Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Felix VICQ D'AZYR : médecin de Marie Antoinette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39360
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Felix VICQ D'AZYR : médecin de Marie Antoinette   Sam 21 Nov - 14:03

cecile a écrit:
pimprenelle a écrit:
Clio met cela au pluriel. Et Yaguel Didier expliquait cette souffrance, elle, par l'inactivité forcée de la prison. D'autre part, Antonia Fraser rappelle que l'hydropisie était présente dans les gènes de Marie Antoinette. L'ensemble donne bien des raisons d'avoir les jambes enflées, malheureusement...

au fait avez -vous lu ce bouquin de Yaguel Didier ?
que faut-il en penser ?
( peut-être y a -t-il une rubrique consacrée à ce livre mais je ne l'ai pas trouvée....
En fait, Cécile, des commentaires sur le livre de cette medium ont été dispatchés dans différents sujets. En voici la liste.

Je serai moins sévère que Majesté, j'ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture, notamment en voyant confirmées certaines réflexions que je m'étais faites au fil du temps. Le meilleur morceau concerne à mon avis Marie Thérèse, dont Madame Didier cerne la puissante et protéiforme personnalité. En revanche, quelques erreurs sur Madame de Polignac. Là, la voyante est passée à côté de son sujet...

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31659
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Felix VICQ D'AZYR : médecin de Marie Antoinette   Sam 21 Nov - 17:32

clioxviii a écrit:
parce que Felix y est né

Ah ok, ça peut expliquer

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Felix VICQ D'AZYR : médecin de Marie Antoinette   Dim 22 Nov - 19:11

Encore merci pour les références au sujet du livre de Y.Didier, j'y "vois plus clair"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Felix VICQ D'AZYR : médecin de Marie Antoinette   Jeu 18 Mar - 10:46

A écouter sur Canal Académie, l'auteur de l'ouvrage
"Félix Vicq d’Azyr, médecin de Marie-Antoinette",
Yves Pouliquen de l’Académie françaiseEntretien avec l’auteur:

http://www.canalacademie.com/ida5242-Felix-Vicq-d-Azyr-medecin-de-Marie.html


Qualifié en son temps de "Buffon de la médecine", pour ses qualités scientifiques, Félix Vicq d’Azyr fut le médecin de Marie-Antoinette. Il fut également le deuxième médecin membre de l’Académie française et l’un des personnages les plus importants du XVIII e siècle. Yves Pouliquen de l’Académie française s’est intéressé à ce prédécesseur qui « s’imposa tel un météore » dans le monde scientifique des Lumières et qui vécut de très près la Révolution française. Rencontre avec l’auteur de cette biographie éclairante.




Félix Vicq d’Azyr, médecin membre de l’Académie française (1748-1794)


Félix Vicq d’Azyr fut considéré en son temps comme un génie de la médecine. Mais aux yeux Yves Pouliquen, il est une figure trop oubliée par l’histoire. Médecin et membre de l’auguste Académie comme lui, Yves Pouliquen souhaitait depuis longtemps rétablir cette injustice du temps.
Yves Pouliquen de l’Académie française, le 12 novembre 2009, Institut de France
© Canal Académie



Avant de s’orienter vers la médecine, Vicq d’Azyr s’est intéressé à la philosophie et à la théologie. Sous la pression de son père, la médecine finalement l’emporta. D’emblée, jeune homme, Félix Vicq d’Azyr, par son ambition scientifique et sa vocation se distingua des autres étudiants. Très tôt remarqué par ses maîtres, dès son arrivée à Paris (originaire de Valognes), curieux de tout, il étudie les mathématiques, la physique, la chimie, y compris et surtout, l’anatomie dont il a une vision globale. Une démarche tout à fait originale pour l’époque. Il est un des premiers à s’intéresser au système nerveux et au cerveau. A 23 ans, il s’est fixé tout un programme pensant qu’on peut expliquer l’âme et la pensée par l’anatomie. Jeune il est déjà remarquable par cette ambition et entre à l’Académie royale des sciences en 1774. La rédaction extrêmement claire de son traité d’anatomie avec des schémas et tout le vocabulaire afférent, est un modèle du genre. L’œuvre est en cours de ré-impression aujourd’hui. Génie scientifique, l’homme était aussi séducteur. Ses talents d’orateur et de pédagogue en faisaient une "vedette" auprès de ses étudiants.


Le lire est un plaisir nous dit Yves Pouliquen qui fait de cet esprit représentatif de l’Encyclopédie un pré-évolutionniste, un pré-lamarckien et un pré-darwinien. Ses contemporains et confrères, Turgot, Malesherbes, Condorcet appréciaient son intelligence et sa rigueur au point de pousser le roi à lui confier en 1776 une mission de toute importance : l’arrêt d’une épizootie sévère qui toucha le sud-ouest du royaume. Ses initiatives pour arrêter la maladie, ses idées pour traiter le bétail abattu et les cuirs des bêtes contaminées lui valurent de stopper l’épizootie à l’âge de 24 ans. Yves Pouliquen montre comment cet homme brillant fut en quelque sorte le précurseur de la santé publique. S’il eut le privilège de la reconnaissance, il fut tout autant jalousé par ses confrères de la faculté de médecine.


Occuper la chaire d’Anatomie à la faculté vétérinaire de Maison Alfort, ne l’empêchait pas de participer à l’Encyclopédie et de mener une vie mondaine.


Il voulut entrer à l’Académie française où il se présenta deux fois avant d’y être élu en 1788, au fauteuil de Buffon dont il fit un très bel éloge. Il est le deuxième médecin, 150 ans après la création de l’Académie et après Marin Cureau de La Chambre. Vicq d’Azyr, amateur de la langue et médecin y avait sa place. Ensuite une dizaine de médecins sont entrés à l’Académie et seulement deux chirurgiens Henri Mondor et Yves Pouliquen.


Sous la Révolution, médecin en premier de la reine, il est tout d’abord favorable à cette révolution. Il modifie largement l’enseignement de la médecine et croit sincèrement en l’avènement d’une monarchie constitutionnelle. Trop proche du pouvoir, trop familier de l’entourage royal, il joue double-jeu, peut-être par naïveté. "Les événements politiques lui échappent un peu" dit Yves Pouliquen. En 1793, après les massacres de septembre, il se réfugie à Valognes et essaie de se faire oublier. Après la mort du roi, il revient à Paris se croyant protégé par Fourcroy qui l’implique dans des commissions d’arts, puis dans la récolte du salpêtre dans les caves des établissements parisiens, dont il est nommé commissaire. Il échappe à la Terreur et meurt d’une tuberculose ancienne après l’exécution de Bailly dont la disparition l’affecta particulièrement. Loin de l’image du potentat et du séducteur qu’il fut sous l’Ancien régime, Vicq d’Azyr mit tout son génie et ses dernières forces dans cette période trouble et risquée pour sa vie, à survivre. Au contraire de Condorcet, Yves Pouliquen écrit : « il va opportunément se glisser dans le sillage de ses plus ardents ennemis et jouer sa survie autant que son honneur. »


Extrait : Mais la maladie, sournoise Parques, était là en cette chaude après-midi de juin, insensible à l’art des hommes, pour décider de la fin de celui qui avait tant craint qu’elle fût d’une autre nature, de celle que l’on imposait atrocement aux innocents qui, au moment où il rendait l’âme en son lit, se couchaient l’un après l’autre sur l’ignoble machine, à la grande satisfaction de ceux dont les cris sauvages montaient dans le ciel de Paris.


Dernière édition par cecile le Jeu 18 Mar - 11:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Felix VICQ D'AZYR : médecin de Marie Antoinette   Jeu 18 Mar - 10:49

Sa rue , à Paris, est perpendiculaire au boulevard de la Villette !
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39360
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Felix VICQ D'AZYR : médecin de Marie Antoinette   Mer 23 Avr - 11:17

C'est un 23 avril qu'était né Vicq d'Azyr, le médecin de Marie Antoinette. A l'occasion de cet anniversaire est paru un article que je vous copie ici de peur qu'il ne disparaisse jamais de la toile.  Very Happy 


Le futur médecin de Marie-Antoinette est né en 1743 à Valognes, dans la Manche. Après avoir hésité à rentrer dans les ordres, Félix Vicq d’Azyr se tourna – sous la pression de son père lui-même médecin – vers la médecine. Monté à Paris en 1765, il est très vite remarqué par ses professeurs et notamment Antoine Petit, titulaire de la chaire d’anatomie du Jardin des Plantes qui le choisit pour lui succéder. Mais à la suite d’intrigues – et le choix d’Antoine Petit n’ayant pas été confirmé par Buffon –, la chaire du Jardin royal est finalement confiée à Antoine Portal qui avait pour lui d’être déjà membre de l’Académie des Sciences.

Nullement abattu, Vicq d’Azyr se décide à donner des cours particuliers d’anatomie où il se propose d’éclairer l’anatomie et la physiologie humaines par la comparaison des mêmes organes et des mêmes fonctions chez les animaux, conception éminemment philosophique qu’il reproduit dans son Encyclopédie méthodique.

Une mission couronnée de succès sur l’épizootie

Victime d’une hémoptisie alors qu’il a 25 ans, Vicq d’Azyr se retire un temps dans sa Normandie natale. Quand il revient guéri en 1775 à Paris, Turgot le charge d’aller surveiller une terrible épidémie d’épizootie qui fait rage dans tout le Midi de la France. Il publie ses observations sous le titre « Exposé des moyens curatifs et préservatifs qui peuvent être employés contre les maladies pestilentielles des bêtes à corne ». Sa mission étant couronnée de succès il decide de créer une société pour l’étude des maladies épidémiques qui après sa rencontre avec François de Lassonne, premier médecin du roi Louis XVI, va devenir la Société Royale de médecine. Celle-ci, outré l’étude des maladies épidémiques et des eaux minerales va bientôt s’intéresser à toutes les spécialités médicales ainsi qu’à l”hygiène publique, un domaine largement négligé jusqu’alors.

La creation de cette Société royale de Medicine est vue d’un mauvais œil par la Faculté guère ravie de voir s’épanouir une institution rivale. Grâce à Vicq d’Azyr et à sa Société, la médecine va désormais s’intéresser à la santé publique : mesures à prendre par la population en cas d’épidémie ou d’épizootie, réglementation des exhumations, vente des medicaments… Le Conseil d’Etat demandera ainsi à Vicq d’Azyr d’élaborer un questionnaire sur les épidémies destiné à être envoyé aux médecins de province.

Académien français en 1788

Elu à l’Académie française en 1788 au siège de Buffon. Il est le premier médecin fait académicien par le suffrage de l’Académie elle-même. Il était aussi devenu le médecin personnel de la reine Marie-Antoinette et la survenue de la Révolution le fait vivre dans les transes mais il échappæ à l’échafaud révolutionnaire, grâce notamment à la protection de Robespierre.

De remarquables travaux sur le cerveau

Ayant contracté une affection pulmonaire aiguë lors de la Fête de l’Etre Supreme le 20 Prairial an II, Felix Vicq d’Azyr meurt le 20 juin 1794, laissant aussi le souvenir d’un grand précurseurs de l’anatomie comparée. Il fut ainsi parmi les premiers à utiliser les sections coronales du cerveau et à employer l’alcool afin de faciliter la dissection. S’intéressant particulièrment au cerveau, Vicq d’Azyr a donné, en 1786, une description du locus coeruleus et de la bande de Vicq-d'Azyr, un système de fibres situé entre la couche granulaire externe et la couche pyramidale externe du cortex cérébral, ainsi que du faisceau mamillo-thalamique qui porte son nom.

Réformateur de l’enseignement médical

Enfin, Felix Vicq d’Azyr fut aussi un pionnier en matière de réforme de l’enseignement medical proposant, en 1790, avec ses Réflexions, dans le nouveau plan de constitution, pour l'enseignement de l'art de guérir en France, pronant un enseignement complet réunissant la médecine, la chirurgie et la pharmacie. Il souhaitait aussi que le français se substitue au latin, que les examens soient plus difficiles et que les professeurs soient nommés au concours. Toutes mesures qui commenceront à se réaliser en 1798 quand la Faculté de Médecine et la Société royale de Médecine, le Collège et l'Académie de Chirurgie fusionneront.

- See more at: http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2014/04/23/naissance-de-felix-vicq-dazyr-_241086#sthash.1sAtb9Yr.dpuf

http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2014/04/23/naissance-de-felix-vicq-dazyr-_241086

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Felix VICQ D'AZYR : médecin de Marie Antoinette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Felix VICQ D'AZYR : médecin de Marie Antoinette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette
» MARIE ANTOINETTE
» Marie-Antoinette à ArtParis
» Exposition Marie Antoinette en 2008 au Grand Palais
» La Reine Marie -Antoinette.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Marie-Antoinette et ses contemporains :: Ses relations amicales-
Sauter vers: