Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La médecine des Lumières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La médecine des Lumières   Dim 31 Jan - 19:35

Parmi les sciences qui progressent au siècle des lumières, n'oublions pas la médecine. LOUIS XV lui-même s'y intéressa et fît en sorte de perfectionner les études des médecins, afin de les distinguer des vulgaires barbiers de village.
C'est l'époque de l'inoculation, ancêtre de la vaccination. Le procédé est déjà bien établi : on pratique une incision sur l'avant-bras pour y injecter un petit peu de la maladie, puis on laisse l'organisme réagir et produire ses défenses naturelles. Le britannique JENNER perfectionnera le système à la fin du siècle, entrant dans l'Histoire. L'inoculation se pratiquait abondamment chez les chinois, les turcs et certains pays d'Europe, surtout contre la vérole (la VARIOLE) qui faisait des ravages. La fameuse maladie qui tue ou défigure (MIRABEAU en savait quelque chose)...
Malgré tout, même dans les pays où elle était courante, l'inoculation engendrait la méfiance et certains la refusaient. Ainsi, le sultan ABDUL-HAMID avait refusé d'y soumettre sa famille et il perdît ainsi trois de ses enfants. Un de ses successeurs, SELIM, garda des marques sur le visage et le corps.
En FRANCE, l'Eglise était farouchement contre, trouvant satanique le procédé de délibérément contaminer un organisme sain, d'y introduire le mal. Ailleurs, on sait qu'il en allait autrement. MARIE ANTOINETTE Elle-même fût inoculée et ainsi protégée.
La médecine progresse indiscutablement à cette époque : on commence à percer certains secrets du diabète, LAVOISIER découvre les mystères de la respiration et du sang (avant lui, on croyait que l'air pénétrait le sang et circulait ainsi dans l'organisme pour le vivifier), on commence à utiliser la digitale pour soutenir le coeur, l'arsenic liquide contre l'anémie, on prend l'habitude de tâter le pouls, on comprend que la fièvre est une réaction de défense naturelle de l'organisme...
L'accouchement devient plus profitable à la mère et l'enfant. Dans certains hôpitaux parisiens, on utilise des mannequins de bois articulés pour "entraîner" les praticiens.
Malgré tout, il y a encore beaucoup à faire : les maladies vénériennes font des ravages, il n'y a pas d'anesthésie, on cautérise au fer rouge, l'hygiène est souvent absente, le bain est un événement encore exceptionnel...
Sans parler de la redoutable saignée, beaucoup trop commune, destinée à faire tomber la fièvre et purger le corps de ses humeurs...
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31671
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Dim 31 Jan - 19:54

Vous avez raison Calonne, la médecine est une science de plus qui a explosé durant le XVIIIème siècle Very Happy
Je ne m'y connais pas vraiment mais une fois encore je suis sûr que Madame Sophie maîtrise

Il est de toute façon assez évident que le XVIIIème siècle a été le début des grandes avancées scientifiques en série. Depuis on ne s'est pas arrêté

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: LA MEDECINE DES LUMIERES   Dim 31 Jan - 20:30

Personellement, je pense que le plus difficile, à l'époque, était l'absence d'anésthésiant. On connaîssait le LAUDANUM, depuis le XVI ème siècle, grâce à PARACELSE. On l'utilisait mêlé à du sucre, sous forme liquide le plus souvent. On parlait alors de SIROP D'OPIUM. Efficace pour endormir les petites douleurs, il était par contre insuffisant pour une opération chirurgicale. De plus, on ignorait ses effets de dépendance...
Il faudra attendre 1804 et la découverte de la MORPHINE (de MORPHEE, dieu du sommeil et des rêves). Et encore, cette substance ne sera véritablement efficace qu'en 1850, avec la création de la SERINGUE A AIGUILLE CREUSE.
Malgré ces progrès, le siècle des lumières restait attaché à certains remèdes bizarres ou à de sottes superstitions.
L'époque se pencha aussi sur la CONTRACEPTION. C'est la grande mode des "petites éponges" : une minuscule éponge, enduite d'une crème spéciale (ou d'un méchant vinaigre, pour le bas de gamme) et munie d'une ficelle. La dame plaçait la petite éponge dans son intimité avant une "visite". Ensuite, on tirait sur la ficelle pour ravoir la petite éponge... et les enfants du visiteur avec...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Dim 31 Jan - 20:37

CALONNE a écrit:
Personellement, je pense que le plus difficile, à l'époque, était l'absence d'anésthésiant. On connaîssait le LAUDANUM, depuis le XVI ème siècle, grâce à PARACELSE. On l'utilisait mêlé à du sucre, sous forme liquide le plus souvent. On parlait alors de SIROP D'OPIUM. Efficace pour endormir les petites douleurs, il était par contre insuffisant pour une opération chirurgicale. De plus, on ignorait ses effets de dépendance...
..


Oui ! Nous avons beaucoup parlé du laudanum dans le sujet de la mort de Mme de Polignac . La pauvrette en a été assommée, achevée ! Sad

Bouhhh ..... Vous pouvez vous garder vos petites éponges anti-dynastiques !!! sans façon ....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: LA MEDECINE DES LUMIERES   Dim 31 Jan - 21:11

Désolé pour le coup des "petites éponges", mais bon, à l'époque, il n'y avait guère que ce moyen, moins horrible que la "faiseuse d'anges", convenez-en...
Dans ce domaine, les égyptiens antiques furent des précurseurs : un papyrus égyptien de 1850 av JC parle d'un "ovule" de graisse et d'excréments de crocodile, enduit d'huile d'olive et introduit dans l'intimité comme moyen contraceptif. Rien de nouveau sous le soleil...
Pour rire un peu, une superstition du XVIIIème, en matière de contraceptif : on croyait que faire sauter la femme d'une table 100 fois, les bras en l'air, évitait une grossesse. Si, si, c'est vrai ! Vous imaginez la scène ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Dim 31 Jan - 21:29

Les bras en l'air, je ne vois pas pourquoi; mais sauter à répétition, de haut, c'est une recette qui avait cours jusqu'au XXème ...
Et ça pouvait marcher parfois .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Dim 31 Jan - 22:46

En fait , la médecine à l'ancienne était friande de poudres de perlimpinpin en tous genres, sans parler des talismans et autres incantations à l'efficacité imparable !
Ce que les charlatans de tous poils allaient inventer, c'est fou ! Relis Molière ... study
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Lun 1 Fév - 0:46

J'ai posté sur le fil Les Princes du Malheur les progrès de l'obstétrique comme Monsieur Delorme le souligne dans son livre et je donne la référence du livre sur la Méthode de Madame de Coudray.
Chou, ce serait peut-être intéressant de reposter ici ce que j'ai écrit sur l'autre fil, je ne sais pas trop. Qu'en pensez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Lun 1 Fév - 9:13

Ayant appris que j'allais en faire l'expérience (    ) , j'avais posté un petit dossier sur l'opération de la cataracte, dans le sujet  la comtesse de Sabran .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Lun 1 Fév - 9:47

CALONNE a écrit:
Personellement, je pense que le plus difficile, à l'époque, était l'absence d'anésthésiant. .


C'était un gros problème pour les chirurgiens obligés, à cause de la douleur infligée au patient, d'opérer très vite ! La rapidité, justesse, efficacité de son geste, faisait sa réputation et sa gloire .
Alors, comment atténuer la sensibilité du malade ??? eh bien, au moyen de drogues diverses . Au Moyen Age, on imprégnait une éponge d'un mélange fait de chanvre indien, jusquiame, cigüe, opium et mandragore .
Avant d'opérer, le chirurgien appliquait cette éponge humidifiée sur le nez et la bouche du patient . Les alcaloïdes agissaient .
Malheureusement, trop souvent, des erreurs de dosage expédiaient le malade les pieds outre ! C'est pourquoi, dès la Renaissance, on renonce à ce mode d'anesthésiant pour préférer des tisanes plus ou moins efficaces ( plutôt moins que plus ! )
Il y avait aussi la très classique forte rasade de gnole pour assommer le malheureux .......

C'est vers la fin du XVIIIème qu'a lieu, de façon complètement inopinée, la première anesthésie :
Un chimiste a découvert le protoxyde d'azote ou gaz hilarant qui, jusqu'alors, n'a pas d'autre usage que de déclencher le rire sur les trétaux de foire ...
Il paraît que quelqu'un venant de se faire arracher une dent l'ayant respiré, déclare in petto que, pfffuittt !!!!, la douleur a soudain disparu comme par miracle !
On doute, on s'étonne, on vérifie, on recommence l'expérience et l'on ne sait pas encore que la première anesthésie vient d'avoir lieu .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Lun 1 Fév - 14:37

CALONNE a écrit:

L'époque se pencha aussi sur la CONTRACEPTION. C'est la grande mode des "petites éponges" : une minuscule éponge, enduite d'une crème spéciale (ou d'un méchant vinaigre, pour le bas de gamme) et munie d'une ficelle. La dame plaçait la petite éponge dans son intimité avant une "visite". Ensuite, on tirait sur la ficelle pour ravoir la petite éponge... et les enfants du visiteur avec...

Cette éponge était un pessaire de laine imprégné de vin avant le rapport .
Vous n'arrivez pas, Madame, à mettre la main sur votre petite éponge et Monsieur se fait tendre ?  Oindre Monsieur  avec du jus d'oignon rendra le rapport assurément stérile !
Longue comme un jour sans pain était la liste des remèdes de bonne-femme, ingrédients propres à assurer l'anticonception : asperge en amulette, coloquinte, bryonne, poix, grenade, sang, cérumen d'oreilles d'animaux, avant ou après le gros calin, ou encore le goudron ... pendant !!! 


Citation :
on prend l'habitude de tâter le pouls, on comprend que la fièvre est une réaction de défense naturelle de l'organisme...
    ..

Dans les anciens traités médicaux, on appelait l'étude des fièvres pyrétologie, une science qui donnait lieu à une multitude de spéculations des plus  hasardeuses .
M. Hunauld, conseiller-médecin ordinaire de Louis XV écrivait, en 1747, que les fièvres malignes provenaient de quelques exhalaisons échappées du fond de la terre, de vents apportant un air corrompu, de tombeaux ouverts avec cadavres en pourriture ( dans les églises où le sol est bouleversé par la pose de nouveaux cercueils, d'astres malfaisants ...
Les fièvres domestiques, plus bénignes, naissaient de nos entrailles .

Jusqu'à la fin du XVIIIème , on pensera que la fièvre est une maladie en soi .
Sydenham affirmait que le sang renfermait les cinq principes suivants : l'esprit, le souffre, le sel, la terre et l'eau . L'effervescence anarchique de ces principes provoquait la fièvre, mouvement salutaire imprimé au sang par la nature pour le débarrasser des matières morbifiques qui l'altèrent, ce que vous disiez, cher Calonne .

Remède souverain contre la fièvre : l'araignée !
La pauvre bestiole est alors utilisée écrasée sur un linge fin posé en compresse sur le front et les tempes, ou bien suspendue au cou du malade enfermée dans une coque de noix, ou bien encore macérée dans un bocal puis infusée dans une tisane ............ miam miam ...

Mais, suivant le principe : Plus on tire de l'eau croupie d'un puits et plus il en revient de bonne,  rien ne vaut une bonne saignée , comme voici :



Notez dans la main droite de la patiente le petit bâton qu'on lui demande de faire tourner, parce que le mouvement des doigts hâte la sortie du sang.
A droite de la patiente,  un aide tient un verre et une fiole de vin dont le malade maintenait une gorgée dans sa bouche jusqu'à la fin de l'opération .
Agenouillé, prêt à intervenir si besoin, un apothicaire brandit son inévitable clystère ......
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Lun 1 Fév - 16:32

Euh ... je n'ose comprendre ...

Mais bon, puisque nous voilà revenus à ces petites éponges, j'ajoute qu'existait un autre type d'éponge anticonceptionnelle : c'était un pessaire de chou ( !!! ) à introduire sitôt après les galipettes .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Lun 1 Fév - 17:37

A l'époque qui nous occupe tant, outre-Manche, nos voisins anglais s'interrogent sur la participation indispensable et l'utilité de l'homme dans la conception !
Voyez plutôt :

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Lun 1 Fév - 17:43

Est-ce franchement étonnant, quand on pense que la médecine est encore tellement empirique qu'elle se base sur le savoir des anciens, lesquels se basaient sur les astres, les climats, les divinités, les esprits perturbateurs ......

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Lun 1 Fév - 17:47

...... et même le zodiaque !!!

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Lun 1 Fév - 17:58

Citation :
Mais bon, puisque nous voilà revenus à ces petites éponges, j'ajoute qu'existait un autre type d'éponge anticonceptionnelle : c'était un pessaire de chou ( !!! ) à introduire sitôt après les galipettes .
Était-ce donc pour faire naître les enfants dans les choux...?
je présume alors que les pétales de rose devaient être aussi utiles  

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31671
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Lun 1 Fév - 20:13

Je me demande comment les médecins de l'époque faisaient tous ces tests, enfin je préfère ne pas savoir

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Sam 6 Fév - 10:15

Quand on parle médecine du XVIIIème, on pense à un moment ou un autre à Messmer et son fameux baquet qui fit tant de bruit , à la Cour comme à la ville ......
Messmer était médecin diplômé de la faculté de Vienne . Il réussit , dit-on, à guérir une jeune-fille tourmentée de crises douloureuses, au moyen d'un aimant . Le succès lui amenant une nombreuse clientèle, pour simplifier son système, il employa ses mains directement pour des attouchements tout aussi efficaces . Il expliquait sa méthode par l'action du magnétisme animal mais rencontra alors tellement de détracteurs qu'il résolut d'aller exercer ses talents à Paris .

La foule parisienne se pressant dans son antichambre, il ne pouvait faire face à la demande et eut l'idée d'envoyer son fluide en série . Il inventa le baquet rempli d'une eau qu'il magnétisait, autour duquel ses patients s'asseyaient par terre, reliés par des cordes attachées à des tiges de fer plantées dans l'eau magnétique ..................... Rolling Eyes

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Sam 6 Fév - 10:28

Cette illustration est parfaitement recomposée dans Jefferson à Paris de James Ivory Very Happy

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Sam 6 Fév - 11:16

Le décor du salon de soins était feutré, dans une pénombre savamment traversée d'éclats de lumière. Ces séances duraient des heures . Les patients angoissés, fatigués, s'excitaient, avaient parfois des crises qualifiées d'hystérie, ce qui renforçait l'idée de l'efficacité du remède . Et pour rendre l'atmosphère encore plus impressionnante, Messmer faisait couvrir toute l'agitation collective par un petit orchestre. On raconte que lorsque les malades étaient jeunes et jolies, il les " magnétisaient " directement sans passer par le baquet . Il se faisait aider par des " valets toucheurs " .

( Suzanne Jacques-Marin : Médecines curieuses d'autrefois )
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31671
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Sam 6 Fév - 11:22

Ce serait le début des magnétiseurs?

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Sam 6 Fév - 11:24

Quoi ça y'en a être au juste que les magnétiseurs ???
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Sam 6 Fév - 11:39

Voici l'objet !

Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31671
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Sam 6 Fév - 12:34

Intéressant merci  
Sacrée machine  
Citation :

Quoi ça y'en a être au juste que les magnétiseurs ???

Ceux qui prétendent guérir par le magnétisme  Very Happy
Je me souviens que mon prof d'économie nous avait dit qu'il était magnétiseur, alors qu'avec deux de mes camarades nous lui avions rendu comme travail de recherche une étude sur l'ésotérisme et son commerce  

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   Sam 6 Fév - 12:36

Esotérisme et magnétisme vont de paire ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La médecine des Lumières   

Revenir en haut Aller en bas
 
La médecine des Lumières
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Médecine des Lumières
» Vidéo ovni: Lumières de Phoenix (13 mars 1997)
» [Salon]Faculté de médecine de Rabat, et autres villes.
» le mauvais coté de la fac de médecine
» 2010: Le 15/10 - Des lumières mystérieuses à East El Paso, (même forme triangulaire qu'à Londres et Manhattan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Contexte social et économique :: Les sciences-
Sauter vers: