Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Nos avis sur le film "Les Adieux à la Reine", avec Diane Kruger de Benoît Jacquot

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22
AuteurMessage
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31678
Age : 36
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Nos avis sur le film "Les Adieux à la Reine", avec Diane Kruger de Benoît Jacquot   Lun 30 Juin 2014 - 10:25

Heureusement qu'elle était là Diane Kruger   

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 40016
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Nos avis sur le film "Les Adieux à la Reine", avec Diane Kruger de Benoît Jacquot   Lun 30 Juin 2014 - 13:57

Oui, elle est vraiment excellente dans le rôle de la reine de Chantal Thomas.  Very Happy 

Cela dit, j'aime bien le film, moi... J'aime bien l'impression qu'il parvient à donner de catastrophe et de monde qui vacille.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5868
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Nos avis sur le film "Les Adieux à la Reine", avec Diane Kruger de Benoît Jacquot   Jeu 14 Aoû 2014 - 10:54

Bonjour,

Voici une photo assez rare de Diane Kruger de dos regardant un portrait de Marie-Antoinette.



http://marie-therese-charlotte.tumblr.com/

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 40016
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Nos avis sur le film "Les Adieux à la Reine", avec Diane Kruger de Benoît Jacquot   Jeu 28 Aoû 2014 - 21:57

Très belle image de la très belle Diane Kruger...



https://www.facebook.com/pages/Rococo-Art/1416474965280081

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5868
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Nos avis sur le film "Les Adieux à la Reine", avec Diane Kruger de Benoît Jacquot   Ven 29 Aoû 2014 - 7:21

Bonjour,

C'est en effet une très belle photo qui retrace le désespoir de la Reine.

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5868
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Nos avis sur le film "Les Adieux à la Reine", avec Diane Kruger de Benoît Jacquot   Lun 3 Nov 2014 - 8:04

Bonjour,

Je vous propose cet avis découvert sur Internet.

Chacun a « sa » Marie-Antoinette, « sa » vision de la reine, « son » approche, « son » opinion. Aucune n’est vraie, certaines sont anti-historiques, toutes demeurent valables : la personne, si complexe, si insaisissable, si changeante, s’est muée en personnage, puis en mythe, dépassant et transcendant toutes ses dimensions réelles. Peu importe qu’au fond, elle ait été prude et réactionnaire : elle se dépeint libertine et libérée. Peu importe qu’elle ait été en quête de simplicité et de naturel : elle se représente dépensière et extravagante. Marie-Antoinette multiplie les paradoxes : simplement, elle a évolué dans sa vie privée et publique à rythme trop soutenu que pour l’opinion publique et l’historiographie puisse la suivre et la comprendre. Le Larousse résuma ce diamant humain, brillant, éternel, aux mille facettes, en une phrase finale lapidaire : « Elle sut se montrer noble et digne lorsque le temps des épreuves arriva. »

« Ma » première Marie-Antoinette provoqua en moi une surprise abyssale. Elle apparaissait dans un de mes livres d’enfant, habillée en bergère, batifolant parmi des moutons, avec son Hameau en toile de fond. Je n’y compris rien : dans mon esprit, une reine ne pouvait jouer à saute-mouton. C’eut été déchoir ! J’avais déjà saisi en germe le paradoxe Marie-Antoinette. Il me fallut une éternité supplémentaire avant de comprendre et d’intégrer une donnée majeure : les pires ennemis de la reine se trouvaient à la Cour et non à la ville. Des ennemis tellement implacables, qu’ils ne désarmèrent jamais. Les premières furent Mesdames Tantes, les tantes de Louis XVI, qui ne lui pardonnèrent pas d’avoir cédé à Mercy-Argenteau et d’avoir adressé la parole à la du Barry, et lui décochèrent le surnom fatidique d’ « Autrichienne ». Aujourd’hui, « ma » Marie-Antoinette demeure celle des épreuves, la Marie-Antoinette enterrant ses enfants, la Marie-Antoinette accueillie par un silence glacial aux États Généraux, abandonnée par ses proches après la Bastille, s’inclinant devant la foule déchaînée à Versailles, ramenée de force aux Tuileries, rattrapée à Varennes, réfugiée à l’Assemblée, enfermée au Temple, destituée, veuve, séparée de ses enfants, transférée à la Conciergerie, accusée jugée, condamnée et guillotinée, le 16 octobre 1793.

Benoît Jacquot, d’après Chantal Thomas, nous présente « sa » Marie-Antoinette, dans Les Adieux À La Reine : la Marie-Antoinette des adieux, qui du 14 au 18 juillet, voit fuir Versailles et la France, les premiers émigrés, ces altesses et ces aristocrates, principaux bénéficiaires de l’Ancien Régime, censés être le soutien de la monarchie et qui préférèrent pousser l’égoïsme jusqu’à son comble, en émigrant pour sauver leur vie, plutôt qu’en restant pour sauver leurs souverains. Néanmoins la réalité historique est plus subtile que ces clichés recuits, le film nous le montre : ce sont Louis XVI et Marie-Antoinette qui pressent eux-mêmes les courtisans de partir. Les 16 et 17 juillet, c’est la grande fuite : le comte et la comtesse d’Artois avec le duc d’Angoulême et le duc de Berry, le duc et la duchesse de Polignac, le prince de Condé, avec le duc de Bourbon et le duc d’Enghien, passent la frontière et rejoignent la Suisse, l’Allemagne et l’Italie. Le roi et la reine restent seuls.

Ces journées sont vues par le prisme de Sidonie Laborde, lectrice de Marie-Antoinette, qui assiste aux fracas, depuis sa chambre de bonne et les couloirs secondaires de Versailles. Voilà l’originalité des Adieux À La Reine : nous montrer les premiers épisodes de la Révolution du point de vue non des acteurs, mais des spectateurs, ces personnages obscurs et ces petites mains de la Cour de France, démunis face à la furie de l’Histoire. Certains s’effondrent, abandonnent leur poste, se suicident. D’autres se réjouissent, scient la branche sur laquelle ils sont assis, accueillent la Révolution avec une satisfaction revancharde. Au beau milieu de ce tumulte, Marie-Antoinette se montre résolue. Et voilà l’écueil sur lequel s’échoue ce film, au demeurant superbe esthétiquement et passionnant dramatiquement : son scénario tourne autour de la relation passionnée et passionnelle entre la reine et la duchesse de Polignac, quasiment lesbiennes. Une contre-vérité : toutes deux étaient les meilleures amies du monde, mais n’ont jamais été plus l’une pour l’autre. Autre contre-vérité : la belle Gabrielle semble fuir avec soulagement et sans remords. Or, la duchesse part le cœur en morceaux, brisée par le chagrin de la séparation. Elle se laissera dépérir et finira emportée par un cancer, à peine deux mois après l’exécution de Marie-Antoinette. Sur sa tombe seront gravés ces mots : « Morte de douleur »

http://pallasathena55.tumblr.com/

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent (Marie-Antoinette)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sido Scorpion

avatar

Nombre de messages : 621
Date d'inscription : 05/08/2015

MessageSujet: Re: Nos avis sur le film "Les Adieux à la Reine", avec Diane Kruger de Benoît Jacquot   Lun 29 Mai 2017 - 22:43

A l'occasion du Festival de Cannes, retour sur la carrière de Diane Kruger, et notamment de son rôle dans ce film :

Son français impeccable lui a aussi ouvert la porte du cinéma hexagonal.

Dans "Les adieux à la reine" de Benoît Jacquot elle interprète une Marie-Antoinette déboussolée, aux prises avec le début d'une Révolution aussi bien dans la rue qu'intime, sur fond de romance homosexuelle.
http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/l-actrice-diane-kruger-recompensee-pour-son-premier-film-allemand-592b1236cd702b5fbed7235e

_________________
Avais-je atteint ici ce qu'on ne recommence point ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
transgression

avatar

Nombre de messages : 165
Date d'inscription : 01/08/2016

MessageSujet: Re: Nos avis sur le film "Les Adieux à la Reine", avec Diane Kruger de Benoît Jacquot   Jeu 11 Jan 2018 - 1:10

about the queen her girlfriend and the movie

'La nobleza competía en vanidad, cuya artillería pesada era la moda. La lujuria – una forma de relacionarse, la ambición – un estilo de vida, la gula – el placer más dulce de una existencia desordenada y aburrida, donde el único entretenimiento se basaba en las crueles intenciones.
Esta excéntrica época fue lidiada por la última reina de Francia, María Antonieta y la biografía de ésta es el reflejo de su tiempo. En el libro “Moda sexualidad y Arte” se reunen los datos más curiosos y relevantes de la vida de esta extravagante dama, al igual que los vaivenes del siglo en el que vivió.
El artículo de hoy está dedicado a un lado muy íntimo de la reina, su amor por la condesa de Polignac.

Cuando María Antonieta conoció a Gabrielle de Polignac, cayó rendida a su encanto instantáneamente.

Gabrielle poseía una personalidad fascinante, compartía con la reina la obsesión por la moda y por el despilfarro, adoraba la fiesta y era una gastadora compulsiva. Digamos que coincidía a la perfección con el espíritu de su tiempo. El pueblo la odiada, ya que consideraba que fueron las favoritas las que arruinaron Francia, cosa que no le preocupaba en absoluto a Gabrielle. La ignorancia era una característica propia de todos los habitantes de la corte. Versalles constituía entonces un mundo aparte, una isla idílica en medio de la bulliciosa tormenta que representaba el país pre-revolucionario en la segunda mitad del siglo XVIII.

Gabrielle tenía abundante cabello oscuro, ojos grandes, nariz fina, labios carnosos y dientes perlados.

Su presencia poseía cierto magnetismo, tenía una risa encantadora, y su compañía gustaba mucho. Gabrielle era consciente de su belleza y su influencia sobre la reina, por lo que su egoísmo no tenía límites. Pero éste se manifestaba únicamente ante los demás, en presencia de la reina conseguía camuflar su avidez y egoísmo bajo una dulce languidez y aparente pasividad, que usaba para convencer y atraer a María Antonieta.

A contrario de toda la corte, María Antonieta comprendía la sexualidad como un deber necesario y desagradable, por tanto buscaba un vínculo sentimental, que era la única expresión de amor que comprendía hasta entonces. Gabrille le dio el afecto que necesitaba y reveló a la reina los placeres carnales. A la reina le gustaron los secretos de la pasión, y Gabrielle fue elevada a una especie de Venus, deidad del amor, adorada e intocable.

Gabrielle estaba dispuesta a proporcionar intimidad y diversión a una reina que lo buscaba, pero dejó claro que sus servicios tenían un precio.

María Antonieta que estaba enamorada de ella, accedía a todo lo que ésta exigía. Durante su relación que duró con altibajos cerca de catorce años, Gabrielle acaparó posiciones y riquezas. No le bastaba con un tremendo bienestar material para ella y su familia, también quería reconocimiento de su poder.

Como consecuencia de tanta ansiedad, el grupo más cercano de la reina resultó estar formado por al menos seis miembros de la familia de Polignac. Eran una especie de circo personal de María Antonieta, y a pesar de todas las advertencias, la reina seguía rodeándose de ellos y consintiéndoles todo tipo de caprichos económicos. “Es guapa y me divierte”, respondía la reina a las acusaciones contra su favorita y sus avariciosos alegados.

Su despilfarro y excentricidad le valieron muchos enemigos tanto en la corte como fuera, y la defensa de su amante empeoró aún más la reputación de la reina. La duquesa de Polignac era conocida como la favorita derrochadora y viciosa de la reina, y el pueblo sentía un profundo odio hacia ella.A Gabrielle le divertía manipular a la reina a su antojo. Disfrutaba empujando a María Antonieta a todo tipo de actos alocados y contradictorios a su status de soberana. Fue una travesura suya la que despojó a las damas del Rococó de la ropa interior! La mayoría de los insolitos conceptos que tenía Gabrielle sobre el placer y el entretenimiento eran frutos del opio, sustancia que tenía enganchada a la condesa.

La relación entre estas dos mujeres fatales duró, con altibajos, casi catorce años, durante los que Gabrielle acaparó impresionantes riquezas.

Debido a la gran astucia nata de Gabrielle, ésta evitó la guillotina, habiendo escapado poco antes de la revolución, cuyo destino, sin embargo no pudo evitar su “amada”. María Antonieta murió sola y abatida y su único consuelo en la cárcel era escribir cartas a Gabrielle. Murió sin haber recibido respuesta.

“Live fast, die young“, una frase muy de moda en la actualidad, define a la perfección el turbulento Rococó.

Época de relaciones peligrosas y gustos extremos, es una fuente inagotable para los artistas contemporáneos.

La moda de este periodo es constantemente reinventada por los diseñadores de alta costura, y los relatos y leyendas sobre los personajes que habitaron aquel tiempo desenfrenado son recreadas en las películas y cortometrajes.

La película francesa “Adiós a la reina” (2012) es un drama histórico que precisamente trata el tema del sublime amor entre estas dos mujeres. Esta película ofrece un planteamiento de la historia poco usual, visto a través de los ojos de los personajes menos privilegiados. Su puesta en escena es muy original y vivaz, además, hace retratos muy interesantes de las protagonistas y de sus caracteres.'
http://www.unsurcoenlasombra.com/maria-antonieta-y-su-amor-por-la-condesa-de-polignac/

_________________
Would you lie for me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sido Scorpion

avatar

Nombre de messages : 621
Date d'inscription : 05/08/2015

MessageSujet: Re: Nos avis sur le film "Les Adieux à la Reine", avec Diane Kruger de Benoît Jacquot   Dim 14 Jan 2018 - 20:25

Avis de Téléobs sur ce beau film :

Ne ratez pas : "Les Adieux à la reine"

La perte des illusions d'une suivante de Marie-Antoinette dans le Versailles d'avant la Révolution française : gracieux et cruel.



Cadavres de rats, moustiques, corridors étroits… Benoît Jacquot adapte un roman de Chantal Thomas et jette le spectateur dans un marais croupissant : le Versailles de 1789 aux bords duquel gronde un peuple hors champ. La Bastille est tombée. Les nouvelles arrivent au compte-gouttes. Les puissants perdent leurs nerfs. Et les valets redoutent tout autant qu'eux les révolutionnaires.

Sensuel et mobile, le film avance au rythme des pas pressés d'une suivante, Sidonie Laborde (Léa Seydoux, de tous les plans), qui ne cesse de courir de sa soupente aux boudoirs et inversement. Lectrice de Marie-Antoinette (Diane Kruger), aliénée par sa condition et son amour pour une souveraine éprise de sa favorite, la duchesse de Polignac, elle sera à la fois nos yeux, puisque le spectateur ne verra jamais que ce qu'elle voit, le lien impossible entre noblesse et domesticité, et l'objet d'une manipulation cruelle de sa souveraine adorée.

"Les Adieux à la reine" fait, certes, le récit acerbe de la débâcle d'une caste égoïste et nuisible, mais il autopsie surtout la perte des illusions d'une jeune fille, impitoyablement sacrifiée dans l'effondrement d'un monde qu'elle croyait intangible.

Par Sophie Grassin
https://teleobs.nouvelobs.com/la-selection-teleobs/20180111.OBS0467/ne-ratez-pas-les-adieux-a-la-reine.html

_________________
Avais-je atteint ici ce qu'on ne recommence point ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nos avis sur le film "Les Adieux à la Reine", avec Diane Kruger de Benoît Jacquot   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos avis sur le film "Les Adieux à la Reine", avec Diane Kruger de Benoît Jacquot
Revenir en haut 
Page 22 sur 22Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22
 Sujets similaires
-
» Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)
» Film : Les Adieux à la Reine
» Cyrano: avis sur la mise en scène de Podalydès..?
» Nouveau film"Marie mere du Christ avec Al Pacino en avril 2010
» [Littérature - Roman] Pourquoi j'ai mangé mon père de Roy Lewis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: A l'écran et sur les planches :: Marie Antoinette sur les écrans-
Sauter vers: