Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39429
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Ven 26 Sep - 21:44

Et le meilleur pour la fin... Chantal Thomas dans le rôle de Madame d'Ossun...








« Un jour, Benoit m'a dit : « Choisis un rôle » Je n'avais pas à réfléchir : c'était celui de la dame d'atours, madame d'Ossun, la dame qui tend à la reine son cahier des atours. Un rôle quasi invisible, qui correspondait exactement à ma fonction dans cette aventure, de l'ordre de l'alchimie, qu'est la métamorphose d'un roman en film : j'étais bien celle qui avait fait le geste d'apporter un cahier. »



http://cinema.nouvelobs.com/articles/17538-les-adieux-a-la-reine-du-livre-au-film

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5077
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Dim 28 Sep - 10:22

Bonjour,

Voici encore quelques belles prises de vue avec Diane Kruger en Marie-Antoinette.







madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39429
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Dim 28 Sep - 10:55

J'adore! Surtout la dernière image parce que c'est une vision fidèle au roman de Chantal Thomas...

A propos, j'ai posté en amont un extrait d'une interview qu'elle a donnée en mars 2012. En voici l'intégralité.


On l'imagine compulsant fiévreusement les journaux d'époque, traquant le détail, relevant anecdotes, faits avérés et autres, plus incongrus, notant des conversations rapportées, des usages oubliés. Oui, on l'imagine bien, jubilant comme une petite fille devant ses trouvailles, tant son enthousiasme est communicatif, et tant ses oeuvres bruissent de vie et de modernité. Prix Fémina en 2002, « les Adieux à la reine » (Seuil), son premier roman (elle en a, depuis, publié trois autres), décrit presque heure par heure, et avec une précision quasi clinique, la chute de la monarchie, du matin du 15 juillet au soir du 18 juillet. Tandis que Versailles se réveille sens dessus-dessous à la nouvelle de la prise de la Bastille, Sidonie Laborde s'en va comme chaque matin faire la lecture à la reine, et c'est à travers le récit de cette femme entre deux âges, très éprise de sa souveraine, que Chantal Thomas nous invite à découvrir les coulisses de cette fin de règne.

Passionnant de bout en bout, foisonnant de personnages, l'oeuvre était délicate à adapter. Benoit Jacquot et Gilles Taurand, son coscénariste, ont dû faire des choix. Ils ont rajeuni l'héroïne, supprimé la voix off du récit au profit du regard de la jeune femme par le prisme duquel on découvre la débâcle de la cour. Et sacrifié aussi quelques figures hautes en couleur. « Je connaissais le cinéma de Benoit Jacquot et je l'aimais, dit l'écrivain. Lui et moi partageons certaines passions - combien sommes-nous ainsi en France à nous être intéressés à Sade ? C'est merveilleux de rencontrer des gens dont les fantasmes croisent les vôtres. Et c'est exactement ce qui s'est produit avec ce film. Comme si l'écriture romanesque et l'écriture filmique étaient en symbiose. La jeunesse que Benoit Jacquot prête au personnage de Sidonie reflète très exactement la tonalité intérieure qui m'avait guidée tout au long de l'écriture des « Adieux à la reine ». »

C'est au cours de recherches qu'elle effectuait pour le CNRS qu'est née l'idée de ce premier roman. « Je travaillais sur la presse ancienne, raconte-t-elle, et, plus je me plongeais dans ces journaux d'époque, plus je mesurais à quel point l'histoire est ouverte pour les contemporains qui la vivent. Je me disais, ces gens sont exactement dans le même état d'esprit que nous, ils portent les mêmes interrogations sur l'avenir. A chaque seconde, ils se questionnent sur ce qui va advenir. En écrivant, mon désir était de rendre palpable et sensible ce temps incertain, comme suspendu, alors que tout est en train de s'écrouler. »

« J'étais à ma table de travail lorsque les tours du World Trade Center se sont effondrées, poursuit Chantal Thomas, et le 11-Septembre a eu une grande incidence sur le roman : plus de deux cents ans après la prise de la Bastille et malgré l'incroyable démultiplication de l'information, c'était la même stupeur, la même non-préparation. Dans le film, la jeunesse et l'innocence de Sidonie et la mise en scène de Benoit Jacquot rendent admirablement cet état de sidération. »

L'écriture de Chantal Thomas est d'une profonde liberté de ton - « A l'exception de quelques adjectifs que j'aime et qui continuent d'exister, je me suis refusé à utiliser le langage du XVIIIe siècle. Je ne voulais pas enfermer le lecteur dans le passé mais, au contraire, l'ouvrir à ce siècle. » Le film lui emboîte le pas, tous les acteurs sont étonnamment contemporains. « Benoit Jacquot a su trouver des correspondances. Ce qu'il a ôté ici, il l'a rajouté ailleurs, autrement - au détour d'un plan. En voyant son travail, j'ai parfois oublié mon livre. Ce n'est qu'en m'y replongeant que je me suis rendu compte que certains personnages avaient disparu ou que la donne avait légèrement changé, j'avais face à moi deux objets étrangement familiers dont l'un, le film, était en même temps tout neuf. »

Le dernier long-métrage de Benoit Jacquot porte doublement l'empreinte de l'écrivain : on l'y croise en effet dans plusieurs scènes. « Un jour, Benoit m'a dit : « Choisis un rôle » Je n'avais pas à réfléchir : c'était celui de la dame d'atours, madame d'Ossun, la dame qui tend à la reine son cahier des atours. Un rôle quasi invisible, qui correspondait exactement à ma fonction dans cette aventure, de l'ordre de l'alchimie, qu'est la métamorphose d'un roman en film : j'étais bien celle qui avait fait le geste d'apporter un cahier. »


_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5077
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Lun 29 Sep - 8:38

Bonjour,

Voici une interview de la décoratrice du film, Katia Wyszkop. Elle a obtenu un César pour les décors des Adieux à la Reine. Voici ce qu'elle dit de son travail sur le film de Benoit Jacquot.

"L'important, c'est d'être un bon créateur. De faire une bonne reconstitution ou plutôt, pour être exacte, une bonne interprétation de la reconstitution.



« Refaire » Versailles ne donne jamais Versailles, même si on se documente énormément. Je me suis adaptée aux décors des châteaux dans lesquels on a tourné – à Dampierre, aux écuries de Chantilly – et je les ai restylisés. Par exemple, j'ai refait les marbres d'une pièce qui intéresserait Benoit Jacquot pour sa mise en scène, la circulation des acteurs. En fait, on fabrique des boîtes dans des boîtes."



"Vous travaillez régulièrement avec Benoit Jacquot.
La première fois, c'était sur L'Ecole de la chair. Il m'a croisée chez le directeur de production et, hop, il m'a engagée. Certains metteurs en scène font des castings, vous interrogent pendant des heures pour savoir si vous êtes le ou la meilleure. Benoit marche à l'instinct et fait confiance, un peu comme Pialat. Il explique sa mise en scène. A moi d'en déduire ce dont il a besoin. Puis il arrive sur les décors et apprécie… ou non.
A propos de la chambre rose de Léa Seydoux, il m'a dit : « Tiens, c'est bizarre, cette couleur… » Je m'étais inspirée d'elle, de la couleur de sa peau… Il a dû me prendre pour une folle, mais il a accepté ! J'ai besoin de me raconter ce genre d'histoire. Comme avec Isabelle Adjani, sa voix, ses yeux, sur Adolphe…"
http://television.telerama.fr/television/katia-wyszkop-decoratrice-fidele-a-maurice-pialat,94659.php?xtatc=INT-41

La décoratrice travaille aussi régulièrement avec François Ozon et Maurice Pialat. Dans la suite de l'interview, elle parle de Maurice Pialat et c'est très intéressant.

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39429
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Sam 4 Oct - 6:48

On a parlé des décors, que dire des costumes, qui nous ont tellement étonnés sur ce forum? Voici une analyse qui va peut-être nous éclairer un peu sur ces choix qui nous paraissent tellement... euh... biscornus:

Bon, je dois avouer que comme la plupart des fans de costumes j'ai regardé la bande annonce en me retenant de hurler au scandale : c'est quoi ces robes moches à fermeture à oeillets métalliques dans le dos, cette absence de corsets, ces perruques "caniches" ? Et bien bonne nouvelle : si vous avez survécu à cette bande annonce vous avez vu le pire. A croire qu'elle condense les choses moches du film. Parce qu'effectivement des choses moches il en a, mais il y a aussi des choses très jolies. Ouf !

Oui... Je reconnais un peu ma première impression... et déception!



La fameuse perruque, la grosse erreur.


Bon, passons à ce pourquoi vous lisez ce billet : les costumes ! Alors oui, il manque des corsets, et le deuil du Dauphin et beaucoup d'autres choses. Mais franchement, on s'en fout un peu non ? A force de critiquer la véracité des costumes j'en suis arrivée à me dire que je ne pourrais plus jamais aimer les costumes d'un film, et c'est stupide. Stupide parce que c'est du cinéma. Les costumes sont des accessoires permettant au public de placer le film d'époque dans une chronologie et de s’immerger. Bref, du balais toutes les remarques que j'aurais pu sortir du style : "mais où sont passées les robes à la française ?" (parce que si c'est la mode anglaise qui prédomine en 1789, c'est quand même étrange de ne voir aucun dos plissé), "il y a des coiffures de plein d'années différentes en même temps !", etc.



Rose Bertin, la lectrice et Madame Campan pour des cascades de boucles


La lectrice et son amie, style naturel.


Alors, commençons par la coiffure : très joli travail des coiffeurs & perruquiers, même si la perruque blonde de Marie-Antoinette était de fort mauvais goût. En dehors de cet accident, il y a eu un véritable effort pour coiffer les vrais cheveux des acteurs et utiliser des postiches très jolies. Dernier bémol : ils ont pas mal utilisé de bombes blanches pour cheveux pour les figurants, sans savoir comment faire pour éviter les grosses taches blanches sur les chignons, dommage !




L'abus de bombe blanche nuit à une belle coiffure !


Dommage, elle était très bien coiffée cette perruque !
http://tempsdelegance.blogspot.be/2012_03_01_archive.html



_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39429
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Sam 4 Oct - 6:57

Voilà pour les coiffure. L'analyse se concentre maintenant sur ce qui coince dans les costumes:

Passons ensuite au plus gros reproche dans ce film : les fermetures à oeillets métalliques dans le dos. Ayant l'habitude de bosser moi-même avec le théâtre et le cinéma, je sais ce qu'il y a des contraintes techniques (actrice qui ne veut pas porter de corset, budget serré, matières devant être infroissables, envies loufoques du réalisateur, etc.), mais mettre une robe à lacets dans le dos pour un personnage qu'on arrête pas de suivre dans les couloirs c'est une très grosse erreur quand même ! Si à la limite ça avait été pour une scène, de face, pourquoi pas, sauf qu'on doit voir ce laçage hideux une bonne vingtaine de minutes en cumulé !



L'erreur majeure du costumier


Après il y a eu des choix étranges sur certaines matières (la robe verte de Polignac avec ses motifs "rideaux" jaunes, le tissu de la robe de Campan), mais admettons que ce soit un choix esthétique.



Par contre la coupe était plutôt ratée...


Et puis des coupes de costumes très étranges, surtout en zappant les corsets... La preuve sur ces deux charmantes figurantes qu'on a fagoté.



La fameuse forme de buste à la "n'importe quoi" sans doute ?



C'est au moins du Burda ou du Simplicity non ?


Comme d'habitude, les costumes masculins sont plutôt réussis pour leur part. Avec mention spéciale aux uniformes sans doute loués chez Maratier **soupir**.





Les costumes de serviteurs étaient eux aussi très réussis.



http://tempsdelegance.blogspot.be/2012_03_01_archive.html

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39429
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Sam 4 Oct - 7:08

Et la reine?! Et la reine?!

Enfin, les costumes de Marie-Antoinette qui sont assez réussis. Elle porte une robe à l'anglaise de cour assez jolie, puis une robe à l'anglaise en gaulle (un choix audacieux mais au final très judicieux !) et LA robe la plus réussie depuis longtemps au cinéma : une lévite en front-zone à motifs à la harpie tout droit sortie des images de mode de l'époque. Rien que cette robe en m'a pas fait regretter d'être allée voir ce film !



La robe à l'anglaise en forme de gaulle, miam !




... Tiens? Moi, je l'aime moyen... Question de goûts, sans doute...

La suivante, je l'aime bien. Mais ce n'est pas la même, si je ne m'abuse, la forme des manches est différentes, et c'est précisément la raison pour laquelle cette robe me plaît et non la précédente. J'ai du mal avec les manches bouffantes, que je trouve peu seyantes. Par contre, les engageantes après une coupe serrée qui affine le bras, j'adore...  





Pour la dernière, je suis d'accord: la coupe et les couleurs me séduisent...



LA robe, dont je n'ai pas pu trouver d'autres images


Je rappelle l'adresse de ce super blog, d'autant plus intéressant que explanations are given in English too!
http://tempsdelegance.blogspot.be/2012_03_01_archive.html

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39429
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Sam 4 Oct - 7:16

La voici en pied. Wink


_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39429
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Sam 8 Nov - 16:43

Très belle photo de la très belle Diane Kruger:



http://vivelareine.tumblr.com/

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5077
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Dim 30 Nov - 9:14

Bonjour,

Voici deux avis qui vont un peu dans le même sens et reconnaissent au film Les Adieux à la Reine de Benoit Jacquot l'originalité d'avoir montré le naufrage de Versailles de l'intérieur.

Voici le premier avis.

Résumé : D’après le roman de Chantal Thomas.
La fiction de Chantal Thomas, prend l’hypothèse que Marie Antoinette a une lectrice auprès d’elle et développe par ce moyen une description de la cour royale au château de Versailles. L’action (ou le manque d’action ?) se déroule pendant les quelques jours autour du 14 juillet 1789. L’art de Benoit Jacquot consiste à mettre en scène des personnages crédibles et intéressants. Sidonie, la lectrice, jouée par une Léa Seydoux toute en douceur et naïveté est une jeune orpheline qui aime Marie Antoinette. L’amour qu’elle voue à la reine est entier et n’est pas dénué de désir ni d'espoirs. Elle s’isole petit à petit du reste des servantes, et devient quasi jalouse d’une liaison amoureuse qu’on prête à Marie Antoinette avec Gabrielle de Polignac. Le film et le roman sont bâtis sur la rumeur de cette liaison qui a franchi les siècles… Le film nous donne donc une nouvelle version du couple royal vu d’en bas et d’un point particulier, très loin des interprétations historiques. La description des nobles de la cour dans le quartier où ils résident au château est assez nouvelle et les scènes qui s’y déroulent est une façon pour nous de l’imaginer. Mis à part le personnage de Sidonie, très présent et très bien porté à l’écran, un autre personnage m’a parut intéressant c’est celui de Madame Campan qui règne sur la chambre de la reine avec intelligence. L’interprétation du réalisateur et de Noémie Lvovsky parait très crédible et apporte sa note humaine à l’intrigue au-delà d’une reconstitution historique toujours sans âme. C’est aussi ce qu’on peut dire du Roi et d’autres personnages annexes qui peuplent le récit. Le réalisateur construit donc son œuvre avec des personnages secondaires et des prises de vues dans le château, somptueuses ou en camaïeu dans les logements de service autant que par ses rôles principaux.


http://cinetoile-91.blogspot.be/

Voici le second avis.

Il se passait toujours quelque chose au château de Versailles, et c'est ce que montre avec énormément de brio Benoit Jacquot. Les quatre premiers jours de la Révolution y sont vus par les yeux d'une jeune lectrice de la reine, Sidonie Laborde. Pagaille, effroi, fuites avortées et trahisons en tout genre : un monde clos pressent sa propre fin, comme sur le Titanic. Libre au spectateur de voir ou non dans ce monde qui s'écroule un clin d'oeil à nos temps troublés. Mais il est licite de comparer la position de l'héroïne, fascinée par la reine qu'elle sert avec ardeur, à celle, très contemporaine, d'une fan vivant le rêve de côtoyer son idole.

Sur le visage de l'excellente Léa Seydoux se lisent émerveillement et effroi, inquiétude et curiosité. Il s'agit en fait d'une éducation sentimentale en accéléré, comme si le chaos politique entraînait un dérèglement généralisé des sens. Le talent du cinéaste est de donner à cet itinéraire sacrificiel une savoureuse logique de cauchemar : ballottée d'un bout à l'autre de Versailles, son héroïne arpente des couloirs sans fin, trébuche, se relève. Elle est une Alice aimantée et persécutée par sa reine de coeur... En un plan-­séquence virtuose, une nuit blanche devient un bal des spectres.


http://television.telerama.fr/tele/films/les-adieux-a-la-reine,35118519.php

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5077
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Sam 3 Jan - 9:54

Voici une vue panoramique d'une scène que nous sommes habitués à voir en gros-plan.


http://www.bonjourtristesse.net/2013/02/farewell-my-queen-2012.html

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39429
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Sam 27 Juin - 22:49

Génial! Une expo sur les costumes des Adieux à la reine! C'est à voir jusqu'au 20 décembre 2015.  

Finesse, dentelle et 7e art pour une exposition signée Christian Gasc, au Musée des dentelles de Caudry













Plus d'infos:
http://www.lavoixdunord.fr/region/finesse-dentelle-et-7e-art-pour-une-exposition-signee-ia14b45240n2912712
http://musee-dentelle.caudry.fr/fr/expositions/expositions-temporaires-etage/costumes-haute-couture.html

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rouquine de batarde

avatar

Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 09/05/2015

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Lun 28 Déc - 9:04

trop beau



J'adore trop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Marmelade

avatar

Nombre de messages : 135
Date d'inscription : 24/04/2015

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Jeu 14 Jan - 9:30

Eh bien , ça , c'est la honte !!!! Que Marie-Antoinette ait cédé à l'unique passion qui a enflammé son coeur , Axel , nous ne pouvons que nous en réjouir pour elle . Mais qu'elle soit assimilée par la disgrâce d'un film odieux à ce qu'elle n'était pas , ça, ça devrait nous faire bondir !!!!!
http://www.marieclaire.fr/,10-histoires-d-amour-entre-femmes-qui-ont-marque-le-7e-art,808373.asp

.

_________________
TUTTO A ME GUIDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Little Po

avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Sam 28 Mai - 18:07

Proud Little P


_________________
Avec elle je ne suis plus la reine, je suis moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39429
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Dim 5 Juin - 10:27

Ce très beau film sera diffusé ce soir, pour les petits veinards qui captent la chaîne! Wink
http://www.telez.fr/programme-tv/film/756695-les-adieux-a-la-reine/

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
de La Reinta

avatar

Nombre de messages : 585
Date d'inscription : 15/03/2016

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Dim 10 Juil - 23:44

La sublaïme Diane Kruger :



Remarquez son beau front bombé comme Marie-Antoinette. Very Happy

Ce film m'a paru lent et bof mais la Kruger elle est juste ....... PERFECT

_________________
Je dois avouer ma dissipation et paresse pour les choses sérieuses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Das Ding

avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 09/07/2016

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Mar 12 Juil - 10:40

Ou est fersen ?

_________________
blivit kvar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
de La Reinta

avatar

Nombre de messages : 585
Date d'inscription : 15/03/2016

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Ven 26 Aoû - 14:19

Marrant

Quand la belle Diane a appris qu'elle avait le rôle, elle est allé voir la personne la plus cultivée sur l'histoire de France tout ça.  Wink



C'est donc Karl qui lui a donné des conseils pour interpréter Marie-Antoinette  

Alors soit elle a lu le livre soit il en connaît un bout. Parce que sa manière de jouer elle est vraiment TOP  

Lui, il est allé voir le film.

"I definitely made the effort to go see her in the full queen regalia. It’s a one-time thing in an actor’s life. It was sexy — period, full stop. I mean, it was kind of a kinky fetish thing with the wigs and the corsets. I don’t know how [people] survived that period. Foreplay must've been a sonofabitch. It takes a nation of millions to get those things on and off."

Pas de panique je suis allée sur google translate pour vous. C'est pas mimi tout plein ça ?? Very Happy Very Happy

Karl dit qu'il est allé parce que faire un rôle pareil ça n'arrive qu'une fois dans la vie d'un acteur. C'est sexy, carrément fétiche, tous ces corsets ces perruques Il se demande même comment les gens pouvaient survivre à cette période. Puis c'est grave aussi ça coûtait une blinde pour faire tout ça.

_________________
Je dois avouer ma dissipation et paresse pour les choses sérieuses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moriarty

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 26/12/2015

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Ven 26 Aoû - 16:39

J'aime pas ce film. Trop mou du genou.

_________________
Il est si beau qu'il tombe dans l'eau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame Royale

avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 02/09/2016

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Mar 6 Sep - 8:53

J'ai détesté ce film. Niveau costumes et casting, c'est plutôt bien en effet, mais à part ça c'est une honte.
Jouer sur la prétendue homosexualité de Marie-Antoinette, étant donné que c'est une rumeur, je n'ai rien contre sur le principe ; mais très honnêtement ce film donne au grand public une bien mauvaise image de Marie-Antoinette, qui pourtant a tendance à m'exaspérer parfois. On sait qu'elle a eu une amitié très forte, voire ambigüe avec Mme de Polignac, qu'elle lui faisait des scènes de jalousie ect...Mais elle était Reine de France tout de même. La voire batifoler en pleine Cour de Versailles avec toutes les femmes, enlacer tendrement Mme de Polignac devant Louis XVI et le reste des courtisans euh...
Franchement ce film donne une image décadente de la Reine plutôt insultante pour elle...
Et que dire des scènes de nu complètement inutiles ? Non pas que je sois spécialement pudique, et les scènes de nu ne me dérangent pas lorsqu'elles s'inscrivent dans un contexte, mais là on croirait que Versailles est un hameau lesbien...J'ai plus l'impression que Benoît Jacquot a réalisé un film pour messieurs plutôt qu'un film historique.
Marie-Antoinette qui sacrifie froidement sa lectrice amoureuse d'elle pour sauver sa chère et tendre Mme de Polignac ?
En plus de cette intrigue un peu malsaine et essentiellement axée vers le sexe, j'ai trouvé le film long et ennuyeux à mourir.
En revanche, il est vrai que la superbe Virginie Ledoyen en Mme de Polignac, ainsi que la sublime Diane Kruger en Marie-Antoinette, ca le fait ! Et les costumes sont magnifiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5077
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Mer 7 Sep - 9:16

Il est vrai que les scènes ouvertement lesbiennes n'apportent rien au scénario du film. N'étant qu'à vocation visuelle et n'appartenant pas au domaine de la critique historique, elles ne présentent aucun intérêt.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
decadenzia

avatar

Nombre de messages : 243
Date d'inscription : 30/11/2015

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Mer 7 Sep - 10:59

Moi j'ai aimé pour
- les robes
- l'intrigue
- le gondolier

Je n'ai pas aimé
- les coiffures
- la lenteur
- la musique

_________________
flower  .....she keeps Moët et Chandon in her pretty cabinet..... flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5077
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Sam 17 Sep - 9:28

Il semblerait que l'actrice Eva Green ait été pressentie pour jouer le rôle de la Reine Marie-Antoinette.
http://www.ecranlarge.com/films/news/965342-arretez-tout-eva-green-revient-enfin-dans-le-cinema-francais-pour-roman-polanski

Effectivement, en revenant à l'époque du tournage, on se rend compte que cette information est largement recoupée.
http://www.elle.fr/Loisirs/Cinema/News/Diane-Kruger-sera-Marie-Antoinette-a-la-place-d-Eva-Green-1457896
http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema-17185
http://www.ohmymag.com/eva-green/eva-green-remplacee-par-diane-kruger-dans-le-role-de-marie-antoinette_art42892.html
http://www.purepeople.com/article/diane-kruger-une-marie-antoinette-qui-vole-la-vedette-a-eva-green_a70509/1

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
decadenzia

avatar

Nombre de messages : 243
Date d'inscription : 30/11/2015

MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   Jeu 22 Sep - 12:28

La robe épinard



En fait je crois que ça s'appelait jeune crocodile
Pas top pour le teint en tout cas.

_________________
flower  .....she keeps Moët et Chandon in her pretty cabinet..... flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Adieux à la Reine, avec Diane Kruger (Benoît Jacquot)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» L’Angélus avec notre Pape Benoît XVI (vidéo)
» Regina Caeli avec notre Pape Benoît XVI (vidéo)
» L'Angélus avec notre Pape Benoît XVI (vidéo)
» Catéchèse avec le Pape Benoît XVI (vidéo)
» Benoit XVI:ce qui a mal tourné avec Vatican II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: A l'écran et sur les planches :: Marie Antoinette sur les écrans-
Sauter vers: