Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Louis XVI et ses parents

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Louis XVI et ses parents   Dim 19 Aoû - 13:06

Les parents de Louis XVI.

Voici sa mère Marie-Joseph de Saxe par Liotard:



Je la trouve très belle ainsi représentée Wink

Et son père Louis-Ferdinand par Roslin:



Tout comme son fils aîné le Duc de Bourgogne, Louis-Ferdinand est mort trop jeune de maladie pour avoir eu le temps de gouverner...

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Sam 23 Aoû - 17:24

Quelques informations sur cette trop méconnue Marie-Josèphe de Saxe, fille d'Auguste III de Pologne (lui-même fils de Auguste II "le fort", prince-électeur de Saxe et d'Eberhardine de Brandebourg-Bayreuth) et de Marie-Josèphe d'Autriche (elle-même fille de Léopold I du Saint-Empire et de Wilhelmine de Brunswick-Lünebourg).

Voici un petit résumé des 278 pages que compte ce document numérisé; voici le lien pour les plus curieux.

Élevée par une mère pieuse, Marie-Josèphe reçut dans sa famille une éducation des plus soignées et puisa auprès de sa mère les premiers principes d'un piété des plus solides.

"Elle était d'une exactitude rigoureuse à ses leçons et était parvenue à expliquer à livre ouvert et avec la plus grande aisance les auteurs de la langue latine et de la langue italienne, aussi bien poètes que prosateurs. On ignorait ses connaissances si variées, car elle n'en fesait usage que dans les réunions les plus intimes." (La Dauphine Marie-Josèphe de Saxe, mère de Louis XVI, par P. Émile Regnault, de la compagnie de Jésus, Paris, 1875)

Tout naturellement, elle acquit à la cour de Dresde, [...], une connaissance parfaite des beaux-arts, et tout sa vie elle ne cessa de montrer le goût héréditaire de la famille de Saxe.

La future Dauphine avait pour gouvernante Mme de Martinitz.

"Mme de Martinitz, d'une des plus anciennes familles de Bohême, était gouvernante de Marie-Josèphe lorsque qu'elle devint Dauphine et l'accompagna en France. Ce fut pour cette princesse une amie dévouée et sûre; elle lui survécu de quelques années. Dans sa correspondance, la Dauphine parle souvent de Mme de Martinitz." (Lettres des archives de Nicolai communiqués par M. de Boislisle)

Le Dauphin [Louis-Ferdinand] était inconsolable de la mort subite de sa première femme qu'il avait profondément aimée. Plus que jamais, il s'était éloigné de toutes les distractions de la cour et s'était entièrement adonné à l'étude, sans jamais oublié un seul instant sa chère Marie-Thérèse. À plusieurs reprises, il avait même déclaré ne jamais vouloir se remarier.

[...]Il restait encore une princesse, Marie-Josèphe de Saxe, mais une union avec elle semblait difficile. Son père Frédéric-Auguste II, électeur de Saxe, était le roi de Pologne qui avait détrôné Stanislas Leczinski, père de la reine de France [donc grand-père maternel du dauphin]. Aussi, à Versailles voyait-on d'un mauvais oeil une alliance de ce côté; mais le maréchal Maurice de Saxe, l'oncle [demi-oncle par la main gauche] de Marie-Josèphe, s'était voué à la réussite du projet, et il savait mener les négociations avec autant d'habilité qu'il battait les Allemands. Puis, au milieux de toutes ces différentes intrigues «la nouvelle de la bataille de Raucoux vint appuyer les efforts de Maurice et le rendre maître de la situation. Il était difficile de rien refuser à un homme qui appuyait sa cause de si bonnes raisons.»

[...]Après toutes les démarches d'usage, la princesse fit son entrée à Strasbourg le 29 janvier 1747, où elle fut reçu par toutes les jeunes filles habillées en Allemandes ou en Polonaises.

À son arrivée à Troyes ont joua devant elle une pastorale où l'on exaltait avec trop d'éxagérations ses qualités et ses talents. Ayant su que ce panégyrique avait été imprimé et craignant qu'il ne la rendit ridicule, elle fit racheter tout les exemplaires et ordonna de les brûler. Cette conduite dénotait déjà chez Marie-Josèphe une sûreté fort remarquable pour une enfant de quatorze ans.

La princesse qui allait épouser le Dauphin, sans être absolument jolie était, au dire de tous ses comtemporains, fort séduisante.

Le comte de Vaulgrenant, ambassadeur à Dresde nous en dressa ce portrait: "La princesse Josèphe est d'une taille proportionné à son âge, parfaitement bien faite, le port noble, l'air doux et engageant, marchant bien et de bonne grâce; elle croît et se forme à vue d'oeil; elle est blonde et elle a les yeux bleus, grands, vifs et doux en même temps, et la physionomie très spirituelle [!?!?]. On ne peu pas dire qu'elle soit belle, mais on peut la regarder comme jolie et elle plaît généralement, elle a beaucoup d'esprits et tout du meilleur, une grande pénétration; elle a l'esprit juste et orné de sens droit, le caractère excellent beaucoup de douceur; elle est remplie de sentiments de piété et de religion et elle a eu la meilleur des éducation qu'on puisse donner."

Les archives du marquis de Chatbrillan possèdent aussi une lettre à Maurepas, donnant le portrait de la Dauphine:
"Monseigneur, [...], j'hasarde de vous dire mon sentiment sur l'extérieur de Madame la Dauphine. Cette princesse a une physionomie qui plaît, les yeux beaux, les dents blanches, le visage un peu long, blonde cendré, l'air spirituel et gracieux, la taille aisée; elle ne parait pas tout à fait si grande que Madame Adélaide; l'habit polonais est fort avantageux à ce que je crois, mais tout le monde est persuadé qu'un vernis français lui serait favorable..." (Strasbourg 25 janvier 1747)

La Princesse, n'avait jusqu'à lors pas encore eu connaissance des sentiments de regrets du Dauphin à l'égard de sa première femme et de l'aversion qu'il avait pour son prochain mariage. Elle en eut un epreuve bien convaincante quand, le soir de son entrée à Troyes, elle força Mme de Brancas [Diane-Adélaide de Mailly-Nesle (1714-1769), Marie-Josèphe la traita de vieille radoteuse dans une lettre adressé au général de Fontenay.] à lui communiquer une lettre dans laquelle le Dauphin écrivait que «quelques charmes, quelle pût avoir, elle ne lui ferait jamais oublier ce qu'il venait de perdre».

À la lecture de cette lettre, la Dauphine se retire dans ses appartements pour y pleurer à son aise.

Voilà pour la première partie, je continurai plus tard, pour les plus pressé allez visiter le lien!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Sam 23 Aoû - 17:37

Il me semble déjà pouvoir dire qu'on reconnaît bien dans les traits de Louis Ferdinand ceux du futur Charles X et que Louis XVIII et Louis XVI sont plus proches du côté maternel ( au moins physiquement) , n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Sam 23 Aoû - 19:37

C'est vrai, la plupart des membres de la famille, sauf peut-être Charles X, souffrirent de surplus de poids!


Dernière édition par EDT le Dim 14 Sep - 0:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39894
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Sam 23 Aoû - 19:45

Merci, EDT, pour ces passages ! Une personnalité intéressante et modeste, qui plus est. Elle n'était pas encore dévote, dans sa jeunesse ?

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Sam 23 Aoû - 20:56

Voici la suite;

[...]Dès le premier jour elle [Marie-Josèphe] su captiver le Roi en se montrant «simple, gaie et naturelle».

[...]Le lendemain eut la présentation à la Reine et à Mesdames; [...] Marie Leczinska s'avança, tenant par la main deux de ses filles «Voici mes enfants et vos sœurs, dit-elle; celle-ci, Henriette, est sage et prudente; celle-là, Adélaïde, est vive et toujours gaie. – Je prendrai donc conseil de Madame Henriette et je me divertirai avec Madame Adélaïde [répondit la Dauphine].» On sourit, on applaudit, la place était conquise.

L'étiquette exigeait que la Dauphine, pendant certaine cérémonie de ses noces, portât en bracelet le portrait de son père. La Reine aurait pu s'émouvoir en voyant porter comme un trophée le prince qui avait détrôné Stanislas. Déjà une partie de la journée s'était écoulé et toute la cour restait dans une gêne visible, quand Marie Lezczinska rompit la glace en s'adressant à sa belle-fille «Voilà donc le portrait du Roi, votre père. – Voyez comme il est ressemblant, ma mère [répondit Marie-Josèphe].» C'était celui de Stanislas.

Ce fut le 9 février que le mariage fut célébré à Versailles. [...] Ce fut le neveu du cardinal de Rohan [Armand-Gaston-Maximilien de Rohan], Armand de Rohan-Ventadour, évêque de Ptolémaide, son coadjuteur qui officia.

Toutes la journée fut occupé par des fêtes que l'étiquette devait rendre «terribles».

"[...]Il fait une chaleur partout, dans les appartements, qu'il y a de quoi en mourir, par la grande quantité de monde et de bougies le soir. Avec cela, ses habits ont été d'un poids que je ne sais comment elle a pu les porter. Ce qu'il y a de plus fatiguant encore, ce sont toutes ces présentations qui ne finissent pas; et elle veut retenir tous les noms, ce qui est un travail d'esprit terrible, sans cesse occupé d'ailleurs de plaire et d'attentions. Cela fait un labeur si considérable que je ne sais comment elle y résiste."
"Le Roi me fit prendre l'autre jour sa jupe qui était sur le canapé pendant que Madame la Dauphine était à sa toilette. Elle pesait bien soixante livres. Il n'y a aucune de nos cuirasses qui en pèse autant. Je ne sais pas comment elle a pu tenir huit ou neuf heures sur ses pieds avec ce poids énorme."
(Lettre du maréchal de Saxe, du 12 février 1747. Maurice, comte de Saxe, etc., p.163.)

Lorsque les personnages de leur maison les avaient mis au lit, on fermait les rideaux et toute la cour entrait dans la chambre. On ouvrait alors les rideaux, et le Roi et le Reines, les Princes et les Princesses, plus de cent femmes, couvertes de pierreries et d'habits brillants, constataient la présence des deux conjoints dans le lit. L'éclat et la profusion des lumières rendaient encore plus saisissant ce cérémonial qui ne laisse pas de faire un peu sourire.

À la vue d'un si grand nombre de témoins, le Dauphin fut saisit de terreur et cacha son visage sous la couverture; Marie-Josèphe ne cessa de parler (au maréchal de Saxe) avec une liberté d'esprit charmante, ne faisant non plus d'attention à ce peuple que s'il n'y avait eu personne dans la chambre.

[...]La seconde nuit de noces devaient être encore plus terrible pour Marie-Josèphe; le Dauphin et la Dauphine s'y retrouvait pour la première fois dans la chambre de l'ancienne Dauphine. La précipitation du mariage avait empêché les tapissiers de changer l'appartement. À la vue du berceau où naquit sa fille et de la couche où sa première femme avait rendu son dernier soupir, le Dauphin fut pris d'une émotion subite; il crut voir revivre Marie-Thérèse; et tout ce qui l'entourait était un souvenir d'elle, et, impuissant à contenir son émotion, il détourna la tête et se mit à pleurer. D'un cœur trop délicat pour ne pas tout comprendre, la princesse lui dit ces simples mots: «Donnez, Monsieur, libre cours à vos larmes, et ne craignez pas que je m’en offense; elles me présagent au contraire, ce que j’ai droit d’espérer moi-même, si je suis assez heureuse pour mériter votre estime».

[...]Louis conservait sa froideur et Marie-Josèphe de Saxe soufrait de ne pouvoir conquérir le cœur de son époux.

Le Dauphin, écrit le duc de Luynes en 1748, était encore un enfant très étourdi sans aucune connaissance de la vie, d'un caractère morose et triste, mais surtout fort égoïste : il ne cachait pas à Marie-Josèphe l'indifférence qu'il ressentait pour elle. Celle-ci au contraire ne négligea rien «pour se plier sans cesse à l’humeur du Dauphin» et parvint à se glisser «dans ce cœur blasé avant l’âge, en combattant de son angélique douceur l’égoïsme qui allait engourdir son époux»

"Le Dauphin conservait précieusement des bracelets sur lesquels étaient peint en miniature le portrait de sa première femme. Il pria la Dauphine de les porter pour l'amour de lui. Marie-Josèphe y consentit sans témoigner la moindre répugnance, tant l'amour qu'elle avait pour son époux était vif et désintéressé." (Du Rozoir, vie privée du Dauphin, fils de Louis XV, Paris, 1815)

Le duc de Luynes, [...] écrivait de lui dans un tout autre sens, le 29 septembre 1750, trois ans après: «… On peut dire, sans flatterie, qu’il a le cœur bon, l’humeur gaie, l’esprit vif et orné, la répartie prompte, beaucoup d’imagination, les manières agréables, un désir de plaire naturel et simple et beaucoup de piété.»

[...]Dès qu'elle arriva en France, sa délicatesse à l'égard de la Reine lui avait facilement conquis le cœur de Marie Lezczinska.

[...]Marie-Josèphe, par son sentiment exquis, sa droiture de son sœur et sa modestie, eut toujours sur Louis XV une influence dont elle profitait et qu'elle aimait laisser ignorer, Le Roi s'adressait à elle dans mille circonstances diverses, et souvent il la chargeait de consoler la Reine si délaissée et si triste.

Voilà pour le moment!
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Dim 24 Aoû - 0:08

Merci beaucoup EDT tout cela est fort instructif!

Il est vrai que nous connaissons si peu Marie-Josèphe de Saxe :s:
Déjà je ne savais pas qu'elle avait des cheveux blonds cendrés elle aussi
Il me semblait bien que son mari restait très attaché à sa défunte épouse, mais tous ces détails sont intéressants Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Dim 24 Aoû - 0:21

C'est vraiment très instructif tout cela...^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Dim 24 Aoû - 2:11

Chou d'amour a écrit:
Merci beaucoup EDT tout cela est fort instructif!

Il est vrai que nous connaissons si peu Marie-Josèphe de Saxe :s:
Déjà je ne savais pas qu'elle avait des cheveux blonds cendrés elle aussi
Il me semblait bien que son mari restait très attaché à sa défunte épouse, mais tous ces détails sont intéressants Very Happy

Ainsi l'on peut retracer d'où viennent les cheveux blonds et les yeux bleus de Louis XVI!
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Dim 24 Aoû - 10:59

C'est vrai Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Dim 24 Aoû - 14:10

Merci de nous avoir donné plus d`informations sur cette princesse méconnue Very Happy
Fleurdelys
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Dim 24 Aoû - 15:57

Merci pour vos encouragements tout le monde! Je continue ici:
(Toujours du même bouquin numérisé par Google, situé aux Archives Nationales;

http://books.google.com/books?hl=fr&id=zWUvAAAAMAAJ&dq=Marie-Jos%C3%A8phe+de+Saxe&printsec=frontcover&source=web&ots=NHVUWomqfe&sig=kupByOeFBtC6oVxSlPpDoXsoGMA&sa=X&oi=book_result&resnum=7&ct=result&pgis=1#PPA7,M1

[...]La lettre que la Dauphine écrivit sur la mort d'Henriette et son testamment montrent l'affection et l'estime qu'elle avait pour les deux filles du Roi [Henriette et Adélaide].

Dans toute la cour elle avait été appréciée de la même façon, «et, comme on était alors en France plus fou que jamais de la porcelaine de Saxe, je ne sais quel bel esprit de la cour disait : «On ne doit plus prendre femme qu’en Saxe et, plutôt que de m’en passer, quand il n’y aura plus, j’en ferai faire en porcelaine.» (Sainte-Beuve, Nouveaux Lundis, t. IX; Maurice de Saxe, etc.)

La Dauphine partageait avec le Dauphin l'intimité de ses familiers, dont les plus connus furent le maréchal [Victor-François de Broglie] et le comte de Broglie [Charles-François de Broglie], le cardinal de Luynes [Paul d'Albert de Luynes], le maréchal du Muy [Jean-Baptiste de Félix], Mgr de Nicolai [Aimar-Christian-François-Michel de Nicolai] et M. de Fontenay [Gaspard-François de Fontenay].

[...]Voici en quels termes la Dauphine apprit à sa mère la perte douloureuse qu'elle venait de faire [la mort de Madame Henriette]:

"Je suis bien fâchée, ma chère maman, de n'avoir pas pu vous écrire samedi dernier; mais la cruelle situation où j'étais ne me l'a pas permis. Outre la douleur où j'étais plongée par la perte de Madame, j'étais encore obligée d'en chacher la moitié pour ne pas augmenter celle du Roi et du Dauphin. Non, ma chère maman, rien n'est comparable à l'état où je me suis trouvée dans ce moment. J'aimais tendrement ma soeur. Je m'étais liée avec elle d'une amitié très étroite, pour ainsi dire, dès le premier instant. De plus, je lui dois le bonheur de ma vie; car, l'amitié que M. le Dauphin a pour moi, je ne la dois qu'à ses soins, car je ne puis vous cacher que quand je suis arrivée ici, il m'avait dans la plus grande aversion. On l'avait prévenu contre moi. D'ailleurs il était très fâché de me voir occuper la place d'une femme qu'il avait tendrement aimée; il ne me regardait que comme un enfant; tout cela l'éloignait de moi et me causait un chagrin mortel. Je tâchais par une obéissance aveugle aux moindres de ses volontés, de lui prouver le désir que j'avais de lui plaire. Mais je n'avais pas beaucoup d'instants dans la journée, où j'ai pu le lui prouver, puisqu'il ne restait pas un seul moment avec moi; il fesait venir Mesdames; prenait Adélaide avec lui et me laissait avec Madame. Elle voyait la douleur que me causait cette conduite. Elle ne m'en marquait rien, mais elle me conseillait sur ce que j'avais à faire, et puis, quand je n'y étais pas, elle parlait à M. le Dauphin, lui peignait ma douleur et mon désespoir de ne pouvoir lui plaire; enfin elle fit tant qu'il prit pitié de moi et me traitait un peu mieux. Quand elle eut gagné sur ce point, elle continua ses tendres soins et fit tant qu'à la fin M. le Dauphin prit de l'amitié pour moi, et jusqu'à la fin de sa vie elle l'a toujours cultivée et augmentée. Voyez, ma chère maman, ce que sa perte doit m'avoir coûté, et cependant je n'ai pas osé me livrer à ma douleur, et il ne m'était permis que de penser à celle du Roi, ne lui permettant pas de donner aucun ordre. C'est moi, malheureuse, qu'il a chargée de tout; si bien que j'ai été d'ordonner tout pour le transport de son corps, pour le deuil et pour toutes ses tristes cérémonies. Vous connaissez la tendresse et la sensibilité de mon coeur. Vous pouvez juger en quel état il est réduit."

[...]Le Dauphin fut frappé de la petite vérole le 1er août 1752. Dévouée à son mari jusqu'à l'abnégation, Marie-Josèphe s'enferma avec son époux, « ne cherchant de repos que dans la continuité de ses soins et se réservant de remplir des offices rebutants qua sa tendresse rendrait doux et faciles.» (Maurice, comte de Saxe, etc., p.211-212)


Voilà! Je suis contente d'en apprendre toujours plus sur cette femme dévouée qu'était Marie-Josèphe de Saxe.
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Dim 24 Aoû - 16:12

C'est marrant, le "Je suis bien fâchée, ma chère maman" m'a fait penser au style de Marie-Antoinette

Henriette semblait être différente de ses soeurs cadettes...moins aigrie et moins pipelette, quoiqu'elle était bien plus jeune que les Madame Adélaïde et Victoire du temps de Marie-Antoinette. Mais ces deux dernières étaient remontées contre l'Autriche. Henriette n'avait rien contre la famille de Saxe c'est déjà ça.

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Mar 26 Aoû - 16:43

De surcroît elle était selon les dire plus belle! Henriette, au moins, de son idylle avec le Duc d'Orléans n'était pas assez orgueilleuse jusqu'à s'interdire le mariage pour rester Fille de France!
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Mar 26 Aoû - 19:14

C'est vrai qu'Henriette était une belle femme, en voici un portrait : Very Happy


_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Mar 26 Aoû - 19:42

J'en apprends beaucoup! Je connais un plus sur cette dauphine, mais est-ce qu'elle aimait Louis XVI? Car souvent on dit qu'elle est morte de chagrin sans aimer ses autres enfants vivants.

Elise
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Mar 26 Aoû - 19:48

Bonne question Elise... :s:

Peut-être qu'EDT pourra nous aider Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Sam 30 Aoû - 15:10

Je suis convaincue que Marie-Josèphe aimait ses enfants, veillant minutieusement à l'éducation de chacun, mais sa grande préférence allait vers le Duc de bourgogne, l'aîné, bien sûr puisqu'on pratiquait encore la technique d'abbaissement des cadets tel en fut victime Philippe de France dans l'ombre frère Louis XIV.
La place dans l'ordre de succession au trône était probablement pour beaucoup dans cette préférence, d'autant plus que cet enfant avait un énorme potentiel.
De surcroît il fut un peu négligé au profit de son frère aîné, mais ce n'était sûrement pas dû au manque d'affection de sa mère, rappelons-nous ils étaient à Versailles, à la cour des Grands!
Marie-Josèphe mit en place pour ses enfants un environnement plus intime - et plus serain si je puis nme le permettre-.

J'espère avoir répondu à ta question et désolé pour le délai, les études avant tout rabbit !
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Dim 31 Aoû - 11:16

Les messages sur le Comte d'Artois ont été déplacés sur ce sujet afin de réserver celui-ci aux parents de Louis XVI Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Sam 20 Sep - 14:01

Alors comme j'avais déjà commencer à en parler dans ce topic

http://maria-antonia.justgoo.com/t930-marie-josephe-de-saxe

Mais si ce n'était pas au bon endroit et je m'en excuse encore.

Voilà j'admire énormément Marie-Josèphe de Saxe et je trouve scandaleux parfois que l'on ne connaisse pas cette femme à sa juste valeur ou pire que l'on en parle jamais !

J'aimerais pouvoir lui rendre un petit hommage, moi même. Je sais que ce ne sera pas grand chose mais c'est mieux que rien et c'est l'attention qui compte.

Avez-vous des idées ?
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Sam 20 Sep - 14:09

Marie-Josèphe de Saxe est peu évoquée je pense, donc déjà parler d'elle et de sa vie permet de rectifier un peu les choses, car c'est vrai qu'elle est la mère de Louis XVI quand même, et la mère de trois Rois de France

Pour un hommage je ne sais pas trop....un site sur elle peut-être (je ne sais pas s'il en existe...) Wink

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Sam 20 Sep - 14:11

Je ne pense pas qu'un site existe sur Marie-Josèphe mais c'est une bonne idée sauf que je ne sais pas trop...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Sam 9 Mai - 18:32



Dernière édition par Madame Sophie le Lun 21 Mar - 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Sam 9 Mai - 19:19

Très jolis portraits, très intimes je trouve, merci beaucoup, il est rare de voir des portraits d'eux, ! cheers

Marie-Josèphe de Saxe semble en effet un peu mélancolique ici, mais c'est d'ailleurs ce qui ressort d'elle quand elle est évoquée : les morts successifs qu'elle a dû encaisser dans sa famille ont eu leur effet :s:

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   Sam 9 Mai - 20:29

Madame Sophie a écrit:
Elle ne l'a jamais caché et Louis XVI en a probablement souffert .

Il est certain que cela a considérablement réduit son épanouissement personnel. Grandir dans l'ombre d'un frère aîné adulé est déjà difficile, mais sans doute encore plus quand celui-ci est mort et idéalisé ! Les parents peuvent être très cruels, même (et surtout peut-être !) inconsciemment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Louis XVI et ses parents   

Revenir en haut Aller en bas
 
Louis XVI et ses parents
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les parents de Sainte Thérèse:Louis et Zélie Martin seront béatifiés à Lisieux le 19 octobre 2008
» Prière pour la béatification des parents de Ste THERESE
» Les mystères joyeux avec les parents de ste Thérèse
» Louis-Joseph, premier Dauphin
» En finir avec Eddy Bellegueule (Edouard Louis)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Marie-Antoinette et sa famille :: Louis XVI-
Sauter vers: