Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Son espièglerie

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 36
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Son espièglerie   Ven 20 Fév - 16:36

Je n'en ai pas non, mais je surveille

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Sam 21 Mar - 13:29

Voici une anecdote que j`ai lue dans le livre de Gérard Hupin Marie Antoinette victime de la subversion
Mais un beau jour le « pacifique baudet» de débarrassa de sa jolie cavalière. Et qu`on rapporte à la Dauphine, riant au larmes , s`écria: « Laissez-moi à terre, il faut attendre Madame de Noailles, elle vous fera voir comment il convient de relever une Dauphine qui est tombée.

Vous la connaissez ?
Fleurdelys
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 36
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Son espièglerie   Sam 21 Mar - 16:57

Ah non ça ne me dit rien mais elle est jolie
ça me rappelle l'anecdote de l'âne, où Marie-Antoinette se serait moquée de la même manière de Noailles

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Sam 21 Mar - 17:37

C'est la même, Chou ! Un baudet, c'est un âne !
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 36
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Son espièglerie   Sam 21 Mar - 17:41

Oups j'ai lu un peu vite là

La similitude était donc bien pertinente

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Sam 21 Mar - 18:03

Oui ! Je pense avoir lu cette anecdote, la première fois dans Funck Brentano, et puis il m'est encore arrivé de la rencontrer depuis.
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 36
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Son espièglerie   Sam 21 Mar - 18:30

Elle est suffisamment évoquée par les historiens pour être crédible je pense Very Happy

Et puis elle rend compte d'un trait de caractère très connu de Marie-Antoinette : la moquerie et l'ironie

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39962
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Son espièglerie   Sam 21 Mar - 18:37

Ben oui, c'est la célèbre anecdote de l'âne où Madame l'Etiquette en prend encore pour son grade ! Cool

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Dim 22 Mar - 11:38

Les films avec Jane Seymour ou Emmanuelle Béart se font le plaisir de reprendre le ton de cette anecdote Wink

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39962
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Son espièglerie   Dim 22 Mar - 11:42

Majesté a écrit:
Les films avec Jane Seymour ou Emmanuelle Béart se font le plaisir de reprendre le ton de cette anecdote Wink

Bien à vous.
Il y a cette scène dans "la révolution" ? Shocked Je ne m'en souviens pas... C'est plutôt le dauphin qui monte un âne, non ? Shocked

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Dim 22 Mar - 11:48

pimprenelle a écrit:

Il y a cette scène dans "la révolution" ? Shocked Je ne m'en souviens pas... C'est plutôt le dauphin qui monte un âne, non ? Shocked
Ce n'est pas cette scène que Les Années Lumières illustrent...mais une nuance : alors même que Louis-Joseph rejoint sa maman au hameau en âne, Celle-ci est en train de traire une vache :
"Décidément ,cet usage est barbare! J'aurais dû demander à Madame l'Etiquette de nous montrer la bonne façon de traire le lait! " (rires)

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39962
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Son espièglerie   Dim 22 Mar - 11:56

Ah, ok ! Elles se suivent, d'ailleurs !

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Dim 24 Mai - 17:20

fleurdelys a écrit:
Voici une anecdote tout à fait croustillante

Un jour une soeur grise s`avance vers Louis XVI de bredouille, visiblement émue : « Sire, je viens de la part de ma communauté féliciter, oui....féliciter Votre Majesté de....sur l`heureuse issue de votre....de son inoculation... Puis-je solliciter sa bienveillance pour ntre couvent qui est...quise trouve dans le plus pressantbesoin?....» Le roi tire sa bourse, mais la religieuse se met rire, au grand scandale des courtisans.
- C`est une folle! murmure-t-on.
-Qu`on l`emmène, mais qu`on en prenne soin! ordonne Louis XVI.
Alors la religieuse part d`un joyeux éclat de rire et soulève ses long voiles : C`est Marie Antoinette Wink



Fleurdelys

J'imagine la tête de Louis XVI... Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Jeu 6 Aoû - 13:45

Vous souvenez-vous cette anecdote rapportée, je pense par André Castelot?

Un officier autrichien reçu à Versailles qui ne cesse de parler de ses deux chevaux et de comparer leurs mérites. Un courtisan lui demande:
- oui mais monsieur l'officier, en fin de compte, lequel préférez - vous ?
et l'officier songeur :
- Ma foi dans le feu de la bataille, si j'étais sur l'un d'eux je n'en descendrais pas pour monter sur l'autre ...
Quelques instants plus tard le même courtisan évoque ses deux amies et quelqu'un lui demande
- mais enfin laquelle préférez vous ?
et le courtisan :
- Ma foi dans le feu de la bataille ...
Et Marie-Antoinette, au bord du fou-rire, de lui demander de ne pas poursuivre...

Je jubile à imaginer l'ambiance de cette scène savoureuse

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 36
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Son espièglerie   Jeu 6 Aoû - 18:25

Ah non je ne m'en souvenais plus

Castelot cite-t-il sa source déjà?

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Jeu 6 Aoû - 18:28

Très drôle !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Jeu 6 Aoû - 18:52

Chou d'amour a écrit:

Castelot cite-t-il sa source déjà?
Jamais de façon détaillée...alors je ne saurais trouver la source de cette anecdote...

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39962
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Son espièglerie   Ven 7 Aoû - 7:38

J'ai déjà lu ça quelque part... Mais où ?

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Ven 7 Aoû - 7:46

Chez Castelot , pardi !
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39962
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Son espièglerie   Ven 7 Aoû - 8:00

Non, justement... ailleurs, j'en suis certaine... Suspect

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Ven 7 Aoû - 8:16

C'est possible aussi car j'ai cité de mémoire... Embarassed

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Mer 8 Juin - 19:03

Impossible de trouver un sujet consacré aux Bals de l'Opéra ou bien au tutoiement (or il y en a un pour ce dernier, c'est certain, mais impossible de le retrouver Rolling Eyes ). Donc, je mets ma découverte ici.

Mon livre d'Imbert de Saint-Amand consacré aux beaux jours de Marie-Antoinette fourmille d'anecdotes, certaines m'étant complètement inconnues.

En voici une qui montre que le ton des Bals de l'Opéra avait de quoi faire dresser sur la tête les cheveux de Marie-Thérèse et autres vieilles personnes respectables effrayées d'y voir la reine de France s'y frayer avec une populace douteuse, en tout incognito (enfin pas réel car personne n'ignorait sa présence, mais on voulait lui faire ce plaisir) :
"Le Carnaval de 1778 ne fut pas moins brillant que celui de 1777. On lit dans la Correspondance secrèe publiée par M. de Lescure (lettre du 1er février 1778) : " La reine est allée incognito au dernier bal de l'Opéra, à Paris, en amazone, avec la princesse de Lamballe et Madame ; huit autres dames étaient en domino. Sa Majesté, ayant remarqué un masque fort leste, l'accosta et lui dit : "Qui es-tu, beau masque ? _ Ton sujet, belle amazone," répondit-il en se démasquant. C’était le comte d'Artois, qui avait changé de déguisement."

Quelques jours plus tard, ce dernier accostait violemment la duchesse de Bourbon avec le fameux duel qui s'ensuivit. Rolling Eyes
Il y a aussi l'anecdote où Monsieur donne un coup de poing à un pauvre gars qui l'avait bousculé. L'agent chargé du service d'ordre s'est retrouvé bien embêté quand il s'aperçut que le malotru était le frère du Roi. Shocked Sans oublier Marie-Antoinette qui se retrouve un soir obligée de s'y rendre en fiacre...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Jeu 9 Juin - 23:55

Merci Olivia cette anecdote est inconnue pour moi
Fleurdelys
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Ven 10 Juin - 18:23

A propos de l'Opéra à Paris, pourriez-vous me dire où il se trouvait et ce à quoi il ressemblait ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Son espièglerie   Ven 10 Juin - 19:16

D'après mon Saint-Amand :
"Des lettres patentes de Louis XIV, en date du 8 janvier 1713 accordèrent à l'Opéra ou Académie royale de musique le privilège des bals masqués. Toutefois, le premier bal n'eut lieu que sous la Régence, le 2 janvier 1716 ; le succès en fut si grand qu'on en dut donner trois par semaine, jusqu'à la fin du carnaval. [...] La vague des bals de l'Opéra continua sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI. Ils se donnaient en deux séries, la première de la saint-Martin (11 novembre) à l'Avent, la seconde de la fête des Rois au mardi gras. Ils duraient de minuit à six heures du matin. Le prix d'entrée était de 6 livres. [...]"

Il était situé tout près du Palais-Royal car un couloir reliait les deux bâtiments. Le duc de Chartres puis d'Orléans avait l'habitude de donner un bal chez lui où se rendait la famille royale puis tous terminaient la soirée à l'Opéra : "Il s'étendait jusqu'à la rue des Bons-Enfants sur l'emplacement où la rue de Valois débouche aujourd'hui dans la rue Saint-Honoré. C'était sur cette dernière rue que donnait le foyer, belle galerie de soixante pieds de longueur, avec un immense balcon de fer et de bronze. La salle bâtie au même endroit que celle qui avait été brûlée en 1763, était livrée au public depuis 1770 ; elle pouvait contenir 2 500 personnes. La scène, très profonde et très bien machinée, se prêtait facilement aux splendeurs de la mise en scène et aux changements de vue. L'orchestre se composait de soixante-neuf musiciens ; le corps de ballet de soixante-douze danseurs ou danseuses."

J'espère vous avoir donné les informations que vous cherchiez. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Son espièglerie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Son espièglerie
Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Marie-Antoinette au fil du temps :: La Reine de France : 1774-1792-
Sauter vers: