Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Claude Chauveau-Lagarde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Sam 22 Fév - 20:14

Oui, c'est sûr, elle a dû se sentir soutenue, c'est vrai. C'est déjà ça.  Very Happy D'ailleurs, elle a eu des mots gentils pour Chauveau Lagarde, quand il a eu fini de parler.

Je pense aussi que c'était un type bien, sans doute mû par le désir d'équité. Ca a dû être terrible pour ces hommes-là, du moins ceux qui étaient convaincus et qui poursuivaient un idéal, de voir ce que la Terreur qui s'installait était en train de faire de la justice.  pale 

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Sam 22 Fév - 21:34

Du coup je ne sais pas si ces hommes ont fait cela pour leur métier et donc par idéal de justice ou par idéal vis à vis de Marie-Antoinette, c'est difficile à dire en fait, même si sur le fond quelque soit l'origine de leur motivation ils restent impressionnants.

Si Chauveau Lagarde avait écrit ses mémoires ça aurait été vraiment intéressant pour nous de les lire, sans parler des informations qu'il aurait pu donner sur Marie-Antoinette et son procès bien sûr, mais ne serait-ce que pour connaître ses opinions et ses motivations qui l'ont poussé à risquer sa vie.

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Sam 22 Fév - 21:48

Chauveau Lagarde a laissé des notes sur le procès de Marie Antoinette. Nous en avons cité des passages au début de ce sujet, c'est peut-être qu'elles sont consultables sur le net, il faudra vérifier.  Wink 

Il n'a pas eu le choix, en fait, il a appris qu'il devait défendre la reine alors qu'il était à la campagne, il a dû revenir dare-dare à Paris. Il dit qu'il aborde la reine avec un saint respect.

Attends, je vais faire un petit tour sur le net pour voir...  Very Happy 

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Sam 22 Fév - 21:53

Voilà, ses notes sont sur Gallica.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54734340

Je vais voir si je peux en copier des extraits.  Very Happy 

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Sam 22 Fév - 23:09

Ah super merci, je ne m'en souvenais plus tu vois, ça fait du bien de ressortir ces sujets  Very Happy 

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Dim 23 Fév - 9:24

Ses notes sont très émouvantes. Il les a fait publier en 1816, après la diffusion des copies du testament de Marie Antoinette, qui semble l'avoir beaucoup ému.

Voici les détails:

Note historique sur les procès de Marie-Antoinette d'Autriche, reine de France, et de Madame Élisabeth de France au Tribunal révolutionnaire . Par M. Chauveau-Lagarde, avocat, leur défenseur
Auteur : Chauveau-Lagarde, Claude-François (1756-1841)
Éditeur : Gide (Paris)
Date d'édition : 1816

Je te copie l'intro;

Depuis long-temps je conservais, pour moi seul, les matériaux sur lesquels je viens de rédiger cette Note.historique.J'ai d'abord eu l'idée de la publier en 1814, après le retour de la famille royale en France; et je l'aurais fait imprimer dès-lors, si dans ces premiers momens d'une allégresse universelle, je n'avais pas craint d'affliger, par de cruels souvenirs, des coeurs trop sensibles, et de renouveler ainsi de trop augustes et trop respectables douleurs.

*
Mais aujourd'hui, les circonstances semblent m'imposer l'obligation de la faire paraître , depuis que la Providence vient de nous révéler le secret des dernières volontés de la Reine, dans la lettre, par elle adressée à madame Elisabeth de France, après son jugement; puisqu'un tel écrit atteste  l'inaltérable courage et l'inépuisable bonté qu'elle a fait éclater à ses derniers momens; et que c'est aussi précisément sous ces deux rapports que ma Note la présente à la vénération des peuples.

Je me détermine donc à là livrer à l'impression, comme un douloureux hommage que je rends à là mémoire de cette auguste et malheureuse Reine, ainsi,qu'à celle de madame Elisabeth de France. Après avoirété, pendant leur vie, étroitement unies par les plus doux liens de l'amitié, le même sort
les a rassemblées au ciel pour y recevoir la même palme du martyre: n'est-il pas juste, en les pleurant à la fois, l'une et l'autre, de leur élever dans nos coeurs, comme un seul et même monument qui soit, s'il est possible, expiatoire des crimes affreux dont elles ont été les victimes ?



Les mots "l'inaltérable courage", "l'inépuisable bonté" et "sous ces deux rapports" ont été mis en évidence par Chauveau.  Wink 

Un petit café avant de prendre la suite!  Et un petit portrait en attendant:  Very Happy 


http://www.conference.barreau92.com/conference/plusieurs-siecles-d-histoire/plusieurs-siecles-d-histoire-2.html


On peut évidemment faire un méchant procès (sans vouloir faire de jeu de mot déplacé...  Embarassed ) à Chauveau, et prétendre qu'il a publié cette note pour surfer sur la vague d'émotion suscitée par la redécouverte de la lettre à Madame Elisabeth. Franchement, je ne le pense pas. Ce n'est qu'un ressenti personnel, mais j'ai l'impression que cet homme a vraiment mis toute son énergie à défendre la reine maltraitée par la justice et qu'il a été sincèrement ému de son sort.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer


Dernière édition par pimprenelle le Dim 23 Fév - 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Dim 23 Fév - 11:44

Ah super merci   

Effectivement la date de publication, en pleine restauration, est à prendre avec des pincettes, mais sinon clairement en le lisant on comprend que Chauveau-Lagarde, à le croire bien sûr, défendait Marie-Antoinette par professionnalisme mais aussi par idéal personnel  Very Happy 
Après, Chauveau-Lagarde n'était pas du genre à faire dans la langue de bois, il l'a bien montré en 1793 je pense   , donc on peut estimer que cette lettre est sincère...

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Dim 23 Fév - 12:45

Ah ben dis donc... il a été long, mon café!     

Je reprends les notes de ce brillant avocat:

PROCÈS DE LA REINE.

Je me trouvais à la campagne le 14 octobre 1793, lorsqu'on vint m'avertir que j'étais nommé avec M. Troncon-Ducoudray pour défendre la Reine au tribunal révolutionnaire; et que les débats devaient commencer dès le lendemain, à huit heures du matin.

Quelques personnes ont vanté le prétendu courage qu'il nous fallut alors pour accepter cette, tâche à la fois honorable et pénible: elles se sont trompées. Il n'y a point de vrai courage sans réflexion. Nous ne songeâmes pas même aux dangers que nous allions courir. Je partis, à l'instant, pour la prison, plein du sentiment du devoir si sacré, mêlé de la plus profonde amertume.

La prison de la Conciergerie est, comme on le sait, la prison des accusés qui sont sur le point de passer en jugement, ou qui doivent, après leur condamnation, aller à la mort.


photo retravaillée ici: http://milleetuneantoinette.blog4ever.com/photos/la-prison
original: https://criminocorpus.org/expositions/136/?start=43

Après avoir passé deux guichets, on trouve un corridor obscur, à l'entrée duquel on ne peut se conduire qu'à la lueur d'une lampe, qui y reste constamment allumée.

A droite, sont des cachots; à gauche est une chambre où la lumière pénètre par deux croisées garnies de barreaux de fer, et donnant au niveau d'une petite cour, appelée la Cour des Femmes, parce qu'elle est habitée par les prisonnières.


photo retravaillée ici: http://milleetuneantoinette.blog4ever.com/photos/la-prison
original: https://criminocorpus.org/expositions/136/?start=43

Cette chambre, où fut renfermée la Reine, était, alors, divisée en deux parties par un paravent. A gauche, en entrant, était un gendarme avec ses armes. A droite, étaient, dans la partie occupée par la Reine, un lit, une table, deux chaises: Sa Majesté était vêtue de blanc avec la plus extrême simplicité.

Il n'est personne qui, se transportant, en idée, dans un tel lieu, et se mettant à ma place, ne sente ce que je dus éprouver, en y voyant l'épouse de l'un des plus dignes héritiers de Saint-Louis, l'auguste fille des Empereurs de l'Allemagne, une Reine qui, par ses grâces et sa bonté, avait fait les délices de l'une des cours les plus brillantes de l'Europe, et qui était l'idole de la nation française.

En abordant la Reine avec un saint respect, mes genoux tremblaient sous moi; j'avais les yeux humides de pleurs; je ne pus cacher le trouble dont mon âme était agitée; et mon embarras fut tel que je ne l'eusse éprouvé jamais à ce point, si j'avais eu l'honneur d'être présenté à la Reine, et
de la voir, au milieu de sa cour, assise sur un trône, environnée de tout l'éclat de sa couronne.



l'avocat dans le cachot de la reine, photo extraite de "L'Autrichienne"

J'aime vraiment beaucoup le récit de cet avocat. On peut toujours lui objecter le contexte, qui était à un royalisme de bon aloi... mais je ne vois pas pourquoi on mettrait a priori sa bonne foi en doute. Pour moi, son témoignage vibre encore d'émotion, des années après les faits.   

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Dim 23 Fév - 13:56

C'est clair qu'en le lisant on décèle les deux tableaux : l'avocat qui fait le job qu'on lui propose, et l'admirateur de Marie-Antoinette ou du moins de la reine qu'elle était.
Sait-on quand il a rédigé ces lignes?  Very Happy 

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Dim 23 Fév - 14:05

Eh bien, c'est un peu difficile à savoir: ce récit a été publié en 1816. Chaveau Lagarde dit qu'il aurait voulu le faire en 1814, après le retour de la famille royale, mais qu'il a eu peur de plomber l'ambiance. Il ajoute qu'il l'a rédigé sur base de notes qu'il avait conservées. Donc, de quand date son texte?  Wink 

Ce que nous lisons là a de fortes chances d'être un amalgame de brouillons et de souvenirs plus ou moins fiables.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Dim 23 Fév - 16:14

Oui car il aurait été intéressant de connaître le contexte dans lequel il a écrit ces lignes, qui pouvait certainement l'influencer malgré lui  Very Happy 
Mais d'un autre côté nul doute qu'il avait des sentiments amicaux pour Marie-Antoinette, car il n'aurait pas été malhonnête au point d'écrire l'inverse de ce qu'il pense, là encore ça ne collerait pas à ses actes en 1793.

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Dim 23 Fév - 20:25

Oui, voilà, il faut faire la somme des actes posés. Et Chauveau Lagarde est parfaitement cohérent: il a accepté la défense de Marie Antoinette, l'a fait du mieux qu'il a pu, et a ressenti le besoin de publier ses souvenirs après coup. Logique et limpide, pour moi, comme comportement.  Wink 

Je poste encore un peu de sa note:


A la lecture de cet oeuvre de l'enfer, moi seul fus anéanti. La Reine, sans s'émouvoir, me fit ses observations. Elle s'aperçut, et je le remarquai aussi, que le gendarme pouvait entendre une partie de ce qu'elle disait. Mais, en témoignant n'en avoir aucune inquiétude , elle continua de s'expliquer avec la même sécurité (1). Je pris mes premières notes pour sa défense. Je montai au greffe, pour y examiner ce qu'on appelait les pièces du procès. J'en trouvai un amas si confus et si volumineux, qu'il nous eût fallu des semaines entières pour les examiner. Je redescendis à la prison pour en faire part à la Reine; et je crois encore être présent à l'entretien que j'eus à cette occasion l'honneur d'avoir avec Sa Majesté.

(1)La reine avait alors auprès d'elle, pour la garder, dans sa chambre, l'officier de gendarmerie de Busne, qui fut remplacé dès le lendemain matin, et depuis persécuté, pour avoir, à la première séance des débats, présenté respectueusement son bras à la Reine, afin de la soutenir, lorsqu'épuisée de fatigue elle avait demandé a boire un verre d'eau.

Sur l'observation que je lui fis , qu'il nous serait impossible de connaître ces pièces en si peu de temps, et qu'il était indispensable, d'avoir un délai pour les examiner; mais qu'on nous le refuserait si c'était nous-mêmes qui le réclamassions, tandis qu'au contraire, nous pensions qu'un seul mot de Sa Majesté suffirait pour nous l'obtenir:

« A qui, me dit la Reine, faut-il s'adresser pour cela? »  


Je craignais de m'expliquer: et comme je prononçai, à voix basse, le nom de la convention nationale:

« Non, répondit la Reine en détournant la tête; non, jamais. »

J'insistai; en représentant à la Reine qu'étant chargés de la défendre, notre devoir était de ne rien négliger pour confondre la calomnie; que nous étions déterminés à le remplir du mieux qu'il nous serait possible; que sans l'examen des prétendus papiers du procès, notre volonté serait, du moins en partie, impuissante; que, d'ailleurs, je ne proposais pas à Sa Majesté de former en son nom une demande à cette assemblée, mais de lui adresser au nom de ses défenseurs , une plainte contre une précipitation qui était, aux termes des lois, un véritable déni de justice.


la reine et son avocat, photo extraite de "L'Autrichienne"


Voilà, Chou, je pense que nous tenons un élément de réponse: une précipitation qui était, aux termes des lois, un véritable déni de justice, dit Chauveau Lagarde. Or, la demande de délai sera refusée. L'avocat devra plaider dans des circonstances qu'il sait être un véritable déni de justice. Je pense que, pendant toutes ces années, il a dû garder ça sur le coeur.


Revenons à son récit. J'aime vraiment bien ce gars.

En parlant ainsi je vis la Reine ébranlée. Mais elle ne pouvait encore se résoudre à une démarche qui lui répugnait. Je continuai en la suppliant de m'excuser, si je revenais sur un sujet que je sentais bien lui être pénible; et je lui demandai, avec respect, la permission de lui soumettre une dernière observation qui lui semblerait peut-être avoir quelque force. C'est que nous avions à défendre dans la personne de Sa Majesté, non pas seulement la Reine de France, mais encore la veuve de Louis XVI, la mère de ses enfans, et la belle-soeur des frères du Roi, qui se trouvaient, comme on le sait, nommément désignés avec elle dans l'accusation.

Cette dernière idée réussit; et à ces mots de
soeur, d'épouse et de mère, la nature l'emporta sur la souveraineté : et la Reine, sans proférer une seule parole, mais laissant échapper un soupir, prit la plume, et écrivit à l'assemblée, en notre nom, deux mots pleins de noblesse et de dignité, par lesquels, en effet, elle se plaignait de ce qu'on ne nous avait pas laissé le temps d'examiner les pièces du procès, et réclamait pour nous le délai nécessaire.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Dim 23 Fév - 20:40

La majuscule qu'il met au mot "Reine" est parlante là aussi   

Mais oui il avait raison, le procès de Marie-Antoinette n'était là que pour l'exécuter sous une forme en apparence légale mais qui a accumulé les fautes de procédures. Chauveau Lagarde a eu un temps record pour préparer le procès pourtant très complexe et ses demandes d'ajournement ont été ignorées.
Par contre il ne devait certainement pas savoir que de l'autre côté, l'accusation publique avait elle aussi la pression pour aller vite et assurer le résultat escompté. Quand on y regarde bien, les deux parties adverses avaient beaucoup à perdre et avaient une épée de Damoclès sur la tête, avec Marie-Antoinette au milieu....

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Dim 23 Fév - 21:37

Oui, c'est ça qui est terrible: les gens de la famille royale on été des dommages collatéraux.  Sad Alors que c'étaient des être humains.  Sad C'est vraiment incroyable, ce que les humains sont capables de se faire subir mutuellement, au nom de principes plus ou moins grands ou d'intérêts économiques tout à fait cyniques.  Shocked 

C'est une chose que je ne comprendrai jamais.  Shocked Shocked Shocked 


Revenons à ce brave Chauveau Lagarde, tiens, pour nous remonter le moral en lisant les souvenirs d'un mec bien.  Very Happy 

Je ne sais si je me trompe; mais il me semble qu'en cette occasion, la Reine remporta sur elle-même une belle victoire: puisque la juste horreur et le mépris si légitime qu'elle avait pour la convention nationale ne purent résister au premier mouvement de son amour pour sa famille.

La réclamation de la Reine fut remise à Fouquet-Tinville; il promit de la communiquer à l'assemblée: mais il n'en fit aucun usage, ou du moins il en fit un usage inutile: car
le lendemain, les débats commencèrent à huit heures du matin. Ils continuèrent, sans interruption, jusqu'à quatre heures après-midi; furent suspendus jusques à cinq; et reprirent jusqu'au lendemain quatre heures du matin: de manière que, sauf un instant de relâche, ils durèrent environ vingt heures consécutives, pendant lesquelles une foule de témoins furent successivement entendus.

Qu'on se représente, s'il est possible, toute la force d'âme qu'il fallut à la Reine, pour supporter les fatigues d'une aussi longue et aussi horrible séance: en spectacle à tout un peuple; ayant à lutter contre des monstres avides de sang; à se défendre de tous les pièges qu'ils lui tendaient, à détruire toutes leurs objections, à garder toutes les convenances et toutes les mesures, et à ne point rester au-dessous d'elle-même.

Il faut avoir été présent à tous les détails de ce débat trop fameux pour avoir une juste idée du beau caractère que la Reine y a développé.



le procès de la reine, photo du film "L'Autrichienne" retravaillée
http://milleetuneantoinette.blog4ever.com/photos/la-prison?page=2


Les considérations de temps ont été mises en évidence par l'avocat. Visiblement, la précipitation et la durée du procès l'ont profondément choqué. Après avoir utilisé plus haut la formule très forte de "cannibales", il dit ici "monstres avides de sang". Pendant des années, il a dû accumuler cette rancoeur en silence, avant de pouvoir l'exprimer.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Dim 23 Fév - 23:05

Merci pour ces extraits  Very Happy 

Il est vrai que nous ne nous rendons pas forcément compte de la durée du procès et des débats, qui a dû être franchement éprouvante; l'accusation a vraiment voulu faire vite et d'un seul bloc.
Les procès révolutionnaires sont toujours humainement délicats, car la vengeance et la justice ont tendance à se confondre un peu....ce qui ne produit jamais quelque chose de bon en général. Mais je crains que ne soit la conséquence de la plupart des révolutions majeures...  
Et à chaque fois les avocats des prévenus n'ont effectivement pas la tâche facile!

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Lun 24 Fév - 11:59

En effet, les conditions du procès étaient inhumaines, surtout si, comme le disent les témoignages d'époque, la reine était malade, voire très malade.


Son avocat continue:

M. de Montjoie, dans son Histoire de la vie de la Reine, observe avec raison, comment, plus occupée des autres que d'elle-même, elle mit tous ses soins à ne compromettre aucune des personnes qui lui avaient été attachées; et cette généreuse attention se manifesta surtout en faveur de l'officier qui avait pénétré jusque dans la prison, et qui avait laissé tomber à ses pieds un oeillet renfermant quelques mots mystérieux de dévouement et d'offres de service. Rien n'est plus remarquable que la sagesse et la mesure de ses réponses dans cette occasion si délicate, où la soudaine inspiration de sa bonté lui suggérait, en quelque sorte, autant de précautions et d'art pour la défense des autres, que le profond sentiment de son innocence lui inspirait de noblesse, de franchise et de fierté dans sa défense personnelle.

M. de Lacretelle, dans son Précis historique de la Révolution française, parle de cette admirable candeur avec laquelle , malgré ses préventions ou ses ressentimens contre quelques personnes que le tribunal voulait compromettre, au lieu de les accuser ainsi que le tribunal aurait désiré, elle avait au contraire, en déniant constamment les faits qu'il supposait à leur charge, parlé le langage de la vérité, lors même qu'elle augmentait ses propres dangers en la déclarant.

Le même auteur observe encore avec quels ménagemens et quelle habileté elle avait su trouver dam son coeur les moyens de justifier de leur humanité le petit nombre des commissaires de la commune qui avaient inspecté les malheurs des prisonniers du temple.

Toutes ces remarques judicieuses annoncent assez que la Reine fut, dans son procès, comme elle l'avait toujours été durant tout le cours de sa vie, admirable par sa bonté.

En voici, d'ailleurs, quelques traits que j'ai recueillis dans ses autres réponses:

On reprochait à la Reine d'avoir entretenu, avant la révolution, des rapports politiques avec le Roi de Bohême et de Hongrie.

Elle répond: « Qu'elle n'a jamais entretenu avec son frère que des rapports d'amitié, et point de politique; mais que si elle en avait eu de ce genre, ils
auraient été tous à l'avantage de la France, à laquelle elle tenait par la famille qu'elle avait épousée.»

On lui faisait ce reproche si banal et si ridicule, que depuis long-temps la calomnie répétait sans cesse, « d'avoir dilapidé les finances en envoyant des fonds à son frère.»

Elle répond: « Que ce moyen est usé contre elle; qu'elle aimait trop son époux pour dilapider l'argent de son pays: que son frère, au reste, n'avait pas besoin de l'argent de la France; et que d'ailleurs, elle ne lui en aurait jamais envoyé, d'après les principes qui l'attachaient aux Français.»

On l'accuse, d'avoir constamment nourri avec le Roi le projet de détruire la liberté, en remontant sur le trône, à quelque prix que ce
soit.


Elle répond: « Que le Roi et elle n'avaient pas besoin de remonter sur le trône, puisqu'ils y étaient; qu'ils n'avaient, au reste, jamais désiré rien autre chose que le bonheur de là France et qu'il leur aurait suffi, que la France fût heureuse pour qu'ils le fussent eux-mêmes. »


photo extraite de "L'Autrichienne", retravaillée ici
http://milleetuneantoinette.blog4ever.com/photos/la-prison?page=2


En fait, cette réplique culte a été prononcée lors de l'interrogatoire préliminaire. La reine a dit exactement: Nous n'avions pas besoin de remonter sur le trône, nous y étions. Tout est dans l'absence de conjonction.  Very Happy 

Il est curieux que Chauveau Lagarde s'appuie ici sur les récits d'historiens. Ses notes étaient-elles lacunaires sur ces points? On peut aisément le comprendre pour l'interrogatoire précédent le procès où il n'était pas présent.

Continuons, pour voir ce qu'il dit du reste.  Very Happy

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer


Dernière édition par pimprenelle le Mer 26 Fév - 12:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Lun 24 Fév - 19:17

Oui et avec tout ce qu'il s'est dit durant les longues heures du procès et des interrogatoires préliminaires, le pauvre Chauveau Lagarde a certainement dû oublier des choses Very Happy 
Au moins s'il s'est appuyé sur des récits d'historiens ça montre qu'il a rédigé ces lignes bien après.  Wink 

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Lun 24 Fév - 19:22

Par contre, ce qu'il n'a pas oublié, c'est l'impression que lui a faite la reine, la gentillesse de son accueil et sa réaction à l'obligation de s'abaisser à écrire à la convention nationale.  Wink 

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Lun 24 Fév - 19:25

Oui ce genre de ressentis était plus facile à mémoriser que l'exhaustivité des paroles  Very Happy 
Et puis quelque part on le comprend : sur ces points Marie-Antoinette a été magistrale donc....  

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Mar 25 Fév - 21:21

Je reprends les notes de mon ami Chauveau Lagarde, que j'ai un petit peu délaissées...  Embarassed 


On lui faisait un crime d'avoir applaudi à la journée du 1er octobre, où l'on supposait que les gardée du corps, dans l'épanchement de l'ivresse, avaient exprimé leur dévouement pour le trône et leur aversion pour le peuple, en foulant aux pieds la cocarde nationale, pour arborer la cacarde blanche.

Elle répond: « Qu'elle avait été touchée du sentiment qui animait cette fête et qu'au reste il n'était pas besoin d'ivresse pour que les gardes du corps témoignassent leur attachement au Roi; et qu'à l'égard de la cocarde nationale, il n'était pas vraisemblable que des personnes aussi dévouées que les gardes du corps, eussent voulu fouler aux pieds une marque que le Roi lui-même avait adoptée. »


e banquet des gardes du corps, estampe anonyme


On lui reproche d'avoir avec le Roi trompé le peuple.

Elle répond : « Que, sans doute, le peuple a été trompé; qu'il l'a même été cruellement; mais que ce n'est assurément ni par le Roi, ni par elle, qui l'ont toujours également aimé. »

Bientôt, ne sachant plus quels prétendus faits de conspiration trouver dans ses actions et dans ses paroles; on veut en quelque sorte lui chercher des torts jusque dans.le fond de son âme, et on lui fait diverses questions sur ses opinions politiques et sur ses pensées les plus secrètes, en lui demandant :

Si elle prenait intérêt aux armes de la République ?

Si elle pensait que les Rois fussent nécessaires au bonheur des peuples?

Et si elle regrettait le trône pour son fils ?

Elle répond à la première question:

« Qu'elle désire, par-dessus tout, le bonheur. de la France. »

A la seconde,

« Qu'un individu ne peut pas décider de ces choses; »

Et à la troisième,

« Qu'elle ne regretterait jamais rien pour son fils,
quand son pays serait heureux. »


_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Mar 25 Fév - 21:48

Que dis-je? ce n'était.pas assez de scruter sa pensée; il fallait encore .empoisonner les plus douces affections de son coeur, pour les lui opposer comme des crimes.

On lui reproche,

D'avoir au Temple
traité son fils (Louis XVII) comme un Roi en le plaçant près d'elle au haut de la table, et de lui avoir inculqué des erreurs, au lieu de l'élever dans les principes de la révolution»,

Elle répond,

« Que son fils est trop jeune pour l'avoir jamais entretenu de révolution; mais que si elle l'avait placé prés d'elle au haut de la table, c'était pour le soigner, et lui servir elle-même ce dont il avait besoin.»

N'y a-t-il pas dans toutes ces réponses un mélange de raison et de dignité, au milieu desquelles pourtant la bonté de la Reine prédomine avec un éclat bien remarquable dans les expressions les plus vives de son amour pour les Français, pour sa famille, pour le.Roi, pour son fils; et n'y a-t-il pas, surtout, quelque chose d'attendrissant dans la noble et touchante simplicité de ces dernières paroles:

« Que si elle l'avait placé prés d'elle au haut de la table, c'était pour le soigner, et lui servir elle-même ce dont il avait besoin.»

Marie Antoinette et ses enfants au temple
https://southcarolina1670.wordpress.com/2012/06/08/the-boy-king-who-died-for-his-fathers-sins/#more-12571

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31670
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Mer 26 Fév - 17:33

Ce récit est tout de même du pain béni pour les historiens  Very Happy 

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Mer 26 Fév - 18:14

Oui, c'est très sérieux, on reconnaît les répliques effectivement prononcées par la reine. J'aime bien aussi que Chauveau Lagarde fasse des commentaires perso.  Wink 

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Dim 2 Mar - 23:52

Suite du si fidèle récit de l'avocat de la reine:


Hélas! cet amour si profond et si vif que la Reine portait à ses enfans, elle en avait déjà donné dans la prison du Temple, des marques éclatantes , parmi lesquelles je demande qu'il me soit permis d'en citer une seule, qui, bien qu'antérieure à son procès, s'y rattache naturellement.

Un des plus fidèles sujets de Sa Majesté, M. de Jarjayes, alors maréchal de camp, et chargé du dépôt de la guerre, avait préparé à la Reine tous les moyens de s'évader du Temple, de concert avec l'infortuné commissaire du Temple, Toulan, qui lui servait d'intermédiaire, entre la Reine et lui et qui depuis a payé de sa tête son noble dévouement.




François Augustin Reynier de Jarjayes

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Portraitjarjayesqw6.jpg


Déjà la Reine était sur le point de sortir: et elle serait sortie, en effet, si elle avait pu emmener avec elle madame Elisabeth, et ses deux enfans, Louis XVII et Madame. Mais du moment où elle vit que cela n'était pas possible, elle s'y refusa, plutôt que de se séparer de ces êtres qui lui étaient si chers; toutes les horreurs et tous les dangers de sa captivité n'étaient rien en comparaison du bonheur de les avoir auprès d'elle; sa tendresse maternelle fut plus forte en son coeur que l'amour de la liberté et même de la vie; et elle adressa à M. de Jarjayes une lettre que j'ai vue tout entière écrite de sa propre main, et dont voici les expressions:

« Nous avons fait un beau rêve, voilà tout.
Mais nous y avons beaucoup gagné; en trouvant dans cette occasion une nouvelle preuve de votre entier dévouement pour moi. Ma confiance en vous est sans bornes. Vous trouverez dans toutes les occasions en moi du caractère et du courage.  Mais l'intérêt de mon fils est le seul qui me guide. Quelque bonheur que j'eusse éprouvé à être hors d'ici, je ne peux pas consentir à me séparer de lui: je ne pourrais jouir de rien sans mes enfans, et cette idée ne me laisse pas même un regret.»

Tels furent les doux sentimens et les pures affections que manifesta constamment la Reine pendant tous les débats. Mais si elle y fut admirable par la bonté de son coeur, elle s'y montra, s'il est possible, plus admirable encore par sa présence d'esprit et sa fermeté d'âme. C'est ce que prouvent déjà quelques-unes de ses réponses précédentes; comme lorsqu'elle a dit :

« Que son frère n'avait pas besoin de l'argent de la France;

« Que le Roi et elle n'avaient pas besoin de remonter sur le trône, puisqu'ils y étaient;

« Que les gardes du corps n'avaient pas besoin d'ivresse pour témoigner leur attachement au Roi;

« Et qu'il était vrai que le peuple avait été trompé, et l'avait même été cruellement. »

Mais c'est encore ce qui résulte de plusieurs circonstances dont quelques-unes, du moins, n'ont pas été bien appréciées par les auteurs qui en ont parlé, parce qu'ils n'ont pas été à portée, comme moi, de les bien connaître.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39401
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   Lun 17 Mar - 12:03

Il y a bien longtemps que j'ai laissé de côté le récit de notre ami avocat. Vous voudrez bien m'excuser, chers lecteurs...  Embarassed Embarassed Embarassed 

Reprenons donc son rapport à l'endroit où nous l'avions arrêté...  Very Happy 


Après la première séance, nous nous retirâmes à la prison, pour conférer un instant sur les débats qui venaient d'avoir lieu; toujours, environnés des gendarmes qui ne nous quittaient point.


La Reine avait vu le nom de Manuel sur la liste dés témoins qui devaient être entendus le soir. Sachant qu'il avait été procureur de la commune à l'une des plus horribles époques de la révolution, elle ne devait pas bien augurer de son caractère, et elle craignait qu'il ne mentît à sa conscience dans sa déposition. Mais il faut rendre à la mémoire de Manuel cette justice d'avouer qu'il fut, en cette occasion assez véridique, pour ne rien dire
qu'on pût même interpréter au désavantage de la Reine.




Pierre Louis Manuel (1751 - 1793), révolutionnaire français
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pierre_Louis_Manuel_Ducreux_Alix_BNF_Gallica.jpg


Cependant la Reine me demanda ce que je pensais des dépositions qu'on venait d'entendre, en me les résumant avec une parfaite exactitude, et en se plaignant avec amertume des impostures dont la plupart de ces dépositions étaient remplies. Je lui répondis, comme cela était vrai, que non-seulement il n'y avait aucune preuve (ce qui était impossible) de toutes les ridicules calomnies de ces témoins, mais qu'il n'y en avait pas le plus léger indice; et qu'elles se détruisaient au contraire par leur grossièreté même, ainsi que par la bassesse et l'abjection de leurs auteurs.




photo extraite de "L'Autrichienne", retravaillée ici:
http://milleetuneantoinette.blog4ever.com/photos/la-mascarade


Ici, j'interromps un instant Chauveau Lagarde pour m'interroger, une fois de plus, sur un point qui me tient à coeur: l'état de santé de Marie Antoinette à la fin de sa vie. Certains auteurs la présentent écrasée par la maladie et rongée par le cancer, déjà plus morte que vive. Or, les souvenirs de son avocat sont à ajouter aux indices qui vont en sens contraire, tels que la fermeté de son attitude (tant au procès que pendant toute la durée de son dernier matin), l'assurance de son écriture dans le tracé de sa dernière lettre, et la clarté d'esprit dont font preuve ses réparties.

Quel que fût son état, Marie Antoinette était assez forte pour soutenir avec bravoure et lucidité les infamies dont on l'a accablée. Or, j'ai du mal à croire qu'une main divine l'ait soulevée pour lui insuffler ce courage. Je pense donc, plus simplement, que notre reine n'était pas si mal en point qu'on le dit.

... car, cette attention avec laquelle elle observe les pseudo-témoignages contre elle, qu'est-ce, sinon le désir de s'en tirer?

Conclusion, si les perruquiers avaient réussi leur coup, ils auraient pu sauver une femme encore emplie de vie.   

Bon, je me calme, on n'est pas dans la section "uchronies"...  

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Claude Chauveau-Lagarde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Claude Chauveau-Lagarde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» CHAUVEAU-LAGARDE Claude-François, avocat
» Claude CHAUVEAU-LAGARDE
» Baucheton François, député, procureur et avocat
» Photographie authentique d'un humanoïde ?! Parc Chauveau, 18 juin 2011, 15h00
» NOISOT (Claude) Capitaine GARDE IMPERIALE Fixin 21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Marie-Antoinette et ses contemporains :: Ses relations amicales-
Sauter vers: