Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Meubles de Marie-Antoinette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Meubles de Marie-Antoinette   Mar 22 Mar - 15:19

Le bureau de Marie-Antoinette revient à Versailles  



Crédits photo : Milet Christian

Le petit bureau en bois d'amarante, de sycomore teinté et bronze doré sera présenté dans le cabinet doré du grand appartement de la reine.

Lundi, le ministre de la Culture a remis un bureau ayant appartenu à la reine, fine table réalisée par le célèbre ébéniste Jean-Henri Riesener.

Petit à petit, et parfois à coup de millions d'euros, le château de Versailles se remeuble. Lundi, le ministre de la Culture a remis un bureau ayant appartenu à Marie-Antoinette, fine table réalisée par le célèbre ébéniste Jean-Henri Riesener. Commandé au départ pour le salon de la reine au Hameau, il ne retrouvera pas sa place d'origine, pour desraisons de conservation. Le petit bureau en bois d'amarante, de sycomore teinté et bronze doré sera présenté dans le cabinet doré du grand appartement de la reine, dans lequel il ne dépareillera pas.  Comme beaucoup de meubles royaux, il a une longue histoire. Lié au destin tragique de la reine, il porte en lui une part de drame, et de secret: «On aimerait penser que le bureau servait aux amours suédoises de la reine, qu'il était coffre-fort pour son intimité», s'est plu à imaginer Frédéric Mitterrand.  Ce que l'on sait de source sûre, c'est qu'après la Révolution le mobilier de Versailles est dispersé, dont le fameux bureau. «Lors des ventes révolutionnaires, il est vendu pour 451 livres, un prix élevé pour l'époque, rappelle Béatrix Saule, directrice générale du domaine de Versailles. C'est un monsieur Marceau,marchand d'art, qui l'emporte. Ensuite, quelques années après, il sera revendu à l'étranger». Au XVIIIe siècle, la famille Rothschild l'acquiert.  

De longues discussions  

En 1955, Versailles réalise une grande exposition sur Marie-Antoinette: la petitetable est d'ailleurs là, prêtée par Mme Benvenuti, née Rothschild. À samort, en 1996, le bureau est mis en vente pour 4 millions de francs. Somme énorme due au statut unique de l'objet, à sa beauté et à son authenticité certifiée. «Rares sont les meubles présumés de Versailles dont l'origine est garantie, précise Béatrice Saule. Il n'y avait pas d'inventaire du mobilier de la reine, notamment parce qu'elle achetait cher, et que l'on ne voulait pas que cela se sache. » Versailles veut déjà, à l'époque, acquérir le bureau, mais il n'est pas dans ses moyens de le faire. C'est la famille Kraemer qui raflera la mise. Pendant plusieurs années, le château négociera avec cette dernière pour pouvoirl'acquérir. De longues discussions, parfois interrompues, aidées par l'État, qui déclare le bureau d'intérêt patrimonial majeur (ce qui l'empêche de sortir du territoire français et lie son acquisition à des incitations fiscales). Finalement, Jean-Jacques Aillagon, le président de Versailles, devra compter entièrement sur deux mécènes,  LVMH et Sanofi-Aventis, pour parvenir à ses fins: quinze ans après, le bureau était plus que jamais hors de portée financière pour l'établissement public. Il a d'ailleurs été acquis pour la somme de 6,75 millions d'euros.
http://www.lefigaro.fr/culture/2011/03/22/03004-20110322ARTFIG00473-le-bureau-de-marie-antoinette-revient-a-versailles.php
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39429
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Meubles de Marie-Antoinette   Ven 6 Nov - 13:39

Zoom sur le magnifique secrétaire réalisé par Riesener pour Marie Antoinette en 1783:



Secretary (secrétaire à abattant), 1783
Jean-Henri Riesener (French, 1734–1806)
Oak veneered with ebony and black and gold Japanese lacquer, tulipwood, holly and black stained holly, amaranth, gilt-bronze mounts, white marble
H. 57 x W. 43 x D. 16 in. (144.8 x 109.2 x 40.6 cm)
Bequest of William K. Vanderbilt, 1920 (20.155.11)


Le voici ouvert:



Ordered from Riesener together with a matching commode and encoignure (corner cabinet) for use in Queen Marie Antoinette's cabinet intérieur at Versailles in 1783, the secretary and the commode were sent several years later to the Château of Saint Cloud. With their Japanese black and gold lacquer panels and exquisite gilt-bronze mounts, the secretary and the commode, now also in the Museum's collection, are among the best known pieces of royal furniture outside France.





On s'approche encore?  Wink



Based on their superb quality, the mounts have been attributed to Pierre Gouthière (1732–1813), the most famous Parisian bronzeworker of the late eighteenth century who became doreur du roi (gilder to the king) in 1767. Composed of intertwined garlands of naturalistic flowers that incorporate the queen's monogram MA in the center, the jewel-like quality is a triumph of prestidigitation. Unlike the ribbon-shaped handles on the front of the secretary that give access to the drawer in the frieze, those on the sides did not have a function and are purely decorative.


















http://www.metmuseum.org/toah/works-of-art/20.155.11

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39429
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Meubles de Marie-Antoinette   Ven 6 Nov - 13:58

Pourquoi je vous parle de ce secrétaire? Cool

D'abord parce que Riesener n'avait pas encore de sujet consacré à ses oeuvres magnifiques... drunken Tout au plus ce meuble avait-il été abordé dans le sujet sur Saint Cloud ( http://maria-antonia.justgoo.com/t2534-le-chateau-de-saint-cloud ).

Ensuite, et surtout, parce que je suis tombée par hasard sur cette superbe explication... drunken

We've recently taken Marie Antoinette's Secretaire, made by her favourite cabinet maker Jean-Henri Riesener, in for conservation, giving us a chance to see beneath the beautifully veneered surface. Have a look at what we've found... nous dit, alléchante, la page de la Wallace Collection... drunken
https://www.facebook.com/wallacecollection/

Ok, here we go!



Open Secretaire, Jean-Henri Riesener, France, 1783.


Poussons plus loin l'investigation...



Inscription of a conservator from Hall Barn in 1943.


Attendant d'être replacées...



Gilt bronze Mounts


Et si on inspectait les tiroirs? Wink



Drawers


Euh... Là, j'avoue, ça commence à faire peur... Shocked



Drawers removed from inside


On passe à l'arrière... De plus en plus insolite...  Suspect



Back of the Secretaire, veneered areas only for the parts visible to the owner


Et là, au coeur de l'oeuvre, l'estampille de son créateur...



Riesener stamp

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31671
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Meubles de Marie-Antoinette   Ven 6 Nov - 15:35

C'est toujours aussi magnifiques ces œuvres de Riesener

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5077
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Meubles de Marie-Antoinette   Sam 26 Déc - 7:05

Voici une analyse de l'art de la couleur selon Jean-Henri Riesener.

http://crcv.revues.org/13350

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5077
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Meubles de Marie-Antoinette   Ven 24 Juin - 9:53

Voici une table chiffonnière en auge que la Reine commanda pour Saint Cloud.


Estampille de Jean-Henri Riesener, maître en 1768
1788
Chêne plaqué de bois de rose, sycomore, amarante, poirier, houx, ébène et ornée de bronzes ciselés et dorés
Inv. CAM 347
© Les Arts Décoratifs, Paris / photo : Jean Tholance


Le plateau rectangulaire à haut rebord « en auge » et extrémités arrondies en fait une table à ouvrage ; un tiroir latéral pourvu d’un plateau et d’une écritoire de métal argenté en fait aussi une table à écrire. Les montants à patins découpés sont réunis par une tablette d’entrejambe ovale. La marqueterie est « à mosaïque et pois ». Une étiquette est collée dans le tiroir : StC n°56 révèle son origine : cette table à usage multiple fut livrée par Riesener pour le cabinet intérieur de la reine Marie-Antoinette au château de Saint-Cloud. Le décor de la marqueterie était assorti à une table à écrire en laque, placée dans la même pièce, et qui avait été livrée à la Reine par Weisweiller en 1784.
http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/musees/musee-nissim-de-camondo/parcours/rez-de-chaussee-haut/le-petit-bureau/table-chiffoniere-en-auge

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5077
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Meubles de Marie-Antoinette   Sam 6 Aoû - 9:51

Voici un exemplaire de Table Mécanique utilisé par la Reine Marie-Antoinette. Cette pièce ingénieuse fut commandée à Riesener et porte un numéro d'inventaire.









Maker: Jean Henri Riesener (French, Gladebeck, near Hessen 1734–1806 Paris)
Maker: mechanism by Jean-Gotfritt Mercklein (1733–1808)
Date: 1778
Culture: French, Paris
Medium: Oak veneered with marquetry of bois satiné, holly, amaranth, barberry, stained sycamore, and green-lacquered wood; gilt-bronze mounts; steel, iron and brass fittings; mirror glass; velvet (not original)
Dimensions: H. 31 x W. 44-1/2 x D. 27 1/4 in. (78.7 x 113.0 x 69.2 cm)
Credit Line: Rogers Fund, 1933

Description:
The inventory number painted underneath the top allows this table to be identified as the one delivered by Riesener for use of Queen Marie Antoinette to the Château of Versailles in 1778. It was one of many pieces of exquisite furniture ordered by the queen from Riesener and was commissioned specifically for use during the confinement and lying-in at the birth of her first child. The table has intricate latticework marquetry in simulated relief, enclosing sunflowers. At each end, a rectangular gilt-bronze plaque decorated with interlaced rose and laurel branches hides the mechanism that makes it possible to raise or lower the table's top by means of a crank.

Cette Table Mécanique fait actuellement partie des Collections du Met.

Voici quelques renseignements complémentaires.
La Reine déjeunait souvent dans son lit, quelque fois debout, sur une petite table en face de son canapé. Dans son lit, elle utilisait, vraisemblablement une des ses « tables mécaniques » qu’elle commandait à son ébéniste Riesner et son mécanicien Mercklein. Pour son canapé, on utilisait alors à une petite table volante que l’on roulait devant elle.

Sources : http://www.metmuseum.org/toah/works-of-art/33.12/
http://www.europeana.eu/portal/en/record/2048708/TRIANON_W1_38_1.html

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Collector

avatar

Nombre de messages : 497
Date d'inscription : 21/11/2014

MessageSujet: Re: Meubles de Marie-Antoinette   Sam 9 Sep - 11:33

Petit topo sur la chambre de Trianon
http://collections.chateauversailles.fr/#2cb45a7e-d5af-4caa-bec1-26bff8588beb



Historique
D'un ensemble dit " Mobilier aux épis ", commandé en 1787 pour la chambre à coucher de Marie-Antoinette au Petit Trianon ; vente révolutionnaire, adjugé en octobre 1793 au citoyen Rocheux pour le compte du marchand Hébert. Ce fauteuil, ainsi que les sièges Vmb 14303 à Vmb 14306 : coll. Rudolf von Goldschmidt-Rothschild, Königstein im Taunus (Allemagne) ; coll. Société Les Fils de Léon Helft, Paris, ainsi que l'écran Vmb 14307 ; le tout classé Monument historique le 2 mai 1941. Achat, 1942.


Désignation : fauteuil
Nº d'inventaire: VMB 14302
Domaine : Mobilier
Auteur : Jacob, Georges Ier (menuisier)
Rode, Jean-Baptiste-Simon (sculpteur)
Chaillot de Prusse, Jean-Baptiste (peintre)
Dugourc, Jean-Démosthène (dessinateur)
Atelier Desfarges (Lyon) (brodeur)
Date de création : 1787 (XVIIIe siècle)
Emplacement : Petit Trianon, château appartement Reine
Dimensions : 95,1 x 62,5 x 62,2 cm


Commentaire
Marie-Antoinette commença à redécorer le Petit Trianon en 1787, et se fit notamment livrer par le menuisier Jacob un nouveau mobilier destiné à sa chambre à coucher. Cet ensemble exceptionnel, évocateur de l’esprit champêtre que la reine entendait conférer à son château, fut vendu à la Révolution. Si le lit n’a pas encore été retrouvé, et si le fauteuil de toilette est conservé au Getty Museum (Los Angeles), en revanche, Versailles a acquis en 1942 les deux fauteuils, les deux chaises, l’écran et le tabouret de pied.

Les meilleurs artisans travaillèrent sur ce mobilier. Outre Jacob, dont l’estampille est visible sur chaque meuble, ce furent les sculpteurs sur bois Jean-Baptiste-Simon Rode, pour les sièges, et Pierre-Claude Triquet, pour le lit, Jean-Baptiste Chaillot de Prusse pour les peintures, et Marie-Olivier Defarges, de Lyon, pour le tissu brodé, livré par le marchand mercier Hébert (qui racheta l’ensemble en 1793). Les épis tressés de chèvrefeuilles et de brins de jasmin ont été certainement en partie repeints car certains éléments présentent des cocardes tricolores qui, évidemment, n’existaient pas à l’origine.

La nouveauté provenait de la vérité avec laquelle étaient sculptées et peintes les fleurs, ce qui fait de cet ensemble un mobilier unique pour l’époque. Mais ce qui en fait toute la richesse, c’est la broderie. Naturellement, les couleurs ont quelque peu passé avec le temps, mais on doit souligner la finesse avec laquelle les tissus mettent les sièges en valeur. Ce sont des bouquets de roses, de boutons d’or et de bleuets, ou barbeaux, couramment employés à l’époque, particulièrement dans les porcelaines. La reine elle-même possédait à Trianon un service appelé « perles et barbeaux ».

Si ce mobilier a pu conserver ses décors, c’est qu’en fait, il servit très peu. Dès le 6 octobre 1789, la reine quittait définitivement Versailles et Trianon.

Jérémie Benoît.


Autre pièce de mobilier


Désignation : tabouret de pieds
Nº d'inventaire: VMB 14306
Domaine : Mobilier
Auteur : Jacob, Georges Ier (menuisier)
Rode, Jean-Baptiste-Simon (sculpteur)
Chaillot de Prusse, Jean-Baptiste (peintre)
Dugourc, Jean-Démosthène (dessinateur)
Atelier Desfarges (Lyon) (brodeur)
Date de création : 1787 (XVIIIe siècle)
Emplacement : Petit Trianon, château appartement Reine
Dimensions : 30,4 x 47,2 x 36 cm


Autre commentaire
Un nouveau mobilier fut commandé pour la chambre de la Reine en 1787. Le dessin avait dû en être donné par Jean-Démosthène Dugourc. La réalisation revint au menuisier Georges Jacob ; le sculpteur Rode sut transcrire le dessin particulièrement original fait de gerbes de blé liées par des rubans et autour desquelles s'enroulent des branches de lierre et de jasmin. Des brins de muguet complètent le décor ainsi que des pommes de pin, à la base des pieds et au sommet du dossier. La peinture au naturelle est due à un véritable peintre, Chaillot de Prusse. Ce siège a par ailleurs conservé sa garniture d'origine, couverte d'un basin brodé de guirlandes de rose encadrant des bouquets de fleurs des champs, réalisé dans les ateliers de la veuve Desfarges à Lyon. De cet extraordinaire ensemble appelé le mobilier " aux épis " dispersé à la Révolution, on a pu réunir à Trianon les deux fauteuils, les deux chaises, le paravent et l'écran de cheminée. La bergère n'est pas identifiée et le fauteuil de toilette figure aujourd'hui au J. Paul Getty Museum à Los Angeles. Quant au lit, il semble avoir disparu au XIXe siècle.

Bertrand Rondot.

On les avait sûrement dans notre sujet sur le petit Trianon
http://maria-antonia.justgoo.com/t784-petit-trianon-restaurations

mais j'ai la flemme de chercher

_________________
Less Is More
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sido Scorpion

avatar

Nombre de messages : 497
Date d'inscription : 05/08/2015

MessageSujet: Re: Meubles de Marie-Antoinette   Ven 15 Sep - 20:48

Présentation d'un table de nuit Riesener pour la chambre à coucher du bas Very Happy

Désignation : table de nuit
Nº d'inventaire: V.2011.49
Domaine : Mobilier
Auteur : Riesener, Jean-Henri (ébéniste)
Date de création : 1783 (XVIIIe siècle)
Emplacement : Corps central, Petit appartement de la Reine chambre de Marie-Antoinette
Dimensions : 95 x 49 x 33,5 cm
Matière et technique : bâti en chêne, acajou et placage d'acajou, marbre blanc, bronze doré





Historique
Table, d'une paire, livrée en décembre 1783 par l'ébéniste Jean-Henri Riesener pour le Petit Appartement de Marie-Antoinette au rez-de-chaussée du corps central. Achat, vente Fraisse et Associés, 7 décembre 2011, lot n° 177.
Commentaire
Exécuté par Jean-Henri Riesener, le meuble porte inscrit au dos à l’encre noire le numéro 3317-2 correspondant à une livraison de décembre 1783 pour le Petit Appartement de Marie-Antoinette au rez-de-chaussée du corps central, nouvellement aménagé par Richard Mique à l’emplacement de celui de Madame Sophie, tante de Louis XVI, morte l’année précédente. D’après le Journal du Garde-meuble, furent livrées pour la nouvelle chambre « […] 3317 Deux tables de nuit de bois d’acajou de 34 pouces de haut ayant un tiroir et deux tablettes de marbre blanc veiné, l’extérieur formant plusieurs compartiments et panneaux ornés de cadres, moulures, chapiteaux, sabots, portans et balustrades de bronze doré d’or moulu » (Arch.nat. O1* 3320 f°173). L’autre table qui compose la paire n’est aujourd’hui pas identifiée. Par son style relativement sobre et austère, la table de chevet est en parfaite harmonie avec les autres meubles d’ébénisterie livrés en 1784 par Riesener pour la chambre : une commode (coll. privée, Versailles en possède la réplique par Benneman livrée pour Saint-Cloud en 1787), un secrétaire à abattant (acquis en 1977 à la vente Mentmore) et une toilette de campagne (don de la Versailles Foundation en 1990).

Source : Château de Versailles

_________________
Avais-je atteint ici ce qu'on ne recommence point ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Meubles de Marie-Antoinette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Meubles de Marie-Antoinette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chinoiseries et meubles de Marie-Antoinette : par Weisweiler, Macret et Riesener
» Mobilier de Marie-Antoinette au Petit Trianon
» MARIE ANTOINETTE
» Marie-Antoinette à ArtParis
» Exposition Marie Antoinette en 2008 au Grand Palais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Reliques, écrits, meubles :: reliques, meubles et objets-
Sauter vers: