Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Adélaïde Labille-Guiard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31633
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Adélaïde Labille-Guiard   Mar 22 Déc - 11:57

Adélaïde Labille-Guiard n'avait pas de sujet qui lui était consacrée, elle qui a souvent été dans l'ombre d'Elisabeth Vigée-Lebrun. Et comme elle mérite toute attention particulière je répare cette erreur Very Happy

Cet article m'y a fait pensé, et il présente cette artiste d'une excellente manière :

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/adelaide-67114

"Née le 11 avril 1749 à Paris, Adelaïde est le 8e enfant d’un couple de merciers de la rue Neuve-des-Petits-Champs*. Rien ne la prédispose à la peinture, si ce n’est l’exemple du mari de sa sœur aînée Félicité, le miniaturiste Antoine Gros, futur père avec sa seconde épouse, la pastelliste Pierrette Durant, du célèbre peintre napoléonien Jean-Antoine Gros.


On ne sait pas grand-chose de l’éducation artistique de la jeune Adelaïde, si ce n’est que, dès son adolescence, elle se forme à la miniature avec un maître du genre, François-Élie Vincent. En 1769, la jeune femme ajoute une corde à son arc, le pastel, sous la houlette d’un professeur renommé, Maurice Quentin de La Tour, dont elle suivra l’enseignement jusqu’en 1774, pour la plus grande satisfaction d’un maître dont le caractère difficile et l’exigence sont notoires.


En cette même année 1769, Adelaïde, âgée de vingt ans, épouse Nicolas Guiard, commis auprès du Recteur général du Clergé. Devenue Mme Labille-Guiard et parrainée par François-Élie Vincent, c’est sous ce nom qu’elle est admise au sein de la Communauté des Maîtres peintres et sculpteurs, dite Académie de Saint-Luc. En 1774, elle expose au Salon de l’académie un portrait de magistrat exécuté au pastel qui lui vaut d’emblée d’être comparée à Élisabeth Vigée-Le Brun, plus jeune qu’elle mais déjà bien en cour grâce à la protection de la princesse Louise de Bourbon-Penthièvre, l’épouse du Duc de Chartres. Il est vrai qu’Adelaïde a utilement complété sa formation auprès de François-André Vincent, Prix de Rome et fils de son premier maître.


En 1776, Turgot, dans le cadre d’une réforme centralisatrice visant à réduire le poids des corporatismes, supprime les jurandes (maîtrises d’artisans). Directement touchée par les Décrets de Turgot, l’Académie de Saint-Luc est dissoute. Elle comptait alors une vingtaine d’artistes femmes qui, comme l’écrit l’historienne des arts Marie-Jo Bonnet, « se trouvent désormais devant un vide professionnel ». Privée de cet appui logistique et juridique, Adélaïde n’en mène pas moins avec opiniâtreté une brillante carrière de portraitiste.


Peintre de « Mesdames »…


Le talent reconnu d’Adelaïde Labille-Guiard, comme celui de sa « rivale » Élisabeth Vigée-Le Brun, aurait dû ouvrir aux deux jeunes femmes les portes de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture. Il n’en est rien car cette académie n’admet que 4 femmes sur ses 70 membres, et les conditions d’admission y sont pour le moins opaques. Deux des quatre places féminines s’étant libérées en 1783, c’est une quarantaine de postulantes, venues de l’ex-Académie de Saint-Luc ou exposantes au Salon de la Correspondance, qui font acte de candidature. Au terme de longs débats et de luttes d’influence, Élisabeth Vigée-Le Brun, soutenue par la Reine Marie-Antoinette, et Adelaïde Labille-Guiard, soutenue par « Mesdames » (les tantes du Roi) sont admises le 28 mai au sein de la prestigieuse institution, malgré la publication d’un pamphlet anonyme accusant les deux artistes de vie dissolue. Une nomination qui relancera de plus belle les attaques contre Élisabeth, accusée de gaspillage (tel Gainsbourg, elle aurait brûlé des billets de banque) et de débauche sexuelle, accusations probablement en rapport en rapport avec l’amitié que lui porte une Marie-Antoinette de plus en plus en plus contestée.


Interdites d’enseignement dans les Écoles royales, interdites de concourir au Prix de Rome, interdites d’étude du nu, les femmes peintres restent plus que jamais réduites au portrait. Adelaïde ne l’entend pas de cette oreille, et présente au Salon du Louvre en 1785 son célèbre Autoportrait avec deux élèves dans lequel éclate son talent. Adelaïde Labille-Guiard, en tenue d’apparat, s’y est mise en scène, à son chevalet et palette en main, en compagnie de Melles Capet et Carreaux de Rosemond, debout derrière elle. Comparé aux œuvres masculines qui persistent à reléguer les femmes dans un rôle domestique, ce tableau, ressenti selon Marie-Jo Bonnet comme « un véritable manifeste en faveur de l’enseignement artistique des femmes » marque indiscutablement les esprits.


L’Autoportrait avec deux élèves est en outre remarquable sur deux autres plans : d’une part, Adelaïde y montre l’envers du châssis et met ainsi en lumière le modèle et non l’œuvre en cours de réalisation ; d’autre part, elle se permet une étonnante audace en plaçant délibérément, quatre ans avant la Révolution, la main de Melle Capet, fille de servante, sur la taille de Melle Carreaux de Rosemond, fille d’aristocrate, dans un évident symbole d’égalité.


… Peintre de Robespierre


1787. Adelaïde Labille-Guiard expose au Salon du Louvre les portraits de Mesdames, les trois tantes du Roi. Ce salon la consacre définitivement avec Élisabeth Vigée-Le Brun comme les meilleures portraitistes de leur génération. « Jamais ce genre n’a été porté à un plus haut degré de perfection » écrit un critique avant d’ajouter : « C’est à ces deux femmes qu’on doit cette révolution. »


Une révolution qui, débordant le cadre des arts, descend dans la rue deux ans plus tard. Mesdames parties se réfugier en Italie en 1791, Adelaïde recherche de nouvelles commandes. Tout naturellement, elle peint des députés de l’Assemblée Nationale. Parmi eux, Robespierre et Talleyrand. Après une interruption de son travail durant la Terreur liée à une dépression consécutive à la destruction d’œuvres connotées aristocratiques**, Adelaïde reprend son activité. Divorcée, grâce aux lois de la Révolution, de Nicolas Giuard dont elle était séparée depuis 1779, Adelaïde épouse en 1799 François-André Vincent, son ancien maître et ami d’enfance.


Trois ans après avoir exposé une dernière fois, elle meurt en 1803 à l’âge de 54 ans, probablement navrée de la terrible régression de la condition des artistes femmes, exclues de l’Institut de France qui, en 1795, a remplacé les anciennes académies royales. Par chance, Adelaïde ne verra pas, l’année suivante, la naissance du Code civil de Napoléon qui rend, pour très longtemps, la femme mariée incapable juridiquement et totalement dépendante de son époux.


Longtemps reléguée par les historiens de l’Art dans l’ombre d’Élisabeth Vigée-Le Brun, Adélaïde Labille-Guiard est aujourd’hui fort justement considérée comme l’égale de sa contemporaine. Certains spécialistes lui accordent même de plus grandes qualités artistiques que « sa rivale ». Modeste peintre amateur, je me garderai bien de les départager, et cela d’autant moins que j’éprouve une même et sincère admiration pour le travail de ces deux grandes dames de l’art pictural.


* Dans cette rue (l’actuelle rue des Petits-Champs, 2e arrondissement) tenait également boutique Benoît Binet, le perruquier de Louis XIV. Baptisées « binettes » par la population, les perruques extravagantes qu’il confectionnait pour le Roi-Soleil et les courtisans sont à l’origine de l’expression « avoir une drôle de binette ».


** Adélaïde est notamment contrainte de détruire un grand tableau dans lequel elle s’est déjà beaucoup investie : Réception d’un Chevalier de l’Ordre de Saint-Lazare par Monsieur. Comme son titre l’indique, cette toile rendait hommage au frère du Roi. Inconcevable en 1793 !"

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mar 22 Déc - 12:11

Merci d'avoir fait partager cet article !

J'avoue que je ne la connaissais pas, mais je connaissais une partie de ses œuvres... Je m'en vais consulter les autres que j'aurais raté !


(Ce qui est amusant c'est que j'avais flashé sur l'une des robes d'un de ses tableaux -je met le lien vers une image de l'article- :

Je trouve cette robe "inspiration renaissance" sublime, mais j'ai changé d'avis quant à la faire car je voyais d'avance la moue des reconstituteurs à l'esprit étriqué tout en me disant : "mais c'est quelle époque cette robe ? c'est pas du tout historique !". N'ayant pas envie d'avoir à freiner mes envies de meurtre, j'ai préféré rester dans les standards de l'époque !)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mar 22 Déc - 13:57

Merci pour cette mine d'informations !!!


Y a pas à dire, j'avais déserté le boudoir vraiment trop longtemps !
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31633
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mar 22 Déc - 16:55

Madame Sophie m'impressionne chaque jour

Adélaïde Labille-Guiard a quelque peu subi malgré elle la complicité de Vigée-Lebrun avec Marie-Antoinette ainsi que le talent de Vigée-Lebrun il faut le dire. De ce fait elle n'a certainement pas eu la renommé qu'elle aurait dû avoir, car le talent elle l'avait, il suffit de voir ses œuvres Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mar 22 Déc - 17:39

En effet, Adélaïde Labille-Guiard n'a, de toute évidence, rien à envier à ses collègues contemporains ... si ce n'est la renommée, parce qu'elle maîtrise son art à la perfection . C'est une injustice flagrante que la postérité la méconnaisse à ce point .
Qui connaît son nom aujourd'hui, à part quelques spécialistes de la peinture XVIII ème ??? ...
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31633
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mar 22 Déc - 17:46

A côté de sa collègue et néanmoins concurrente Elisabeth Vigée-Lebrun, est il clair qu'Adélaïde Labille-Guiard est largement moins connue...
Comme la famille royale lui était peu accessible elle s'est plus concentrée sur les princes de sang ou sur d'autres personnalités parisiennes Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31633
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mar 22 Déc - 21:05

Exact, et elle n'avait pas la réputation d'enjoliver Wink

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mar 22 Déc - 21:56

Merci pour ces explications, je trouve ça passionnant ! ("encore, encore !" dirais-je Razz )
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31633
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mar 22 Déc - 22:08

Je n'ai qu'un regret, c'est que Labille-Guiard n'ait pas réalisé de portrait de Marie-Antoinette, car ça aurait été certainement un tableau très réaliste et pertinent, complémentaire par rapport à ceux de Vigée-Lebrun Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mar 22 Déc - 22:50

.


Dernière édition par Madame Sophie le Jeu 24 Mar - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mar 22 Déc - 23:21

.


Dernière édition par Madame Sophie le Jeu 24 Mar - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mar 22 Déc - 23:38

.


Dernière édition par Madame Sophie le Jeu 24 Mar - 17:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 0:00

Adélaïde a flatté Monsieur : il est presque avenant, cet affreux personnage !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 0:02

En effet, Madame Victoire n'est pas gâtée ..............
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 0:09

.


Dernière édition par Madame Sophie le Jeu 24 Mar - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 0:13

.


Dernière édition par Madame Sophie le Jeu 24 Mar - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31633
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 0:32

Merci beaucoup Madame Sophie!

Avec tout ce que vous avez apporté Adélaïde Labille-Guiard a maintenant une place d'honneur sur le Boudoir

Madame Sophie a écrit:
Chou d'amour a écrit:
Je n'ai qu'un regret, c'est que Labille-Guiard n'ait pas réalisé de portrait de Marie-Antoinette, car ça aurait été certainement un tableau très réaliste et pertinent, complémentaire par rapport à ceux de Vigée-Lebrun Very Happy

Oui c'est vrai J'ai eu beau chercher je n'en ai jamais trouvé .

La reine ne voulait pas que Louise-Elisabeth Vigée Lebrun en prenne ombrage , elle ne sollicita donc jamais Adélaïde Labille-Guiard , bien que cette dernière fisse les portraits de toute la famille royale .

Marie-Antoinette avait sa choucoute, qui de plus l'enjolivait à sa convenance (elle était très difficile ), donc elle n'envisageait pas grand monde pour remplacer Vigée-Lebrun Les autres ne sont pas nombreux : Wertmüller (qu'elle n'a pas aimé ), Kucharsky et Dumont...je ne vois qu'eux à priori. Les autres datent d'avant Vigée-Lebrun Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 0:40

.


Dernière édition par Madame Sophie le Jeu 24 Mar - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 2:31

Je viens de livre une biographie sur Madame du Barry. Apparemment elle et Mademoiselle Labille ont vécu ensemble dans leur jeunesse lorsque celle ci n'était pas encore avec Jean du Barry
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 6:30

Je me souviens en effet qu'Adélaïde est issue d'une famille de marchands de Mode et que la demoiselle Bécu a travaillé pour cette maison.
C'est étonnant du coup que l'on n'est pas de portrait de la favorite par son ancienne connaissance...Ou bien pas étonnant...justement... Suspect

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 8:18

Merde alors !
Quel dommage effectivement qu'elle n'ait jamais peint la reine ! c'est même catastrophique pour l'histoire ! Elle peint juste ! quel trait ! quelle patte ! Je la trouve meilleure que Madame LEBRUN !
Je la découvre ! Je ne la connaissais pas du tout !
Génial Madame SOPHIE ! J'ai en plus largement apprécié vos analyses détaillées des tableaux
et j'attends avec impatience d'autres portraits.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 8:43

Madame Sophie a écrit:
Je posterai d'autres portraits d'Adélaide Labille-Guiard de personnages en vue à l'époque Very Happy



Oh ! grand merci !!! Je suis impatiente de les découvrir !!!
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31633
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 10:32

riodelo a écrit:
Je viens de livre une biographie sur Madame du Barry. Apparemment elle et Mademoiselle Labille ont vécu ensemble dans leur jeunesse lorsque celle ci n'était pas encore avec Jean du Barry

Bienvenue sur ce forum riodelo Very Happy

C'est exact j'ai souvenir d'avoir lu cela dans la biographie de Jacques de Saint-Victor Very Happy
Un poil trop tôt pour que Labille-Guiard déploie tout son talent et qu'elle fasse un portrait de la future favorite encore inconnue

Comtesse Diane a écrit:
Merde alors !
Quel dommage effectivement qu'elle n'ait jamais peint la reine ! c'est même catastrophique pour l'histoire ! Elle peint juste ! quel trait ! quelle patte ! Je la trouve meilleure que Madame LEBRUN !
Je la découvre ! Je ne la connaissais pas du tout !

Elle est pourtant connue parmi les artistes de l'époque et elle faisait partie du gratin de la profession (ce qui était bien mérité en effet), mais Vigée-Lebrun lui a pris la vedette Laquelle était la meilleure? Dur à dire honnêtement pour moi elles se valent. Certes Vigée-Lebrun enjolive, mais son trait est tout aussi magnifique Very Happy
Il me semble qu'Adélaïde Labille-Guiard a mal digéré l'entrée de Vigée-Lebrun à l'académie et pas elle

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 14:40

.


Dernière édition par Madame Sophie le Jeu 24 Mar - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39274
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   Mer 23 Déc - 14:47

Je trouve aussi Monsieur très avenant sur ce portrait.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Adélaïde Labille-Guiard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Adélaïde Labille-Guiard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Adélaïde Labille-Guiard, peintre de Mesdames
» Musée Cognacq Jay
» Jean-Pierre Claris de Florian
» La comtesse de Charny (série TV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Images et portraits :: Par artiste :: Les autres-
Sauter vers: