Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39506
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?   Lun 10 Fév - 17:48

Une analyse qui date un peu, mais dont la pertinence reste tout à fait d'actualité, car le travail de réhabilitation de notre reine est loin d'être terminé!

The Big Question: Does Marie Antoinette deserve her infamous reputation?


Why the sudden interest in France's last memorable queen?

Marie Antoinette, air-headed Austrian princess and then much traduced French queen, was born 250 years ago last year. The anniversary has generated aHollywood film starring Kirsten Dunst and several exhibitions.

From today, the Archives in Paris will be showing for the first time most of the personal and public documents related to Marie Antoinette held by the French state. They range from her marriage certificate (as thick as a telephone directory) to her death warrant and the last, moving and courageous letter she wrote just before she was sent to the guillotine on 16 October 1793.


Did she really say 'let them eat cake'?

Non. Or at least probably not. Marie Antoinette is reputed to have suggested that the starving, pre-revolutionary poor, if they were unable to afford bread, should develop a taste for "brioche", a form of cake. There is no historical record that she said any such thing. Her most celebrated words were almost certainly invented by a rumour-monger or pamphleteer.

That being said, the pre-revolutionary Marie Antoinette was probably capable of saying something just as insensitive. Her own early letters suggest an under-educated, gossipy, plump young queen, with a taste for plumed coiffures (the "big hair" of its era), young male friends, horse-riding, gambling and diamonds.


Why else is her reputation so lousy?

Long before the revolution began in 1789, Marie Antoinette was much detested and lied about in the snake-pit of late 18th century France. This was partly because she was foreign and partly because she was an independent-minded woman. She was known - to nobility and poor people alike - as l'Autrichienne, the Austrian, but emphasising the chienne, which means "bitch".

She failed for many years to produce an heir (through no fault of her own). She refused to tolerate the sillier traditions and people in the court at Versailles. She invented a parallel court at the Petit Trianon in the palace grounds where she dressed up as a milkmaid and cared for heavily perfumed sheep and goats. Aristocratic gossip, and the popular "gazettes" of the day, accused her of multiple affairs with young men, and women. She was decried, both by aristocrats and the bourgousie, as extravagant and immoral. Marie Antoinette was both - but no more so than the rest of royal and aristocratic society.

The new exhibition at the national Archives contains several letters in which Marie Antoinette defends herself to friends, or alleged friends, in strong, confident, rather modern-looking handwriting.


Was she an 18th-century Princess Diana?

Evelyne Lever, the greatest French authority on Marie Antoinette, believes there are many similarities. "Here was a young woman pushed into a loveless marriage, who had little in common with her husband, who had loves of her own which she could not publicly express, who wanted to live her own life, who became the centre of great scandals and died in dramatic circumstances," Mme Lever says.

The historian believes the many parallels with Diana, Princess of Wales, partly explain the resurgence of interest in Marie Antoinette. "The great difference is that, in the final years, adversity brought Marie Antoinette closer to her husband. The Revolution revealed in her depths of character and toughness which were not apparent before," she adds.


Did the revolution change her then?

Yes and no. As the daughter of an empress and wife of a monarch, Marie Antoinette remained convinced of the divine right of kings. In coded letters from captivity, she describes the democratic ideal as a "tissue of absurdities". She dismisses the revolutionaries as "monsters", "scoundrels", "madmen and "animals", egged on by "freemasons".

The royal family clearly had difficulty adjusting to its new life, first under house arrest and then in prison. The Archives exhibition contains the minutes of the revolutionary tribunal of the Commune of Paris when it discusses, pompously, a request from Marie Antoinette for a pair of nail-scissors for herself and her children. She is refused.

All the same, this was a different Marie Antoinette from the pleasure-loving girl of the early years of her marriage. In adversity, she became the constant friend and ally of her rather hopeless husband, Louis XVI. It is she, not him, who worked tirelessly post- 1789 to save the family business and all of their heads.

She plotted to organise a failed royal flight from Paris towards Austrian-controlled territory in June 1791. Returned to captivity in Paris, she began a long, secret correspondence with a moderate revolutionary leader to try to rescue a kind of constitutional monarchy on the British pattern from the Jacobin radicals who threatened to hijack the Revolution. Her letters are tough, wily and shrewd and demonstrate a close grasp of the ever-changing minutiae of revolutionary politics.


Is there a case for Marie Antoinette as a tragic heroine?

Yes. She had several opportunities to escape alone but refused to do so without her family. Even moderate revolutionaries with whom she conspired were astonished by her fortitude and mental strength. She was, however, also plotting behind their backs to persuade her brother, the Austrian emperor, to restore absolute monarchy in France.

The king was tried and executed in January 1793. Marie Antoinette's eight-year-old son, Louis, was taken from her and brainwashed until he accused her of sexually abusing him. He died of illness and neglect. The exhibition contains a lock of his hair; it also contains a transcript of his mother's trial, where she was accused of incest. She defended herself with great dignity.

Marie Antoinette never grasped the causes of the Revolution, but it exposed in her unsuspected depths of courage and loyalty. In her celebrated final letter to her sister-in-law, written a few hours before her execution in what is now the Place de la Concorde, Marie Antoinette, by then a wizened old woman of 48, wrote: "I pardon my enemies the wrongs that they have done me... I also had friends... Let them know that, to my last moment, I was thinking of them."


Has Marie Antoinette been wronged by history?

Yes...

* She never said 'let them eat cake'

* She was a more complex, even tragic, figure than popular memory allows

* In the most desperate circumstances she proved a loyal friend, wife and mother

No...

* She sums up the vanity, extravagance and arrogance of the 'ancien régime'

* She remained a die-hard, absolutist monarchist to the end

* Her air-headed early behaviour as queen gave ammunition to her enemies

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39506
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?   Sam 22 Fév - 10:04

Trouvé sur le net ce matin: l'avis d'une blogueuse sur la réputation de Marie Antoinette:

Marie Antoinette was the easiest target for the French media. All of the accusations of her sexual activities were false including the one that claimed she had sex with her son. I’m not saying Antoinette is not guilty of being a bad queen. While the queen did not have much power, she should have at least fought for her people. She and the rest of the royals should have been more aware of the poverty that surrounded them. To be fair, part of this is because Louis and Antoinette were trained to behave like royals, but not on how to take the responsibilities of a royal. They had no guidance to make good choices. Giving the circumstances it is easy to see why the French media was angry and insulted her constantly. What is famously known about her comes from the rumors. In today’s media we can see the same thing from TMZ reports on celebrities to Fox News on President Obama. It shows how much influence the media has and how they can create a false image of a person that becomes accepted.
http://blakebradford6.wordpress.com/2014/02/21/marie-antoinette-the-most-hated-queen-everinteresting-biographies-12/


C'est vrai, les médias de l'époque ont une grande part de responsabilité dans le déclenchement des émeutes qui donneront lieu à la révolution française. Par la suite, les médias ont continué et continuent encore à façonner l'image de Marie Antoinette selon leur gré et leurs modes.

Mais ce qui semblent malheureusement tombé dans l'oubli et qui est pourtant une réalité attestée par des faits, c'est que Louis XVI et Marie Antoinette se préoccupaient beaucoup de la pauvreté et du malheur de leur peuple.

Le roi avait à coeur de promulguer des lois qui rétabliraient davantage de justice, notamment dans la perception des impôts. Les ordres privilégiés s'y opposèrent.

La reine, elle non plus, ne se contentait pas de pratiquer la charité: elle veillait sur l'enfance déshéritée, avait ouvert à cet effet un organisme pour venir en aide aux mères nécessiteuses et personnellement adopté des enfants dans le besoin, dont, la postérité s'en souvient trop peu, elle assura la subsistance et l'éducation tant qu'elle put, jusqu'à depuis sa prison, pendant la révolution.

Nous en avons abondamment parlé sur ce forum, notamment ici:
http://maria-antonia.justgoo.com/t793-ses-ouvres-de-charite
http://maria-antonia.justgoo.com/t115-les-enfants-adoptes
http://maria-antonia.justgoo.com/t681-des-enfants-pauvres-invites-par-marie-antoinette
http://maria-antonia.justgoo.com/t322p30-louis-xvi-et-le-peuple
http://maria-antonia.justgoo.com/t3853p15-noel-avec-marie-antoinette
http://maria-antonia.justgoo.com/t1525p45-marie-antoinette-et-ses-exces

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39506
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?   Dim 23 Fév - 14:46

Attention aux yeux pour ce qui va suivre!  Shocked La photo est bien ce qu'il y a de plus gentil...

Reine scélérate : la mauvaise réputation de Marie-Antoinette était-elle justifiée ?

Le Dictionnaire de la méchanceté propose au lecteur, à travers 169 notices rédigées par 80 spécialistes des sciences humaines et sociales, une variété de portraits historiques (Catherine de Médicis, César Borgia, Marie Tudor…), fictifs (la Marquise de Merteuil, Tatie Danielle, Voldemort…) ou mythologiques (Médée, Circé, Mélusine…), ainsi qu’une redéfinition des concepts liés à la méchanceté (tyrannie, perversité, cruauté…).

... notre Antoinette avec Voldemort?!  Shocked 



Il fut un temps où Marie-Antoinette était une figure honnie, un lointain souvenir ... Depuis lors, ses biographes, le cinéma se sont efforcés de nous présenter une femme attachante, émouvante et, au pire, simplement frivole et dépensière. Mais méchante, non, certainement pas ! L’idole a été soigneusement disculpée de tout trait qui signerait la pure méchanceté. Et rien ne vous fera passer pour plus ignorant que d’affirmer qu’elle ait pu un jour s’écrier : « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! » On peut donc légitimement s’interroger : Pourquoi cette place au sein d’un dictionnaire de la méchanceté ?

Si l’on veut conserver une entrée pour la reine guillotinée, il faut emprunter d’autres voies d’accès à la méchanceté, la première pouvant nous être fournie par l’expression populaire « bête et méchant ». En suggérant une concordance de la bêtise et de la méchanceté, elle laisse en effet supposer que la seconde découle de la première, que l’on serait donc méchant par ignorance. Il est probable que la formule soit applicable à Marie-Antoinette. Avant-dernière fille de l’impératrice Marie-Thérèse, la jeune fille n’était que peu susceptible de porter de grandes espérances pour la Maison d’Autriche, et son éducation, de ce fait, fut moins soignée que celle des aînées. Confiée aux soins d’une gouvernante peu regardante, elle savait à peine lire et écrire quand elle arriva en France à l’âge de 14 ans. Elle est moqueuse et capricieuse, trouve inconcevable que l’on puisse se présenter à la Cour une fois passés 30 ans et refuse d’adresser la parole à Madame du Barry pendant de longs mois, au risque de provoquer une crise diplomatique. Avec cela, en brimant constamment sa fille, Marie-Thérèse, parce qu’elle est persuadée, dès son plus jeune âge, qu’elle ne peut que devenir orgueilleuse, parvient aussi à s’en faire détester. Celle-ci n’a que quatre ans quand elle déclare que si sa mère venait à mourir, cela lui serait bien égal, car elle serait bien aise de ne plus la voir pour pouvoir faire ses volontés. En octobre 1789, sa mère le lui rendra bien en ayant l’idée lumineuse de paraître au balcon de Versailles, face à une foule de Parisiens armée et en colère, accompagnée de ses enfants.

Arrivée à Paris, alors que la famille royale s’installe aux Tuileries, la reine a l’esprit toujours aussi fin. En quête de popularité, elle accède à la demande d’un groupe de femmes qui viennent la voir et qui voudraient récupérer des effets qu’elles avaient dû laisser au Mont-de-piété. Marie-Antoinette promet que chacun pourra retirer ses dépôts à hauteur d’un louis, une somme considérable. Ces femmes se précipitèrent aussitôt au Mont-de-piété en répandant la nouvelle. Cependant, l’institution ne put répondre à la demande de l’afflux de personnes souhaitant bénéficier des largesses de la reine, ce qui provoqua une émeute. Accusée de perfidie, Marie-Antoinette dut en appeler à l’aide du roi qui, bien que ne voulant pas renier la promesse de sa femme, dut tout de même lui substituer une offre plus raisonnable en restreignant les retraits constitués « en linge de corps et en vêtements d’hiver ».

Plus que méchante, Marie-Antoinette apparaît finalement comme menaçante. Étrangère comme il est de coutume pour les reines, l’Autrichienne représente une puissance qui a été l’ennemie héréditaire de la France jusqu’au renversement des alliances de 1756. Elle paraît d’autant plus suspecte qu’elle devient reine en un temps où le patriotisme français est particulièrement exacerbé par un sentiment de déclin généralisé. Elle-même a été élevée dans un préjugé antifrançais que ne cesse de lui rappeler sa mère, en lui recommandant de rester « bonne Allemande ». Sa mère, puis son frère, la considèrent comme un pur instrument de leur politique et ont recours au chantage affectif pour qu’elle pousse le roi à agir dans un sens favorable à l’Autriche. Tentatives vaines qui ont pour le moins altéré son image pour longtemps et que les conflits du XIXe et XXe siècle avec l’Allemagne n’ont pas contribué à améliorer. La détestable Marie-Antoinette présentée par Jean Renoir dans sa Marseillaise de 1938 en porte la marque.

D’autre part, la méchanceté est nécessairement inhérente à Marie-Antoinette, parce qu’elle est femme. En un XVIIIe siècle particulièrement misogyne, une femme proche du pouvoir est forcément une femme dangereuse, qui plus est quand on est fille de l’impératrice Marie-Thérèse qui n’a pas hésité à mener la guerre pour conserver son trône. Aussi, Marie-Antoinette personnifie l’angoisse castratrice, ce qui prend d’autant plus de sens quand son couple reste stérile pendant sept ans. L’exemple de Catherine II de Russie, organisant un coup d’état contre son mari réputé impuissant et le faisant assassiner en 1762, est encore dans toutes les têtes. Comme pour Catherine, les pamphlets libertins décrivent une Marie-Antoinette assoiffée de sexe dispensant ses faveurs aux hommes autant qu’aux femmes et réduisant son mari, puis plus tard son fils, à une masturbation qu’on croyait devoir les rendre imbéciles.

Enfin, son hostilité à la Révolution a contribué à la rendre franchement antipathique. Toujours hostile à la Révolution, elle accepte cependant de jouer un double jeu. Elle entretient une correspondance avec le député constitutionnel Barnave tout en lui témoignant un mépris caractérisé dans les lettres qu’elle adresse à Axel de Fersen, lui disant notamment : « Quel bonheur si je puis un jour redevenir assez pour prouver à tous ces gueux que je n’ai pas été leur dupe ».

Après que la France a déclaré la guerre à l’Autriche en avril 1792, elle se rend également coupable de trahison en faisant parvenir les plans des armées françaises à l’ennemi.

Bibliographie : Bertière Simone, Marie-Antoinette, l’insoumise, Paris, De Fallois, 2002 ; Lever Evelyne, Marie-Antoinette, correspondance, Paris, Tallandier, 2005 ; Thomas Chantal, La reine scélérate : Marie-Antoinette dans les pamphlets, Paris, Points histoire, 2008.

Extrait du "Dictionnaire de la méchanceté", Collectif dirigé par Christophe Regina et Lucien Faggion, (Max Milo Editions), 2013.

http://www.atlantico.fr/decryptage/reine-scelerate-mauvaise-reputation-marie-antoinette-etait-elle-justifiee-dictionnaire-mechancete-max-milo-editions-942333.html

Aouch!   

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31672
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?   Dim 23 Fév - 16:17

C'est quoi ce dico de la méchanceté?   

Disons que c'est un bon récapitulatif de ce qui a été reproché à Marie-Antoinette   

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39506
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?   Lun 14 Avr - 15:06

Qui l'eût cru? Marie Antoinette figure dans le top 10 des femmes les plus salies par l'Histoire.


Marie Antoinette (1755-1793)





One thing is sure, she never said “let them eat cake”. Often portrayed as an airhead, Marie Antoinette was vilified for her extravagant spending and lack of compassion for the peasants of France. In reality, she was an easy target because she was Austrian and an aristocrat. According to the later studies, Marie Antoinette was compassionate to the poor and a dedicated mother, and even criticized the lavish spending of the French nobility during the country’s bankrupt years. None of these mattered to the revolutionaries and an incorrectly attributed quip earned her a quick trip to the guillotine.

http://historylists.org/people/top-10-most-unfairly-maligned-women-in-history.html


Enfin... Il y a un progrès très net: l'article reconnaît que les femmes citées ont été injustement maltraitées par la postérité. Et, mieux encore, il cite les réelles qualités de la reine.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5186
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?   Lun 14 Avr - 21:46

Bonjour,

Je m'étonne de la présence de Catherine II. En quoi cette femme aurait-elle été calomniée?

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le beau lauzun

avatar

Nombre de messages : 732
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?   Lun 12 Oct - 11:54

Vu dans le Independent.ie. Bon texte, bien balancé, démontant simplement les rouages du mythe Marie-Antoinette.

Marie Antoinette: a woman misjudged (by Liadan Hynes)

At midnight in the gardens of Versailles in August 1784, Cardinal Louis de Rohan, leader of the French church, stole out to what he believed to be an assignation with Marie Antoinette, Queen of France. Handing him a rose, the woman murmured 'you may now hope that the past will be forgotten.' The cardinal had fallen out of favour when letters of his, mocking her mother, the Empress Maria Theresa, were leaked while he was serving as ambassador to the court in Vienna. A rapacious type, Rohan was desperate for a way back into the queen's good graces.

In fact, the woman in the garden was a prostitute who resembled the queen. The true architect of events was Jeanne, Comtesse de la Motte-Valois. She had led the cardinal to believe that she was a close confidant of the queen. The cardinal gave her money to act as a go-between, and she forged letters, allegedly from the queen. The meeting in the garden was the culmination of this secret correspondence.

All might have ended quietly were it not for the diamond necklace. Made by the crown jewellers, they had over-extended themselves greatly, and were horrified when the queen turned down the gaudy piece - 647 diamonds, weighing 2,800 carats. Jeanne persuaded Rohan that in fact the queen was forbidden from purchasing it by the parsimonious king. What if Rohan was to purchase it, to be later reimbursed by Marie Antoinette? Jeanne would deliver the piece. Rohan's suspicions were aroused when the queen failed to wear the necklace, which had by this time been sold off in London by Jeanne's husband. The matter came to the attention of the King, Louis XVI, who had them arrested. The subsequent trial captured the attention of the nation. Rohan was acquitted; Jeanne sent to prison.

But in fact it was the queen who could be said to have suffered the most long-term damage from the affair of the diamond necklace. It was a turning point in the French public's attitude to their monarchy. Years later, Napoleon declared that "the queen's death must be dated from the diamond necklace trial". The queen's reputation never recovered from this episode, unfairly, as she was completely faultless in the whole affair. To the French people she became the focus for their building rage in the lead-up to the Revolution. To history, she became a by-word for cruel indifference on the part of nobility. Even more than 200 years after her death, the obsession over this beautiful, fascinating creature continues, most recently manifested in Sofia Coppola's 2006 movie.

The second youngest of 16 children of the Empress Maria Theresa of Austria, the future Queen of France was an also-ran, neither the most beautiful nor most brilliant of her sisters. Such was the extent of neglect she suffered in her upbringing, that by the time of her marriage negotiations, Marie Antoinette, who bore the title archduchess, then 13, could barely read or write. Dancing and singing were her preferred pastimes.

Physically, she had a perfect complexion, big blue eyes and a long elegant neck. On the downside, she had an aquiline nose, and a prominent lower lip. However, her warm smile and a wish to please created an overall pleasing impression. In comparison, her husband to be, the 15-year-old Dauphin Louis Auguste, was a bright, scholarly type. He was also lacking in confidence, and easily led. Always of heavy build, his weight merely increased over time. Life in Versailles was a dramatic change for the young Marie Antoinette. "I put on my rouge and wash my hands in front of the whole world," she is recorded as saying. On one famous occasion, the queen's morning toilette was repeatedly held up by arrivals of members of her household who outranked each other. The queen was left standing naked whilst her chemise was passed from noblewoman to noblewoman.

Her domineering mother took a huge interest in her daughter's affairs, specifically, how Marie Antoinette was failing in her task: to solidify the Franco-Austrian alliance. While Marie Antoinette was feted, the alliance itself was not popular in France, Austria being the traditional enemy of France. Her chief fault was a failure to produce an heir. Louis was a virgin at the time of his marriage. It took the royal couple more than seven years of marriage to consummate their union. This sexual stalemate has been attributed to everything from Louis's shyness, to problems with his penis. Several physical examinations by court doctors found nothing wrong. Louis XV, was not hugely popular at his death in 1774. The young couple were a welcome contrast to the debauchery of his reign, and huge expectations of change were placed on the new king. Louis XVI's lack of sexual appetite created several problems for Marie Antoinette. Traditionally, the French court would have a queen, and a mistress. The mistress was usually the focus of a certain amount of misogyny - she would be painted as a manipulative creature, trying to control the king, while the queen, in relief, was the mother of France. Now Marie Antoinette was cast as the would-be schemer, while also failing to fulfil her destined role as mother. Furthermore motherhood would have provided her with a function. As it was, she was at a loose end. Bored and somewhat immature, partying, gambling, the theatre, shopping, increasingly extreme fashions, and extravagant interior decorating occupied her days, and no doubt contributed to her reputation as a wanton woman.

'There was beginning to be something desperate about her enjoyment of pleasures . . . the levity, the lightness of spirit, the volatility . . . with which Marie Antoinette is so much associated can be traced back to this period, when disappointment in her marriage began to be masked by enjoyment of her position,' writes her biographer Antonia Fraser. The careless comment, 'let them eat cake' had actually been attributed to princesses going back a hundred years before Marie Antoinette.

Pamphlets, which were scurrilous to the point of pornographic, accusing the queen of all manner of licentious behaviour, began to be published. The evidence, as elaborated by Fraser, would seem to suggest that she was a flirt rather than an adulterer, except in one case, with the Swedish Count Axel von Fersen, a dedicated royalist who would later plan the royal family's attempt to escape the revolution, whom Fraser posits as the queen's one affair. It was also at this time that she began to incur great personal debt, through expenditure on gambling and her wardrobe. Of course it was France's involvement in the American War of Independence that led to disaster for the nation's finances, not Marie Antoinette's shopping budget. But, increasingly, 'Madame Deficit' became a focal point for the building ire of the people.

A visit from the queen's brother, the Emperor Joseph, finally brought to an end the barren nature of the marriage. He harangued and lectured, concluding that the king seemed to have an extraordinary apathy with regard to sex, and was making half-hearted attempts that would never lead to impregnation. More than seven years after they married, the pair properly consummated their marriage.

Motherhood engendered a slow maturation of the queen's character. However, the popularity afforded her by the arrival of her children, four in total, was short-lived. The trials arising from the affair of the Diamond Necklace unleashed a torrent of accusations of sexual perversions against the queen. The queen was devastated, but the affair, Fraser suggests 'brought new steel to a fundamentally pliant character'. The king, on the other hand, in the face of the increasingly fraught political situation in France, seemed to be exhibiting all the signs of depression - weeping, falling asleep in Council meetings. Having recently turned 30, the queen consciously adopted a new seriousness. The deaths of two of her children, Sophie, just before her first birthday, and the Dauphin Louis Joseph, at the age of seven, had further sobered Marie Antoinette.

In October 1789, a mob of thousands marched on Versailles. Bodyguards were killed and the crowds shouted that they would cut off the queen's head and fry her liver. Marie Antoinette escaped her apartments through a secret passageway. The royal family were moved to Paris, to the Tuileries Palace. For one so pampered, Marie Antoinette showed great strength of character and hardiness. "It is in misfortune that you realise your true nature," she wrote. "From the point of the revolution onwards, there's a lot to be said for the idea that she's actually playing a very significant role in national politics," argues Dr Joseph Clarke, Assistant Professor in European History at Trinity College. The move to the Tuileries Palace, he points out, led to a stripped-down court which in turn increased the queen's proximity to, and influence on, the king. To underestimate her would be to do her a disservice, he suggests.

Unfortunately, as the situation spiralled, the king's lifelong indecision left him vacillating, and Marie Antoinette, whilst in contact with conservative revolutionaries, and anti-revolutionaries, as well as acting as the driving force behind their doomed escape attempt, refrained from actually forcing Louis to some sort of decisive action. In August 1792, the royal family were forced to flee the Tuileries after a mob attacked the palace. They were moved to the Temple. Run by strict jailers who closely monitored the family, they were now, undeniably, prisoners. On September 21, the monarchy was abolished. In October, Louis was moved to separate quarters. He would see his family one final time, the night before his execution in January 1793. At the king's death, Marie Antoinette was said to have gone into a deep depression. 'She no longer had any hope left in her heart or distinguished between life and death,' her daughter Marie Thérèse recalled. Her health had deteriorated dramatically. Things worsened when, in June, their jailers came for her son. For an hour, she fought not to let go of the eight-year-old boy, only relenting when they threatened his sister.

A month later, she was moved to prison. In one of a long list of misogynies perpetrated against the former queen, where her husband had months to prepare for his trial, she was given days. At the trial, one of her son's jailers accused her, on the Dauphin's behalf, of sexual abuse of her son. Attempting to undermine Marie Antoinette as a mother was an attempt to destroy her last shred of humanity. 'I appeal to all mothers here present,' she declared with dignity. Two days later, on October 16, she went to the guillotine, hair hacked off, hands tightly bound behind her, but, all agreed, composed to the last.


Le let-them-eat-cake-thing, expédié, le phimosis, bazardé, les trucs sexuels, des calomnies ! En quelques mots simples. Comme quoi... il n'y a pas de quoi en faire des volumes, comme dit Marie-Antoinette en personne, sa mauvaise réputation n'est pas méritée et puis c'est tout.

Il y a juste le Fersen-thing qui me chagrine un peu...  Sad Pourquoi m'oublie-t-on toujours, c'est vrai quoi ??  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39506
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?   Ven 29 Juil - 11:06

Remise en perspective des accusations portées contre Marie Antoinette dans le continuum de l'Histoire de France:

La personnalité qui incarne le plus les déviances et sournoiseries de la cour est sans doute la – tristement célèbre – reine Marie-Antoinette. Connue pour sa déclaration présumée « qu’ils mangent de la brioche », l’épouse de Louis XVI a été assassinée sans état d’âme par les révolutionnaires sanguinaires, qui l’accusaient dans d’innombrables écrits, gravures et chansons diffamatoires – en plus d’avoir trahi la France auprès de son ennemie l’Autriche, pays où elle est née – d’avoir organisé des orgies à Versailles, des rendez-vous lesbiens avec ses dames d’honneur, et même d’avoir commis l’inceste avec son propre fils.

Marie-Antoinette a subi tant d’accusations que l’Université de Stanford a consacré toute une section de ses Archives digitales de la Révolution française aux atteintes à la vie privée de la reine. Certains historiens soutiennent que ces incriminations calomnieuses ont contribué à une « désacralisation pornographique de la monarchie », cause directe de l’exécution du couple royal.


Ce genre d’insinuations sur les courtisanes françaises sont en fait apparues 200 ans plus tôt. Nous retrouvons les mêmes motifs de perversion sexuelle au XVIe siècle pour attaquer les dames de compagnie de la reine-mère Catherine de Médicis, régente de France pendant les guerres de religion. Alors que le royaume sombrait dans la guerre civile entre les catholiques et les huguenots, Catherine essaya de trouver un terrain d’entente. Mais ses efforts entraînèrent l’effet inverse : chaque tentative d’apaiser une partie du conflit provoquait l’autre, et les deux côtés dénoncèrent son incapacité à restaurer la paix. Elle fut dès lors dépeinte comme une conspiratrice ambitieuse, indigne de confiance et machiavélique – par malheur pour elle en effet, Machiavel avait dédicacé son traité, Le Prince, à son père Laurent II de Médicis.


Catherine de Médicis :
pas vraiment l’incarnation d’une cour française débridée.


La prochaine étape, logiquement, consistait à l’accuser de dépravation sexuelle. Mais depuis le décès prématuré de son mari – le roi Henri II, mort en 1559 –, Catherine portait toujours des vêtements de deuil noirs, pas vraiment de quoi renvoyer d’elle l’image d’une « veuve lascive ». Ses détracteurs ont donc visé ses servantes en accusant la régente de tenir un harem de belles jeunes femmes dont elle se servait pour séduire les gentilshommes influents. Ce mythe de « l’escadron volant » – l’équipe de choc des pions sexuels de la reine – n’est rien d’autre qu’un fantasme d’homme hétérosexuel, réduisant les négociations sans relâche de Catherine aux actes d’une femme puissante qui utilisait « le sexe comme une arme ».

Cette idée est aussi ancienne que la littérature elle-même : la Renaissance, qui connut le « renouveau » des idéaux et doctrines de l’Antiquité, raviva aussi les travaux misogynes d’écrivains comme Juvénal, dont la Satire VI prétendait que les femmes étaient si folles de désir que tous les hommes mariés se faisaient inévitablement cocufier.


Une importation de l’étranger ?

L’ironie dans cette histoire, c’est que les Français du début de l’époque moderne ne se seraient jamais considérés eux-mêmes comme des assoiffés de sexe. Ils auraient plutôt désigné les Italiens, que l’on croyait être les importateurs – via la famille de Catherine de Médicis – de tous types de pratiques et d’appétit sexuels déviants.

Les Français étaient ainsi persuadés que la sodomie venait d’Italie, et alors que la syphilis était surnommée « French pox » dans beaucoup de pays, eux pensaient qu’elle avait été contractée par des soldats lors des guerres d’Italie. Ronsard, le plus célèbre poète français de la Renaissance, a écrit des poèmes obscènes sur le fils de Catherine – le roi Henri III –, le décrivant comme un sodomite pédéraste qui entretenait des relations homosexuelles avec des garçons. L’artiste affirmait que ce penchant était dû aux origines florentines de sa mère. Donc, si Florence a été le berceau de la Renaissance, elle a aussi donné son nom au terme français désignant le baiser avec la langue, qu’évoquait Apollinaire en 1913 :

Amour vos baisers florentins
Avaient une saveur amère
Qui a rebuté nos destins
Si les Français pensaient que les Italiens étaient les vrais romantiques enflammés, que pouvons-nous déduire des récits comme ceux de Versailles ? La vérité, c’est qu’aucune nation ou culture ne peut prétendre à une plus grande tendance vers des pratiques sexuelles scandaleuses que toute autre culture – bien que les Français semblent avoir fait les frais de cette fausse idée reçue.

Chaque pays perpétue des mythes sur ses plus proches ennemis, des légendes qui n’ont souvent aucune base dans la réalité et qui proviennent d’ailleurs (je me rappelle avoir ri quand des amis anglais m’ont informé du « fait » que les Allemands avaient tendance à monopoliser les bains de soleil en vacances en Méditerranée – aucune autre culture ne partage cette croyance, au passage). La façon dont nous menons notre vie sexuelle est un choix privé et individuel, et ni l’apparence, l’accent ou l’origine d’une personne ne saurait être un moyen fiable de savoir ce qu’elle se plaît à faire dans l’intimité.

Traduit de l’anglais par Diane Frances.

https://theconversation.com/debauche-sexuelle-a-la-francaise-les-origines-du-mythe-62923

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moriarty

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 26/12/2015

MessageSujet: Re: Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?   Lun 1 Aoû - 11:51

Oh lala Rolling Eyes

_________________
Il est si beau qu'il tombe dans l'eau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5186
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?   Mar 11 Oct - 9:26

Voici une analyse de la manière dont certaines publications et visions cinématographiques ont fait évoluer l'image de la Reine Marie-Antoinette.

«Toinon» la maudite charme la jeunesse

Par Gilbert Salem

A la cour de Vienne, elle fut baptisée Maria-Antonia. A Versailles, elle devint Marie-Antoinette. Plus tard, dans de diffamants libelles, on la surnommera la «Toinon», l’«Autrichienne», l’«autre chienne», la «catin royale», la «fureur utérine» et l’on en passe. Dès le lendemain de sa décapitation, le 16 octobre 1793 à Paris, son destin qui fut fastueux et folichon, puis mémorablement tragique, ne cessera de magnétiser les imaginations. Selon une étude récente, elle serait le 25e personnage féminin préféré des biographes, sur une échelle où la Sainte Vierge est en 17e position.

Or depuis dix ans, la perception de la personnalité de l’épouse de Louis XVI prend un tour différent sous la plume d’historiens – d’historiennes surtout – qui s’intéressent à son identité féminine. A la psychologie de la femme aux abois qu’elle fut en une fin du XVIIIe siècle qui serait comparable à celle qui, plus tard, tourmentera une Lady Di, tuée accidentellement un certain 31 août 1997, à Paris.


Biographes multiples

Deux siècles plus tôt, Marie-Antoinette avait, elle, péri en public, sur une place de la même cité. Elle avait 38 ans quand elle fut conduite à l’échafaud, debout sur un tombereau, attifée en prisonnière, déjà blanchie aux cheveux – elle qui avait jadis su rehausser les splendeurs dorées de Versailles par son élégance et ses coiffures poudrées monumentales. Son premier et meilleur biographe, Stefan Zweig, avait déjà dépeint en 1932 son funeste destin comme celui d’une petite nigaude, ignorant qu’elle deviendrait reine, puis une traîtresse mise à mort par son peuple. Encore moins une future martyre sanctifiée. Bien plus tard, en 2002, la Française Chantal Thomas décrira Marie-Antoinette comme une individualité «fragmentée, traversant des destins opposés». Ses Adieux à la reine inspireront à Benoît Jacquot un film au titre éponyme où Diane Krüger incarne une souveraine grave et triste, consciente d’un malheur national qui s’approche et meurtrie par des amours personnelles inavouables.

Plus rafraîchissante pour des jeunes spectateurs, peu soucieux des exactitudes de la grande Histoire mais qui raffolent de la petite, sera le film réalisé par la New-Yorkaise Sofia Coppola en 2006, d’après une bio récente de la Britannique Antonia Fraser: The Journey. Avec, dans le rôle-titre, une Kirsten Dunst trop biquette et désarmante d’insouciance, de folâtrerie, et captée dans un camaïeu rosâtre de falbalas et de friandises. Pécheresse peut-être, idiote selon la théorie de Zweig, elle devient une reine du kitsch, voire du pop et punk… Quel contraste avec la Marie-Antoinette traditionnelle, cruelle et méprisante qui, sous les traits d’une admirable Lise Delamare, apparut en 1936 dans La Marseillaise de Jean Renoir!

Avant-dernière enfant de l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, Maria-Antonia fut mariée trop jeune, en 1770, à un nouveau dauphin de France à peine plus âgé qu’elle. Le futur Louis XVI était un grand, gros et brave garçon timide et myope, plus féru de géographie et de serrurerie que de plaisirs conjugaux. Le jour où, malgré lui, il succéda à son grand-père Louis XV, il avait 20 ans, et sa Marie-Antoinette 19. Celle-ci s’en effara comme lui, quand bien même elle avait déjà réussi à charmer la cour, sans comprendre qu’elle devait bientôt s’y fourvoyer, et que ses innocentes sottises de jouvencelle attardée la conduiraient vers une mort infamante.


Charmer, s'égarer et mourir

Charmer, s’égarer et mourir aura été son très singulier destin. Ces trois verbes intitulent pertinemment un livre réussi de Christine Orban. Sorti récemment à l’instar de Juger la reine, d’Emmanuel de Waresquiel, il raconte cette fois «de l’intérieur» une «Toinon» mise à nu corporellement – rituels de l’étiquette – et sondée dans les tréfonds d’une âme restée naïve jusqu’au bout.» Le secret de la vie de Marie-Antoinette, écrit-elle, se trouve dans le rythme de ses pas, empressés de vivre, puis empressés de mourir. D’un pas alerte, elle va au bal, d’un pas alerte, elle grimpe à l’échafaud.» Sa démarche était d’écouter le personnage en confidente, car «sa voix résonne dans sa correspondance, dans ses silences, dans les mots effacés et retrouvés. Les lignes tracées de sa main sont comme des notes sur une partition de musique».

Le récit de Christine Orban est très élégamment écrit, les chapitres agencés en une mosaïque chatoyante. La narration peut quelquefois devenir irritante par un lyrisme exacerbé: l’improvisée confidente de la reine martyre parle un peu trop d’elle-même. (24 heures)

http://www.24heures.ch/vivre/histoire/toinon-maudite-charme-jeunesse/story/21627168

Il est vrai qu'au fil des ans, nous avons pu voir évoluer l'opinion générale au sujet de la Reine Marie-Antoinette, allant de plus en plus dans le sens de l'empathie. Malheureusement, ce désir d'humanisation d'une figure qui appartenait jusque là au mythe va actuellement trop loin en la présentant comme une personnalité décadente. C'est ce dernier point qui accroche les préoccupations des adolescents.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le beau lauzun

avatar

Nombre de messages : 732
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?   Mer 7 Juin - 11:05

Un avis très très méchant

The tragic fate of Marie Antoinette gave her a grandeur which her later life has singularly missed.

It is true that she was mistreated, dragged into the mud by the gazettes, detested by the people, but it must be admitted that she did not give the best of herself for the good of the said people and preferred to lead a carefree life, spending fortunes on gambling and dressing, while favoring the coterie of the Polignacs without fully understanding what was at stake.

Did she deserve to be guillotined? Surely no, a good spanking at most like the spoiled girl she was…


Celui-là il y va pas avec le dos de la cuillère !
https://www.quora.com/What-is-your-opinion-of-Marie-Antoinette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marie Antoinette mérite-t-elle son odieuse réputation?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marie-Antoinette a-t-elle eu un appareil dentaire?
» Marie-Antoinette aimait-elle (aussi) les femmes ?
» Marie-Antoinette parlait-elle bien le français ?
» Marie-Antoinette, une femme normale ?
» La mode à la cour de Marie-Antoinette, de Juliette Trey

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Perception et utilisation de son image-
Sauter vers: