Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Une adaptation des Adieux à la Reine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 30, 31, 32  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Lun 19 Mar - 8:42

Erf! Elle commence mal
Elle évoque en effet les trois derniers jours de Marie-Antoinette à Versailles après le 14 juillet 1789 ... Shocked Shocked Shocked
Elle poursuit en évoquant la trahison de Gabrielle de Polignac...

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Lun 19 Mar - 10:03

Veux-tu bien cesser de remuer le couteau dans la plaie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Lun 19 Mar - 11:22

L'on m'a confirmé : point de Vaudreuil !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Lun 19 Mar - 16:45

Citation :
"LES ADIEUX À LA REINE": LES DERNIERS FEUX DE VERSAILLES PAR BENOÎT JACQUOT

Versailles retrouve toute sa splendeur et son venin sous la caméra de Benoît Jacquot, qui filme dans "Les Adieux à la Reine" le crépuscule de la monarchie française, au coeur de juillet 1789 (sortie mercredi).

Le cinéaste cinéphile, qui confesse volontiers sa passion des femmes, a paré ses actrices Diane Kruger, Léa Seydoux et Virginie Ledoyen de leurs plus beaux atours et conçu chaque plan comme un tableau de maître pour suivre les trois derniers jours de la royauté au Palais, juste avant la fuite.

"Je suis un amateur de fin de règne", confie le réalisateur dont le film a fait en février l'ouverture du Festival de Berlin. "Elles se ressemblent toutes depuis la nuit des temps: ceux qui ont le pouvoir s'y accrochent jusqu'au bout, d'où qu'ils viennent socialement".

Adapté du roman éponyme de Chantal Thomas, "Les Adieux à la Reine" cueille le petit monde de la Cour indifférent à la colère qui gronde, enfermé dans ses secrets, ses faux espoirs et ses minables petits complots à l'ombre des monarques.

La jeune liseuse Sidonie Laborde (ardente et émouvante Léa Seydoux) couve sa reine d'un amour secret et d'une dévotion totale, tandis que Marie-Antoinette, campée avec conviction par Diane Kruger, qui joue avec finesse de sa pointe d'accent originel, valse d'un caprice à l'autre, quêtant les faveurs de son amie la comtesse de Polignac (Ledoyen, sulfureuse).

C'est le Titanic au Petit Trianon, l'orchestre joue de plus en plus fort pour couvrir la rumeur, alors que dans les galeries putrides Sidonie observe la panique gagner les courtisans.

"Il a fallu concentrer sur trois jours ce qu'on sait de la reine et la faire passer sans transition de la frivolité à ce destin tragique qui la dignifie, la portant au bord de la folie: si elle n'était pas reine, elle serait bonne à enfermer", analyse Benoît Jacquot pour l'AFP.

Pour ce rôle, confie le réalisateur, le choix de l'Allemande Diane Kruger, blonde comme la reine et capable de changer d'état "comme un climat tourmenté" s'est imposé.

Le "Marie-Antoinette" de Sofia Coppola en 2005, avec sa vision rose et sucrée de la Cour, avait remis Versailles au goût du jour: pour la première fois la réalisatrice américaine avait été autorisée à poser sa caméra dans les replis les plus secrets du château.

Benoît Jacquot à son tour, qui a filmé au printemps dernier, a pu disposer de plus d'une dizaine de décors de son choix et lâcher 200 figurants, en plus de l'équipe technique, sur le parquet de la Galerie des Glaces.

"Je n'imaginais pas y être autorisé et j'étais un peu inquiet... Mais au Château, ils nous disaient qu'elle (la Galerie) en avait vu d'autres!", raconte-t-il. "La seule chose qu'on nous a demandée était de ne pas utiliser de lumière artificielle".

Cinéaste passionné de littérature et "philogyne" - c'est son mot - Benoît Jacquot est un cinéaste vers lequel les actrices aiment à revenir : il retrouve ici Virginie Ledoyen pour la 3è fois (et Isabelle Huppert a tourné cinq fois avec lui).

"Je ne peux filmer une femme pour laquelle je n'aurais pas d'attachement", avoue-t-il, car plusieurs de ses actrices préférées furent aussi ses compagnes.

Mais les hommes lui sont tout aussi dévoués: le réalisateur des "Hommes et des Dieux" Xavier Beauvois a réclamé le rôle de Louis XVI. "Même quand il ne tournait pas, il se promenait dans Versailles avec sa perruque et sa canne, jouant au roi devant les touristes japonais!" raconte le réalisateur, encore médusé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Lun 19 Mar - 17:33

Citation :
C'est le Titanic au Petit Trianon, l'orchestre joue de plus en plus fort pour couvrir la rumeur

C’est une manière de le dire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mar 20 Mar - 20:44

Ce midi à France Inter, une présentatrice a été dithyrambique envers ce film. Seul bémol, au lieu de dire madame de Polignac, à la rigueur, j'aurais accepté Gabrielle, elle parle cash, direct, de la maîtresse de Marie-Antoinette !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mar 20 Mar - 23:44

Eh ben voyons !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 8:39

olivia a écrit:
Ce midi à France Inter, une présentatrice a été dithyrambique envers ce film. Seul bémol, au lieu de dire madame de Polignac, à la rigueur, j'aurais accepté Gabrielle, elle parle cash, direct, de la maîtresse de Marie-Antoinette !

Cela t'étonne ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 8:47

Voila la nouvelle image ( jusqu'à présent réservée aux pamphlets ) qui va désormais coller à la peau de Marie-Antoinette ...

Tiens, j'en profite pour signaler que Chantal Thomas sera tout à l'heure sur France Inter, dans La marche de l’Histoire, émission de Jean Lebrun du lundi au vendredi de 13h30 à 14h, à l'occasion de l'adaptation à l'écran de son livre les Adieux à la Reine .

Thème de l'émission : Marie-Antoinette réhabilitée ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 8:51

Citation :
Thème de l'émission :  Marie-Antoinette réhabilitée ?

Heureusement qu'il y a un point d'interrogation !

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 8:53

Je n'ai pas entendu ce point d'interrogation, tout à l'heure dans le 6 / 9, je l'ai vu à l'instant sur le site de France-Inter !
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39487
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 9:11

Je viens d'entendre une petite revue du film par Hugues Dayez, un ponte de la critique cinématographique dans le milieu belge. Pour lui, ce long métrage sur la montée de la révolution française rend très bien l'effervescence de la cour, encore aveugle sur ce qui l'attend, mais il souffre de distorsions narratives. Lesquelles ? Le critique n'avait pas le temps de développer...

Je ne m'inquiète pas... Dayez n'est pas objectif parce qu'il ne peut pas encadrer Léa Seydoux, or, suivre tout un long métrage dont on ne supporte pas l'égérie, c'est dur, on connaît tous ça... Une tronche vous gâche ainsi des longueurs de pellicules... Rolling Eyes De plus, je suis rarement d'accord avec lui. Il a notamment démoli à plates coutures un joyau, "Mr Nobody", dont la portée philosophique lui avait échappé.

Jacquot se référant à Platon, ceci explique peut-être cela... Very Happy

Pas un mot sur la question lesbienne qui agite ce boudoir, en tout cas. Voilà qui remet les choses en perspectives, à mon avis. Le public verra un film sur la révolution tournée par le petit bout de Versailles... plus ou moins bien narré, ficelé et servi par ses acteurs.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 9:37

pimprenelle a écrit:
Dayez n'est pas objectif parce qu'il ne peut pas encadrer Léa Seydoux, or, suivre tout un long métrage dont on ne supporte pas l'égérie, c'est dur, on connaît tous ça... Une tronche vous gâche ainsi des longueurs de pellicules... Rolling Eyes De plus, je suis rarement d'accord avec lui. Il a notamment démoli à plates coutures un joyau, "Mr Nobody", dont la portée philosophique lui avait échappé.

J'avoue avoir , moi aussi, eu beaucoup de mal avec Léa Seydoux que je ne pouvais pas supporter, notamment dans la Belle Personne de Christophe Honoré, dans lequel elle incarne une Princesse de Clèves qui fait plutôt putain...
Mais dans les Adieux à la Reine, elle est parfaite...Benoît Jacquot la film purement...elle est plus belle que dans la Belle Personne...

Bien à vous.

Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39487
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 9:56

Je ne sais pas, je ne connais pas vraiment cette actrice. Je n'ai aucun aucun a priori. Shocked Mais je comprends le phénomène, j'ai eu ça avec Audrey Tautou. Heureusement, elle est has been, maintenant. On peut voir un film français sans se coltiner sa tronche et ses vieilles gamineries.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 10:53

Je comprends, la Tautou m'a fait pareil ...
Mais Léa Seydoux a un éventail d'interprétations plus développé !

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39487
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 11:24

Je te crois volontiers. Very Happy

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 15:55

Evelyne Lever a écrit:
Marie-Antoinette n'était pas homosexuelle

Évelyne Lever, historienne et chercheur au CNRS, est une spécialiste de la reine. Elle est, entre autres, l'auteur de deux biographies. Pour Le Figaro, elle décrypte les sentiments de Marie-Antoinette au moment de la Révolution.

LE FIGARO. - Dans quel état d'esprit se trouve Marie-Antoinette
le 14 juillet 1789?

Évelyne LEVER. - C'est d'abord une mère qui vient d'être très éprouvée par la mort de son fils aîné. C'est une femme qui se sait détestée et en est très profondément meurtrie. Dans l'opinion publique, elle a une très mauvaise image, celle d'une reine dépensière, manipulatrice et qui joue un rôle politique néfaste auprès de son mari. Marie-Antoinette est hostile aux idées nouvelles et au début de ce qu'on appellera «la Révolution». Elle est très conservatrice et veut maintenir la monarchie absolue sans changement. Elle passe également pour une femme dévergondée qui trompe son mari. Il se trouve que Louis XVI est à ce moment-là dépassé par la situation depuis que l'assemblée des états généraux s'est réunie le 5 mai 1789. C'est un homme qui a toujours eu du mal à prendre des décisions et Marie-Antoinette est son soutien. Depuis deux ans, elle est sa conseillère. Elle veut sauver la couronne de son époux et celle du fils qu'il leur reste, le futur Louis XVII. Mais elle n'a pas d'expérience politique.

La prise de la Bastille ne les inquiète donc pas?

C'est le 15 juillet qu'ils prennent conscience de la gravité de la situation. Le roi se rend à l'Assemblée nationale pour rassurer les députés, mais il se rend compte que l'affaire est grave. Le roi réunit le 16 juillet un Conseil exceptionnel qui doit décider s'il doit partir avec la famille royale pour la place forte de Metz. Marie-Antoinette insiste auprès de son mari pour quitter Versailles. Mais, finalement, le roi, pacifique par nature, décide de rester. La reine, qui avait déjà donné l'ordre de faire ses bagages, est désolée de ne pas quitter Versailles. Mais elle a beaucoup de self-control. Sensible, elle peut être coléreuse mais n'outrepasse jamais une certaine forme de dignité. Elle a toujours été royale. Après avoir appris que sa tête et celles de ses proches sont mises à prix, elle commence à rédiger le discours qu'elle ferait à l'Assemblée nationale si son mari était assassiné. Ce n'est qu'au mois d'octobre 1789 qu'ils quitteront Versailles.

Marie-Antoinette entretenait-elle des rapports saphiques avec Mme de Polignac, comme le sous-entend le film de Benoît Jacquot?

Il ne faut pas faire de cette amitié très forte, et qui n'a pas été sans nuages, une liaison homosexuelle. On a accusé la reine de toutes les turpitudes sexuelles. L'attaque pornographique a toujours été un moyen politique de déstabiliser des personnalités. «On me prête le goût des femmes et celui des amants», raconte-t-elle à sa mère. Ce sont les ennemis de Marie-Antoinette qui ont parlé de son saphisme. Marie-Antoinette, qui n'aimait pas le roi d'amour, a eu des amitiés féminines et peut-être un amant, Fersen.

Sidonie Laborde, la lectrice de la reine, a-t-elle réellement existé?

C'est un personnage fictif totalement inventé par la romancière Chantal Thomas. On ne faisait pas la lecture à Marie-Antoinette. Quand on feuillette l'Almanach royal, on trouve bien une certaine Mme de Laborde mais elle n'a jamais dû remplir sa charge de lectrice. Les Adieux à la reine, admirablement écrit, saisit bien les ambiances de l'époque, mais c'est un roman. L'intelligence de la romancière est de montrer par les yeux de Sidonie Laborde cette cour qui est en train de sombrer. Marie-Antoinette a certes un lecteur, l'abbé de Vermond, mais il est surtout son directeur de conscience et son confident. Il est toujours resté auprès d'elle et a joué un rôle très important. Elle lui raconte tout, même ses rapports avec le roi.

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 16:01

le magazine Têtu a écrit:
Au ciné: et si Marie-Antoinette avait connu des amours lesbiennes?

Dans «Les Adieux à la reine», un film tout en retenue qui sort aujourd'hui en salles, Benoit Jacquot imagine un trio amoureux lesbien en 1789 à Versailles: Léa Seydoux aime démesurément Diane Kruger qui, elle, désire Virginie Ledoyen...

Avec cette grande fresque, Benoît Jacquot s’intéresse à un Versailles crépusculaire aux portes de la Révolution. Il le fait sous un angle féminin: le film suit les trois derniers jours de la reine à la Cour en juillet 1789, à travers le regard de sa jeune liseuse. Et comme d’habitude, le réalisateur dirige ses actrices avec grâce.

Trio amoureux
Drame brillamment mis en scène, Les Adieux à la reine, adaptation d’un roman de Chantal Thomas, offre un point de vue original car l’intrigue se déploie exclusivement à travers le regard de Sidonie Laborde (Léa Seydoux), jeune lectrice de la reine (Diane Kruger) pour qui elle éprouve une admiration sans bornes.
Le film émet cette hypothèse: et si Marie-Antoinette avait eu des amours féminines? C'est en tout cas une rumeur qui circule à l'époque. Benoit Jacquot tire de la relation supposée entre la reine et la duchesse de Polignac un trio amoureux. La lectrice Sidonie aime démesurément la reine, qui elle, désire Gabrielle de Polignac (Virginie Ledoyen). Tout en retenu (ne comptez pas voir des scènes de sexe ou de baisers langoureux), le réalisateur arrive à créer une vraie tension sexuelle entre ces femmes qui font face à la fin d'un monde.

Brillant et délicat
S’attaquant à ce bouleversement historique - déjà abordé au cinéma par Scola, Wajda ou encore Rohmer - par le versant de la royauté et plus particulièrement de la reine Marie-Antoinette (traitée d’une tout autre manière par Sofia Coppola en 2006), Benoît Jacquot opère une jolie synthèse de plusieurs caractéristiques qui sont propres à son style: le goût de l’adaptation littéraire (sa 10e sur 20 longs-métrages), son attirance pour les films en costumes (après Sade, La fausse suivante, Tosca et Adolphe) et sa fascination pour les portraits d’actrices.

Principales protagonistes du film, Léa Seydoux et Diane Kruger rejoignent avec bonheur les muses du cinéaste (Huppert, Le Besco, Deneuve, Adjani, Kiberlain) et trouvent, comme Virginie Ledoyen (majestueuse en Mme de Polignac, maîtresse de la reine, esprit libre et charme vénéneux), leurs meilleurs rôles. On appréciera aussi la vision nouvelle d’un Versailles étouffant où la petite noblesse et le sous-prolétariat cohabitaient dans les sous-sols. Un film brillant, délicat, loin des lourdeurs de tant de films en costumes.

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 17:48

Je continue la revue de presse du jour...

L’article du Point : Marie-antoinette, la reine la plus haïe de France

Evelyne Lever, interviewée pour le Figaro : Marie Antoinette n’était pas homosexuelle

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 17:55

Merci, cher ami, pour ces liens !  Very Happy

Marie-Antoinette, qui n'aimait pas le roi d'amour, a eu des amitiés féminines et peut-être un amant, Fersen.  dit Mme Lever .





Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31671
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 18:15

Tu ne voudrais pas mettre le "peut-être" en gras?



Normalement je devrais aller voir ce film la semaine prochaine Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 18:23

Citation :

Marie-Antoinette, qui n'aimait pas le roi d'amour, a eu des amitiés féminines et peut-être un amant, Fersen.  dit Mme Lever .




   
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31671
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 18:28

Aaaaaah magnifique! Merci

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 19:08

Tes désirs sont des ordres !

Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31671
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   Mer 21 Mar - 19:19

C'est gentil

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une adaptation des Adieux à la Reine.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une adaptation des Adieux à la Reine.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 31 sur 32Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 30, 31, 32  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le chevalier d’Éon
» Film : Les Adieux à la Reine
» A Notre Dame Des Victoires, Reine Des Vierge, Des Apotres et des Martyrs.
» Auguste Reine des Cieux
» Aspirine= Reine des Prés, Filipendula ulmaria

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: A l'écran et sur les planches :: Marie Antoinette sur les écrans-
Sauter vers: