Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 13 décembre 1716: Décès de Charles de La Fosse

Aller en bas 
AuteurMessage
yann sinclair

avatar

Nombre de messages : 12621
Age : 60
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 10/01/2016

MessageSujet: 13 décembre 1716: Décès de Charles de La Fosse   Mer 24 Jan - 14:48


Il a 46 ans sur ce portrait de Hyacinthe-Rigaud
http://www.hyacinthe-rigaud.com/catalogue-raisonne-hyacinthe-rigaud/portraits/50-la-fosse-charles-de-1636-1716

Charles de La Fosse par Gaspard Duchange (1707) d'après Hyacinthe Rigaud
Charles de La Fosse

né le 15 juin 1636 à Paris

mort le 13 décembre 1716 à Paris à l'âge de 80 ans

peintre français

Il est considéré par les historiens de l'art comme l'un des peintres français les plus importants vers 1700, avec Antoine Coypel et Jean Jouvenet, assurant la transition entre les XVIIe et XVIIIe siècles.

Biographie

L'élève de Charles Le Brun

Fils d’un joaillier, qui lui vit du goût pour la peinture, La Fosse fut placé par lui à l’école de Le Brun, dont il devint l’un des disciples les plus connus et dont le classicisme l’influença. Les progrès rapides du jeune La Fosse furent tels que Le Brun, en grand observateur, découvrit bientôt, par la singularité de ses premiers essais, ce qu’il deviendrait un jour et présagea dans quelle partie de la peinture il devait paraître avec plus de succès.
Le voyage en Italie (Rome et Venise) (1659-1664)

Charles Le Brun lui fit obtenir une pension de Louis XIV pour aller en Italie en 1662, où il étudia surtout les maîtres dont les ouvrages étaient plus en rapport avec le germe de talent qu’il avait reçu de la nature. Il passa deux ans à Rome et trois à Venise, où il se passionna pour les œuvres du Giorgione, du Titien, des Bassano, de Véronèse, du Le Tintoret, dont il chercha à découvrir les grands principes et les effets qu’ils ont su répandre dans leurs ouvrages. À la vue de leurs œuvres, La Fosse se fit une méthode de couleur et de clair-obscur qu’il mit ensuite en pratique dans toutes ses productions.

Le retour en France


Vénus demandant à Vulcain des armes pour Enée, musée des beaux-arts de Nantes, inv. 630

Ayant appris la peinture à fresque, il revint en France avec une technique presque inconnue jusqu’à lui et il se tourna vers un langage baroque privilégiant les trouvailles chromatiques. Chargé de plusieurs grands ouvrages pour les palais, il fit une rapide fortune et marqua cette époque comme un des peintres les mieux doués de son pays. La Fosse, dont le genre de talent semblait devoir appartenir à l’école vénitienne ou flamande, est celui des artistes du XVIIe siècle, qui, le premier, ait deviné les secrets de l’effet et de la couleur. Peignant indifféremment à l’huile et à fresque, il pourrait, « sans son défaut de proportion dans les figures, la dureté des draperies et l’emphatique de ses compositions, compter comme un maître dans l’art ». Ce peintre était né spécialement pour les grandes machines; c’est dans les dômes, dans les plafonds que brillent surtout ses talents et sa capacité à percer les voûtes et y transporter le soleil dans tout son éclat. De La Fosse est celui de tous les peintres de l’école française qui a le plus de ressemblance avec Véronèse, dont il rappelle le goût dans ses grandes ordonnances.

Des commandes prestigieuses

Le triomphe de Pandore, modello pour le plafond peint pour Louvois pour le cabinet d'angle du rez-de-chaussée du château-vieux de Meudon

Chargé de peindre dix tableaux pour la chapelle des Gonfalons à Lyon; il n’en fit que deux: la Visitation et l’Adoration des Rois. Louis XIV lui commanda quelques toiles pour les châteaux de Trianon et de Marly. Les principales églises de Paris furent aussi décorées des tableaux de La Fosse, qui peignit ensuite à fresque la chapelle du Mariage à l’entrée de l’église Saint-Eustache, pour faire pendant à la chapelle du Baptême, que décorait Mignard avec lequel il entra en lutte. Il représenta Adam et Ève, et le Mariage de la Vierge, peintures dont on vantait le coloris, et qui furent détruites, comme celles de Mignard, lors de la construction du nouveau portail de Saint-Eustache. La Fosse peignit encore à fresque le dôme et le chœur de l’église des religieuses de l’Assomption; mais ce travail fut jugé inférieur à ses précédents ouvrages.

En 1673, l’Académie de peinture le reçut parmi ses membres pour son tableau de l’Enlèvement de Proserpine. En 1699, il devint professeur et recteur de cette Académie, c'est-à-dire son directeur.

Séjour à Londres (1689-1691)

La renommée ayant porté le nom de La Fosse au-delà des frontières, celui-ci visita Londres, où il fut appelé par un amateur distingué, Lord Montaigu, ancien ambassadeur en France, pour y décorer son palais, situé à Bloomsbury, avec James Parmentier. Il passa plus de deux ans en compagnie des décorateurs Jacques Rousseau (1630-1693) et Monnoyer, peignant deux plafonds, l’Apothéose d’Isis et l’Assemblée des Dieux. Charles II en fut si émerveillé qu’il offrit de grands avantages à La Fosse s’il voulait se fixer en Angleterre.
Le décor de l'église royale des Invalides


Dôme de L'hôtel des Invalides Paris par Charles de La Fosse (vue verticale)

Mais Charles Le Brun étant mort, Jules Hardouin-Mansart, qui venait d’achever le dôme des Invalides et était devenu le directeur des travaux ordonnés par Louis XIV, rappela La Fosse auprès de lui, le logea dans sa maison, et lui demanda des esquisses pour la décoration des Invalides. Voulant encore ajouter à la magnificence de ce monument, La Fosse peignit à fresque l’intérieur du dôme. Cochin a gravé d’après lui ces peintures, en 22 planches.

Mansart mourut à son tour en 1708, et La Fosse dut partager avec les Boullogne et Jouvenet les peintures de l’hôtel des Invalides; celle du dôme, où il représente Saint Louis déposant sa couronne et son épée entre les maint de Jésus-Christ, assis au milieu d’une gloire et accompagné de la Vierge fut l’ouvrage capital de La Fosse. Dans les quatre pendentifs, il figura les quatre évangélistes avec leurs attributs et entourés d’anges.
En 1771, Doyen restaura ces peintures fort endommagées par le temps.

Versailles et les résidences princières


Clytie changée en tournesol, huile sur toile, 1688, Grand Trianon

La Fosse peignit en outre sur toile, au château de Versailles, la voûte du chœur de la chapelle, où il représenta la Résurrection; les plafonds de la salle de Diane, représentant l’Arrivée de Jason à Colchos et Alexandre chassant aux lions, et comme dessus de cheminée, le Sacrifice d’Iphigénie; les plafonds de la salle du trône, représentant Auguste faisant construire le port de Misène; Vespasien dirigeant les travaux du Colisée; Coriolan fléchi par les larmes de Véturie sa mère; Alexandre rendant à Parus ses États; au centre, Apollon environné des Saisons et des figures allégoriques de la France, de la Magnanimité et de la Magnificence.

Pour le château de Meudon, La Fosse réalisa plusieurs plafonds peints pour Louvois, ainsi qu'un grand tableau ayant pour thème Coriolan, puis quelques tableaux pour l'appartement du Grand Dauphin.

La Nativité, peint pour Notre-Dame de Paris, musée du Louvre (œuvre de la fin de sa vie)


_________________

👑    👑   👑
king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louis-xvi.over-blog.net/
 
13 décembre 1716: Décès de Charles de La Fosse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Amours des dieux Charles de La Fosse à Nantes
» 28 février 1966 décès de Charles Bassett et Elliot See
» Exposition Charles de la Fosse en 2015
» Ephéméride 2 Décembre......
» Ephéméride 13 Décembre......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Au fil des jours :: 1711-1720 :: Décembre-
Sauter vers: