Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Sam 13 Sep - 12:53

Et j'ai également vu des rolling Pin. Ces objets étaient offerts par les marins anglais à leur fiançée. Percés à une extrémité et remplis de gros sel, ils étaient censés conjurer le mauvais sort. C'est l'inscription qui était marqué au dessus de cet ojet au musée de la marine.

Pour voir à quoi ressemble un rolling pin :

http://historic-marine-france.com/artisanat/artisanat.htm -
( il faut avancer un peu dans le site )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Sam 13 Sep - 13:04

Voici l'adresse d'un blog qui pourrait être intéressant pour ce forum. En tout cas, on y parle de notre cher peintre :

http://monsieurdec.blogspot.com/2007/06/portraits-de-ports.html -
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Sam 13 Sep - 13:33

Et pour finir , une dernière adresse sur nos grands peintres maritimes :

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichepage.php?idLang=&idPage=8666 -
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Sam 13 Sep - 16:03

Merci beaucoup Mme de Chimay....vous m'avez donné l'envie d'aller voir cette expo
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Sam 13 Sep - 18:20

A moi aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Sam 13 Sep - 18:24

Jusqu'à quelle date l'exposition La Pérouse est-elle censée durer ???
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Sam 13 Sep - 18:31

Jusqu'au 20 Otobre. Je suis revenue en amont du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Sam 13 Sep - 23:25

Je suis contente de partager avec vous tous cette exposition qui m'a fait bien rêver et qui continue encore à me fasciner.
Comme je suis contente d'avoir acheté ce catalogue. Mais attention , pour ceux qui voudront l'acheter. Cela n'est pas donné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 14 Sep - 8:05

J'avoue avoir hésité quelque peu en voyant tous ces livres si intéressants au musée de la marine mais le catalogue m'a semblé être le livre le plus complet sur la question. Pour une trentaine d'euros, j'ai eu un livre très bien fait , abondamment illustré et c'est de ce livre que j'ai tiré toutes les informations que je vous ai donné.

Pour en revenir à notre sujet :

Le comte d'hector et le vicomte de Langle veillèrent personnellement au recrutement des équipages des frégates. Ils choisirent en priorité des marins robustes, expérimentés et qui possédaient d'autres cordes à leur arc : menuisiers, tailleurs , cordonniers...
Les contrats proposés sont très intéressants pour l'époque: embarquer pour cette prestigieuse expédition était à la fois un honneur et une promesse de revenus substantiels. Presque tous les marins sélectionnés -en surnombre afin que les commandants puissent faire le tri final-sont bretons. Cette option garantit une certaine cohésion des équipages mais elle a également d'autres motifs que nous révèle cette lettre du comte d'Hector au ministre Castries :

"Les Bretons sont ceux les plus propres à faire des campagnes de ce genre : leur force, leur caractère et le peu de calcul qu'ils font de l'avenir
doivent leur faire donner la préfèrence . Aussi ces deux bâtiments en auront-ils leurs équipages entièrement composés."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 14 Sep - 9:52

Eh oui, les Bretons sont de très grands marins devant l'Eternel , probablement les mieux aguéris !
Dumont d'Urville (1790 1841) qui découvrit l'épave du navire de la Pérouse, était normand. Il est né tout près de chez moi, à Condé sur Noiraud qui lui a dressé une statue, et s'énorgueillit de cet enfant du pays qui découvrit les terres de Louis-Philippe, de Joinville et la terre Adélie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 14 Sep - 11:33

Ah, vous habitez Condé Sur Noireau ? C'est une bien jolie région que la Suisse Normande. En ce qui me concerne , je pense que cet amour de la mer remonte à mon enfance car, comme vous , j'ai habité la Normandie ( quand j'étais plus jeune ) , sur la côte fleurie proprement dit.
Lorsque je partais à l'école le matin, j'entendais les sirènes des bateaux.
Je ne saurais dire combien j'ai vécu de tempêtes. Mais comme Chateaubriand , j'aimais regarder la mer . C'est pour moi proprement dit, le domaine de l'aventure et du rêve. La mer est l'un des derniers espaces de liberté .
Pourquoi croyez-vous que les courses de bateaux réunissent autant de monde et font rêver bien des gens ?
Voyez aussi le succès de Brest 2004, 2008 ...Le monde de la plaisance se porte bien !
Puis , contrairement à vous , je ne suis pas resté en Normandie. L'Amour m'a appelé sur la Belgique. Voilà pour une brève parenthèse personnelle.

Voici une adresse pour en savoir un peu plus sur Dumont D'Urville :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Dumont_d'Urville -

Voici les références d'un livre :

De La Pérouse à Dumont d'Urville : Les explorateurs français du Pacifique par Julia Ferloni et Georges Pernoud
Editions de Conti , 2006, 125 p : 24, 70 euros sur Amazone.fr

Cela dit, j'ignorais qu'il était natif  de Condé sur Noireau .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 14 Sep - 20:14

Je n'habite pas Condé sur Noiraud mais Tinchebray, et puisque nous sommes sur un forum d'histoire et dans un sujet sur les grands marins français, j'ajouterai que Adrien Michel Pitot qui a construit notre maison avait pour neveu ... Surcouf !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Lun 15 Sep - 10:38

quelle chance de vivre dans une maison chargée d'Histoire!
De quand date votre maison ? Comment avez vous connu son histoire?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Lun 15 Sep - 12:34

1756 , l'année de la naissance de Mozart,  Marie-Antoinette avait un an.
Je connais l'histoire du lieu par un ouvrage de l'abbé Dumaine sur Tinchebray, les archives départementales que je suis allée consulter à Alençon, le journal manuscrit d'A.M. Pitot (dont j'ai une copie) etc ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Lun 15 Sep - 12:49

Citation :
1756 , l'année de la naissance de Mozart,  Marie-Antoinette avait un an.
Son premier anniversaire n'est que le 2 novembre 1756 Wink

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Lun 15 Sep - 12:55

Oups Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 28 Sep - 0:32

Pour en revenir au sujet , j'ai suivi le compte rendu de la journaliste Anne Goureaux en reportage à Vanikoro dans l'émission Thalassa. Chaque semaine dans l'émission Thalassa, elle fait le point , le compte rendu de l'expédition  La Pérouse.
L'expédition a mis très longtemps pour parvenir à accoster à Vanikoro car il faisait  un très mauvais temps.
L'expédition est partie avec environ 200 hommes ; c'est dire l'importance des moyens humains et matériels .
Figurez-vous que deux peuples cohabitent sur l'île de Vanikoro. Et le plus extraordinaire est qu'ils ne se mélangent pas. D'un côté, nous avons les polynésiens , qui sont^des pêcheurs et de l'autre les Mélanésiens qui vivent de la terre.

L'équipe s'est prêtée au rituel du pain , voulant par là " amadouer " les populations . Et Elle a offert la même chose au deux communautés sinon cela ne va pas. Et contre le pain, les Mélanésiens ont offert des noix de Béthel.
Les fouilles ont déjà commencé à terre car pour la première fois, il a fait beau. En mer, il  s'agit de débloquer les gros blocs de rochers de corail pour dégager la faille car il y a plus d'un mètre de sédiments par rapport aux dernières fouilles , aux endroits creusés des fouilles précédentes.
C'est dire le travail de titan !
Mais la semaine prochaine , nous en saurons plus !
Affaire à suivre assurément ! Et passionnément !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 28 Sep - 12:38

J'ai lu ce livre suivant : héros d'aventures / Georges Lenotre, Grasset, collection Marabout, 1957 . Ce livre est une succession de petites histoires différentes de différents siècles dont l'histoire de La Pérouse.
On y apprend différentes choses. D'abord que la vocation de La Pérouse s'était déclarée à la lecture des relations de voyage.

Et ensuite il décrit la rencontre entre les deux futurs époux . Je cite Lenotre :" Il l'a rencontré en 1772 à l'Ile de France alors qu'il n'était pas encore lieutenant de vaisseau. Il s'éprit au premier regard d'une jeune créole qui lui sembla réunir toutes les perfections physiques et morales. Eléonore Boudrou était la fille d'un garde magasin de Port Bourbon, homme peu instruit et sans biens, mais d'ailleurs très honnête et recommandable . Eléonore avait quinze ans ; extrêmement jolie, intelligente et douce elle ne se montra pas insensible aux transports du bel officier et l'idylle se développa, hâtive et vivace comme tout ce qui naît sous ce climat fortuné. Si bien que La Pérouse acheta dans l'île une petite maison et quelques arpents de terre : Curepipe était le nom peu poétique de ces Charmettes coloniales. ( ... ) Elle correspondait en des termes brûlants avec son soupirant. On a de ses lettres ; elle lui proteste qu'il est et sera éternellement adoré de son Eléonore : " Je sais bien , écrit-elle , que tu dois être mon mari", et elle ne manque pas de lui répéter : "Pense quelquefois à ta chère petite femme".


Il y pensait jour et nuit et n'était pas sans inquiétude sur le dénouement de l'aventure ; alors que sa passion le harcelait le plus, il adressait timidement à sa famille, pour tâter le terrain, des lmettres terminées par des post-scriptum en apparence insignifiants , mais en réalité, bourrés d'insinuations prudentes : " Je suis un peu amoureux d'une jeune personne de cette île et l'affaire pourrait bien se terminer par un mariage mais rien n'est encore décidé". Au fait , sa résolution était prise quand le chevalier de Ternay, son chef , auquel les parents de La Pérouse avaient délégué leur autorité par un acte en forme, opposa son veto à tout projet matrimonial ; les supplications du jeune officier , les larmes de la touchante Eleonore le laissèrent inexorable : " l'amour passe , disait ce loup de mer ; ce qui ne passe pas , c'est la pauvreté et la pauvreté en ménage , fait passer l'amour".

Suite de l'histoire dans un autre message.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 28 Sep - 12:50

Sur quoi arriva une lettre du père de La Pérouse , dans le ton classique des mercuriales des pères nobles du répertoire aux jeunes premiers de la comédie : " Vous me faîtes frémir , mon fils ! Eh quoi ! Ni dot, ni titre ! Ce mariage serait une calamité ; il vous ferait perdre la protection des Grands, la confiance du ministre , le suffrage de vos camarades , la considération de vos égaux et l'affection de vos parents ... Un tel désastre pour une beauté frivole et de prétendus charmes qui n'existent peut-être que dans votre imagination ! " . Et ce père , en cette occasion peu scrupuleux , ajoutait : " Les lois de l'honneur ni de la probité ne vous obligent à tenir les engagements inconsidérés que vous pouvez avoir pris envers cette personne...Ignorez-vous que vous êtes sous ma puissance , que vous n'êtes pas libre et que tout ce que vous avez pu promettre demeure sans effet ? " Pas libre ! Et La Pérouse avait alors trente deux ans !

Il fit mine de s'incliner ; mais comme on le pense bien , cette sévère semonce jetait de l'huile sur la flamme et eut pour résultat d'attiser la passion des deux amoureux. Afin de ne point désobéir à ses parents non plus qu'à son chef, l'enseigne promit à Eléonore de l'épouser si elle passait en France ; peu de temps après, il quitta l'île pour rentrer en Europe , et aussitôt , le père Boudrou , très désireux de marier sa fille , embarquait celle-ci au plus vite , quoique les émotions l'eussent grandement affaiblie et troublée.

Suite de l'histoire dans un prochain message.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 28 Sep - 13:01

Au débarquement à Lorient, elle tomba à la mer et cette demi noyade ne la rétablit point ; malade durant trois ans, elle ne put songer au mariage et quand, enfin guérie, elle espérait pouvoir revoir son fiançé, elle reçut de lui une lettre annonçant que, la guerre contre les Anglais était déclarée , ses obligations de marin ne lui permettaient pas de l'épouser . Elle répondit qu'elle patientrait fidèlement et qu'elle attendrait la paix dans un couvent du faubourg Saint Antoine. Au vrai, les années, les distractions, les voyages, les remontrances et la réflexion avaient fort désenflé l'amour de son soupirant ; quand la guerre fut finie, il l'avouait , sans vergogne au maréchal de Castries, d'autant plus que ses parents lui avaient déniché l'oiseau rare et l'idée d'un " grand mariage" lui souriait : Melle de Vézian , qui lui était offerte, était l'une de ses amies d'enfance. Il se fiança donc allégremment avec elle et confessait à sa future belle-mère sans réticence , son eurreur passée : " J'autorise ma mère à vous faire l'histoire de mes anciennes amours ; mon coeur a toujours été un roman ; plus je sacrifiais de convenances à celle que j'aimais , plus j'étais heureux ; mais je n'ai jamais oublié le respect que je dois à mes parents : c'est eux qui m'ont arrêté et je sens aujourd'hui que c'est un de leurs plus grands bienfaits".

Mais Eléonore ne l'entendait pas de cette oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 28 Sep - 13:17

La pauvre Eléonore , au fond de son couvent, avait appris le mariage projeté et pleurait , comme une gargouille de cathédrale par un gros orage ; les " torrents de larmes" étaient à la mode ( on était en mai 1783 ) et puis onze ans d'attente, d'altermoiements et de fidélité pour une créole, c'est beaucoup... La Pérouse , lui, ne pleurait pas ; mais il était bourrelé de remords ; son âme honnête s'effarait " du crime qu'il allait commettre " en sacrifiant une jeune fille venue de l'autre côté du monde sur la foi de sa promesse. Il crut apaiser sa conscience en offrant à Eléonore de l'argent, quatre vingt mille livres, la moitié de ce qu'il possédait ; elle refusa, et sans aucune plainte, elle lui fit part de sa résolution d'entrer en religion et de se lier par des voeux éternels. Pour le coup, il n'y tint plus, s'achemina vers le couvent de Saint Antoine, plus ému, certainement et plus tremblant que lorsqu'il entendait son navire craquer sous la cannonade anglaise. Il revit Eléonore ; ils s'attendrirent ; il la trouvait beaucoup moins jolie dans sa toilette sombre , parmi l'austère décor du cloître que lorsqu'elle se promenait à son bras en robe rose, à l'ombre des cocotiers ; mais elle parut si résignée, si douloureuse , si éplorée que le rude marin ne put résister à tant de douceur ; quelques jours plus tard, il l'épousait , sans éclat à l'église Sainte Marguerite et partait avec elle pour Albi où tous les deux furent reçus à bras ouverts.

La Pérouse s'était marié sans l'autorisation de ses chefs. il crut pouvoir pallier cette faute en se mettant à la disposition du ministre, pour quelque expédition que ce fût , et se déclara prêt " à faire le tour du monde pendant dix ans si on l'exigeait. Est-ce parce qu'il s'offrait avec tant d'abnégation qu'il fut choisi pour commander le grand voyage d'exploration décidé après la paix de 1783 ? N'est-ce pas plutôt parce que ses services passés , sa droiture, son tact, son énergie lui valurent tous les titres à la confiance de son Excellence et du Roi qui s'intéressait à l'entreprise ? Quoi qu'il en fût, il partit de Brest le 1er août 1785 ; on sait ce qu'il advint de lui...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 28 Sep - 13:27

L'infortunée Eléonore , qui avait attendu onze ans son fiancé, allait , après quelques mois de bonheur, attendre son mari quarante et un ans.
On sait , en effet, maintenant , que c'est par une nuit de décembre 1787, que la frégate de La Pérouse, après avoir promené, durant près de deux ans, sur toutes les mers, le pavillon fleurdelisé de France, se brisa sur les récifs de l'île de Vanikoro ; mais les contemporains ignoraient son sort , et ce fut seulement en 1826 que Dumont D'Urville acquit la certitude et recueillit quelques épaves du naufrage. Quarante et un ans. Eléonore vivait-elle encore ? Je ne sais. Sur la France , en ces quarante et un ans, avaient soufflé bien des tempêtes, plus redoutables et plus dévastatrices encore que celles de l'océan, et la petite créole qui espérait dans l'angoisse, contre tout espoir, était si oubliée que les historiographes de son célèbre époux, dans la gloire duquel elle disparaît , ne nous disent d'elle que son roman d'amour. Cette petite ombre effacée méritait d'avoir sa page dans l'épopée de La Pérouse, héroïque, elle aussi, à sa manière, qui est la meilleure , puisqu'elle sut beaucoup aimer.

Voici donc un émouvant portrait de femme que ce portrait de Madame De La Pérouse.
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31677
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 28 Sep - 16:09

Merci Madame de Chimay, décidément vous m'en apprenez beaucoup sur ce sujet que vous semblez maîtriser à fond  

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 28 Sep - 17:48

et puis ce récit est si bien écrit...vous devriez tenter d'écrire une biographie ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Dim 28 Sep - 20:03

Chère Cécile,

Je n'ai aucun mérite dans ce récit puisque je n'ai fait que citer Lenôtre.
Néanmoins, c'est vrai que son récit donne une consistance à la personnalité de Madame De La Pérouse. Elle a rencontré son futur époux lorsqu'elle n'était qu'une jeune adolescente. Elle a tout quitté pour pouvoir le rejoindre. Lorsqu'elle arrive en France, elle manque de se noyer et met trois ans pour retrouver la santé, ce qui laisse supposer qu'elle était de constitution fragile ou qu'elle avait une santé fragile. Elle doit attendre onze ans pour se marier, doit affronter une rivale. Elle connaît quelques mois de bonheur mais perd par accident son bébé et pour couronner le tout , attend désespéremment pendant 41 ans le retour d'un mari qui ne reviendra pas.
Et c'est grâce à une amie qu'elle évite de se retrouver dans la misère.
La vie de Madame De La Pérouse est une suite de malheurs.
Ceci dit , lorsque l'on voit son portrait et il figure en bonne place à l'exposition La Pérouse, on comprend que cet homme ait craqué pour cette femme. C'est une très belle femme, aux traits fins et délicats ( dommage que je n'ai pas de scanner pour vous envoyer son portrait ).
Cette dame respire une grâce exquise et son portrait me fait penser à une rose délicate et fragile.

Ceci dit , notons quelques incohérences dans le récit de Lenôtre. Il dit que les parents La Pérouse sont opposés à ce mariage puis par après que les jeunes mariés sont reçus à bras ouverts à Albi.
Ce mariage déplaisait à la famille qui espérait un grand mariage avec une riche héritière.
Voilà ce à quoi tout ce récit me fait penser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Chine à Versailles, art & diplomatie au XVIIIe siècle
» Baignoires, mobilier et objets de toilette au XVIIIe siècle
» OVNI - Les grandes énigmes du 20eme siècle
» Propositions roman classique français XVIIIe siècle pour notre Néo-Club littéraire n°5
» La presse du XVIIIe siècle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Contexte social et économique :: Les sciences-
Sauter vers: