Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Sam 1 Sep - 2:21

Revenir en haut Aller en bas
The Collector

avatar

Nombre de messages : 544
Date d'inscription : 21/11/2014

MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Mer 6 Avr - 15:20

On s'y perd un peu, dans ces sujets scratch
On a trop de bateaux !! jocolor
http://maria-antonia.justgoo.com/t2605p25-sur-les-traces-de-la-perouse

Au secours !! l'on coule

_________________
Less Is More
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonic Symbol

avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 01/07/2016

MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Sam 19 Nov - 23:06

Enfin ce que nous attendions tous : la vérité sur la confection du grog !! 

Du rhum, du citron, de l’eau et du miel. Voilà la base de cette boisson chaude fort réconfortante et assez ancienne… Les premiers grogs furent, en effet, sirotés sur des navires anglais. Comme l’explique l’auteur britannique Alec Waugh dans son ouvrage Vins et Spiritueux le rhum est «la boisson du marin, la base du fameux grog de la Royal Navy. Le mot “grog” vient du surnom de l'amiral Vernon, l’officier de marine anglais dont le domaine de George Washington porte le nom: on appelait l’amiral “le Vieux Grog” à cause de son habit râpé de grogram, tissu grossier de soie et de laine mélangées».


Au milieu du XVIIIe siècle, celui-ci impose à ses hommes de boire leur ration de rhum allongée avec de l’eau, afin de réduire leur consommation d’alcool. Cette nouvelle boisson diluée sera affublée du sobriquet du vieux loup de mer... Une première version du grog, assez loin du remède de grand-mère. Et peut-être ensuite agrémentée d’un peu de jus de citron, pour lutter contre le scorbut. L'ouvrage Les Mots voyageurs précise que cette boisson, «connue en France dans les milieux marins dans le dernier quart du XVIIIe siècle, se répandit dans les cafés vers 1850». D’après Histoire du rhum, la boisson a même été très populaire en France jusqu’au milieu du XXe siècle.
http://www.slate.fr/story/128312/vraie-recette-grog

_________________
PRESS START
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Cosway

avatar

Nombre de messages : 567
Date d'inscription : 05/07/2015

MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Sam 18 Fév - 10:14

Sevres with King Louis XVI and a boat :



Factory : Sèvres Manufactory (French, 1740–present)
Modeler : Attributed to Jacques-François Paris (active 1746–97)
Decorator : Attributed to Jean-Louis Morin (French, active 1754–87)
Decorator : Étienne-Henry Le Guay (French, active 1748–49, 1751–97)
Date : ca. 1778
Medium : Soft-paste porcelain
Dimensions : Height: 15 1/4 in. (38.7 cm)
http://www.metmuseum.org/art/collection/search/202183

_________________
On matters of style, swim with the current, on matters of principle, stand like a rock.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 40018
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   Mer 11 Juil - 10:08

"L’Astrolabe" : derrière un même nom, plusieurs navires mythiques liés à l’exploration scientifique

Plusieurs navires d'exploration français mythiques ont porté le nom de “L’Astrolabe” à des époques différentes. Tous ont eu pour mission l'exploration scientifique en Antarctique. Au micro de Daniel Fiévet sur les ondes de France Inter, Stéphane Dugast revient sur leur histoire…


Gravure de L'Astrolabe (premier du nom), en plein naufrage © Getty / Keystone-France


  • 1785 - Le premier Astrolabe : la frégate du comte de la Pérouse


L'aventure de L'Astrolabe commence au siècle des Lumières… C'est l'époque des grandes explorations scientifiques à travers le monde, notamment celles du capitaine James Cook avec l'HMB Endeavour. Suivant cet exemple, Louis XVI missionne en 1785 Jean François de Galaup, dit comte de La Pérouse, avec les deux frégates La Boussole et L'Astrolabe pour la première grande expédition française à but uniquement scientifique.

Les deux navires disparaissent en 1788 dans le Pacifique. L’anecdote raconte que Louis XVI, sur l'échafaud, aurait demandé : « Avons-nous des nouvelles de La Pérouse ? »

En 1826, un capitaine irlandais, Peter Dillon, résolve le mystère des deux frégates : il retrouve des objets appartenant aux épaves de l'expédition La Pérouse aux îles Salomon et grâce à lui, on sait que le naufrage a eu lieu au large de Vanikoro. Il reste un autre mystère encore aujourd'hui : que sont devenus les naufragés ?...



L'Astrolabe, deuxième du nom, commandé cette fois par Dumont d'Urville, échoué sur les glaces de l'Antarctique
© Getty / Getty Universal History Archive UIG



  • 1840 - L'Astrolabe 2e : la corvette de Jules Dumont D'Urville


L'explorateur Jules Dumont D'Urville a déjà participé à de nombreuses expéditions scientifiques (parmi lesquelles, entre autres choses, il a découvert la Vénus de Milo sur une île grecque) lorsqu'en 1826, il reçoit le commandement de deux corvettes, La Zélée et La Coquille (qu'il va renommer L'Astrolabe). L'une de leurs missions est de retrouver le lieu du naufrage de La Pérouse.

En 1837, Dumont d'Urville repart en expédition pour les terres australes et l'Antarctique. Il débarque sur le continent glacé en 1840 et prend possession d'une portion du territoire en y plantant le drapeau français : cette terre portera désormais le nom de Terre-Adélie, d'après le prénom de sa femme Adèle.

Suite à cet exploit, Dumont d'Urville est nommé contre-amiral et reçoit la grande médaille d'or de la Société de Géographie. Il meurt deux ans plus tard.



L'Astrolabe, troisième du nom... Il est l'unique navire effectuant la liaison entre la base scientifique française
de Dumont d'Urville en Terre Adélie et Hobart en Tasmanie © Getty / Vincent LECOMTE


  • 1988 - L'Astrolabe 3e : le brise-glace de l'Institut Paul Emile Victor


Après la Seconde Guerre Mondiale, l'Antarctique est de nouveau une terre à conquérir. Stéphane Dugast explique le contexte : "On sort d'une guerre qui a traumatisée bon nombre de français et on a surtout besoin de reconquérir des territoires. Pour les pôles, ça va être Paul Emile Victor et cette Terre-Adélie découverte par Jules Dumont d'Urville en 1840. Depuis un siècle, les Français n'y ont pas fait grand chose. Là, c'est l'occasion de la reconquérir à des fins scientifiques - mais aussi à des fins de souveraineté pour montrer le pavillon tricolore."

En 1988, L'Astrolabe est affrété par l'administration des TAAF et par l'Institut polaire français - Paul Émile Victor pour ravitailler la base scientifique de Terre-Adélie. Il reliait Hobart, en Tasmanie et l'Antarctique, traversant les 40e rugissants et les 50e hurlants sur des mers redoutées loin de tout secours possible pour ravitailler les bases scientifiques Dumont D'Urville et Concordia... Ses trente années d'épopée polaires sont relatées dans L'Astrolabe, le passeur de l'Antarctique, écrit par Daphné Buiron et Stéphane Dugast :

Pendant 30 ans, ce bateau a participé à l'une des dernières grandes aventures de notre époque : l'exploration du continent blanc.

En 2017, le brise-glace a pris sa retraite ; il est devenu navire-hôpital en Papouasie Nouvelle Guinée sous le nom YWAM Liberty.


Le nouvel "Astrolabe" en juillet 2017 © AFP / Jean-François Monier

  • 2017 - L'Astrolabe, 4e du nom...


Et en 2017, L'Astrolabe a laissé la place à... L'Astrolabe, encore une fois. C'est cette fois-ci un patrouilleur et navire logistique polaire. Il a la particularité d'être doté d'une équipe de la marine nationale et du personnel de l'Institut polaire. Ce navire a aujourd'hui deux missions :

ravitailler la base DDU, comme son prédécesseur
mais aussi : surveiller les zones économiques exclusives des Terres australes et antarctique françaises (Crozet, Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam).


par Mariel Bluteau
https://www.franceinter.fr/

Merci à Yann Sinclair pour le partage !

Sur La Pérouse, on a aussi ce sujet :
http://maria-antonia.justgoo.com/t2605-sur-les-traces-de-la-perouse
... et celui-ci...
http://maria-antonia.justgoo.com/t18039-le-mystere-de-la-perouse

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les grandes explorations maritimes du XVIIIe siècle
Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
 Sujets similaires
-
» La Chine à Versailles, art & diplomatie au XVIIIe siècle
» Baignoires, mobilier et objets de toilette au XVIIIe siècle
» OVNI - Les grandes énigmes du 20eme siècle
» Propositions roman classique français XVIIIe siècle pour notre Néo-Club littéraire n°5
» La presse du XVIIIe siècle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Contexte social et économique :: Les sciences-
Sauter vers: