Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 la Baronne Henriette d'Oberkirch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Dim 29 Juil - 15:52

Henriette-Louise de Waldner de Frundstein naquit en 1754, dans le château paternel de Schweighouse en Haute-Alsace.
Elle est fille de Fraoçois-Louis, Baron puis Comte de Waldner , chef du régiment de Bouillon, commandeur de l'ordre de Saint-Jean, chevalier du Mérite miltaire, et de Wilhelmine de Berckheim de Ribeauvillé. Elle appartient ainsi, comme elle le plaît à le souligner à deux des plus anciennes familles nobles d'Alsace.
Elle perd sa mère de bonnez heure. Son père ne se remarie pas et la confie à une tante qui lui donne une solide formation religieuse et morale.Il n'est pas question pour cette jeune luthérienne d'une éducation dans un couvent et c'est à la maison qu'elle acqiert une culture littéraire et artistique tout à fait supérieure à celle que recevaient alors les jeunes filles de son monde.
La jeune Henriette est un parfait exemple de cette éducation harmonieuse. Elle manie les pinceaux avec assez de talent pour réaliser les portraits de ses intimes. Elle touche assez bien du clavecin pour déchiffrer avec plaisir toutes les partitions musicales à la mode. Son goût pour la Littérature est bien décidé; à côté du français et de l'allemand qu'elle possède dès l'enfance, elle a étudié le latin et l'italien suffisament pour pouvoir , dans la même journée , recevoir d'une amie quatre lettres différentes dans les quatre langues! L'anglais ne lui est pas étranger non plus. Toute jeune enfin , elle excelle dans l'art de la conversation qui est le plaisir le plus délicat et le plus apprécié d'une société qui pense toujours, depuis La Bruyère, qu'entre gens bien nés le silence est insupportable et "pire que les discours inutiles".
L'enfance d'Henriette de Waldner avait été une enfance séreuse ; ce n'est qu'à ses quinze ans que son père la présente à la Cour de Montbéliard et qu'elle devient l'amie de la Princesse Dorothée pour laquelle elle va avoir un attachement très vif et durable .
Henriette est de toutes les réceptions. Elle participe à l'âge de seize ans aux fêtes données en l'honneur du passage à Strasbourg de la petite Dauphine Marie-Antoinettez, venue en France pour épouser le successeur de Louis XV et elle partage l'enthousiasme de la foule pour sa future souveraine.
Elle compte en ville de nombreux amis qui n'appartiennet pas forcément à la noblesse et chez lesquelles la société est plus mélangée et par là-même plus amusante.Sa naissance ouvre à cette protestante les salons de l'évêché où le cardinal de Rohan , qui voit en elle "une des trois femmes les plus charmantes de conversation", qu'il connût, lui présente un personnage mystèrieux dont il venait de s'enticher et qui allait faire beaucoup parler de lui, Cagliostro.

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Dim 29 Juil - 16:30

En 1776, elle a vingt-deux ans , en entreprend de la marier au Baron Charles-Siegfried d'Oberkirch, ancien officier, qui devait devenir plus tard stettmeister de la volle de Strasbourg. Il a quarante ans et si sa réputation d'élégance et de courage est bien établie , sa culture est légère et il ne réussira jamais à se défaire complètement de son accent , ce qui devait quelque peu agacer la jeune Henriette.
La voilà donc Baronne d'Oberkirch et bientôt mère d'une fille, Marie, qu'elle va élever passionnément et avec le plus grand soin , d'autant plus que le Baron , qui espérait un héritier, se montre très désappointé de cette naissance.
Les époux vivent en plus ou moins bonne intelligence dans leur hôtel de Strasbourg, rue de la Nuée-Bleue, aujourd'huy disparu.La Baronne est reçue régulièrement à Montbéliard comme la fille de la maison par les Princes de Wurtemberg. Elle partage leurs émotions et leur fierté quand est rendu officiel le mariage de l'"amie de coeur", la Princesse Dorothée, avec le Comte du Nord, le fils de la Grande Catherine, Impératrice de toutes les Russies.
Cette illustre alliance signifie pour les deux amies de jeunesse une séparation qui semble devoir être définifive.Il s'établit dès lors une correspondance qui avait commencé dès l'enfance.Sans doute laz vanité de la Baronne d'Oberkirch trouve-t-elle satisfaction dans cette amitié avec l'épouse du Tsarévitch.
Quand en 1782 on annoce un voyage semi-officiel en France du Comte et de la Comtesse du Nord, Madame d'Oberkirch n'hésite pas à se porter à la rencontre de son amie.Alors commence pour la Baronne d'Oberkirch une nouvelle vie.Désormais son existence va se trouver illuminée par ses séjours à Paris et à Versailles.
Madame d'Oberkirch fait trois voyages à Paris et le plus célèbre reste évidemment le premier, puisqu'à la suite de sa princière amiequi la prend comme dame d'honneur , elle participe à toutes les fêtes données en l'honneur du Comte et de la Comtesses du Nord et les accompagne ensuite en province.
La France est en pleine gloire.A Versailles , Marie-Antoinette règne dans tout l'éclat de Sa beauté; mais Paris p^rend une place prépondérente grâce à ses écrivains et ses philosophes, ses artistes et ses artisans.

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Dim 29 Juil - 18:39

Henriette d'Oberkirch découvre ave enchantement cette France triomphante et ce Paris brillant, capitale incontestée de toute l'Europe.Ses Mémoires montrent bien cette suprématie de Paris et le déclin de Versailles que les grands seigneurs abandonnent de plus en plus pour habiter leurs nouveaux hôtels du faubourg Saint-Germain, suivant l'exemple des Orléans qui, depuis la Régence , n'avaient plus quitté le Palais-Royal. Le Baron et la Baronnes d'Oberkirch s'étaient aussi logés à Paris , comme les Princes russes qui de plus disposaient à Versailles d'un appartement au rez-de-chaussée , sur le parterre de l'Orangerie.
Cependant, il faut bien se montrer à la Cour et Madame d'Oberkirch, comme tant d'autres courtisans, de ministres et d'ambassadeurs , fait souvent ce trajet de Paris à Versailles, si fatigant, avec la complication des toilettes imposées par l'étiquette et la mode, qui rendait les voyages en carosse bien inconfortables.
C'est avec une émotion tremblante que la Baronne approche le couple royal auquel elle ne sera présentée qu'au second voyage , en 1784. Si Louis XVI, timide et passionné de serrurerie , l'étonne et la scandalise un peu, elle est heureuse du moindre mot que lui adresse Marie-Antoinette et le consigne avec dévotion dans son journal. Plus tard, elle sera très fier de voir sa fille Marie danser , à un bal d'enfants , avec le Duc d'Enghien.
Aux fêtes de Paris, les plus belles du siècle, s'ajoutent les réceptions des princes du sang qui rivalisent de faste et de raffinement en l'honneur des altesses impériales qu'ils accueillent chez eux.
Le soir, il y théâtre ou bal , bal masqué de l'Opéra ou bal paré chez la Reine. L'énumération de tous les spectacles auxquels assistent à Paris les visiteurs princiers est stupéfiante et ces spectacles se répétaient à Versailles où à la Comédie-Française, la Comédie-Italienne et même à l'Opéra, se déplaçaient régulièrement , à jour fixe, pour distraire la famille royale et la Cour.

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Dim 29 Juil - 18:54

A côté de ces représentations de gala, Madame d'Oberkirch ne dédaigne pas les spectacles plus populaires et amusants.Aussi curieuse des gens et des choses de l'esprit que de la vie de Cour , elle est partout à l'aise dans les salons parisiens.Elle a beau se dire une "pecque provinciale", elle sait bien qu'elle tient parfaitement sa place dans ces réunions brillantes et spirituelles où elle rencontre des partenaires dignes d'elle, comme l'éblouissant causeur qu'est le Prince de Ligne dont la formation bilingue peut si bien être comparée à la sienne.
Ses jugement , souvent rapides, peuvent être superficiels, mais ils sont presque toujours justes.L'esprit de Genève n'a point ses sympathies et elle est impitoyable pour les Necker qui en sont un produit.Elle se moque de la naïveté ey de la vanité du ministre et fait ressortir, presque avec cruauté, le côté petit-bourgeois et bas-bleu de son épouse.
A deux reprises, Henriette revient à Paris, en 1784 et en 1786, avec plus de fantaisie et de liberté, elle retrouve la capitale , ses monuments, ses théâtres, ses salons et aussi les derniers faits divers et les scandales du jour : les ascensions de ballon, les grandes banqueroutes, l'affaire du Collier.
A Versailles, Marie-Antoinette l'accueille toujours avec la même bienveillance , en souvenir de son amitié avec la grande-Duchesse de Russie qui ne voyage plus car à Saint-Petersbourg les naissances se succèdent...

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Dim 29 Juil - 19:48

S'il n'y a pas de mysticisme chez Henriette d'Oberkirch, il existe en revanche chez elle, un goût du mystère et un penchant pour les sciences occultes qui est bien de son temps. A Strasbourg, Cagliostro lui inspire une méfiance insurmontable ; elle subit cependant la fascination du mage , s'étonne de sa science du passé et rapporte avec crainte certaines de ses prédictions.
A Paris, en compagnie de la Duchesse de Bourbon, elle donne à plein dans les séances de somnambulisme où elle est tour à tour spectatrice ou actrice.
Le baquet de Mesmer et le système du magnétiseur n'ont point de secret pour elle.
Elle reprendra ses expériences à Strasbourg jusqu'à la veille de la révolution, notamment avec le Marquis de Puységur, adepte fervent de Cagliostro et de Mesmer.
C'est en 1789, en Alsace, où elle demeurera jusqu'à sa mort en 1803, soit à Strasbourg, soit dans sa propriété de Stotzheim, que Madam d'Oberkirch commence à rédiger ses Mémoires. Pour cette femme de trente-cinq ans qui se penche ainsi sur son passé, la vie s'est terminée avec l'Ancien Régime agonisant.
Nous ne savons rien par elle de la révolution en Alsace., ni des épreuves personnelles qu'elle endure : séparations, ruines, mort tragique de tant d'êtres qu'elle a aimés ou approchés ; pour elle-même une arrestation, puis une incarcération qui aurait pu mal finir, sans l'intervention de sa fille qui parvient à attendrir le représentant Foussedoire et obtient sa libération.
La mésentente entre les époux, latente depuis longtemps , s'aggrave au point que Henriette envisage un divorce que la révolution aurait rendu possible mais que la mort du mari ,en 1797, rend inutile.
Sa fille fait un beau mariage ,en épousant Louis de Bernard de Montbrison, distingué et cultivé ,qui deviendra, sous l'Empire, recteur de l'Université de Strasbourg.
Leur fils est le premier éditeur des Mémoires de sa grand-mère ; il avoue avoir pris la liberté d'y faire quelques coupures.Ils nous révèlent pourtant une femme témoin de l'ensemble de ce que son époque fut.
Une lecture à ne pas oublier de faire car elle est pasionnément instructive ! Very Happy

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Jeu 7 Mai - 1:12

Portrait de mauvaise qualité, mais portrait quand même de la Baronne d'Oberkirch :


Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39454
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Jeu 7 Mai - 7:25

Merci, Majesté. J'ignore pourquoi, je ne parviens pas à trouver cette personne sympathique...

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Jeu 7 Mai - 9:02

Les mémoires de la baronne sont très très intéressantes, au même titre que celles de Mme de Boigne, toutes deux n'épargnent pas grand'monde.
J'ai eu aussi un peu de mal à la trouver sympathique en refermant le livre qu'il faut lire; Majesté a raison ! car quel personnage !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Jeu 7 Mai - 9:33

Et, au moins, ce ne sont pas des apocryphes, comme tant d'autres ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Jeu 7 Mai - 9:45

C'est certain ! sans être ni trop "pro" ni trop "anti", on est pas toujours d'accord, on peut se dire qu'écrire parfois longtemps après peut modifier les souvenirs, mais ces témoignages sont ,j'imagine, assez fidèles à leurs auteurs, pas neutre, mais ,disons, plus justes que de nombreux autres c'est vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Jeu 7 Mai - 9:54

... et tellement vivants, tellement "sur le vif " !!!!!! Quelle saveur !!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Jeu 7 Mai - 13:30

C'est un personnage qui m'est plutôt sympathique. Je la trouve très Alsacienne ! tout en pudeur et en réserve. Ce qui ne l'empêche pas de d'écrire ce qu'elle pense. De plus l'affection et le rang qu'occupe la Comtesse du Nord, l'oblige à beaucoup de discernement, de respect, et d'étiquette. J'avais absolument adoré l'épisode ou elle narre le moment ou la Reine lui demande de lui faire voir de plus prés son bracelet et que Mme d'Oberkirch l'enlève et le pose délicatement sur le revers d'un éventail car on ne pouvait rien présenter de main à main à la Souveraine. Quelle élégance. Aujourd'hui pour un simple 3 carats on vous mets la bague sous les yeux sur des doigts parfois boudinés.


Mr de Talaru
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31671
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Jeu 7 Mai - 19:15

J'ai ses mémoires en stock chez moi depuis longtemps, il faut vraiment que je les lise

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Jeu 7 Mar - 1:55

Les Mémoires de la Baronne d'Oberkirch :

A lire ici http://books.google.fr/books?id=kck_AAAAcAAJ&printsec=frontcover&dq=Baronne+d'Oberkirch&hl=fr&sa=X&ei=B-Q3UcXOGsm_PPKSgYAN&ved=0CFYQuwUwAw#v=onepage&q&f=false

Et ici http://books.google.fr/books?id=AMdCAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=Baronne+d'Oberkirch&hl=fr&sa=X&ei=B-Q3UcXOGsm_PPKSgYAN&ved=0CEIQuwUwAA#v=onepage&q&f=false

J'aime cette personne, très Alsacienne, fière et authentique. De plus, elle n'écrit pas pour chercher à se faire valoir ou pour flatter mais pour elle-même. Voilà pourquoi ces mémoires sont d'abord le témoignage le plus vrai sur cette époque. Elle écrit ce qu'elle a vu ou ce qu'on lui a raconté, sans chercher à enjoliver la vérité.

Elle me plait bien, moi, cette baronne d'Oberkirch.

En plus, je lui trouve un certain charme.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   Lun 13 Mai - 22:46

J'aime beaucoup cette bonne baronne d'Oberkirch, ses mémoires sont une mine quand à la manière de vivre en ce temps. Et si je partage avec elle un angélisme qui fait voir tous le monde beau, intelligent, bon et honnête, je suis bien obliger de reconnaître qu'elle pousse la discipline dans ses retranchements !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la Baronne Henriette d'Oberkirch   

Revenir en haut Aller en bas
 
la Baronne Henriette d'Oberkirch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Baronne Henriette d'Oberkirch
» l'oraison funèbre d'Henriette d'Angleterre, p 443-444 du manuel Hatier
» Règles du Savoir-Vivre dans la Société Moderne par la Baronne Staffe: rapports avec les professeurs
» Henriette Campan
» La baronne de Korff

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Marie-Antoinette et ses contemporains :: Ses relations amicales-
Sauter vers: