportement des terroristes. Elle explique les massacres de détenus dans les prisons de Paris en septem­bre 1792. Paris est alors menacé par le duc de Brunswick ; on craint l’arrivée des Prussiens. Il faut tuer tous les royalistes qui risqueraient de dénoncer les “patriotes”. Du 2 au 6 septembre, plus de 1 300 prisonniers sans défense sont exécutés à l’arme blanche. Spontané à l’origine, le mouvement a été vite encadré par des meneurs. C’est souvent la fureur de la foule qui est à l’origine de violences, comme le meurtre du comte de Dampierre venu saluer la berline du roi au retour de Varennes, le 22 juin 1791.

En revanche, le génocide vendéen a bien été planifié comme le montre lumineusement Reynald Secher. Première étape : une guerre civile qui débute en mars 1793 et qui s’achève sur la défaite des Vendéens à Savenay en décembre. Guerre atroce mais équilibrée. La victoire des bleus est suivie par la mise en place d’un système d’anéantissement de la Vendée. Pas question de pardon après la défaite. L’alerte a été trop chaude. De là, selon un rapport présenté à la Convention, l’idée qu’il n’y aura « moyen de ramener le calme dans ce pays qu’en en faisant sortir tout ce qui n’est pas coupable, en exterminant le reste, et en le remplaçant le plus tôt possible par des républicains qui défendront leurs foyers ».

Conception reprise par Barère, “l’ondoyant Barère”, qui perd son sang-froid : « Détruisez la Vendée ! » Général en chef de l’armée de l’Ouest, Turreau confirme : « La Vendée doit être un cimetière national. » De là les innombrables scènes d’horreur décrites par Secher : il faut empêcher les Vendéens de se reproduire, donc, tuer également les femmes et y ajouter les enfants en passe de devenir de « futurs brigands ». Carrier, l’homme des noyades de Nantes, s’exclame : « Qu’on ne vienne pas nous parler d’humanité envers ces féroces Vendéens ; ils doivent tous être exterminés. » Il n’est pas jusqu’au nom de Vendée qui ne soit rayé de la carte : il y aura désormais un département Vengé. C’est l’extermination totale, un « populicide », écrit Gracchus Babeuf lui-même : un génocide.

C’est en ce sens qu’Hervé de Cha­rette, député du Maine-et-Loire, a cosigné avec Lionnel Lucca, député des Alpes-Maritimes, le 19 décembre dernier, une proposition de loi relative à la reconnaissance du génocide vendéen de 1793-1794. C’est la tache la plus sombre sur l’image de la Révolution.

Les thermidoriens le comprirent : Carrier fut arrêté, jugé et exécuté après la chute de Robespierre. Par ses outrances sadiques, il était le bouc émissaire idéal. Mais Turreau fut acquitté et son nom inscrit sur l’Arc de triomphe. Les révolutionnaires ne s’en prirent pas seulement aux hommes mais aux monuments. Ils n’innovaient pas ; les guerres de religion avaient déjà fait des ravages.

Dans le Livre noir, Alexandre Gady indique qu’il s’est agi d’abord d’un « vandalisme de pulsion ». La Révolution commence par l’incendie des barrières de l’octroi et la destruction de la Bastille, deux symboles abhorrés de l’Ancien Régime. Puis le vandalisme prend un tour religieux accompagné d’opérations spéculatives. C’est ainsi que disparaissent les grandes abbayes de Jumièges, Cluny, Orval… À Paris sont victimes de cette furie les Cordeliers, Saint-André-des-Arts, les Feuil­lants, l’église des Bernardins, la bibliothèque de Saint-Germain-des-Prés, le Temple… À l’intérieur des églises, disparaissent le mobilier, les objets liturgiques, les vitraux, les tombaux. Combien de grands hommes, dont Montesquieu, ont leurs cendres jetées à la Seine ou à l’égout.

Ce vandalisme est éga­lement an­timonarchi­que. Com­ment ne pas évoquer la profanation des tombes royales de Saint-Denis et la des­truction des statues des rois sur la façade de Notre-Dame de Paris. Mercier ira jusqu’à de­mander la destruction du château de Versailles ! Ne parlons pas de l’exécution du grand chimiste Lavoisier, même si le mot « la République n’a pas besoin de savants » est probablement apocryphe.

La partie sombre de la Révolution a été longtemps occultée et, avec elle, les œuvres des écrivains qui ont mis en doute les bienfaits de cette révolution. Le Livre noir les réhabilite. Ainsi Blanc de Saint-Bonnet, qui entend prouver que l’erreur et le mal sont à la source de la Révolution, retrouve-t-il toute sa place dans le courant philosophique français. Une place qu’il avait perdue pour avoir écrit : « On s’étonne de la fatalité qui porte la Révolution à répandre le sang. C’est oublier que chez nous, la plupart des crimes sont le résultat de l’envie. La Révolution n’est que l’application sociale de l’envie. »

Jacques Bainville et Pierre Gaxotte, qui ont donné de la Révolution une image si éloignée de la tradition républicaine, furent boycottés dans les milieux universitaires. Cochin, féroce censeur de la Sorbonne, n’a connu que tout récemment un regain d’intérêt. N’a-t-il pas osé montrer comment, à travers les sociétés de pensée, les Lumières du XVIIIe siècle ont engendré les massacres révolutionnaires loin des idées d’égalité et de fraternité. Qui lit Joseph de Maistre malgré les récentes rééditions de ses Considérations sur la France ? Il y prédit en 1796 les conditions de la restauration de la monarchie légitime dix ans plus tard. Et que dire de Rivarol, de Bonald, de Barruel, auteurs à redécouvrir grâce aux contributions savantes et objectives du Livre noir.

Stéphane Giocanti rappelle que cette occultation s’est faite sous une IIIe Ré­publique triomphante où domine l’anticléricalisme et où persiste le souvenir d’une Commune de 1871 inspirée de celle de 1793. Les manuels scolaires des “hussards noirs de la République” visent à noircir l’Ancien Régime et à fixer en 1789 la naissance de la France. La preuve est facile à apporter. Ouvrons le manuel de deuxième an­née d’histoire de France d’Ernest Lavisse à l’usage des élèves de 11 à 13 ans, dans l’édition de 1914. On y lit que « le roi ne connaît que sa volonté, ou, comme il dit, que son bon plaisir. Il dépense à pleines mains ». Voilà qui justifie la chute de la monarchie. Quant aux révolutionnaires, « ils voulurent réformer l’État et entreprendre cette œuvre im­mense où le despotisme fit place à la liberté, les privilèges à l’égalité, les abus de toutes sortes à la justice ». Deux lignes sur les mas­sacres de septembre, rien sur la répression en Vendée. Mais le mot “crime” est employé à propos des exécutions sous la Terreur. L’his­toire officielle de la Révolution est désormais écrite. De là, ce Livre noir. Non qu’il conteste toutes les retombées d’une Révolution que stabilisa Napoléon.

Tout n’est pas négatif – loin de là – dans le bilan que l’on peut dresser en 1815, lorsque est restauré pour la seconde fois Louis XVIII et que semble se fermer la page de la Révolution. Les idées nouvelles – notamment l’égalité – sont consacrées dans le préambule de la Charte, ce à quoi s’était refusé le même Louis XVIII en 1795 dans sa proclamation de Vé­rone. Mais, jusqu’à aujourd’hui, l’histoire de la Révolution française semblait figée dans son moule républicain. Pourtant, comme l’observe le maître d’œuvre du Livre noir, Renaud Escande, « l’Histoire ne s’écrit pas comme la mythologie et son exigence de vérité ne devrait pas s’encombrer de visées utilitaristes », et, osons le mot, idéologiques.

http://www.valeursactuelles.com/public/valeurs-actuelles/html/fr/articles.php?article_id=1730

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31639
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Sam 16 Fév - 12:09

Merci Pim! Very Happy

Non seulement Jean Tulard nous fait là un excellent commentaire de ce livre, mais en plus il nous apprend des choses sur la Terreur

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Sam 16 Fév - 12:16

Je présume que Jean Tulard qui fait partie des co-auteurs a pu lire l'ouvrage depuis avant sa sortie car sinon il serait assez balèze d'avoir parcouru déjà l'ouvrage dont on m'a parlé...et qui est un certain pavé apparemment Wink

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   Lun 18 Fév - 19:45

Ca y est !!!

Ce week-end, j'ai enfin reçu mon exemplaire du Livre noir de la Révolution française !

Il y a tout un chapitre consacré à Marie-Antoinette. Lorsque j'y serai, je vous ferai un petit compte-rendu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le livre noir de la Révolution française   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le livre noir de la Révolution française
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Moniteur de la révolution française (réédition de 1863)
» Révolution française tome 2 - Aux armes citoyens !
» La Révolution française
» Annales Historiques de la Révolution Française
» La Révolution Française ouvrage de Furet et Richet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Bibliographie :: Révolution-
Sauter vers: