Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 les saveurs de la reine

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 15:59

Ben oui ! Mais Louis XVI n'était pas un chaud lapin . Sa libido ne le travaillait pas beaucoup .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: écrits de MARIE ANTOINETTE   Mer 17 Nov - 16:06

En achetant le jeton de la reine - officiers du gobelet de la Reine - je me suis posée une colle en ce qui concerne les lieux où SA MAJESTÉ pouvait, en intimité avec quelques personnes de son choix , déguster un thé avec pâtisseries ou un excellent casse-croute jambon-beurre (humour)
si nous regardons les petits appartements de la Reine

... au rez-de-chaussée , la salle de bains, la chambre et au centre où se trouvait la bibliothèque de Madame SOPHIE .. la restauration a rouvert le passage original avec les colonnes...
... au premier étage, la méridienne, la bibliothèque, l'arrière bibliothèque, salles de bains avec la pièce de repos, et le cabinet doré
... au second étage ..... le salon du billard et divers petites pièces pour les dames !!!!!! la salle à manger serait la pièce où se trouvent présentées les porcelaines de la Reine ?????? et par quel escalier se faisait le service ??????? et quelles cuisines fabriquaient les plats ??????? Je ne vois pas une grande cuisine au troisième étage, ou peut-être un réchauffoir comme au hameau (sans micro-ondes)

je me suis replongée dans le DUSSIEUX et le VERLET et il faut que je retrouve les plans anciens des étages !!!!!!!!
MADAME SOPHIE si vous avez ces documents, merci de les placer sur le boudoir pour éclairer notre lanterne.


Revenons à la lettre à Monsieur CAMPAN ......en effet la REINE ne jouait plus sur scène, mais s'occupait des représentations des théâtres de la Cour... le théâtre de la Cour des Princes et celui sur l'emplacement de l'escalier GABRIEL !!!!!!!! - enquête à faire auprès de Monsieur PAPILLON DE LA FERTE et autres personnages !!!!!!!

En ce qui concerne la guerre entre CAMPAN et MOREAU - dans le premier tome de ses mémoires, il écrit plusieurs lettres à Monsieur BOURGEOIS DE BOYNES le seigneur de mon Village, ministre de la Marine, qu'après avoir été très aimable avec lui, MADAME LA DAUPHINE lui faisait la tête et même lui tournait le dos et cela..... cause de la jalousie de ......MONSIEUR CAMPAN !!!!!!!!!il en était tout penaud !!!!!!!!

Sur la lettre on lit bien " les lumières ne deviennent pas ténèbres comme cela est arrivé, cela a fait rire au moment le plus pathétique" c'était donc un drame qui se jouait sur scène .... je vais relire les textes se rapportant aux représentations du théâtre de TRIANON , mais je pense qu'il s'agissait d'une représentation avec une troupe officielle - je crois avoir tout ou partie de listes des comédies présentées par la Reine dans ce théâtre réparties dans plusieurs livres !!!!!

Amicalement MARIE ANTOINETTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 17:09

MARIE ANTOINETTE a écrit:
En ce qui concerne la guerre entre CAMPAN et MOREAU - dans le premier tome de ses mémoires, il écrit plusieurs lettres à Monsieur BOURGEOIS DE BOYNES le seigneur de mon Village, ministre de la Marine, qu'après avoir été très aimable avec lui,  MADAME LA DAUPHINE lui faisait la tête et même lui tournait le dos et cela..... cause de la jalousie de ......MONSIEUR CAMPAN  !!!!!!!!!il en était tout penaud !!!!!!!!
   

J'ai retrouvé le passage exact . Il s'agit surtout de son gros clash avec le chancelier Maupeou, qui survient, par-dessus le marché, au même moment que le commencement de rivalité entre le garçon de la chambre, Campan, et lui .

Tout commence par la tentative infructueuse de Moreau pour faire imprimer son Essai sur la nature du gouvernement français . Il y travaille pourtant d'arrache-pied pendant le voyage de Compiègne de 1772 .
A la simple vue du titre le chancelier Maupeou l'a rejeté .  Moreau ne se démonte pas, le donne à lire à Férès, lecteur du comte de Provence, qui le soumet à son tour à son maître .  Devant la réaction positive du frère du Roi, Moreau lui dédie son essai .  Provence ordonne au duc de Laval d'écrire à l'auteur qu'il peut publier .
Moreau, enchanté, obtient du Roi via le duc de la Vrillière que son essai soit imprimé au Louvre . Sa joie est de courte durée : le chancelier fait suspendre l'impression sous prétexte d'examiner d'abord lui-même le manuscrit !
Maupeou, sans se donner la peine d'y jeter un œil, remet le manuscrit à un dénommé Le Brun qui élude, mène Moreau en bateau, gagne du temps, pour finalement chercher querelle à l'ouvrage .  Maupeou tranche : l'essai ne sera pas imprimé .
Il me refusa net, et, probablement pour me mortifier, il ajouta que ma manière de présenter l'histoire aux princes était dangereuse, que je les portais à douter de leurs pouvoir, que j'affaiblissais les titres de leur autorité ............

C'est sur ces entrefaites que Moreau, dans son désespoir, s'adresse à son ami M. de Boynes en qui il place beaucoup de confiance .  M. de Boynes après lecture lui dit :

...... qu'il ne concevait rien à la mauvaise humeur du chancelier, parce que, s'il l'était, il me prierait lui-même de donner mon ouvrage au public, bien persuadé que ce serait le meilleur moyen de consolider sa besogne parlementaire en réunissant, par des principes communs et évidents, tous ceux que tant de malheureuses intrigues et tant de fausses opinions avaient éloignés les uns des autres .

Tout cela se passe dans le moment où Moreau travaille à l'arrangement de la bibliothèque de la Dauphine et est en butte aux grands airs du garçon de la chambre, Campan .
Cela fait beaucoup ! La coupe est pleine .
Mais je ne vois nulle part Moreau parler à son ami Bourgeois de Boynes de Campan .  Bien sûr, j'ai épluché toutes les pages indiquées par l'index alphabétique comme mentionnant et Campan et Bourgeois de Boynes .

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 17:22

olivia a écrit:
J'aime bien ce type d'autant que je lui dois un de mes plus gros achats. J'ai acheté ce printemps un livre de lui, édition 1782 (200 euros, gap )
Flûte, impossible de remettre la main sur mon cordon pour vous le montrer en photo. Enfin, pour ceux que ça intéresse, le titre est " Les devoirs du prince, réduits à un seul principe ; ou Discours sur la justice dédié au roi."

Je le lirai un jour...

Comme quoi .... Moreau a réussi à publier, au nez et à la barbe de Maupeou !!!
Tu vois, Olivia, que la genèse de cet ouvrage n'a pas été du gâteau !!! Tu nous raconteras !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 18:08

Mais ce n'est pas le même ouvrage puisque ce n'est pas le même titre. Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 18:29

Mais c'est qu'il a rusé, le petit futé, pour réussir à publier !!! Il l'explique par la suite !
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39966
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 18:31

MARIE ANTOINETTE a écrit:
Sur la lettre on lit bien " les lumières ne deviennent pas ténèbres comme cela est arrivé, cela a fait rire au moment le plus pathétique" c'était donc un drame qui se jouait sur scène .... je vais relire les textes se rapportant aux représentations du théâtre de TRIANON , mais je pense qu'il s'agissait d'une représentation avec une troupe officielle - je crois avoir tout ou partie de listes des comédies présentées par la Reine dans ce théâtre réparties dans plusieurs livres !!!!!

Amicalement MARIE ANTOINETTE
Merci !

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 20:52

MARIE ANTOINETTE a écrit:
En achetant le jeton de la reine - officiers du gobelet de la Reine - je me suis posée une colle en ce qui concerne les lieux où SA MAJESTÉ pouvait, en intimité avec quelques personnes de son choix , déguster un thé avec pâtisseries ou un excellent casse-croute jambon-beurre (humour)
si nous regardons les petits appartements de la Reine

... au rez-de-chaussée , la salle de bains, la chambre et au centre où se trouvait la bibliothèque de Madame SOPHIE .. la restauration a rouvert le passage original avec les colonnes...
... au premier étage, la méridienne, la bibliothèque, l'arrière bibliothèque, salles de bains avec la pièce de repos, et le cabinet doré
... au second étage ..... le salon du billard et divers petites pièces pour les dames !!!!!! la salle à manger serait la pièce où se trouvent présentées les porcelaines de la Reine ?????? et par quel escalier se faisait le service ??????? et quelles cuisines fabriquaient les plats ??????? Je ne vois pas une grande cuisine au troisième étage, ou peut-être un réchauffoir comme au hameau (sans micro-ondes)

je me suis replongée dans le DUSSIEUX et le VERLET et il faut que je retrouve les plans anciens des étages !!!!!!!!
MADAME SOPHIE si vous avez ces documents, merci de les placer sur le boudoir pour éclairer notre lanterne.


Revenons à la lettre à Monsieur CAMPAN ......en effet la REINE ne jouait plus sur scène, mais s'occupait des représentations des théâtres de la Cour... le théâtre de la Cour des Princes et celui sur l'emplacement de l'escalier GABRIEL !!!!!!!! - enquête à faire auprès de Monsieur PAPILLON DE LA FERTE et autres personnages !!!!!!!

En ce qui concerne la guerre entre CAMPAN et MOREAU - dans le premier tome de ses mémoires, il écrit plusieurs lettres à Monsieur BOURGEOIS DE BOYNES le seigneur de mon Village, ministre de la Marine, qu'après avoir été très aimable avec lui, MADAME LA DAUPHINE lui faisait la tête et même lui tournait le dos et cela..... cause de la jalousie de ......MONSIEUR CAMPAN !!!!!!!!!il en était tout penaud !!!!!!!!

Sur la lettre on lit bien " les lumières ne deviennent pas ténèbres comme cela est arrivé, cela a fait rire au moment le plus pathétique" c'était donc un drame qui se jouait sur scène .... je vais relire les textes se rapportant aux représentations du théâtre de TRIANON , mais je pense qu'il s'agissait d'une représentation avec une troupe officielle - je crois avoir tout ou partie de listes des comédies présentées par la Reine dans ce théâtre réparties dans plusieurs livres !!!!!

Amicalement MARIE ANTOINETTE


Merci pour vos lumières ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 21:59

Elle était tout de même sacrément délicate notre Marie-Antoinette ! Les odeurs de cuisine l'incommodait, la ferme du Hameau est bien isolée, elle ne pouvait boire que de l'eau de Ville-d-'Avray, elle mangeait comme un moineau... Ce dut être d'autant plus cruel quand elle s'est retrouvée à la Conciergerie où les odeurs devaient être atroces. Elle avait toujours son eau, c'est déjà ça. Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 22:01

olivia a écrit:
elle mangeait comme un moineau...

Et avec ce régime de misère, elle trouvait le moyen d'être plantureuse ... C'est dingue !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 22:07

Je la crois adepte du grignotage de sucreries. Fatal. Et puis quand on voit ses ascendants...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 22:31

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 22:35

Je ne crois pas qu'elle mangeait non plus des macarons de Ladurée. Very Happy
Et quand je parle de grignotage, ce n'est pas avec des gros gâteaux crémeux. Plutôt des petits biscuits trempés dans son thé ou son chocolat. C'est plus du picorage. Je suis comme ça ! Mais bon normalement, quand je vois ma famille, je ne devrai pas trop grossir avec l'âge. J'ai un poids plume. Marie-Antoinette n'avait pas cette chance, pourtant maigrelette gamine. Toutes mes amies sont folles de jalousie de me savoir tout le temps à grignoter des biscuits au chocolat. Par contre, on me fera difficilement manger des macarons ou les autres gâteaux en photo. Rien qu'à les voir, ça me pèse sur l'estomac.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 22:38

Moi, plus ça déborde de crème, plus j'aime !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 23:03

Le titre de Duc de Fronsac est le titre que porte l'ainé de la famille Richelieu. De son petit fils le Maréchal Duc disait qu'il avait hérité de lui ses vertus, quant a son fils (Fronsac) ses vices. C'est tout dire. le Maréchal duc qu'avait beaucoup appréciée Marie Thérése lors de son ambassade à Vienne était bon courtisan, intelligent, fin. Donc il n'est pas étonnant que Fronsac aie voulu se faire mousser, et arriva ce qui devait arriver le desastre car mauvais, m"chant et balourd.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 23:07

A propos de Fronsac , voici ce roman

La Vie de Louis Fronsac ; Chevalier de Saint Louis et Marquis de Vivone de
Aurore La Forêt, Marquise de Vivonne, jean d'Aillon
Roos et Masque (2007) , 151 p

Et ce commentaire client Amazone :

"Dans ce petit ouvrage, c'est toute la biographie de Louis Fronsac qui est narrée par sa belle fille. On retrouve là les épisodes marquants de sa vie - qui nous est par ailleurs si bien relatée par Jean d'Aillon.
Un petit bijou pour mieux comprendre le personnage. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 23:18

il suffit certes d'un "petit ouvrage", pour une petite vie d'un petit monsieur. Fronsac moi qui le voit tous les jours, du moins son portrait est fat arrogant suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 23:24

Ah ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 23:37

olivia a écrit:
après le Barbier de Sibérie, elle n'est plus montée sur les planches.
Pourquoi partir si loin, Olivia ?
Le Barbier de Séville suffisait à la Reine

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Mer 17 Nov - 23:52

Citation :
Citation :
après le Barbier de Sibérie, elle n'est plus montée sur les planches.
Pourquoi partir si loin, Olivia ?      
Le Barbier de Séville suffisait à la Reine  


  En plus, en l'écrivant, je me disais de ne pas faire l'erreur !  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Jeu 18 Nov - 8:11

.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: HABITUDE CULINAIRES DE LA REINE   Jeu 18 Nov - 16:36

Depuis hier soir, je suis dans la lecture de VERLET, DUSSIEUX, NEWTON , NOLHAC etc......

a) pour le théâtre installé dans l'escalier GABRIEL, sa construction date de 1784/1785 ... le théâtre de la cour des princes était plutôt destiné aux enfants royaux !!!!!!

b) dans le livre le CHATEAU DE VERSAILLES, nous avons la valse des salles à manger sous LOUIS XV AU troisième étage - salle à manger d'été au deuxième salle à manger d'hiver, ces installations ne durent pas longtemps et il serait trop long et fastidieux d'en donner l'historique (j'ai attrapé une grosse migraine à essayer de les situer en consultant les plans )

en ce qui concerne la Reine, elle avait le même service que le Roi et les deux ensembles "bouche" seront dégraissés en 1780 pour des raisons d'économies !!!!
au début du règne la bouche de la reine a pris une nouvelle extension... En 1780 elle se fait installer une nouvelle salle à manger , élégante et fraiche, toute meublée de perse.

En Septembre 1789 elle envoie à la MONNAIE une importante partie de sa vaisselle d'argent.
Elle possèderait : des couteaux à lames et montures d'or .... plusieurs couverts , six cuillers à café, deux cuillers à sucre, une pince à sucre et une passoire à thé en or !!!!!

pour le second étage elle installe son billard dans l'entresol au dessus de la méridienne... la queue est rehaussée d'or et démontable
un boudoir meublé de toile de jouy - NOLHAC indique "pièces étroites encombrées de meubles charmants".


En feuilletant NEWTON, j'ai trouvé une demande des Officiers du Gobelet du Comte d'ARTOIS, mais je n'ai toujours pas trouvé l'endroit ou séjournait le GOBELET DE LA REINE....


Sous LOUIS XVI l'ensemble des cuisines et réchauffoirs ainsi qu'installation de réserves de bois pour le chauffage des personnes ayant un appartement dans le château ont été interdits et démontés pour des raisons de sécurité....
Par contre sous LOUIS XV nous trouvons une installation de cuisine qui grandit de jour en jour - en 1763
La grande cuisine existait depuis 1732 ... L'aide-à-la cuisine - la rôtisserie - la pâtisserie - les resserres - les fourneaux -lavoir et réservoir -
cabine et chambre de l'officier de bouche dirigeant le service un certain LAZURE, fils du chef du gobelet du roi sous LOUIS XIV -
changements et additions de pièces aménagées sous les toits ont abouti à 5 différences de niveaux portant sur quelques marches.

Il y aurait eu une cuisine au second et même une petite particulière au premier étage près de l'escalier demi-circulaire
en 1755 un buffet montant (sorte de monte-plats)a été inventé par ARNOULT après l'installation d'une salle à manger au 1er - les escaliers intérieurs ne suffisant plus pour le service.

au second étage il y avait une cabinet de distillation - alcool, fleur d'oranger - existe encore en 1757.

je continue à monter et descendre les escaliers du château !!!!!!! donc à suivre !!!!

Amicalement MARIE ANTOINETTE


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: HABITUDES CULINAIRES DE LA REINE   Jeu 18 Nov - 16:44

Chère MADAME SOPHIE,

je viens de visionner les photos du troisième étage, lieux que je connais - mais je reviens à cette salle à manger de la Reine au second !!!!
où se trouvait -elle et avez-vous une photo ???????
sur le plan du second en ma possession, cette pièce n'est pas mentionnée !!!!!!!

merci d'avance pour le renseignements

Amicalement MARIE ANTOINETTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   Jeu 18 Nov - 16:47

MARIE ANTOINETTE a écrit:


je continue à monter et descendre les escaliers du château !!!!!!! donc à suivre !!!!


... et nous aussi, grâce à vous ! Very Happy Nous vous suivons, nous vous suivons !!!

Nous parlez-vous de la queue de billard brisée par Vaudreuil dans un moment d'exaspération ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: habitude culinaires de la reine   Ven 19 Nov - 17:14

Madame SOPHIE,

merci pour le plan et la photo.... OK je me retrouve et connais cette pièce !!!!! une photo est plus parlante que toutes explications livresque !!!!!!!
mais je n'ai toujours pas résolu l'endroit où se trouvait le gobelet de la Reine et le mystère déjà bien résolu du JETON !!!

Pour changer de sujet je me suis lancée dans le jeu Énigmes et objets cachés reçu hier et je SUIS BLOQUÉE !!!!!!! la recherche en bibliothèques et plus facile que les jeux vidéos !!!!! je suis trop vieille !!!!

Amicalement MARIE ANTOINETTE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les saveurs de la reine   

Revenir en haut Aller en bas
 
les saveurs de la reine
Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» les saveurs de la reine
» A Notre Dame Des Victoires, Reine Des Vierge, Des Apotres et des Martyrs.
» Auguste Reine des Cieux
» Aspirine= Reine des Prés, Filipendula ulmaria
» la Reine des Neiges (spectacle de Joan Mompart) mon frère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Marie-Antoinette au fil du temps :: La Reine de France : 1774-1792-
Sauter vers: