Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 la duchesse de Chaulnes Picquigny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39557
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Lun 24 Sep - 16:56

Dauphine nouvellement arrivée à la cour de Versailles, Marie Antoinette se lia avec deux jeunes femmes, la malicieuse marquise de Mailly et l'originale duchesse de Chaulnes Picquigny (LA FAYE, op. cit., pp 56 sqq).

Cette dernière était, selon Edmond de Goncourt, la digne belle-fille de la duchesse de Chaulnes. Elle avait de sa belle-mère l'abondance d'idées, le flux des saillies, les fusées, les éclairs et les feux de paille. Elle était tout esprit comme elle, et cet esprit était un esprit à la diable. Elle prenait en se jouant son parti de toutes choses, et de son mariage et de son mari, ce fou d'histoire naturelle qui, disait-elle, avait voulu la disséquer pour l'anatomiser.

S'il faut en croire la note en page 57, Madame de Picquigny, dans les dernières années de sa vie, tint Versailles en haleine par son remariage avec un homme bien plus jeune qu'elle, un conseiller à la Cour des Comptes qui occupait une petite situation dans la Maison de Marie Antoinette. Ne prenant que l'homme, pas le nom, la duchesse continua de s'appeler Picquigny. Une femme de caractère !

Pour l'heure, elle entoure la jeune dauphine de ses plaisanteries sur la du Barry, qu'elle surnomme avec une élégance infinie la grande sauteuse. C'était d'ailleurs elle aussi qui avait établi la subtile distinction entre les siècles, les collets montés et les paquets.

Ces farces ne plairont que trop à l'espiègle dauphine, qui retrouvera ainsi un peu du sel de son intimité avec Marie Caroline, qui, déjà, suscitait les remontrances de leur auguste mère.

A la cour de Versailles, froncements de sourcils et pincements de lèvres accueilleront ces enfantillages, qui, peu à peu, vont monter les esprit contre Marie Antoinette.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Lun 24 Sep - 17:02

Chère Pimprenelle
Moi qui travaille sur la Maison de la Reine, je ne connaissais pas cette anecdote. Avec qui donc était mariée Mme de Picquigny ? Etait il au bureau , Voilà qui me met en haleine, de vous lire bientôt.
Merci d'avance
MR de Talaru
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Lun 24 Sep - 17:02

Je ne connaissais pas du tout cette pétulante dame mais ses mots d'esprit me font sourire de bon coeur. Surtout cette phrase au sujet de son mari. Existe-t-il des portraits d'elle Pim?
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39557
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Lun 24 Sep - 17:10

C'est bien ce que je me demande, Magic... La Faye, toujours très précis pourtant, ne donne même pas les prénoms de cette dame. Et la recherche sur le net n'aboutit à rien. :s: Si quelqu'un en sait plus... :s:

Pareil pour la question de Monsieur de Talaru... c'est le plus complet que j'aie lu sur cette dame, je n'en sais pas plus. A moins que chez Madame d'Adhémar ? Shocked

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Lun 24 Sep - 17:20

Diantre !
Je ne pourrai pas faire de recherches ce soir, je travaille. Mais dès demain j'essaierai de vous en dire plus sur cette dame. Promis.
Mr de Talaru
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Lun 24 Sep - 17:27

Je n'avais jamais rien lu à son sujet quant aux moteurs de recherche, nous chercherions probablement aux mêmes endroits. Sad
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39557
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Lun 24 Sep - 18:26

Voilà une première info : Chaulnes, Anne-Josèphe Bonnier de La Mosson, duchesse de Picquigny, puis de (1718-1782)

Je suppose qu'il s'agit de la fameuse belle-mère si spirituelle ? Elle aurait dans ce cas laissé une correspondance littéraire.

Rien chez la comtesse d'Adhémar, rien dans le lexique de la correspondance... Sad Rien chez Sabine Flaissier, rien chez Catriona Seth non plus... Sad

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Lun 24 Sep - 21:12

pimprenelle a écrit:
Voilà une première info : Chaulnes, Anne-Josèphe Bonnier de La Mosson, duchesse de Picquigny, puis de (1718-1782)
Eh bien, pour celle-là (est-ce donc cette belle-mère ? ), je connais quelqu'un qui en parle... Cool
Ma chère et perfide marquise du Deffand nous propose un portrait...au vitriol, comme souvent.
Celui-ci est l'un de ses plus célèbres.
L'espace...

Voici :

L'esprit de madame la duchesse de Chaulnes est si singulier, qu'il est impossible de le définir : il ne peut être comparé qu'à l'espace ; il en a pour ainsi dire toutes les dimensions, la profondeur, l'étendue et le néant ; il prend toute sorte de formes et n'en conserve aucune ; c'est une abondance d'idées toutes indépendantes l'une de l'autre, qui se détruisent et se régénèrent perpétuellement.
Il ne lui manque aucun attribut de l'esprit, et l'on ne peut dire cependant qu'elle en possède aucun, raison, jugement, habileté, etc.
On aperçoit toutes ces qualités en elle, mais c'est à la manière de la lanterne magique ; elles disparaissent à mesure qu'elles se produisent : tout l'or du Pérou passe par ses mains sans qu'elle en soit plus riche.
Dénué de sentiment et de passion, son esprit n'est qu'une flamme sans feu et sans chaleur, mais qui ne laisse pas de répandre une grande lumière.
Tous les objets la frappent, aucun ne l'attache ni ne la fixe ; les impressions qu'elle reçoit sont passagères. L'extrême activité de son imagination fait qu'elle s'abandonne sans examen et sans ressource à tous ses premiers mouvements.
Elle s'engagera dans une galanterie, et s'en dégagera avec tant de précipitation, qu'elle pourra bien oublier jusqu'au nom, jusqu'à la figure de son amant.
Si elle entre dans quelques projets, dans quelques intrigues où il soit nécessaire d'agir, l'ardeur, l'intelligence, l'habileté, rien ne lui manquera, et elle pourra contribuer au succès ; mais si les circonstances exigent de la patience, de l'inaction, elle abandonnera bientôt l'entreprise.
Jamais elle ne sera occupée ni intéressée que par les choses qui demandent une sorte d'effort ; les sciences les plus abstraites sont les seules pour lesquelles elle ait de l'attrait, non parce qu'elle éclairent son esprit, mais parce qu'elles l'exercent.
Ce n'est point à sa jeunesse qu'on peut attribuer ses défauts ; ils ne sont point l'effet de ses passions : son âme est insensible, ses sens sont rarement affectés, rien, à ce qu'il semble, ne devrait s'opposer en elle à la réflexion ; mais c'est une opération de l'esprit trop lente : il y entre du souvenir et de la prévoyance, et elle ne voit jamais que l'instant présent.
On conclura aisément qu'il n'y a rien à dire de son caractère : il est et sera toujours suivant que son imagination en ordonnera.
Madame la duchesse de Chaulnes est un être qui n'a rien de commun avec les autres êtres que la forme extérieure : elle a l'usage et l'apparence de tout, et elle n'a la propriété ni la réalité de rien.


J'adore ! Twisted Evil

En 1742, elle écrit encore au président Hénault :

La Pecquigny n'est d'aucune ressource, et son esprit est comme l'espace (....voir précédemment Wink )
Elle a tout senti, tout jugé, tout éprouvé, tout choisi, tout rejeté ; elle est, dit-elle, d'une difficulté singulière en compagnie, et cependant elle est toute la journée avec toutes nos petites madames à jaboter comme une pie.
Mais ce n'est pas cela qui me déplaît en elle : cela m'est commode dès aujourd'hui, et cela me sera très agréable sitôt que Formont sera arrivé.
Ce qui m'est insupportable, c'est le dîner : elle a l'air d'une folle en mangeant ; elle dépèce une poularde dans le plat où on la sert, ensuite elle la met dans un autre, se fait rapporter du bouillon pour mettre dessus, tout semblable à celui qu'elle rend, et puis elle prend un haut d'aile, ensuite le corps dont elle ne mange que la moitié ; et puis elle ne veut pas que l'on retourne le veau pour couper un os, de peur qu'on n'amollisse la peau ; elle coupe un os avec toute la peine possible, elle le ronge à demi, puis retourne à sa poularde ; après elle pèle tout le dessus du veau, ensuite elle revient à ronger sa poularde : cela dure deux heures.
Elle a sur son assiette des morceaux d'os rongés, de peaux sucées, et pendant ce temps, ou je m'ennuie à la mort, ou je mange plus qu'il ne faudrait.
C'est une curiosité de la voir manger un biscuit ; cela dure une demi-heure, et le total, c'est qu'elle mange comme un loup : il est vrai qu'elle fait un exercice enragé.
Je suis fâchée que vous ayez de commun avec elle l'impossibilité de rester une minute en repos.
Enfin, voulez-vous que je vous le dise ? elle est on ne peut pas moins aimable : elle a sans doute de l'esprit ; mais tout cela est mal digéré ; et je ne crois pas qu'elle vaille jamais davantage.
Elle est aisée à vivre ; mais je la défierais d'être difficile avec moi : je me soumets à toutes ces fantaisies, parce qu'elle ne me font rien ; notre union présente n'aura nulle suite pour l'avenir.




P.S : En note du bouquin (Mercure de France), je lis pour cette même Anne-Josèphe Bonnier de la Mosson : morte en 1787. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39557
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Lun 24 Sep - 21:33

Ah, je sentais qu'on pouvait compter sur toi pour nous dégoter un morceau d'anthologie, la nuit, la neige !

Et celui-ci est des plus fameux, en effet !

Mais qu'est-ce qu'elle lui a fait, à ta Madame du Deffant, la pauvre Chaulnes ? Elle lui a soufflé un amant dont elles ont toutes deux oublié le nom, ou quoi ?

De tout ce texte, c'est cette phrase que je préfère :
Citation :
L'esprit de madame la duchesse de Chaulnes est si singulier, qu'il est impossible de le définir : il ne peut être comparé qu'à l'espace ; il en a pour ainsi dire toutes les dimensions, la profondeur, l'étendue et le néant
Hum... toutes les dimensions [de l'espace], la profondeur, l'étendue et le néant... voilà qui ne demande qu'à être replacé !

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Mar 25 Sep - 0:52

Bien. Je dois vous dire que je suis un peu perdu avec cette duchesse de Chaulnes belle-fille / belle-mère. C’est la même non ? What a Face
Comprends rien !

Voici ce que j’ai trouvé :

:arrow: Depuis le site d'Elisabeth Vigée Le Brun :
Born Anne Josêphe Bonnier de La Mosson. In 1734 she married Michel Ferdinand d’Albert d’Ailly duc de Picquigny, duc de Chaulnes. After being widowed, she married Henri de Giac, called the marquis de Giac. She died in Paris in 1782. (She was also painted by Nattier.) (Information from Olivier Blanc.)


La duchesse de Chaules en Hébé, par Nattier.
Sur le site de la RMN, elle meurt en 1787... pale


L'estampe de François Hubert d'après ce portrait.

:arrow: Depuis les Souvenirs (bon ok, apocryphes ) de Mme de Créqui :

La Duchesse de Chaulnes était certainement la plus extravagante et la plus ridicule personne de France.1
C'était une grosse douairière toute bouffie, gorgée, soufflée, boursouflée de santé masculine et de sensibilité philosophique, qui se faisait ajuster et coiffer en petite mignonne, et qui zézéyait en parlant pour se rajeunir. Elle était éminemment riche, et c'étaient les enfans du Maréchal de Richelieu qui devaient hériter d'elle ; je pense que c'était à cause de leur grand'mère qui était une Mlle Jeannin de Castille. On supposait bien qu'elle éprouvait la tentation de se remarier ; mais ses héritiers ne s'en inquiétaient guère, en se reposant sur la difficulté qu'elle aurait à trouver un homme de la cour, ou même un simple gentilhomme qualifié qui voulût affronter une pareille exorbitance de chairs, de ridicules et de moustaches.
Il y avait à Paris, d'un autre côté, car c'était dans une des chambres d'enquêtes, un certain Conseiller sans barbe qui s'appelait M. de Giac, et qui était l'homme de justice le plus pédant, le plus risiblement coquet et le plus ennuyeux. Il avait l'air d'un squelette à qui l'on aurait mis du rouge de blonde et des habits de taffetas lilas. Il pinçait de la mandoline en se pinçant la bouche et jouant des prunelles. Il avait la prétention d'avoir composé la musique et les paroles d'un opéra tragique, mais par habitude il ne fabriquait que des pièces fugitives, et c'était de la poésie, d'autant plus légère qu'il n'y avait rien dedans.
Voilà M. de Richelieu qui s'amuse à faire courir le bruit d'un mariage entre Mme de Chaulnes et M. de Giac qui ne se connaissaient point du tout. C'est un bruit qui se répand dans tout Paris : on leur en parle ; Mme de Chaulnes se fait désigner l'équipage, la loge et la personne de M. de Giac, et vice versa de la part du Conseiller pour la Duchesse ; on s'observe, on s'approche, on fait connaissance, on s'admire, et finalement on s'épouse. Mme de Chaulnes en a donné deux cent mille livres de rente à son second mari, et voilà M. de Richelieu bien récompensé ! — Je dois vous annoncer, lui vint-elle dire, au pavillon d'Hanovre, en prenant des airs de mineure, je viens vous annoncer que je vais me donner un tuteur.... — Madame, lui répondit-il en s'inclinant jusqu'à terre, (ce qui préludait toujours à quelque perfidie), j'aurais cru que vous aviez perdu le droit de le choisir vous-même ; et quelle est donc, s'il vous plaît, cette heureuse et prudente personne qui va diriger votre minorité ? Elle répondit en minaudant que c'était un jeune magistrat qui avait l'honneur d'appartenir aux Lefèvre de Caumartin ; mais elle ne voulut ou n'osa jamais le nommer, ce qui priva M. de Richelieu du plaisir de lui répondre qu'on n'était plus jeune à cinquante-deux ans, parce que c'était précisément l'âge de la Duchesse et celui de son Conseiller des enquêtes. Ce qu'il y eut de charmant, c'est qu'elle alla disait partout que le Maréchal de Richelieu l'avait complimentée de la manière la plus aimable, et qu'il avait eu la galanterie de l'appeler Pupille dilatée.
Pour apprendre à M. de Giac à compromettre sa dignité parlementaire en épousant une folle à cause de son argent, le Parlement de Paris l'obligea de quitter la magistrature, et le Roi l'exila du côté de Barèges où nous l'avons vu se promenant le long des ruisseaux, costumé comme un berger d'Opéra, sous un parasol orné d'églantines, et la houlette à la main. tout donne à penser qu'il aura fini raisonnablement, car il a légué toute sa fortune à l'hôtel-Dieu de Bordeaux.


1. Anne-Josephe Bonnier de Lamosson, fille d'un Trésorier-Général des états de Languedc, mariée en 1734, morte à Paris, le 6 décembre 1782 No , étant veuve en deuxièmes noces de Martial-Henry de Giac, Seigneur de la Chapelle-en-Parisis

:arrow: Enfin, dans les Portraits intimes du dix-huitième siècle d'Edmond & Jules de Goncourt, je vous propose de lire ceci, sur cette amie de Marie Antoinette : http://www.freres-goncourt.fr/portraitsintimes/duchaulnes.htm

Si quelqu'un comprend qui est qui Suspect ? Et quand cette duchesse est morte ?
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39557
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Mar 25 Sep - 2:43

Vous êtes géniaux, tous les deux ! Comment vous avez fait pour trouver tout ça ?

Voici encore une toute petite mention, résultat de ma pauvre moisson... Sad
Citation :
Chaulnes, Anne-Josèphe Bonnier de La Mosson, duchesse de Picquigny, puis de (1718-1782

Citation :
Joseph-Louis né le 24/11/1741, duc de Chaulnes et duc de Picquigny et vidamed'Amiens, pair de France, mort en 1793.

épouse le 23/05/1758: Marie fille de Charles duc de Luynes, morte en 1781.
Elle, ce doit être la Picquigny de Marie Antoinette, qui devait être pas mal plus âgée qu'elle en fait, puisqu'elle s'est mariée en 1758.

Lui, ce ne peut être que le Picquigny qui aurait dû épouser la fille de Madame de Pompadour.

Citation :
Madame de Pompadour finit par obtenir du duc de Chaulnes la promesse que son fils, le duc de Picquigny, épousera Alexandrine lorsque celle-ci atteindra l'âge de treize ans ; en échange, le duc de Chaulnes sera nommé gouverneur du duc de Bourgogne et la duchesse, gouvernante des enfants de France.

Mais ce projet ne pourra être mis à exécution : Alexandrine meurt à neuf ans d'une péritonite.

Mais Alexandrine meurt en 1754. Les dates concordent. Picquigny en épouse une autre en 1758.

Le duc de Chaulnes qui avait épousé Anne Josèphe Bonnier était un éminent scientifique.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Mar 25 Sep - 13:07

Voici ce que j'ai trouvé dans mes recherches.
Marie Paule Angelique d'Albert de Luynes,
Duchesse de Picquigny, puis en 1769 Duchesse de Chaulnes
née le 07-09-1744
morte ?
Dame du¨Palais de Marie Leszczynska puis de Marie Antoinette en 1770. On garde sa trace en 1781.
Mariée à
Marie Joseph Louis d'Albert d'Ailly
Vidame d'Amiens, puis duc de Picquigny puis en 1769, Duc de Chaulnes
né le 24-11-1741
mort en 1793
Cornette surnumeraire de la compagnie des chevaux légers de la garde ordinaire du roi 1748 et mestre de camp en 1756
Voilà
Mr de Talaru
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39557
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Mar 25 Sep - 13:19

Merci, Monsieur de Talaru ! Merci à tous... on commence à vraiment mieux cerner le sujet ! flower

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Mar 25 Sep - 13:24

Ca ne lui fait jamais que onze ans de plus que Marie-Antoinette et cinq de plus que Marie-Thérèse et Yolande...
On rencontre plus de vieilles dames à la Cour qu'elle... Wink Rolling Eyes

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Mar 25 Sep - 15:22

C'est vrai qu'on est perdu dans ces dames, laquelle donc épouse Mr de Giac ? La Dame de Marie-Antoinette meurt en 1782, on est d'accord, son mari perit en 1793 (sur l'échafaud ?). Donc est-ce une soeur du Duc, puisqu'il est fait duc de Chaulnes en 1769, ou de son fils ?
Mr de Talaru
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Mar 25 Sep - 15:54

Aux dires de Mrs de Goncourt, ce serait la belle-mère qui aurait fait ce deuxième mariage.
Mr de Talaru
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39557
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Mar 25 Sep - 16:09

Citation :
Ca ne lui fait jamais que onze ans de plus que Marie-Antoinette et cinq de plus que Marie-Thérèse et Yolande...
On rencontre plus de vieilles dames à la Cour qu'elle...
En effet, Majesté, mais d'après le comportement puéril décrit par Jacques de La Faye, je me l'étais imaginée plus jeune, aussi jeune que Madame de Lamballe à tout le moins. Purement subjectif... Rolling Eyes

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Mar 25 Sep - 16:22

Au temps pour moi, je l'imaginais âgée, car je l'ai donfondue dans nos propos d'hier avec la Duchesse de Villars dont tu as parlée dans la vêture de la Dauphine... Embarassed

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Mar 25 Sep - 16:27

Mr de TALARU a écrit:
C'est vrai qu'on est perdu dans ces dames, laquelle donc épouse Mr de Giac ? La Dame de Marie-Antoinette meurt en 1782, on est d'accord, son mari perit en 1793 (sur l'échafaud ?). Donc est-ce une soeur du Duc, puisqu'il est fait duc de Chaulnes en 1769, ou de son fils ?
Mr de Talaru

A priori, c'est la première (née de Mosson) qui épouse une fois veuve M. de Giac.

La seconde, née Albert de Luynes, est décédée d'après le site que j'ai cité plus haut le 17 octobre 1781. Elle a épousé le fils unique du précédent (voir également l'arbre que j'ai posté). Les Chaulnes en question, père et fils, ont les honneurs de quelques lignes sur Wikipédia d'ailleurs (voir le lien posté par Pimprenelle pour le père et qui renvoie également au fils).

Son époux par contre, est indiqué comme décédé en 1792 ou 1793 selon les sources que j'ai pu trouver. Ce qui, bien sûr, ne laisse pas cours aux mêmes spéculations vue la période.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Mar 25 Sep - 16:51

Cher Orangerie,
Nous allons bien réussir à démêler ce noeud d'énigmes.
Votre Duchesse de Chaulnes (Anne Bonnier de Mosson épouse Michel Ferdinand qui est né le 31-12-1714. La Dame du Palais de Marie Antoinette née en 1744 épouse elle Marie Joseph Louis. Donc ce dernier est soit le fils de Michel Ferdinand, soit son cousin. En aucun cas Marie Paule Angélique (dame de M A ) n'est deuxième épouse. Qu'en pensez vous ? C'est pour cela que je pense que c'est sa belle mère qui fit ce deuxième mariage, vu la date de naissance de son époux (1714, on est sous Louis XIV)
Mr de Talaru
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Jeu 27 Sep - 13:53

En me divertissant pendant ma pause déjeuner, je suis tombé sur cette vidéo qui m'a fait penser, avec humour, à cette chère duchesse de Chaulnes.
Qui ? Rolling Eyes
Anyway... http://www.dailymotion.com/relevance/search/anyway/video/x2cvkr_anyway_fun
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39557
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Jeu 27 Sep - 14:00

Arf ! De celle qui dégaine son éventail et de celle qui s'évente à vide... qui fera la langoustine ?!

Mais où as-tu déniché ce bijou, la nuit, la neige ? lol!

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Jeu 27 Sep - 14:11

Bah ! Je les adore ces deux folles, et je m'ennuie tant pendant ma pause déjeuner... Rolling Eyes
Les pister sur le net m'occupe et, enfin, me fait rire !
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39557
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Jeu 27 Sep - 14:40

Ah, c'est carrément une série ? Mais je ne connais pas ! Raconte, raconte !

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   Jeu 27 Sep - 16:35

Enfin Pim ! Tu ne connais pas Jennifer Saunders? c'est Eddina Moonson de Absolutely Fabulous !

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la duchesse de Chaulnes Picquigny   

Revenir en haut Aller en bas
 
la duchesse de Chaulnes Picquigny
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La duchesse de Pecquigny
» PICQUIGNY (SOMME) - Promenade héraldique
» La duchesse Jules de Polignac
» Portraits de la duchesse de Polignac
» Louise Adélaïde de Penthièvre, duchesse d'Orléans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Marie-Antoinette et ses contemporains :: Ses relations amicales-
Sauter vers: