Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ventes aux enchères

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 33, 34, 35
AuteurMessage
le beau lauzun

avatar

Nombre de messages : 693
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Mer 3 Mai - 8:52

Bien belles ventes en perspective !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 4999
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Dim 7 Mai - 10:12

Bien chers Amis du Boudoir de Marie-Antoinette,

Je reviens sur une vente ayant lieu à Cannes le 19 Mai prochain dont nous avons parlé à la page précédente.
http://maria-antonia.justgoo.com/t4224p825-ventes-aux-encheres

Nous retiendrons également les lots suivants.

101.

ECOLE FRANCAISE DU XIXe SIECLE. Portrait de Louis XV, roi de France (1703-1768). Pastel sous verre, conservé dans un encadrement ancien en bois doré. Traces d'humidité sur la partie basse. A vue : H. : 45 cm - L. : 36 cm. Cadre : H. : 52 cm - L. : 44 cm.
L'estimation est de 1.500-2.000€.

105.

ECOLE FRANCAISE DU XIXe SIECLE. Buste du jeune roi Louis XVI, drapé dans une cape, portant le cordon de l'ordre du Saint Esprit et la toison d'or. Sculpté en marbre blanc, reposant sur un socle piédouche. On y joint une grande colonne en marbre rouge veiné de forme carrée. Restauration au nez, mais bon état général, accidents et manques à la colonne. Buste : H. : 78 cm - L. : 58 cm - L. : 32 cm. Colonne : H. : 126 cm - L. : 38 cm - L. : 38 cm.
L'estimation est de 6.000-8.000€.

107.

ATTRIBUE A CHARLES LECLERCQ (1753-1821). Portrait de Madame Elisabeth, princesse de France. Huile sur toile, conservée dans un encadrement ancien en bois doré surmonté d'un n ud enrubanné. Légers accidents au cadre. Bon état. A vue : H. : 20, 5 cm - L. : 16 cm. Cadre : H. : 33 cm - L. : 21, 5 cm. Historique : le peintre flamand, Charles Leclercq, réalisa plusieurs portraits de la princesse Elisabeth et des membres de la famille royale. Alors de passage à Paris, après un séjour à Rome, où il exécuta en 1781 le portrait de la s ur de Madame Elisabeth, Madame Clotilde, devenue princesse de Piémont, le peintre réalisa également à cette époque une série de portraits royaux : Marie-Antoinette et ses enfants, la comtesse de Provence, le comte de Provence, la comtesse d'Artois et ses enfants ainsi que Madame Elisabeth jouant de la harpe. Ces uvres de commandes étaient souvent offertes aux proches de la famille royale. Souvent de petits formats, ces portraits étaient destinés aux pièces privées des appartements des résidences royales et la plupart du temps non signés. Référence : ce portrait est à rapprocher d'une uvre exécutée par Charles Leclercq représentant Madame Elisabeth jouant de la harpe, voir dans le catalogue de l'exposition intitulée " Madame Elisabeth, une princesse au destin tragique (1764-1794) ", page 46 et 47. Et provenant des collections du Musée de Versailles (MV 8965).
L'estimation est de 4.000-5.000€.

109.

ECOLE FRANCAISE DU XVIIIe SIECLE. Portrait de Marie-Joséphine de Savoie, comtesse de Provence (1753-1810). Huile sur toile, de forme ovale, conservée dans un encadrement ancien en bois doré, à décor sculpté d'une guirlande de fleurs feuillagées. Bon état, légères usures du temps au cadre. A vue : H. : 64 cm - L. : 53 cm. Cadre : H. : 79 cm - L. : 68 cm.
L'estimation est de 3.000-5.000€.

Nous signalerons également d'intéressantes gravures dont celle-ci.

135.

ECOLE FRANCAISE DE LA FIN DU XVIIIe SIECLE. Au Premier Citoyen. Gravure signée Le C ur, d'après un portrait réalisé par Bertaux, représentant le roi en citoyen, ornée à chaque angle d'une fleur de lys et des grandes armes de France au bas du document, conservée dans un encadrement moderne à baguettes dorées. Bon état général. A vue : H. : 23 cm - L. : 16, 5 cm. Cadre : H. : 35, 5 cm - L. : 29, 5 cm.
L'estimation est de 200-300€.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Collector

avatar

Nombre de messages : 462
Date d'inscription : 21/11/2014

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Dim 7 Mai - 12:27

Okééééé
S'il faut revenir sur cette vente
l'on ajoutera Cool

@ le 129
un buste de Louis XVII par l'ECOLE FRANCAISE DU XIXe
portant le ruban et l'insigne de l'ordre du Saint Esprit
bronze à patine verte et nuance brune, reposant sur un socle piédouche, avec plaque d'identification gravée.
H.: 41 cm - L.: 25, 5 cm.



wwwwoooui l'on peut dire qu'il est plus brun que vert  
3000


@ le 141
une relique, un fragment de gilet de Louis XVI
soie brodée de petites fleurs  Very Happy

  • conservé dans une enveloppe portant l'inscription manuscrite " très précieux souvenir. Morceau du gilet que Louis XVI portait en montant à l'échafaud "
  • accompagné d'un billet autographe portant l'inscription manuscrite : " gilet que portait Louis XVI en montant à l'échafaud "

L'ensemble se trouve dans une tabatière en papier mâché, de forme ronde, ornée sur le couvercle d'une scène polychrome représentant une femme allongée et portant l'étiquette : " Dans cette boîte une relique précieuse ".  Wink
H. : 2 cm - L. : 4, 5 cm.



1500/2000


Bon ce sera tout en ce qui me concerne

Remarquons tout de même
en plus anecdotique
le 145 un buste de Naundorff

_________________
Less Is More
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 4999
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ven 12 Mai - 10:21

La Maison Rouillac organisera sous peu une vente prestigieuse au Château d'Artigny. Cet événement, intitulé Garden Party, se tiendra en deux séances, les 11 et 12 Juin prochains.
https://www.rouillac.com/

Certains lots concerneront plus particulièrement la Reine Marie-Antoinette, dont certains constituant d'importantes reliques.

Le lot 104 est un instrument de musique ayant appartenu à la Reine Marie-Antoinette.

















ÉRARD FRÈRES. PIANO-FORTE, 1788.
5 octaves Fa à Fa en acajou blond et filet de sycomore. Il repose sur quatre pieds cannelés, et offre deux pupitres dépliants. Deux pédales. Clavier complet, frontons à marches. Cheville sans trou de style clavecin et mécanique à poussoir.

Inscriptions sur la planche d'adresse : "Érard Frères à Paris 1788 - rue du Mail n°37" ; sur la table d'harmonie : "Érard Frères à Paris 1788" à l'encre et présence de deux marques sous la caisse "LR 13", les lettres "AG".

Haut. 21, Long. 148, Prof. 55 cm.
Haut. des pieds 56 cm.
Haut totale 77 cm.
(piano vendu en l'état, avec ses accidents, manques et restauration, la mécanique n'ayant pas été revue depuis la seconde moitié du XIXe siècle).

Provenance :
- suivant la tradition familiale, ce piano aurait été l'un de ceux de la Reine Marie-Antoinette à Versailles.
- collection Gustave comte de Reiset (1821-1905), château du Breuil-Benoit, Eure-et-Loir.
- par descendance, Touraine.


Exposition : Château de Versailles, "Marie-Antoinette, Archiduchesse, Dauphine et Reine", 1955, hors catalogue.

Bibliographie : Marquis de Fayolles, Congrès archéologique de France les collections du château du Breuil-Benoit, 1890.
A mahogany PIANO-FORTE by ÉRARD FRÈRES, 1788. After the family tradition, it was owned by the queen Marie-Antoinette in Versailles.

"Tandis que nous examinons les tableaux et les gravures qui tapissent les murs, M. le comte de Reiset conduit l'une des dames, qui avaient bien voulu se joindre aux excursionnistes du Congrès, devant un charmant clavecin, précieux souvenir de l'infortunée Marie-Antoinette, et pendant quelques instants, accompagnant sa belle voix sur ces touches jaunies, Mme la générale W. de F. nous tient sous le charme des simples mélodies que la reine affectionnait."

Nos remerciements vont au collectionneur Jean Jude et au restaurateur Alain Moysan qui y voit l'un des plus anciens piano Érard conservé avec notamment ceux des musées de Melun (1785), de Bourges (1788) et de La Vilette (1789).

LE 13e PIANO-FORTE DE MARIE-ANTOINETTE ?
Daté de 1788, ce piano-forte à été livré par les frères Érard. Il est réputé avoir appartenu à la Reine Marie-Antoinette. C'est ainsi qu'il a été exposé lors de l'exposition "Marie-Antoinette, Archiduchesse, Dauphine et Reine" au château de Versailles en 1955. Cependant, l'absence de numéro de série ne permet pas d'en retrouver la trace dans les registres d'Érard. De même, les mystérieuses marques au fer LR13 et AG sous la caisse laissent perplexes les meilleurs connaisseurs. S'agit-il d'une marque tronquée des fêtes et cérémonies (MLR) ou du treizième piano de la Reine ?

L'analyse approfondie des comptes des maisons royales, comme des inventaires des principaux palais montrent qu'une centaine d'instruments de musique étaient conservés à Versailles en 1788, dont 17 piano-fortes. Cet instrument popularisé par Érard à partir de 1777 présente l'avantage d'être facilement transportable et de pouvoir jouer doux ou fort, tirant ainsi son nom : piano-forte. Son coût de 600 à 800 livres auprès du fabricant Sébastien Érard et sa grande mobilité expliquent peut-être qu'aucun exemplaire ne soit formellement identifié dans les inventaires, ni même directement livré à Versailles. Ainsi, alors qu'en cette même année 1788 le maître de piano de la Reine, Johann David Hermann, achète lui-même un piano directement à Érard, 5.000 livres de gages sont versées par la maison de la Reine à cinq musiciens dont 2.000 livres pour deux instruments....assurant un bénéfice confortable aux musiciens sur le prix de revente de leur instrument à la Couronne.

Rien n'interdit de penser que ce piano-forte est l'un de ceux de la Reine. Princesse mélomane, Marie-Antoinette place en effet la musique au cœur de la vie de Cour, depuis la messe matinale jusqu'aux fêtes et bals nocturnes, sans oublier les concerts intimes auxquels le Roi assiste parfois. Elle raconte dans ses correspondances qu'elle organise "un concert tous les lundis qui est charmant [...] J'y chante avec une société de dames". Si la harpe est son instrument favori, la Reine s'intéresse de près au piano-forte. Aux compositions d'Hermann se succèdent en 1782 celles que le Chevalier Saint-Georges ou Gasseau composent pour elle. La collection Cobbe en Angleterre conserve d'ailleurs un luxueux exemplaire qui aurait été lui aussi livré à la Reine.

Le comte Gustave de Reiset (1821-1905) est l'ancêtre de l'actuelle propriétaire. Ce diplomate est un grand collectionneur, à l'instar de son frère Frédéric, conservateur des peintures du musée du Louvre puis premier directeur général des musées nationaux. Leur père, Jacques de Reiset, receveur général à Colmar, avait commandé à Érard un piano carré modèle ordinaire à cinq octave en germinal (avril) 1799. Numéroté 4137, il ne peut s'agir du nôtre. L'authenticité du piano de la Reine ne posant alors aucun doute, le collectionneur n'a malheureusement pas écrit la manière dont il se l'était procuré. Ayant publié la correspondance de Marie-Antoinette et de sa belle-sœur, mais aussi le journal de la lingère de la Reine ainsi que Les Modes et usages au temps de Marie-Antoinette, Gustave de Reiset a réuni de nombreux souvenirs ayant appartenu à la Reine dans un musée qu'il ouvrait aux amateurs. Il y conservait une tapisserie tissée par la Reine au Temple, ou une mèche de ses cheveux également présentée lors de cette vente. Notre piano est le témoignage gracieux et émouvant de la brillante vie et du destin tragique d'une princesse autrichienne devenue Reine de France
.

Cette relique est estimée à 5.000 €.



Le lot 105 est un reliquaire contenant des cheveux de la Reine Marie-Antoinette.





RELIQUAIRE des CHEVEUX de la REINE MARIE-ANTOINETTE, dans un médaillon de verre circulaire enchâssé dans une plaque foncée de velours cramoisi avec trois fleurs de lys et le chiffre "MA" dorés.

Une étiquette manuscrite au-dessous précise :
"Cheveux de la Reine Marie-Antoinette donnés au Cte de Reiset par G de Régis de Gâtisnel, possesseur d'une boucle de ces cheveux remise à son bisaïeul le Cte J. de Régis par la reine de Naples Marie-Caroline, sœur de Marie-Antoinette".
Cadre en bois noirci. Étiquette au dos : "1600".


Haut. 25, Larg. 17 cm.

Provenance : collection du comte de Reiset, château du Breuil-Benoït ; par descendance, propriété de Touraine.

Cette relique est estimée à 1.000 €.



Les lots 107 et 108 sont des portefeuilles des Enfants de France.







PORTEFEUILLE de MADAME ROYALE.
Sac de satin blanc brodé or et argent au chiffre de la fille de Louis XVI et Marie-Antoinette ; doublure en satin blanc avec son étui de soie verte.

Fin du XVIIIe.


Haut. 14, Larg. 20,5 cm.

Provenance : donné par la reine Marie-Thérèse, princesse de France, duchesse d'Angoulême, dite Madame Royale (1778-1851), fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette au Baron Théodore Charlet (1785-1859), secrétaire des ses commandements. Par descendance, collection particulière, Paris.

Exposition : "Marie-Antoinette Archiduchesse, Dauphine et Reine", château de Versailles, Versailles, 1955, n°673. L'étiquette de l'exposition à Versailles en 1955, un reçu du conservateur Chaman et un billet manuscrit établissent la provenance.

Ce lot est estimé entre 1.500 et 2.000 €.





PORTEFEUILLE de la MAISON DES ENFANTS de FRANCE.
Portefeuille en coton bleu tissé en fils d'argent de trois fleurs de lys au-dessus d'un vase flanqué de deux dauphins. Doublure de satin rouge.

Haut. 9,5, Larg. 15,5 cm.

Provenance : donné par la reine Marie-Thérèse, princesse de France, duchesse d'Angoulême, dite Madame Royale (1778-1851), fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette au Baron Théodore Charlet (1785-1859), secrétaire de ses commandements. Par descendance, collection particulière, Paris.

Pour ce lot, l'estimation oscille entre 800 et 1.200 €.



Le lot 110 est un souvenir remontant à la Conciergerie.





SOUVENIRS de Mademoiselle de SOMBREUIL, L'HÉROÏNE AU VERRE DE SANG comprenant :
- Une CUILLÈRE À CAFÉ en vermeil qui aurait servi à Mlle de Sombreuil pour donner la sainte communion à la Reine Marie-Antoinette lors de sa captivité pendant la Terreur. Elle est ornée de filets, gravée d'armoiries timbrées d'une couronne comtale et monogrammée "CG". Poinçons aux Fermiers Généraux, travail provincial du XVIIIe siècle. Poids : 29,5 g.
- Une VERSEUSE piriforme en argent. La panse à riche décor repoussé d'un cartouche rocaille monogrammé "VV" (probablement Virot-Villelume) flanqué de fleurs et feuillages. Couvercle à charnière sommé d'un fretel en toupie. Anse en bois (accidentée). Elle repose sur un petit piédouche.
Travail de style anglais portant des poinçons londoniens non garantis. Poinçon d'importation au charançon. Haut. 16 cm. Poids brut : 230 g.
- Un BAS DE JUPON "brodé par Mademoiselle de Sombreuil". Haut.10, Larg. 13 cm.
- de la DOCUMENTATION.


Provenance : descendance familiale.

Au deuxième jour des terribles massacres de septembre, le 3 septembre 1792, le gouverneur des Invalides, Charles-François de Virot de Sombreuil, est jugé à la prison de l'abbaye en compagnie d'environ 250 prisonniers "contre-révolutionnaires". Sa fille y est enfermée avec lui depuis le 10 août pour le soigner. Une foule enragée, massée à l'extérieur, attend quiconque passe la porte du tribunal après son jugement. Lorsque les égorgeurs aperçoivent le marquis de Sombreuil ils se jettent sur lui. Écoutons Adolphe Thiers : "[Maurille] serre son père dans ses bras, s'attache à lui avec tant de force, supplie les meurtriers avec tant de larmes et un accent si déchirant que leur fureur étonnée est suspendue. Alors, comme pour mettre à une nouvelle épreuve cette sensibilité qui les touche : Bois, disent-ils à cette fille généreuse, bois du sang des aristocrates, et ils lui présentent un vase plein de sang; elle boit, et son père est sauvé.". Cet acte d'amour filial héroïque sera aussi relaté par Jules Michelet, rimé par Victor Hugo qui surnomma Mlle de Sombreuil "la moderne Antigone" et sublimé par Puvis de Chavannes.

Ce lot est estimé entre 200 et 400 €.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucrezia P

avatar

Nombre de messages : 344
Date d'inscription : 07/04/2015

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ven 12 Mai - 22:01

Vente signalée dans les médias. Wink

... un piano-forte de 1788, qui aurait été l'un de ceux de la reine Marie-Antoinette à Versailles...

http://orig.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2017/05/12/Un-bronze-de-Camille-Claudel-3096587

_________________
Je préfère l'original à la copie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Superglu

avatar

Nombre de messages : 154
Date d'inscription : 06/11/2016

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Jeu 18 Mai - 23:13

Voir ici également sur ce fameux piano-forte : Wink
https://www.rouillac.com/fr/news-1264-le_13e_piano_marie_antoinette


_________________
Lâche qui les abandonne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sido Scorpion

avatar

Nombre de messages : 449
Date d'inscription : 05/08/2015

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Ven 19 Mai - 20:50

The Collector a écrit:
le 145 un buste de Naundorff [/size]

Le voici : Very Happy



C'est un buste en terre cuite signée au dos et daté 1884 reposant sur un socle rectangulaire orné d'un blason aux armes de France. Wink

_________________
Avais-je atteint ici ce qu'on ne recommence point ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Den Duvel

avatar

Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 15/05/2016

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Dim 4 Juin - 21:51

Encore quelques mots de cette vente au Château d'Artigny qui s'annonce très prometteuse :

Une mèche de cheveux et un piano forte de Marie-Antoinette



Il existait 17 pianos forte à Versailles. Princesse mélomane, Marie-Antoinette avait placé la musique au cœur de sa vie à la Cour, depuis la messe matinale jusqu’aux fêtes et bals nocturnes. A-t-elle joué sur celui qui sera mis en vente par le 11 juin à Artigny ? « Rien ne l’indique, mais rien ne l’indique pas… », disent-ils de concert, avec la gourmandise du suspens ménagé. Cinq octaves de Fa à Fa, en acajou blond et filet de sycomore, il possède deux pédales : une pour jouer forte, l’autre pour jouer doux. Il provient d’une collection particulière du château de Breuil-Benoît (Eure-et-Loir), et il est daté de 1788.



S’est-elle aussi arraché quelques cheveux en interprétant une partition ardue ? Dans un reliquaire à médaillon de verre, une mèche de ses cheveux est aussi aux enchères. Il porte l’inscription : « Cheveux de la Reine Marie-Antoinette donnés au Cte de Reiset par G. de Régis de Gâtisnel, possesseur d’une boucle de ces cheveux remise à son bisaïeul le Cte J. de Régis par la reine de Naples Marie-Caroline, sœur de Marie-Antoinette ».



Enfin, les amateurs d’objets impériaux tomberont sûrement en pâmoison devant le gilet d’officier de la Garde d’honneur et la pelisse de colonel du 5e Régiment de Hussards de Boniface comte de Castellane (1788-1862), entré comme simple soldat au service de l’empereur le 4 décembre 1804 (jour du couronnement !), puis a gravit un à un les échelons jusqu’à devenir maréchal de France en 1852. Blessé pendant la retraite de Russie, après avoir participé à la bataille de la Moskova en 1812, il entrera dans le 1er Régiment de la Garde d’honneur en juin 1813. C’est en juillet qu’il passe commande de ces deux vêtements, peut-être confectionnés par un tailleur civil, les magasins de l’armée étant à cette période en pénuries de matière première. Un album de dessins sur la vie d’officier (1813-1820) réalisé par le comte de Castellane lui-même pourrait compléter le tableau d’un collectionneur ou d’un musée (le musée Bertrand à Châteauroux ?).

Camille Claudel, Auguste Rodin, mais aussi les peintres Utrillo ou Chagall, une aquarelle de Marie Laurencin, un rarissime document avec grand sceau de deuil d’Anne de Bretagne, des gouaches réalisées dans les ateliers de Jeanne Lanvin, deux pichets du céramiste Émile Gallé ou encore un étonnant traineau de glace au dragon : pas de doute, la 29e vente Garden party de Rouillac père et fils va encore donner le tournis aux amateurs de belles danses, à rendre complètement marteau…


F.Sabourin.
http://www.magcentre.fr/130666-valse-a-1000-temps-pour-les-rouillac-a-artigny-les-11-et-12-juin/




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ExceLLence

avatar

Nombre de messages : 41
Date d'inscription : 22/02/2015

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Lun 5 Juin - 14:41

Vue exceptionnelle et inédite du susmentionné reliquaire.



La mèche, pas moyen de l'avoir mieux. Rolling Eyes

_________________
J'veux un suaire de chez Dior
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Jeu 8 Juin - 12:53

Merci les amis.

Cette vente à venir fait décidément beaucoup parler d'elle!


Aymeric et Philippe Rouillac, commissaires-priseurs qui organisent cette vente « Garden-party » à Artigny,
ici au sein du traîneau de glace, l'une des pièces à vendre ce week-end.


Cette vente « Garden-party » 2017, qui a déménagé de Cheverny vers Artigny il y a trois ans, fera honneur à sa réputation. Rappelons que lors de l'édition 2013, un coffre du XVIIe siècle ayant appartenu au cardinal Mazarin, s'était vendu au prix record de 7,31 millions d'euros.
Cette année, outre les objets provenant des collections de Jacques Nabon, ceux issus du Loir-et-Cher seront nombreux également. Citons un vase en marbre, d'époque Second Empire, venu d'une famille de Montoire-sur-le-Loir. Ou encore un sublime carnet de bal à mécanisme secret, en or, datant du XVIIIe siècle, confié par une famille du Perche. Mais la pièce maîtresse sera une épreuve en bronze, variante inédite du célèbre modèle La Valse, sculptée par Camille Claudel. Elle a été confiée aux Rouillac par une famille de l'Oise et sera mise à prix ce dimanche entre 500.000 et 800.000 €. À acquérir ce dimanche également, un traîneau à tête de dragon servant à circuler sur la glace, datant de la fin du XVIIIe siècle, et en provenance de Belgique.

Ce lundi, la vente continue avec une copie du tableau l'Origine du monde, du peintre Gustave Courbet, longtemps attribuée à René Magritte. Ou encore cette Mercedes 190 D de 1963. Au cours de ces deux jours de vente, d'autres pièces de grande valeur seront proposées, comme un piano-forte ayant possiblement appartenu à Marie-Antoinette, ou encore des statuettes asiatiques, des vases de Chine et des meubles anciens.


Infos pratiques:
Vente « Garden-party » au château d'Artigny, 92, rue de Monts à Montbazon.
Vente, dimanche 11 juin à 14 h 30 et lundi 12 juin à 14 h 30.
Exposition, vendredi 9 juin de 15 à 20 h ; samedi 10 juin de 10 à 17 h ; dimanche 11 juin de 9 à 11 h et lundi 12 juin de 9 à 11 heures.
http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2017/06/06/Eclectisme-et-objets-de-valeur-a-vendre-3123890

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte

avatar

Nombre de messages : 163
Date d'inscription : 25/10/2014

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Mer 14 Juin - 12:47

Je me suis laissé dire que le piano-forte était parti pour la Belgique. Wink

_________________
- me stessa -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Collector

avatar

Nombre de messages : 462
Date d'inscription : 21/11/2014

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Jeu 29 Juin - 8:13

Belle vente annoncée chez Coutau Begarie
http://www.coutaubegarie.com/html/calendrier.jsp?t=f
le mercredi 5 juillet

pour les fans d'éventails

L'on s'arrêtera sur un exemplaire du début du siècle dernier


plusieurs portraits de femmes
dont la reine très reconnaissable


cette autre ne pourrait-elle être mme de Polignac ? Cool
juste une hypothèse  Cool


Et la 3e femme ? Mme de Lamballe ?

L'estimation autour de 50, ne ruinera personne. Wink

_________________
Less Is More
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Lun 3 Juil - 11:42

Charlotte a écrit:
Je me suis laissé dire que le piano-forte était parti pour la Belgique. Wink

Non, plus loin!  Wink Des nouvelles de ce très beau piano-forte:

Souvenez-vous...



... cet instrument magnifique...  drunken  drunken  drunken

Eh bien, c'est aux Pays Bas qu'il est allé!

Nederlands nieuwste muziekmuseum heeft primeur: piano van Marie Antoinette

Nederland is een nieuw muziekmuseum rijker. In Zutphen zijn vanaf vrijdag tientallen historische piano's te zien (en soms te horen) in een 18de-eeuwse patriciërswoning. MuziekMuseum Geelvinck heeft meteen een primeur: deze week arriveerde een mahoniehouten tafelpiano uit de collectie van de Franse koningin Marie Antoinette (1755-1793), de vrouw van Lodewijk XVI.

Voilà! Notre pièce exceptionnelle se trouve maintenant à Zutphen, dans la Gueldre, la plus grande province des Pays Bas (au centre est). Il a été acquis par le Musée de Musique Geelvinck, localisé jusqu'à il y a peu à Amsterdam. Quel beau cadeau d'emménagement! Very Happy



Ne craignez rien, les amis... notre précieuse relique sera bichonnée, chouchoutée, dans ce palais de la musique où il a déjà rejoint ses vénérables congénères.  Very Happy




... entre les mains expertes de Giovanni di Stafano, conservateur du Rijksmuseum et Gijs Wilderom, restaurateur... Wink



Quelques petits rappels historiques qui ne sont pas inutiles...  Wink

Marie Antoinette en Sébastien Erard
Bij de opening van het nieuwe Geelvinck Muziek Museum in Zutphen onthulden de burgemeester van Zutphen, mevrouw Annemieke Vermeulen, tezamen met de wethouders Oege Bosch (Financiën) en René Sueters (Cultuur), de conservator muziekinstrumenten van het Rijksmuseum, prof.dr. Giovanni di Stefano en de senior specialist Kinkend Erfgoed van de Rijksdienst Cultureel Erfgoed, Rudi van Straten, een bijzondere tafelpiano uit 1788, die het museum kort tevoren in Frankrijk had verworven:één van de twee tafelpiano’s, gebouwd door Sébastien en Jean-Baptiste Érard, waarvan wordt aangenomen dat deze toebehoorden aan koningin Marie Antoinette. De onfortuinlijke Oostenrijkse prinses, die bekend stond als een groot liefhebster van klavecimbel en fortepiano, eindigde nog geen vijf jaar later onder de guillotine.

Marie Antoinette
Marie Antoinette werd in 1755 als de jongste dochter van de Oostenrijkse keizer geboren. Opmerkelijk genoeg waren onder haar voorouders ook Lodewijk XIII van Frankrijk en Willem de Zwijger. Zij was nog geen vijftien toen zij in 1770 werd uitgehuwelijkt aan de latere Koning Lodewijk XVI. De modebewuste koningin met (naar latere critici beweerden) weinig sociaal-maatschappelijk inzicht werd een spilzieke levensstijl verweten. Zij was een groot liefhebster van muziek en speelde zelf goed klavecimbel. Door haar toedoen kwam de fortepiano en vogue, die inmiddels in het buitenland alom bekendheid had verworven, maar in het Frankrijk van het ancien régime, waar de aristocratie in het algemeen vasthield aan het klavecimbel, werd bestempeld als het muziekinstrument van de rebelse burgerij. Onder haar protectie konden Sébastien Érard en zijn broer de basis leggen voor één van de meest succesvolle Franse piano-industrieën.



Sebastian Ehrhardt
Sebastian Ehrhardt (1752-1831) werd geboren in Straatsburg en kwam op ongeveer zeventienjarige leeftijd naar Parijs, waar hij in de leer ging bij een klavecimbelbouwer. Ruim zes jaar later vestigde hij zich onder de naam Sébastien Érard en wist naam te maken als bouwer van Engelse tafelpiano’s. Hij werd de protégé van de hertogin de Villeroy, een vriendin en hofdame van Marie Antoinette. In 1785 verkreeg hij de protectie van het koninklijk hof en leverde hij in de jaren daarna 17 tafelpiano’s. Bovendien bouwde hij voor Marie Antoinette enkele opmerkelijke vleugels. De tafelpiano uit 1788, nu te zien in het Geelvinck Muziek Museum in Zutphen, zal één van die zeventien tafelpiano’s geweest moeten zijn.


Sébastien Érard

De Franse Revolutie
Een jaar later brak de revolutie uit en week Sébastien uit naar Engeland, waar hij een nieuwe vestiging startte. Zijn broer zette het bedrijf in Parijs door. In onze collectie bevindt zich ook nog een Erard tafelpiano uit 1793, het jaar dat Marie Antoinette tot de guillotine werd veroordeeld.

Paleis van Versailles en Château de Breuil-Benoit
De recent door ons verworven tafelpiano is meer dan anderhalve eeuw in het bezit geweest van de graven de Reiset op het Château de Breuil-Benoit. Het instrument is eerder te zien geweest in het Paleis van Versailles in de tentoonstelling “Marie-Antoinette, Archiduchesse, Dauphine, et Reine” (1955).

On résume?  

Né à Strasbourg, Sebastian Ehrhardt est arrivé très jeune à Paris où il a appris le métier de facteur de pianos. Il a francisé son nom et ouvert une maison. Protégé par la duchesse de Villeroy, une dame de Marie Antoinette, il connut le succès à la Cour où il livra 17 clavecins, dont plusieurs instruments pour la reine.

Réalisé en 1788, le piano-forte qui se trouve maintenant au Musée Geelvinck doit être l'une de ces 17 pièces. Wink

Celui de la reine? En tout cas, c'est grâce à sa protection que la Maison Erard devint l'une des plus brillantes industries de pianos française.

Un an après la livraison de ce clavecin, la Révolution éclatait. Sébastien fuit en Angleterre tandis que son frère, Jean-Baptiste, continuait l'exploitation. C'est d'ailleurs ainsi que le Musée Geelvinck possède déjà un piano Erard exécuté en 1793...

... oui, 1793, cette année fatidique... Crying or Very sad

Revenons à notre bel instrument. Wink Il appartint longtemps au comte de Reiset, au Château de Breuil-Benoit, et fit partie de l'exposition Marie-Antoinette, Archiduchesse, Dauphine, et Reine organisée à Versailles en 1955.

Une bien belle histoire! Very Happy

Sources :
http://www.volkskrant.nl/binnenland/nederlands-nieuwste-muziekmuseum-heeft-primeur-piano-van-marie-antoinette~a4503443/
http://www.geelvinck.nl/marie-antoinette-en-sebastien-erard/

Remarque en passant: il faudra investiguer sur cette Madame de Villeroy, dame et amie de la reine, que je ne connais... euh... pas... Embarassed Embarassed

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Collector

avatar

Nombre de messages : 462
Date d'inscription : 21/11/2014

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Jeu 13 Juil - 11:26

Grande Vente de Prestige chez Oise Enchères à Chantilly
le 23 Juillet à 14h00 Cool

L'on y verra passer
un bureau en acajou et placage d'acajou, avec tiroirs, dessus de marbre et riche ornementation en bronze doré.
Modèle de Guillaume Beneman estampillé de Schmit
Epoque Fin XIXè-Début XXème siècle

le voici Wink




petit topo sur Beneman Wink Wink
Guillaume Beneman (ou Benneman) (1750 - 1811), ébéniste français originaire d'Allemagne.
Installé à Paris il fut reçu maître en 1785 à la cour de France par Louis XVI et devint rapidement l'un des ébénistes les plus célèbres de son temps.
Placé très vite à la tête des ateliers les plus importants de son époque, Beneman mit au service du Garde-Meuble de la Couronne une technique irréprochable et sut parfaitement servir une politique qui tendait à donner une unité de style à l'ameublement des demeures royales. À la demande de Marie-Antoinette, Beneman exécuta, des ensembles de mobilier, pour les demeures royales comme le Château de Saint-Cloud.

L'estimation vous intéresse ? Wink Vraiment ?
16 000 / 18 000
je vous avais dit que ça ferait mal

_________________
Less Is More
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 4999
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   Dim 16 Juil - 9:08

On nous annonce une jolie vente à Laval, le 27 Juillet prochain. Il y sera notamment proposé ces éventails anciens.







Réunion de deux éventails en bois et papier : "Le Roi Louis XVI dans une allégorie", et "Le couple royal Louis XVI et Marie-Antoinette"

L'estimation de ce lot oscille entre 20 et 30 €.
Nous retiendrons également les lots 14 et 15 qui sont des gravures anciennes.
http://www.laval-encheres.fr/actualites/les-prochaines-ventes/

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ventes aux enchères   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ventes aux enchères
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 35 sur 35Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 33, 34, 35
 Sujets similaires
-
» Les ventes de Coca-Cola Company
» VENTES DE BIJOUX DE LA SEMAINE [46]
» VENTES DE BIJOUX DE LA SEMAINE (41 ème)
» VENTES DE BIJOUX DE LA SEMAINE (9)
» VENTES DE BIJOUX DE LA SEMAINE 23 MAI-01 JUIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Collections et ventes-
Sauter vers: