Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 le potager du roi

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Charlotte

avatar

Nombre de messages : 407
Date d'inscription : 25/10/2014

MessageSujet: Re: le potager du roi   Jeu 22 Juin - 8:15


_________________
- me stessa -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le beau lauzun

avatar

Nombre de messages : 768
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: le potager du roi   Mar 20 Fév - 14:37

Vous avez aussi lu que La Première dame veut faire un potager à Versailles ? Ici ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 40018
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: le potager du roi   Dim 15 Avr - 16:25

Petite piqûre de rappel... Wink

« L’étang puant ». Sur les anciennes cartes de Versailles, le nom figure encore. Un terrain marécageux au sud du château. Pas franchement le genre d’endroit où l’on imagine un jardin luxuriant. Et pourtant, le Roi Soleil n’en démord pas. Ce sera là et nulle part ailleurs qu’il fera pousser ses fruits et légumes.

Neuf hectares ne sont pas de trop. Car comme pour ses jardins, ses fontaines, son château, Louis XIV veut faire dans la démesure, en mettre plein la vue aux autres cours européennes, pour que son domaine soit un modèle dans le monde entier. Trois siècles plus tard, le potager du roi est toujours le plus grand d’Europe. Plus d’un millier de variétés de plantes y sont cultivées. On peut passer des heures à déambuler dans ses allées, guetter les têtes d’asperges qui affleurent, scruter les fraises cachées sous leurs larges feuilles. Longer les poiriers parfaitement alignés et admirer la fameuse grille du roi, une des seules encore d’origine sur le domaine.



Vue et perspective du Jardin potager de Versailles.
Gravure du XVIIIe siècle de Pierre Aveline (1654-1722)


Difficile de croire que ce terrain fut un jour insalubre. En 1678, les travaux démarrent. Des milliers d’ouvriers sont chargés de remblayer cet immense trou. Reste alors l’essentiel : y faire pousser des plantes. Pour ça, Louis XIV fera appel à Jean-Baptiste de la Quintinie. Avocat de formation, ce bourgeois charentais se passionne depuis quelques années pour le jardinage. Il sera le magicien de ce lieu. « La Quintinie a une mission : surprendre et faire mieux que les autres », explique Antoine Jacobsohn, responsable du potager du roi, aujourd’hui géré par l’école nationale supérieure du paysage.

Des asperges en plein hiver

La Quintinie observe, expérimente et met au point de nouvelles techniques de taille et de production forcée de fruits et légumes. « Avec lui, ce sera l’été en hiver, résume Antoine Jacobsohn. La figuerie qu’il fait construire est une des seules que je connaisse. Il faut imaginer 700 caisses de figuiers, qu’on sortait et rentrait chaque jour. Cette technique permettait de faire pousser des figues dès le mois d’avril, alors qu’en Provence on commence tout juste à en avoir fin juin ».

n utilisant la fermentation du fumier, le génial inventeur parvient également à obtenir des asperges en plein hiver. Il développera l’utilisation de la vitre en verre. Et c’est encore lui qui optimisera la taille des arbres fruitiers pour avoir davantage de fruits sur les branches... et donc dans les assiettes.

Ses trouvailles font fureur auprès du roi. Tous les jours, des paniers de fruits et légumes stockés dans des caves voûtées sont emmenés vers les cuisines du château. « Ils sont là pour nourrir Louis XIV, qui dîne seul, puis sa famille, raconte Antoine Jacobsohn. Cela représente quelque 150 personnes ». Le roi, qui anoblit La Quintinie, confiera lors du décès du jardinier en chef en 1688, avoir subi une perte « que rien ne pourra jamais remplacer ».

Lors des règnes suivants, le site ne retrouvera jamais la dynamique de celui de Louis XIV. Classé monument historique en 1926, il est ouvert au public depuis 1991. « Aujourd’hui, s’enthousiasme Antoine Jacobsohn, il y a les jardiniers, les élèves paysagistes, les visiteurs et tout ce petit monde se croise. C’est une vraie ruche ». Vous voulez goûter ? La production des neuf jardiniers est vendue le mardi, jeudi et samedi matin dans la boutique.



https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article14517

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pepe12547

avatar

Nombre de messages : 881
Localisation : La monarchie des Habsbourg
Date d'inscription : 01/03/2018

MessageSujet: Re: le potager du roi   Dim 15 Avr - 18:28

Sujet intéressant Merci pour vos informations et photos. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5867
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: le potager du roi   Mar 22 Mai - 6:36

Bien chers Amis du Boudoir de Marie-Antoinette,

On nous annonce des visites guidées.

Visites guidées du Potager du Roi à Versailles

Partez à la découverte de ce patrimoine vivant et historique en compagnie d’un guide passionné qui partagera ses connaissances avec vous sur les thématiques de l’histoire, la nature et les techniques de culture à l’époque de sa création et aujourd’hui au moment de la confrontation aux défis des changements climatiques.



Le Potager du Roi 10 rue du Maréchal-Joffre 78000 Versailles Versailles Pris en charge dans le droit d’accès au jardin à 3€

https://www.unidivers.fr/

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
de La Reinta

avatar

Nombre de messages : 923
Date d'inscription : 15/03/2016

MessageSujet: Re: le potager du roi   Mer 27 Juin - 10:21

Il va falloir faire chauffer les cartes bleues !!!!      

Versailles : le Potager du Roi a besoin de 17 M€

Le jardin historique du Roi Soleil a présenté un dossier de mécénat auprès de la fondation américaine World Monuments Fund pour financer sa rénovation et son développement.

Le jardin historique c'est là  


Classé monument historique en 1926 et au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1979, le potager du roi vieillit mal. Ce célèbre jardin à la française, créé à Versailles par Jean-Baptiste de la Quintinie pour le roi Louis XIV, place ses espoirs dans la fondation américaine World Monuments Fund (WMF), un fonds richement doté par des multinationales et quelques milliardaires.

Répertorié récemment dans une liste établie par WMF de 8 sites patrimoniaux naturels en danger qui ont reçu une aide de 1 M$ - le Potager a obtenu 150 000 € -, le monument a besoin de subsides plus importants pour se rénover. Il vient donc de communiquer à ce partenaire d’outre Atlantique un plan global de restauration et de valorisation des lieux, qui passe par des travaux d’un montant estimé à 17 M€, réalisés sur une durée de dix ans.

« Depuis sa naissance, le Potager a su se rénover environ une fois par siècle. Le dernier grand épisode remonte à la fin du XIXe siècle avec la naissance sur place de l’Ecole nationale d’Horticulture. Depuis 30 ans, il souffre d’un retard d’investissement », explique Vincent Piveteau, directeur de l’Ecole nationale supérieure du Paysage (ENSP). Cette école est l’autre occupant des 9,2 ha et 4 500 arbres fruitiers de ce jardin patrimonial, unique au monde.

15 % des murs de l’enclos sont dans un état préoccupant

A la fois lieu de production, de formation mais aussi jardin d’expérimentation, le Potager du Roi, du fait de son installation dans un milieu urbain, a toujours été enclos dans des murs. Ce sont eux qui souffrent aujourd’hui. Sur les 5 km de linéaire en dur, 15 % se trouvent dans un état préoccupant et 40 % devront être repris à terme, soit près de 7 000 m2 de surface à reprendre. Ces ouvrages d’art comportent des voûtes, elles aussi mal en point, et des réseaux souterrains de drainage en guère meilleur état. « C’est un préalable coûteux mais indispensable par rapport à tout ce qu’on peut entreprendre ensuite », souligne Antoine Jacobsohn, le directeur du Potager.



Versailles. Les caves voûtées utilisées par les jardiniers nécessitent des travaux. LP/PHILIPPE LAVIEILLE.
Au-delà, l’établissement vise une réorganisation complète. Celle-ci prévoit un axe « patrimonial », le long de l’avenue Joffre, un autre, « événementiel », le long de la Pièce d’Eau des Suisses, et une préservation « historique » des modes productifs dans son cœur divisé en carrés. Le Potager prévoit de conserver son entrée unique, du côté de la cathédrale Saint-Louis.


En tant qu’organisateur, en 2019, de la 1re édition de la Biennale internationale de l’Architecture, de l’Urbanisme et du Paysage, le Potager se doit d’améliorer ses conditions d’accueil mais aussi ses espaces techniques pour les jardiniers. Il se donne pour objectif de s’ouvrir davantage au public. A ce titre, les 20 000 visiteurs d’Esprit Jardin, un rendez-vous prisé organisé en mai sur le site, laissent augurer d’un bel engouement du public. L’établissement a également lancé, mi-juin, le Cercle La Quintinie, un club destiné aux entreprises, pour les inciter à devenir mécènes du potager.

http://www.leparisien.fr/
DR.

Vous avez vu que j'ai tout fait dans des couleurs potagères
pour rester dans le ton

_________________
Je dois avouer ma dissipation et paresse pour les choses sérieuses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5867
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: le potager du roi   Mer 27 Juin - 10:36

Bonjour De La Reinta,

Cette information est effectivement corroborée.

Yvelines. Place à l’action au Potager du Roi de Versailles

Après plusieurs études et mois de réflexion, le Potager du Roi de Versailles (Yvelines) est prêt à engager sa transition.

Cent trente ans après les derniers grands travaux d’aménagement, le Potager du Roi de Versailles (Yvelines) est fragilisé dans sa structure, que ce soit au niveau des murs, des terrasses ou encore du système de drainage.

L’Ecole nationale supérieure de paysage (ENSP), installée sur le site, a pour mission d’assurer la conservation, la gestion et la valorisation de ce site classé aux monuments historiques en 1926.

Au terme de plusieurs mois de réflexion et d’études, l’ENSP a remis un plan au World Monuments funds, dans le cadre de la participation du Potager du Roi au programme Watch 2018.


17 millions d’euros sur dix ans

Au total, le coût pour redonner toute sa superbe au lieu créé par La Quintinie est estimé à environ 17 millions d’euros, sur dix ans.

Le diagnostic fait ainsi état de la reprise d’enduits nécessaire sur près de 6 802 m2 de murs, de désordres importants au niveau du système de drainage ou encore des façades et toitures des bâtiments historiques à restaurer.

D’ailleurs, le chantier de restauration du bâtiment des Suisses et de la façade du pavillon La Quintinie est déjà engagé, à hauteur de 1,2 million d’euros.

Une fois que la restauration « physique » aura eu lieu, l’ENSP et le Potager du Roi mettront en place la suite de leur projet, autour des missions de « production, formation, expérimentation et accueil du public ».

Ainsi, de 40 000, le Potager espère passer à 100 000 visites annuelles à terme. Cela passera notamment par l’aménagement d’espaces d’accueil pour les visiteurs et « l’amélioration des conditions de visite », explique Vincent Piveteau, directeur de l’ENSP.


Mais la réorganisation concernera également l’espace des productions agricoles et les lieux d’enseignement et de vie étudiante.


  • Car, le Potager du Roi est « un terrain de recherche et d’expérimentation, rappelle Antoine Jacobsohn, son directeur. C’est un lieu d’enseignement.


Agroécologie

Un lieu dans lequel, par exemple, l’agroécologie (suppresion des traitements chimiques de synthèse notamment) a pris une large place depuis trois ans.

  • La réorganisation concernera aussi les espaces techniques, poursuit Antoine Jacobshon, pour rendre le travail des jardiniers plus efficaces et qu’ils aient moins de trajets.


Pour réaliser ce grand projet, le Potager du Roi doit donc trouver des fonds. Sa participation au World Monuments funds ne lui apportera en effet qu’une large publicité.

Déjà, American Express a annoncé qu’il verserait un million d’euros à 8 sites patrimoniaux naturels en danger dans le monde et répertoriés par le World Monuments Funds (WMF) ; dans ce cadre, le Potager du Roi pourrait recevoir environ 150 000 €.

Pour « le reste », « nous allons mobiliser les acteurs locaux, annoncent Antoine Jacobsohn et Vincent Piveteau. Nous venons par exemple de créer Le clercle de la Quintinie, un cercle à destination des entreprises. »

Tous les mécènes sont bien entendu les bienvenus !

https://actu.fr/

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
globule
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 630
Date d'inscription : 04/10/2017

MessageSujet: Re: le potager du roi   Lun 2 Juil - 9:27


_________________
- Je ne vous jette pas la pierre, Pierre -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte

avatar

Nombre de messages : 407
Date d'inscription : 25/10/2014

MessageSujet: Re: le potager du roi   Mer 11 Juil - 8:51

Donc je ne sais trop où poster mon article. Je le mets ici à tout hasard. Wink

- Versailles : coup de jeune pour le potager du Roi -

Le jardin de Louis XIV a déposé l'an dernier un dossier auprès de la fondation américaine World Monuments Fund. L'organisation a décidé de soutenir financièrement trois idées de l'École nationale supérieure du paysage, qui gère le monument. Au programme : des innovations pour un futur prospère.

Poires «Bon-Chrétien», petits pois, pommes ariane, navets, tomates cerises... Le potager du Roi, situé rive droite de la pièce d'eau des Suisses, offre une grande variété de produits naturels aux habitants de Versailles depuis plus de trois siècles. Construit par Jean-Baptiste La Quintinie dès 1678, sous les ordres de Louis XIV, le jardin divisé en parcelles fait plus de neuf hectares. Aujourd'hui, le lieu est occupé et entretenu depuis 1976 par l'École nationale supérieure du paysage (ENSP).

Pour continuer à maintenir le prestige de ce monument classé historique en 1926, l'établissement a fait appel au printemps dernier à la fondation américaine World Monuments Fund. Ils ont présenté un dossier de mécénat, créé en collaboration avec l'association des amis du potager du Roi, qui a eu un retour favorable en octobre 2017.


Le Potager du Roi de Versailles vu du Grand Carré. Sylvain DUFFARD

L'ENSP avait jusqu'au mois de juin pour établir un plan de conservation, de gestion et de développement du site. Elle a estimé à 17 millions d'euros, sur une période de dix ans, le budget global de restauration, réaménagement et valorisation des infrastructures du Potager du Roi. Le WMF a assuré son soutien au monument historique, pour un montant resté secret, afin qu'il puisse entamer plusieurs phases de ce programme.

Le mécénat va premièrement permettre à l'ENSP de restaurer le jardin du Breuil, où un mur s'est effondré il y a quelques mois. Ils pourront également créer des outils pédagogiques destinés aux groupes scolaires, notamment avec l'élaboration d'une mallette éducative. Enfin, ils ont dans l'objectif d'organiser une deuxième édition en 2019 de Révisez votre Potager à Versailles. Les 16 et 17 juin derniers, le public était convié gratuitement dans le jardin pour découvrir sa production riche et variée. La manifestation était organisée sous l'égide du World Monuments Fund. «Cet évènement célèbre sur deux jours l'engagement de tous ceux qui agissent en faveur de la préservation et de la valorisation du site», explique Ana Teodorescu, chef du mécénat et des partenariats de l'ENSP.

    «C'est une réelle opportunité de sensibiliser d'autres mécènes et partenaires aux besoins en financements privés»

    Ana Teodorescu, chef du mécénat et des partenariats de l'ENSP


Elle se réjouit d'avoir le soutien à long terme de la fondation américaine. «C'est une réelle opportunité de sensibiliser d'autres mécènes et partenaires aux besoins en financements privés», ajoute Ana Teodorescu. Tous ces projets sont encadrés par l'ENSP.

  • Un avenir prometteur mais incertain

Le potager du Roi est bien entretenu car il est couramment utilisé pour l'experimentation, l'innovation et la formation des élèves de l'ENSP. Cependant, il l'est moins du côté de ses parties maçonnées. Elles n'ont pas été restaurées depuis le XIXe siècle et sont dans un important état de délabrement. Sur les cinq kilomètres de murs, 15% sont dans un état préoccupant et 27% dans un état fragilisé. Seulement 7% des linéaires en dur ne nécessitent pas de travaux. En tout, 7000 mètres carrés de surface sont à reprendre. Cela inclut quatre voutes sur les quinze et les réseaux souterrains de drainage.

«Ces aménagements ont une trentaine d'années de retard d'investissement, détaille Ana Teodorescu. Aucun jardin n'est comparable au Potager du Roi, il faut le préserver.» C'est dans cet objectif que les employés du monument se sont associés afin de penser sa réorganisation. L'axe patrimonial et ses quelque 4500 arbres fruitiers, 450 et 400 variétés fruitières et légumières seront mis en avant. Le potager a également fait le choix de l'agroécologie pour avoir une vision de conservation à long terme. L'expérimentation a commencé en 2006 sur plusieurs parcelles et devrait continuer à se développer.

    «Aucun jardin n'est comparable au potager du Roi, il faut le préserver»

    Ana Teodorescu, chef du mécénat et des partenariats de l'ENSP.


Le potager va accueillir davantage d'événements pour attirer un public plus large. En 2019, il recevra la première Biennale internationale de l'Architecture, de l'urbanisme et du Paysage organisée par l'Ile-de-France. Les samedis 7 juillet et 25 août, le Potager du Roi sera également ouvert en nocturne pour la deuxième année consécutive. Toutes ces manifestations ont pour dessein de passer de 40.000 à 100.000 visiteurs par an. Pour atteindre cet objectif, les infrastructures devront aussi être modifiées pour offrir un meilleur accueil aux touristes.

L'avenir semble tout tracé pour le potager du Roi mais l'ENSP a besoin de financements pour le mettre en œuvre. «Ces fonds privés sont à envisager dans un modèle économique global qui intègre l'action des acteurs publics, dont notamment l'État via le ministère de tutelle qu'est le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, et la capacité d'autofinancement même de l'établissement», analyse Ana Teodorescu, qui essaie de renforcer l'attractivité du parc. Mi-juin, elle a lancé avec son équipe le cercle La Quintinie, un club réservé aux entreprises qui sont incitées à investir dans un mécénat au Potager. Dans un souci d'écologie solidaire et de soutien du patrimoine, à votre prochaine visite à Versailles abandonnez les bosquets et fontaines du jardin du château pour vous balader dans les allées des arbres fruitiers du potager du Roi.
http://www.lefigaro.fr/culture/

_________________
- me stessa -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le potager du roi   

Revenir en haut Aller en bas
 
le potager du roi
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Je plante... dans mon potager
» Petits insectes de jardin potager du Vaucluse
» Mon potager bio
» oea logé et potager
» Le Potager du Roi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Endroits liés à Marie-Antoinette :: Versailles :: Les jardins-
Sauter vers: