Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Dim 18 Avr - 15:10

MARIE ANTOINETTE a écrit:
Madame DU BARRY est bien dans une des fosses communes du Cimetière de la Madeleine parmi d'autres guillotinés
il y a les morts de la place Louis XV au moment du mariage, les suisses pour le 10 Août 1792 et les charrettes !!!!!

Par contre le roi était dans un "trou" spécial et la Reine dans un autre "trou" on ne peut dire "fosse" étant donné qu'il s'agissait d'une simple tombe, mais les corps mis en terre n'étaient pas dans un cercueil fermé.

Il y a des livres sur le sujet et un détail..... les célèbres GIRAULT DE COURSAC précisent dans un texte - à votre disposition - que le roi ne serait pas à ST DENIS, mais encore sous la chapelle Expiatoire construite après le transfert des corps.

Connaissant leurs qualités, on est tenté de les croire.... lors de la recherche des corps... on a bien trouvé la Reine, mais le temps pressait, et on ne trouvait pas, semble-t-il le corps du Roi - on aurait pris un corps nu dans la fosse la plus proche alors que le roi a été enterré "Habillé"...... CURIEUX !!!!!!


MARIE ANTOINETTE

J'ai retrouvé en écho à cette précision de MARIE ANTOINETTE, donné dans le sujet de La Du Barry, l'article écrit par les Girault de Coursac dans le bulletin N° 13 de l'association Louis XVI de l'année 1992 :

le voici dans son intégralité – pour vos beaux yeux   ...Pour s'enfoncer dans une ambiance polar...Après le mystère Louis XVII , la Comtesse des ténèbres...le Roi sans corps...:







« Où est Louis XVI ?




La question semble très simple : son corps, enterré le jour de sa mort au cimetière de la Madeleine de la Ville L'Evêque, a été exhumé au début de la Restauration, en même temps que celui de Marie Antoinette ; tous deux reposent dans la crypte de l'ancienne basilique abbatiale, maintenant cathédrale de Saint Denis.

Portant, à y regarder de près, on est amené à réviser de confortables certitudes.




Inhumation




Le 21 janvier 1793 au petit matin, un prêtre nommé Benoît Leduc, fils naturel de Louis XV, avait présenté une pétition à al Convention. Avec une audace que n'avaient eu aucun des cousins du roi, terrés chacun dans leur palais, le duc de Penthièvre et le prince de Condé, Benoît Leduc demandait que lui soit remis le corps du Roi, pour le déposer « à côté de son père », dans le caveau de la cathédrale de Sens qui renferme les corps de son père le dauphin, fils de Louis XV et de sa mère Marie Josèphe de Saxe. Presque miraculeusement, nul ne songe à faire arrêter Benoît Leduc.

Mais l'Assemblée saisit cette occasion de s'occuper de la sépulture du tyran.

On lit dans le procès verbal de la séance du jour :




« un membre a demandé que le Conseil exécutif soit chargé de faire inhumer le corps de Louis Capet dans le lieu ordinaire destiné aux inhumations de la section dans l'étendue de laquelle il sera supplicié. Cette proposition est décrétée. »(A.N. Af.II, 3).




Le Conseil exécutif et le Département avaient devancé les intentions des députés puisque d'après le procès verbal d'inhumation, ils avaient donné leurs ordres au citoyen Picavez, curé constitutionnel de la paroisse de la Madeleine. (A.N. CC853).




Le lieu « ordinaire » désigné par le décret de la Convention est un terrain de peu d'étendue et de forme irrégulière, situé entre la rue d'Anjou et de la rue de la Pologne. Il a été découpé dans le vaste jardin du couvent des religieuses bénédictines,enclos de murs et converti à l'usage de cimetière lors du terrible accident qui a marqué les fêtes parisiennes du mariage du dauphin futur Louis XVI et de Marie Antoinette. Les 133 victimes de la bousculade lors du feu d'artifice sur la place Louis XV, ont été enterrées dans une fosse creusée près de la rue de Pologne.




Depuis la Révolution, le cimetière accueille les condamnés à mort. Une autre fosse, à peu près au milieu du terrain, a reçu quatre ecclésiastiques et les quelques 500 Suisses massacrés le 10 août pour avoir obéi aux ordres de Roederer et défendu le château vide, « la maison devant laquelle vous êtes placés ».




Le matin du 21 janvier, Lebblanc et Dubois, administrateurs du Département, sont allés vers 9 heures chercher le citoyen Picavez et ses deux vicaires, Damoreau et Renard pour se rendre au cimetière où tout a été préparé.




« Peu après », écrivent Leblanc et Dubois, « a été déposé dans ledit cimetière par un détachement de gendarmerie à pied, le cadavre de Louis Capet, que nous avons reconnu entier dans tous ses membres, la tête étant séparée du tronc. Nous avons remarqué que les cheveux su derrière de la tête étaient coupés, et que le cadavre était sans cravate, sans habit et sans souliers. Du reste, il était vêtu d'une chemise, d'une veste piquée en forme de gilet, d'une culotte de drap gris et d'une paire de bas de soie gris. Ainsi vêtu, il a été déposé dans une bière, laquelle a été descendue dans la fosse, qui a été recouverte à l'instant. Et le tout a été disposé et exécuté d'une manière conforme aux ordres donnés par le Conseil exécutif provisoire de la République française. (id.)




tout le reste, les larmes de Piicavez et de Renard, la musique jouant des « airs républicains », le flot de « peuple égaré », les prières récitées, les détails saugrenus : « la figure n'était pas décolorée (?!), ses traits étaient restés les mêmes (?!) et les yeux ouverts semblaient encore reprocher à ses juges l'attentat inouï dont ils venaient de se rendre coupables » tout cela est le fruit de l'imagination de Renard premier vicaire de la Madeleine, qui n'est plus citoyen , mais qui est désireux de se faire bien voir du nouveau pouvoir.




Un peu de travail de police




Louis XVI a donc été placé dans un cercueil léger, sans couvercle. Contrairement à une habitude prise au moins depuis le 10 août, son corps n'a pas été dévêtu. Il avait quitté son habit et sa cravate avant de monter sur l'échafaud et le bourreau, comme il le fait toujours, lui a pris ses souliers. Il porte encore ses autres vêtements, en étoffes d'excellente qualité et d'une grande solidité : de la toile de lin pour la chemise, un épais jersey de soie grise pour les bas, pour la calotte, du casimir gris, « étoffe de laine croisée, fine et légère », (Littré) ; pour la veste, un matériau particulièrement résistant : le piqué de Marseille, « étoffe de coton faite de deux tissus appliqués l'un contre l'autre, et unis par des points rangés en losanges ». Les losanges en questions de ce vêtement d'hiver ( qui joue le rôle de nos pull-overs) sont rembourrés selon l'usage marseillais, de cocons de vers à soie. La culotte est serrée aux genoux par des boucles de métal peut-être en acier, plus probablement en or.




Louis XVI, qui de son propre aveu (discours aux fédérés du Béarn en 1790), ne porte jamais de bagues, portait cependant deux anneaux en or très simples. Le matin de sa mort, il la remis à Cléry son anneau de mariage pour que le valet de chambre le porte à la Reine. (A.N. Af II3), mais il a gardé à son doigt l'anneau du sacre.




Un certain nombre d'éléments devraient permettre de l'identifier facilement. Louis XVI n'avait que 38 ans au moment de sa mort, et son âge devrait pouvoir être déterminé par un chirurgien un peu expérimenté. Il était très grand, tenant en cela comme sous d'autres rapports de sa famille maternelle ; d'après le plan du manteau du sacre ( A.N. K 163 ), il mesurait au moins 1 m 87 , plus probablement 1m 91. Cette taille, considérée comme élevée même de nos jours, était inhabituelle en France à la fin du XVIIIème siècle, et il bien fait, bien proportionné et très musclé, ce qu'on peut reconnaître même sur un squelette.

A cause de son habitude de boire de l'eau additionnée de jus de citron, il avait eu plusieurs « fluxions », dues à des caries du collet. Son dentiste, un très habile praticien, désapprouvait l'arrachage de dents et traitait les cavités en les obturant à la feuille d'or. [ note: après avoir fraisé la cavité, le dentiste l'obture par martellement d'une série de feuilles d'or collées, ayant la propriété de se souder à elle -même.]

Enfin, au moment de l'inhumation, il portait encore l'anneau du sacre. Ses mains liées ayant gonflé par arrêt partiel de la circulation du sang, on n'aurait pu lui enlever cet anneau qu'en lui coupant le doigt, chose difficile, en présence de si nombreux témoins.

Par ailleurs, les ordres du Conseil exécutif étaient de préparer une fosse de 9 pieds de profondeur ( la profondeur légale imposée par Louis XVI lui-même était de 6 pieds) c'est à dire de 2m 92. Le cercueil a été déposé sur un épais lit de chaux et la fosse ensuite comblée de terre.

Pour comprendre ce qui va suivre, il faut garder ces détails présents à la mémoire.




L'exhumation de 1815




En 1814, au moment de son retour en France « dans les fourgons de l'étranger », Louis XVIII sentait le besoin de faire oublier aux Français son action pendant l'émigration. Il avait déjà beaucoup utilisé dans cette vue sa nièce madame Royale, duchesse d'Angoulême, l ' »orpheline du Temple », la « fille de Louis XVI ». une exhumation solennelle de Louis XVI et de Marie Antoinette, suivie du transfert solennel de leurs restes à Saint Denis, ne pouvait manquer d'avoir une grande valeur de propagande.

Certes, on avait enterré depuis, beaucoup de monde au cimetière de la Madeleine, qui avait servi de fosse commune pour les victimes d'exécutions capitales jusqu'au 24 mars 1794. [ à partir du 25 mars, on utilise le cimetière des Errancis à la barrière de Monceau et un jardin couvert dans le Vème arrondissement].




Mais un ancien avocat , le citoyen Desclozeaux, qui habitait rue d'Anjou, la maison voisine du cimetière, avait noté non seulement l'emplacement de la tombe du Roi, mais aussi celui de la tombe de la Reine. La grande Terreur une fois passée, il s'était rendu acquéreur de l'enclos, l'avait décoré de charmilles et avait planté des saules pleureurs à l'endroit présumé de chacune des deux tombes. De plus le vicaire Renard pouvait encore à peu près localiser l'endroit où avait été enterré le Roi.




Après une enquête auprès de Desclozeaux, de son gendre Danjou, du vicaire Renard, du juge de paix du 1er arrondissement et de son greffier qui avaient assisté à l'inhumation du Roi, les travaux d'exhumation commencent le 18 janvier 1815, en présence du Grand Chancelier de France, d'Ambray, de l'aumônier de la duchesse d'Angoulême, Monseigneur de la Fare, du bailli de Crussol, du duc de Blacas, de Desclozeaux, de Paujon, de Renard, et d'un chirurgien de Louis XVIII, le docteur Distel. [ le décalage de près de 8 mois entre l'enquête et l'exhumation s'explique par les Cent Jours].




Les recherches commencent par la tombe de la Reine, afin, disent-ils, d'arriver plus sûrement à découvrir celui (le corps) de S.M. Le Roi Louis XVI, que nous avions lieu de croire plus près du mur du cimetière, du côté de la rue d'Anjou saint Honoré ».




Après avoir fait faire par des ouvriers, du nombre desquels était un témoin de l'inhumation de la Reine, une découverte de terre de 10 pieds de longueur sur 8 de largeur et de 8 de profondeur, nous avons rencontré un lit de chaux de 1à à 11 pouces (25 à 28cm) d'épaisseur, que nous avons fait enlever avec beaucoup de précaution, et sous lequel nous avons trouvé l'empreinte bien distincte d'une bière de 5, 5 pieds de longueur.




« Ladite empreinte , tracée au milieu d'un lit de chaux et le long de laquelle se trouvaient plusieurs débris de planches encore intacts, nous avons trouvé dans cette bière un grand nombre d'ossements de femme, que nous avons soigneusement recueillis ; il en manquait cependant quelques uns qui, sans doute, étaient déjà réduits en poussière, mais nous avons trouvé la tête entière, déplacée, et plus près de l'autre extrémité du corps ; la position où elle était placée, indiquait d'une manière incontestable qu'elle avait été détachée du tronc ; nous nous avons trouvé également quelques débris de vêtements de femme et notamment deux jarretières élastiques assez bien conservées, que nous avons retirées pour être portées à S.M. (Louis XVIII), ainsi que deux débris du cercueil ». (G. Lenôtre, p. cit.; p. 409 sq)




Donc pour Marie Antoinette, pas de problème : on la trouve à l'emplacement désigné par Desclozeaux et Daujou, dans un cercueil entre deux lits de chaux , comme prévu. Elle non plus n'a pas été dévêtue avant d'être enterrée – contrairement aux autres morts de la Révolution -. Bien qu'exécutée le 16 octobre 1793, elle n'a été inhumée que le 1er novembre suivant, et pourtant la chaux a conservé en partie les minces vêtements de la pauvre jeune femme, et surtout les deux jarretières, deux objets de petites dimensions en épais tricot (le caoutchouc n'était pas encore utilisé !)

On notera cependant que le docteur Distel ne s'est pas préoccupé ni de l'âge du cadavre (Marie Antoinette allait avoir 38 ans), ni de l'état de sa dentition : nous savons par les rapports de l'ambassadeur d'Autriche, que le dentiste de Vienne lui avait gâté la bouche « en lui arrachant trop de dents » , et notamment de dents de devant.




Un Cadavre en fuite




Les ennuis commencent avec « la recherche des restes de S.M. Louis XVI ». Ils ont beau suivre les indications des témoins , creuser jusqu'à 12 pieds de profondeur « entre la place où le corps de la Reine avait été trouvé et le mur du cimetière sur la rue d'Anjou », la nuit les « oblige » à arrêter la fouille entreprise. (G. Lenôtre, p. 411)

Le lendemain 19 janvier 1815, à 8 heures et demi du matin, le travail recommence et cette fois, ils mettent au jour une trouvaille inexplicable si l'on se réfère au procès verbal d'inhumation et à celui de l'enquête de 1814 :

« Lesdits ouvriers ont ouvert en notre présence une tranchée de 9 pieds , un peu au – dessus de la tombe de S.M. La Reine, et plus près du mur du côté de la rue d'Anjou. Nous avons découvert à la dite profondeur quelques terres mêlées de beaucoup de chaux et quelques minces débris de planches, signe indicatif d'un cercueil de bois. Nous avons fait continuer la fouille avec plus de précaution encore, mais au lieu de trouver un lit de chaux pure comme autour du cercueil de la Reine, nous avons reconnu que la terre et la chaux étaient mêlées à dessein, en telle sorte cependant que la chaux dominait beaucoup dans ce mélange, mais n'avait pas la même consistance que celle trouvée dans nos opérations d'hier ». (G. Lenôtre, p. 412sq.)




D'après le fossoyeur et plombeur de cercueil Barbier (son rapport est à la B.N.), la fouille a été continuée latéralement le 18, et on avait approché des grandes fosses des morts de la Révolution. Mais la suite est encore plus extraordinaire :

« C'est au milieu de cette chaux et de cette terre que nous avons trouvé les ossements d'un corps d'homme, dont plusieurs , entièrement corrodés étaient prêts de tomber en poussière. La tête ,couverte de chaux se trouvait placée au milieu des os des jambes, circonstances qui nous a paru d'autant plus remarquable (?) que cette situation était indiquée comme celle de la tête de Louis XVI dans l'enquête faite le 12 mai 1814 » (Lenôtre op. Cit. p. 413)




Il y a mieux encore:

« Nous avons recherché soigneusement s'il ne restait aucune trace de vêtements, sans pouvoir en découvrir, sans doute parce que la quantité de chaux était beaucoup plus considérable, avait produit plus d'effet (?). Nous avons recueilli tous les restes que nous avons pu retrouver dans cet amas confus, de chaux, d'ossements et nous les avons réunis dans un grand drap préparé à cet effet , ainsi que plusieurs morceaux de chaux encore entiers adhérents aux os ». (G. Lenôtre o. cit. p. 213sq)




Enfin les commissaires désignés par Louis XVIII ont continué à « faire creuser à 25 pieds de distance jusqu'aux 12 pieds de terre pour chercher s'il n'existait pas de lit de chaux complet qui nous indiquât une autre sépulture du Roi ».




Le fossoyeur Barbier, homme de l'art, a précisé qu'à l'endroit où l'on a découvert le corps présumé de Louis XVI, commençait une des grandes fosses des morts et qu'on apercevait les premiers squelettes mêlés à la chaux. Le brave homme, cherchant à concilier ce qu'il voit avec ce qu'on lui a dit qu'il faut croire, explique tout, en supposant que les révolutionnaires ont rouvert la tombe du Roi quelques temps après l'inhumation pour détruire plus sûrement le corps en ajoutant encore de la chaux. Il a cru qu'on avait voulu mêler ce corps à ceux de la fosse voisine.

Il n'en reste pas moins que ce corps n'était pas à l'emplacement prévu et que les morts ne vont pas rendre visite à leurs voisins par leurs propres moyens, et il n'y a pas lieu de s'étonner des doutes qui ont poussé le Grand Chancelier et ses collègues à faire continuer les recherches pendant une grande partie de la journée du 19 janvier 1815.




Le mystère reste entier




On aura remarqué la différence des deux trouvailles. Pour la Reine, inhumée pourtant après être restée exposée 15 jours à l'air et aux intempéries, et déjà en état de de composition, on a trouvé le squelette entre deux lits de chaux, bien complet et avec le squelette, des cheveux, des débris de vêtements, un bas et deux jarretières en bon état de conservation (cf. Rapport de Barbier), le tout à l'emplacement noté par Desclozeaux et son gendre. Ceci n'a rien d'étonnant : l'enveloppement dans la chaux était l'embaumement à bon marché chez les égyptiens. A Rome, les catacombes ont livré des corps de martyrs ainsi déposés, avec des débris assez considérables de leur linceul en toile de lin. LA chaux vive se combien en effet très bien avec les liquides du corps pour former autour de lui une coque de chaux étriate et les os et les étoffes se conservent bien ainsi protégés à l'abri de l'air et des insectes. [le phénomène se produit quelque soit la quantité de chaux employée].




Pour Louis XVI inhumé de la même façon mais tout au plus une heure après sa mort on ne trouve que quelques ossements corrodés, mêlés intimement à un amas confus à la terre et à la chaux. Alors que ses vêtements étaient d'une qualité autrement solide que ceux de la Reine, on n'en trouve pas la moindre trace, comme s'il avait été enterré nu. Malgré des doutes parfaitement justifiés, on ne se livre à aucune vérification et le chirurgien de Louis XVIII se contente de dire qu'il s'agit d'un corps d'homme. La position de la tête semble une preuve suffisante, et personne ne songe à cette tête soit « couverte de chaux », pas plus qu'on ne s'étonne de l'absence de l'anneau du sacre.




En réalité et malgré les apparences, c'est le fossoyeur et plombeur de cercueils qui a raison, même s'il se trompe sur l'interprétation des faits.

Louis XVIII a besoin du corps de Louis XVI et il en a besoin tout de suite. Une grande cérémonie a été préparée ; o n a prévu un long défilé de Paris à Saint Denis, une pompe funèbre, la réouverture solennelle du caveau des rois de France vidé par la Révolution ; une messe de Requiem a été commandée à Cherubini, le musicien en vogue ; on lira en chaire le testament du Roi ; il y aura une oraison funèbre ; le tout pour le 21 janvier. D'où l'exhumation ordonnée pour le 18. Mais Louis XVI manque à l'appel.

Les fossoyeurs n'ont trouvé que de la terre mêlée à de la chaux : quelqu'un est déjà passé par là. Heureusement rien n'est si commun dans ce terrible cimetière qu'un corps d'homme décapité, déposé en terre la tête ente les jambes. N'importe quel guillotiné fera l'affaire pourvu qu'on n'y regarde pas de trop près.

Et les amis des serviteurs de Louis XVI n'y regarderont pas de trop près : le Grand Chancelier, Blacas, Monseigneur de La Fare, le Prince de Poix qui s'est joint à eux, jacobin de la première heure devenu agent des princes. Les fossoyeurs n'oseront pas mette en doute la parole de personnes aussi considérables. Desclozeaux, son gendre, le vicaire Renard n'iraient pas risquer de perdre les récompenses qu'on leur a promises.




Quant au docteur Distel, la curiosité scientifique n'est manifestement pas son fort. Il n'y a que l'état du cadavre qui gêne. En effet, quand on déposait en terre les victimes de la guillotine, on les

déposait après les avoir « dépouillées » dans une grande fosse qu'on ne fermait que lorsqu'elle était comble, en arrosant chaque cadavre de quelques pelletées de chaux vive. La chaux ayant déjà rongé les chairs de ceux des rangées supérieures, attaquait de nouveau les squelettes de la rangée inférieure : il n'y en avait pas assez pour former la coque protectrice dont il es t question. En un mot, Louis XVI a été exhumé après son inhumation, d'où le mélange de terre et de chaux avec quelques débris de cercueil.




Mais à Louis XVIII, il fallait un cadavre : celui de Marie Antoinette ne suffisait pas à une époque où vivaient encore tant de parisiens qui avaient été « idolâtres de leur Roi », pour reprendre l'expression du conventionnel Salles. Alors on a pris le premier cadavre venu dans la première fosses rencontrée : d'où l'absence totale de vêtements ; d'où la corrosion excessive des os et les « morceaux de chaux entiers adhérents aux os », signe qu'après le dépôt avec assez peu de chaux, de la nouvelle chaux est tombée, attaquant de nouveau le corps déjà réduit à l'état de squelette ; d'où l'empressement des envoyés de Louis XVIII à attacher une valeur de preuve à la position de la tête , alors que tous les décapités étaient enterrés la tête entre les jambes !




Et c'est ce mort anonyme, placé dans un cercueil de plomb avec une plaque d'argent doré, qui va être promené de la rue d'Anjou à la basilique Saint Denis entre deux haies formées par la garnison de paris, le crêpe au bras, suivi par huit carrosses de la Cour et par les ducs d'Angoulême et de Berry, encadré par les gendarmes, l'infanterie et les grenadiers et voltigeurs, le canon tonnant de minute en minute. (cf. Lenôtre, p. 422sq.)

Mais bizarrement, en arrivant sur le boulevard, la couronne qui surmontait le « char funèbre » accrochée par un réverbère, serait tombée et se serait brisée sur le pavé. [ mais l'histoire est sans doute trop jolie pour être vraie]

C'est ce mort anonyme qui repose maintenant dans le caveau muré sous napoléon III, puis restauré au début de ce siècle.




En ce qui concerne Louis XVI, nul ne sait qui a ouvert la tombe et enlevé le corps. En histoire, il faut savoir avouer qu'on ne sait pas . Ce qui est certain, c'est que Louis XVIII, certainement informé dans la nuit du 18 au 19 janvier 1815, a dû se dire que le frère qu'il avait tant jalousé, tant contribué à pousser à l'échafaud, trouvait le moyen de le contrecarrer encore, 22ans après sa

mort !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Dim 18 Avr - 15:32

Merci beaucoup chère Cécile.

On voit une fois de plus de quelle façon Louis XVIII estimait son frère.

Croyez-vous possible qu'on puisse un jour faire des analyses ADN sur le corps qui repose à Saint-Denis ? La famille de Saxe existe-t-elle encore ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Dim 18 Avr - 15:45

Peut-être cela est-il possible mais si ce n'est pas le bon corps, on n'avance pas beaucoup, l'ADN ne pouvant que prouver la tromperie sur le corps...

Si le corps de Saint Denis est un illustre anonyme (pas de vêtements retrouvés, pas d'anneau du sacre, mauvais endroit des fouilles, corrosion intense des ossements etc...), on peut toujours faire un moulage ensuite de la tête pour retrouver les traits du visage de l'inconnu (comme on a fait pour Louis XI enterré dans l'église ND de Cléry...)

Soit le corps du Roi a vraiment été enlevé - mais cela me paraît extraordinaire :
en pleine nuit, avec le risque de la surveillance policière les jours qui ont suivi l'exécution/ le transport aléatoire dans les rues dans une voiture à cheval et le risque d'être arrêté/ les fuites qui auraient forcément eu lieu de la part de l'un ou l'autre des protagonistes (au moins deux voire trois voleurs de corps potentiels sont nécessaires pour l'opération..). Seul Batz aurait pu vouloir tenter un coup pareil, mais il n'a jamais rien revendiqué de tel !

Peut-être les fossoyeurs n'ont pas trouvé le bon endroit ( à quelques mètres d'eux si ça se trouve) à cause d' un affaissement de terrain qui aurait déporté/ enfoncé en profondeur le corps un peu plus loin qu'à l'origine...Et il est toujours en place sous le square actuel....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Dim 18 Avr - 16:02

A vrai dire que le corps reposant à Saint-Denis soit ou non celui de Louis XVI importe peu. On peut se dire qu'il est un symbole des morts de la Révolution et comme tel a une place légitime dans ce sanctuaire royal, tout autant victime de la Révolution. Après le soldat inconnu, le guillotiné inconnu!

Si Louis XVI est encore dans le square qui porte son nom, tant mieux, puisqu'il s'agit d'un de mes endroits favoris de Paris.
J'imagine mal aussi des voleurs de corps entre le 21 janvier 1793 et la Restauration. Il aurait fallu beaucoup de discrétion et de cran et cet acte aurait bien été revendiqué un jour ou l'autre.

Mais je ne dirais pas non à des fouilles poussées, tant à Saint-Denis qu'au square Louis XVI.
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Dim 18 Avr - 17:29

Merci Cécile, cet article fait un très bon bilan de cette affaire
Encore un mystère de l'histoire qui subsiste

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39894
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Dim 18 Avr - 22:35

cecile a écrit:
Peut-être les fossoyeurs n'ont pas trouvé le bon endroit ( à quelques mètres d'eux si ça se trouve) à cause d' un affaissement de terrain qui aurait déporté/ enfoncé en profondeur le corps un peu plus loin qu'à l'origine...Et il est toujours en place sous le square actuel....
C'est tout le bien que je souhaite à ce cher Louis ! Il est bien mieux dans ce charmant petit square qui porte son nom que sous la sinistre dalle de Saint Denis.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Dim 18 Avr - 22:42

Exactement!

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Dim 18 Avr - 22:46

pimprenelle a écrit:
cecile a écrit:
Peut-être les fossoyeurs n'ont pas trouvé le bon endroit ( à quelques mètres d'eux si ça se trouve) à cause d' un affaissement de terrain qui aurait déporté/ enfoncé en profondeur le corps un peu plus loin qu'à l'origine...Et il est toujours en place sous le square actuel....
C'est tout le bien que je souhaite à ce cher Louis ! Il est bien mieux dans ce charmant petit square qui porte son nom que sous la sinistre dalle de Saint Denis.


Oui, mais songe que c'est peut-être Egalité qui y repose auprès de Marie-Antoinette !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Dim 18 Avr - 22:56

Oh non! Ce serait affreux!
Il l'emm...ait encore dans son sommeil éternel. Mais telle que je la connais, elle ne lui adresserait même pas la parole! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39894
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Dim 18 Avr - 23:05

pimprenelle a écrit:
cecile a écrit:
Peut-être les fossoyeurs n'ont pas trouvé le bon endroit ( à quelques mètres d'eux si ça se trouve) à cause d' un affaissement de terrain qui aurait déporté/ enfoncé en profondeur le corps un peu plus loin qu'à l'origine...Et il est toujours en place sous le square actuel....
C'est tout le bien que je souhaite à ce cher Louis ! Il est bien mieux dans ce charmant petit square qui porte son nom que sous la sinistre dalle de Saint Denis.
Si tant est que c'est Marie Antoinette...

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Dim 18 Avr - 23:24

Mais c'est elle puisque Chateaubriand a reconnu son sourire !Very Happy

Sérieusement, je ne suis pas loin de penser comme vous. Retrouver deux cadavres, même si les seuls soi-disant restés habiller, parmi des milliers d'autres, la plupart la tête tranchée, ça me semble suspect.
Et l'on sait bien que les Girault de Coursac ne pousseront pas leur analyse jusqu'à Marie-Antoinette. Elle ne le mérite pas à leurs yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 10:17

pimprenelle a écrit:
pimprenelle a écrit:
cecile a écrit:
Peut-être les fossoyeurs n'ont pas trouvé le bon endroit ( à quelques mètres d'eux si ça se trouve) à cause d' un affaissement de terrain qui aurait déporté/ enfoncé en profondeur le corps un peu plus loin qu'à l'origine...Et il est toujours en place sous le square actuel....
C'est tout le bien que je souhaite à ce cher Louis ! Il est bien mieux dans ce charmant petit square qui porte son nom que sous la sinistre dalle de Saint Denis.
Si tant est que c'est Marie Antoinette...

Si ça se trouve, ils sont tous les deux dans le petit square bucolique, à profiter de ce temps radieux ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 13:03

Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39894
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 14:42

C'est bien ce que j'espère...

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Où est le corps du Roi   Lun 19 Avr - 16:37

J'ai lu les textes originaux de la "translation" et des recherches , mais il faut bien accepter que la Reine soit à ST DENIS car à l'ouverture de la fosse on a retrouvé outre le chef des os et des restes de vêtements dont une jarretière et des bas de filoselle - gros bas de religieuses d'hiver donnés par les Sœurs de ST VINCENT DE PAUL de la paroisse ST ROCH.

Malgré la plantation de deux arbres sur les fosses, l'emplacement du roi était plus difficile à trouver et on n'avait pas le temps de faire des recherches archéologiques !!!!!


Je pense sincèrement que le Roi se trouve dans la chapelle expiatoire au sous-sol sous l'autel, ce qui serait sa place en qualité de souverain des autres sacrifiés de la place royale et des suisses du 10 Août.

A ST DENIS il y a quelques temps le sol de la crypte où se trouve les tombes bourbon supportait des fuites d'eau....
J'ai évoqué avec Monsieur DE BAUFFREMONT et JACQUES CHARLES GAFFIOT la possibilité d'ouvrir le monument du Roi et de faire une recherche ADN

Monsieur DE BAUFFREMONT est devenu tout blanc et JACQUES CHARLES GAFFIOT m'a répliqué violemment " vous n'allez pas lancer cette idée !!!!!"


J'aime bien lancer des bouteilles à la mer de l'histoire et Vous qu'en pensez-vous ????????


Amicalement MARIE ANTOINETTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 16:51

Vous aviez bien raison de demander! Mais pourquoi cette idée déplaît à ces messieurs ? Par respect du corps qui repose ?
C'est un peu limite comme argument, un cadavre reste un cadavre, ce n'est pas la personne elle-même. On a agi sans scrupules pour les momies égyptiennes mais que voulez-vous, ce ne sont pas nos rois.
Si on l'a fait pour un coeur, pourquoi pas pour un corps entier ?
Le corps d'Agnès Sorel a bien aussi été décortiqué et tant mieux car la recherche historique peut ainsi avancer grâce aux découvertes scientifiques.
Or l'impact d'Agnès Sorel pour notre histoire est quand même moindre que celui de Louis XVI.

J'ai l'amour le plus profond qui soit pour ce roi et comme pour Marie-Antoinette, je n'hésiterais pas une seule seconde à faire passer leur corps devant des scientifiques, si grâce à leur expertise, on peut apprendre des nouvelles données.
Et j'irai plus loin : pourquoi ne pas faire à partir de leur squelette des mannequins de cire comme il a été fait pour un squelette retrouvé de l'expédition La Pérouse ? C'est très glauque et ça me fait même frissonner de frayeur mais je serai contente de voir leur visage le plus proche possible de la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 16:58

MARIE ANTOINETTE a écrit:


A ST DENIS il y a quelques temps le sol de la crypte où se trouve les tombes bourbon supportait des fuites d'eau....
J'ai évoqué avec Monsieur DE BAUFFREMONT et JACQUES CHARLES GAFFIOT la possibilité d'ouvrir le monument du Roi et de faire une recherche ADN

Monsieur DE BAUFFREMONT est devenu tout blanc et JACQUES CHARLES GAFFIOT m'a répliqué violemment " vous n'allez pas lancer cette idée !!!!!"


J'aime bien lancer des bouteilles à la mer de l'histoire et Vous qu'en pensez-vous ????????


Amicalement MARIE ANTOINETTE


J'en pense que manifestement on n'a pas envie de remettre en question l'identité officiellement admise des restes qui passent pour être ceux de Louis XVI .
Mais alors pourquoi les guides nous assurent-ils à l'unisson qu'il n'y a pratiquement aucune chance pour qu'il s'agisse bien du Roi ?
Puisqu'il y a une version politiquement correcte, ils devraient au moins tous accorder leurs violons . Wink

Sans doute, si une analyse A.D.N. contredisait manifestement la version officielle, le sanctuaire de Saint-Denis perdrait-il de son caractère sacré pour tous les royalistes qui viennent encore s'y recueillir ( malgré la présence probable de Marie-Antoinette ) .
Et puis, vous imaginez le souk si des exaltés se mettaient en tête de mettre cul par dessus tête le petit square pour retrouver le Roi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 17:16

Je pense qu'il s'agît bien du corps de la Reine mais que l'on puisse avoir des doutes sur l'authenticité du corps du Roi. Pour les recherches ADN, je le souhaiterais vivement. Cela nous permettrait d'en être sûr. Que j'aimerais un jour pénétrer dans cette sombre vôute qui n'est accessible qu'en rampant par un petit passage. Apparemment le cerceuil de la Reine a reçu des chutes de pierres et les tréteaux ont les pieds dans l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 17:20

Saint-Denis garderait quand même son aura sacré puisque à peu près tous les rois de France et leur famille y reposent, ainsi que des grands serviteurs comme Du Guesclin ou Vauban. C'est déjà pas si mal.
Le problème est que leurs os à tous ont été mélangés dans un joyeux foutoir dû à cette chère Révolution.
Il nous reste Louis XVIII, tombe sur laquelle je ne risquerai pas de me recueillir.

Et il y a le fameux cœur, qui permet à lui tout seul d'avoir une pensée émue pour tout la souffrance vécue par la famille royale dont celle d'un enfant.

Mais j'attends qu'un jour l'État français rapatrie les corps de Charles X, du duc d'Angoulême, de la duchesse d'Angoulême et des Chambord. Si les Russes l'ont fait, pourquoi pas nous ? Même si force est de constater que la majorité des Français s'en balancent totalement.

A priori, le corps de Louis XVI serait bien sous la chapelle expiatoire, donc peu de risques que des fous pires que moi viennent creuser. Je doute qu'ils soient discrets avec un marteau-piqueur ou des pioches, même la nuit. Et puis, elle est souvent fermée. Je n'ai réussi à y pénétrer qu'au bout de ma quatrième visite en ce lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 17:23

C'est dommage pour le corps de Marie-Antoinette. Je pense que sa nature lui ferait préférer un petit square romantique à cet immense édifice gothique, sombre et triste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 17:25

C'est à 5 minutes à pied de mon travail. Je ferai comme Lauzun dans sa cellule, je creuserai en douce pendant des années... en grignotant mon sandwich.... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 17:29

Vous vous ruineriez! L'entrée dans le sanctuaire est payante et ce n'est vraiment pas donné. Je ne me souviens pas exactement du tarif mais j'ai quand même fait "gasp" dans ma tête.

Certes, quand on aime, on ne compte pas. Mais creuser dans du marbre, je vous souhaite bon courage d'avance. Surtout si vous vous y mettez à la petite cuillère!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 19:12

Et puis il y a tellement de squelettes dans ce charmant square , (malheureusement souvent squatté par les clochards du coin, d'où les fonds de bouteilles pas nets et les odeurs de pisse dans les coins... Enfin...

Que le corps du roi doit être difficilement retrouvable : reste le lin de sa veste (textile quasi imputrescible qui résiste aux siècles et à la chaux, et l'anneau en or (une aiguille dans une botte de foin à retrouver !)...

J'espère sincèrement que le guillotiné anonyme qui repose près de la Reine est plutôt un Suisse ou un innocent plutôt qu'un sale révolutionnaire... qui recevrait depuis 200 ans force bougies et fleurs de lys sur sa dalle.
Quant aux recherches ADN, tout à fait d'accord, il n'y a là aucun sacrilège, juste la possible révélation de la vérité !
Lançons l'idée !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 19:25

cecile a écrit:

Lançons l'idée !!!

Mais dans quel but ? Nous savons pertinemment que ce n'est pas le Roi .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   Lun 19 Avr - 19:26

Oui j'espère aussi que repose auprès d'elle une personne bien. Ce serait drôle si c'était madame du Barry. Qui en passant aurait tout à fait sa place à Saint-Denis.

J'aimerai des fouilles mais il serait triste de détruire la chapelle à cet effet.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Où sont les corps de Louis XVI et Marie-Antoinette ?
» Le mariage de Marie-Antoinette et Louis-Auguste
» Le mariage de Louis XVI et Marie-Antoinette illustré
» Reliques de Marie-Antoinette
» Liste des gardes du corps de Louis XVI en 1791

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Marie-Antoinette et sa famille :: Louis XVI-
Sauter vers: