Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Jeu 28 Juin - 10:43

Citation :
Je feuilletais aujourd’hui un vieux livre, oublié parmi d’autres dans mes piles de bouquins au sol : « Gustave III et la cour de France, suivi d’une étude critique sur Marie-Antoinette et Louis XVI apocryphes » par A.Geffroy (Edition de 1867).[/i]
Surprise !!  
Je suis tombé sur quelques billets et fragments de lettres…
Sans rentrer dans trop de détails, l’auteur analyse les faux édités par le comte d’Hunolstein et M. Feuillet de Conches.
Il les compare aux lettres connues en France (Archives Nationales, Versailles et autres…) ainsi qu’ à celles publiées par le chevalier d’Arneth, sous directeur des Archives Impériales de Vienne, dans « M-T et M-A ; leur correspondance » puis « M-A, Jospeh II et Léopold II ; leur correspondance » ; le tout édité en 1865.
Il dénonce le style, les faux grossiers, le fait de signer ou non, les expressions utilisées et bien sûr la graphie des mots.  
Pour cela, l’auteur rejette le caractère permanent de la manière d’écrire de M-A, que l'on retrouve notamment dans ces faux.
Bien entendu, il souligne qu’une écriture ne cesse d’évoluer ; et d’autant plus lorsque le sujet est jeune.
Ben…oui. C’est vrai.
Je n’écris pas aujourd’hui comme je le faisais il y a 15 ans et encore moins comme il y a 20 ans !   
Enfin, il note sur quelques-uns de ces mots ou lettres de jeunesse, il est facile et encore possible de repérer les lettres au crayon qu'on lui traçait pour elle. Malhabile avec l'écriture, la jeune archiduchesse n'avait plus qu'à passer sa plume dessus...
Intéressant non ?

Geffroy illustre donc ces propos par une série de fac-similé, d’après originaux, que voici  :

1°  Depuis la collection de la comtesse de Landrian.

« Ma très chère Brandis, je vous fais mon compliment ; croyez bien ma chère Brandis, que les vœux que je forme pour votre bonheur sont dictés par le cœur le plus reconnoissant, j’espère qu’à l’avenir…



Je cite maintenant le bouquin :

Cette lettre n’est pas datée, mais on peut s’assurer par la correspondance de Vermond, qu’à publiée Mr d’Arneth, que madame de Brandis, institutrice, a été remplacée auprès de la jeune archiduchesse par madame de Lerchenfeld vers avril 1768 (…) madame Antoine, comme on appelait autrefois l’archiduchesse en famille, n’avait pas treize ans.(…)

Voilà donc... Avant 1768 pour cette première pièce très aussi intéressante que calligraphiée.  Wink

Les autographes ou fac-simile suivants, nous allons le voir, présentent une allure fort différente...

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Jeu 28 Juin - 10:48

flower J'interromps un instant le développement.  flower

Je vous avais dit que c'était remarquable, hein ?!

Sur l'extrait qu'on vient de voir, l'écriture de la petite Antonia apparaît ronde et appliquée. Jolie, pour tout dire... En réalité, Madame de Brandeiss avait tout tracé au crayon et la petite fille n'avait plus qu'à recopier !

Lorsqu'elle était livrée à elle-même, Antonia éprouvait plus de difficultés, comme vont nous le prouver les extraits suivants...

... mais reprenons le cours de l'analyse. Very Happy

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Jeu 28 Juin - 10:54

Comment s'en sortir dans cette foison de lettres écrites ou soi-disant écrites par la jeune dauphine à sa mère?  Shocked  Heureusement, il existe des autographes incontestablement authentiques.

C’est d’abord, sous la date de 1770,
2° la signature apposée au bas de l’acte de mariage du dauphin et de la dauphine (Versailles, registre de la paroisse Notre-Dame, conservé aux archives de l’Hôtel de Ville) :



3° De la même année, date une informe signature.



4° L’année 1771 est représentée par une signature empruntée à l’acte de mariage du comte et de la comtesse de Provence (14 mai-Registre de Versailles).

5° De la même année, il existe aussi un billet à Mercy, autographe aux Archives de Vienne. Le voici en fac-simile :



Les caractéristiques sont les mêmes que sur l'acte de mariage du dauphin et de la dauphine: manque d'assurance, aspect pâteux...

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Jeu 28 Juin - 11:37

En effet, l'écriture de la jeune Antonia apparaît fort maladroite. Et elle restera longtemps malaisée... Comme si tenir la plume était un exercice difficile et qu'elle ne savait au juste selon quel angle l'incliner.

Voici à titre de comparaison deux lettres autographes à Marie Thérèse :


1770

Lignes sinueuses, fautes, ratures, pâtés... On sent que l'écriture est encore pour l'enfant un exercice étranger. L'écriture est jointe, mais on trouve déjà des fautes qui resteront pendant toute l'existence de Marie Antoinette, comme son si particulier




Autre exemple :


1771

La graphie est déjà un peu moins contrainte. L'écriture est toujours liée, mais on reconnaît déjà certains caractéristiques graphologiques, comme les hampes hautes et les jambages profonds. Le "p" est déjà à peu de chose près ce qu'il sera par la suite. En revanche, le "r" va encore beaucoup évoluer !

La petite fille hésite, pour les noms propres, entre majuscules (Marly) et minuscule (compiègne). Elle uniformisera les choses plus tard, optant pour la minuscule. De même, le flottement dans l'accentuation est déjà présent.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Jeu 28 Juin - 11:44

6° L’année 1773 offre un autre billet à Mercy provenant de la même source.



7° une signature qui se trouve à Versailles au bas de l’acte de mariage du comte et de la comtesse d’Artois (16 novembre), et une signature que j’ai relevée à nos Archives générales, au bas d’un compte de dépenses.

8° /9° Deux fac-simile tirés des Archives de Vienne montrent le progrès de l’écriture en 1776 et 1778.

Pour l'année 1778, nous possédons aussi une signature sur l'acte d'ondoiement du duc de Berry, fils du comte d'Artois:


Archives départementales des Yvelines et de l’ancienne Seine-et-Oise : 1112508, folio 8.(registre de la paroisse Notre-Dame de Versailles)
http://www.comtedechambord.fr/entourage/acte-ondoiement-duc-de-berry/

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Jeu 28 Juin - 12:51

L'écriture en 1773 est bien plus stable. Si elle reste liée, elle présente déjà certains groupements. Déjà, les lignes s'incurvent lorsque la place fait défaut, et Marie Antoinette a pris cette habitude de terminer ses lignes, si nécessaires, à la verticale descendante.  

Certains caractères hésitent encore, comme le "r" ou le "d" dont le premier exemplaire flirte déjà un rien avec le delta. D'autres se sont définitivement trouvés, comme le "p", le "v", le "z", le "x"...



Emouvant...  flower

En 1774, nous avons le fac-simile de ce qu'on pourrait appeler "un chaînon manquant". Je n'en poste que la fin, très parlante:



Quelle évolution ! On pourrait même dire, quelle métamorphose ! Qu'a-t-il bien pu arriver à l'écriture de Marie Antoinette pour que, de liée, elle devienne tout à fait disjointe ? Et que des caractères se transforment carrément ?  Shocked

Fins observateurs des écrits, Paul et Pierrette Girault de Coursac font remarquer la ressemblance qui existe entre l'écriture nouvelle mouture de Marie Antoinette et celle de l'abbé de Vermond. Ils en déduisent que le bon abbé avait repris la technique de Madame de Brandeiss et que Marie Antoinette, à force de recopier servilement, a fini par adopter la graphie de son maître.

Je ne pense pas qu'il faille aller jusque là. En effet, les écritures présentent des ressemblances. Celle de Vermond est disjointe, il forme ses "d" comme des deltas. Comme je l'ai déjà dit, je pense que Marie Antoinette était influençable, en profondeur. Pour moi, nous avons ici un exemple du mimétisme dont elle était capable.

Mais, d'emblée, si elle opte pour la graphie disjointe de son confident, elle se démarque. Son écriture est moins ornementée que celle de Vermond, les jambages plus lancés et moins gonflés. Les "r" sont radicalement différents. Ce "r" si spécial, typographique, apparaît déjà, dans toute sa précision presque gothique. Il est tout à fait particulier à Marie Antoinette.

La contrainte engendrée par l'adoption de cette nouvelle graphie est manifeste, surtout dans la raideur des deltas, dont les boucles deviendront avec le temps si harmonieuses. La rondeur malhabile des "m" et des "n" fera place, progressivement, à un rythme élégant.

Tout cela se lit déjà parfaitement bien sur ce fac-simile d'une lettre de 1774. La pièce présente aussi l'intérêt de montrer des exemples des deux graphies adoptées par Marie Antoinette. Des passages très liés coexistent en effet avec des moments plus disjoints. Wink

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Jeu 28 Juin - 12:58

10° De 1778, nous avons enfin une lettre empruntée à la collection d’Upsal, et qui montre à cette date l’écriture de la reine à peu près telle qu’elle reste désormais fixée :

M-A a Gustave III, fac-simile.


1778

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Jeu 28 Juin - 14:11

Splendide specimen !  flower

On y retrouve le même rythme encore un peu contraint que dans cette lettre à Marie Thérèse d'octobre 1780







L'écriture de la reine, déjà majoritairement fixée, en effet, n'a pas encore atteint sa pleine maturité, ni l'élégance qu'elle aura par la suite.



testament et 3 lettres à Madame de Polignac

Je ne résiste pas, devant un si bel exemple, à m'y pencher plus en détail.

Les deltas n'ont pas encore leur boucle effrontée. Mais l'accent de "départ", déjà, reste dans la plume de la reine.  Wink

Le "f", comme dans la lettre à Marie Thérèse postée supra, doit encore évoluer. Il perdra ainsi son crochet pour se voir fermement et anguleusement bouclé. Remarquez l'absence d'accent, une fois de plus et les "r" typographiques (qui ne sont pas ceux de Vermond  Wink ).

Ce "g"-ci est particulièrement petit, presque atrophié. Avec le temps, les jambages de la reine gagneront en longueur et en spontanéité. "Ostrogothie" est écrit sans majuscule. Les "t" sont fermement barrés.

Le "b" est déjà fixé, avec sa boucle qui revient sur elle-même.

Fixé aussi, ce "s" initial, surélevé.

Très intéressant aussi, ce "q", déjà construit de deux parties distinctes, comme les "a". Curieusement, le corps de la lettre descend plus bas que la ligne formée par l'ensemble des mots. Il en est toujours ainsi (ou presque) de ce caractère-là. Le double "ll" est déjà très élevé et lancé, plein de mouvement.

J'adore !  flower

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Jeu 28 Juin - 20:32

Ce n'est certes pas facile d'étudier, avec certitude, l'écriture de quelqu'un.
D'autant qu'elle est souvent changeante, en effet : l'âge, la langue, le support, la plume, l'humeur et que sais-je encore ?!  
Nous savons aussi qu'à cette époque, bon nombre de lettres étaient copiées et recopiées.
Enfin, combien d'inventées pour Marie-Antoinette ? Et ce, pour mille raisons (politiques, financières etc.)  Shocked  Rolling Eyes

Pas facile donc de s'y retrouver.

Mais vous vous prêtez au jeu avec talent et enthousiasme, à notre grand plaisir.

Je signale également cet article publié par Mathieu Auguste Geffroy dans la Revue des Deux Mondes
https://fr.wikisource.org/wiki/La_Reine_Marie-Antoinette_d%27apr%C3%A8s_les_documents_authentiques_de_Vienne
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 14:16

J'ai reçu non seulement des lettres, mais aussi le développement de A. Geffroy dans l'appendice à son livre Gustave III et la cour de France, suivi d'une étude critique sur Marie Antoinette et Louis XVI apocryphes, Tome second, Paris, 1867.



Je vais vous faire partager cette intéressante étude par un résumé. Les deux grandes vagues de publications de documents réputés écrits par Marie Antoinette datent de 1864, et sont dues au comte d'Hunolstein (Correspondance inédite de Marie Antoinette d'après des documents originaux) et à M. Feuillet de Conches (Louis XVI, Marie Antoinette et Madame Elisabeth, lettres et documents inédits).

Tout le monde s'est précipité sur ces écrits. Il y avait en effet peu de matière auparavant, et puis, ces lettres étaient dignes des plumes les plus spirituelles et les plus enjouées.

En 1865, M. le chevalier d'Arneth, sous directeur des archives impériales de Vienne, publie un volume intitulé Marie Antoinette et Marie Thérèse, leur correspondance, suivi de Marie Antoinette, Joseph II et Léopold II, leur correspondance. Ainsi apparaissaient pour la première fois des lettres conservées dans les archives de la maison d'Autriche.

Première constatation : ces deux séries de correspondances présentent une unité évidente. Les lettres de Marie Antoinette gardées à Vienne sont manifestement rédigées par la même personne, tout comme celles de Paris... mais pas la même, pour la plupart !

Deuxième remarque : à y regarder de plus près, les lettres publiées à Paris ne contiennent aucune révélation, elles semblent au contraire s'en tenir à des anecdotes issues de mémorialistes.

De plus, chacune de ces lettres de Paris se concentre autour d'un sujet unique, qu'elles développent avec force détails pleins d'esprit. Dans le recueil de M. d'Arneth, au contraire, Marie Antoinette procède point par point, sans badinage ni portraits savoureux. Elle répond en effet aux questions méthodiques posées par sa mère, article par article.

La jeune femme qui se dégage de ces lettres de Vienne montre une gravité et une force digne des conseils de l'impératrice. Elle est concrète, va à l'essentiel et ne perd pas son temps en bons mots.

Monsieur Guffroy nous donne ici un exemple très pertinent, celui de la mort de Louis XV. Les lettres de Paris manifestent un étonnement et une manière de pressentiment aussi dramatiques que la scène décrite par Madame Campan. Rien à voir avec les sentiments contenus dans cette lettre conservée à Vienne : Quoique Dieu m'a fait naître dans le rang que j'occupe aujourd'hui, je ne puis m'empêcher d'admirer l'arrangement de la providence, qui m'a choisie, moi, la dernière de vos enfants, pour le plus beau royaume de l'Europe. Je sens plus que jamais ce que je dois à mon auguste mère, qui s'est donné tant de soin et de travail pour me procurer un bel établissement. Je n'ai jamais tant désiré de pouvoir me mettre à ses pieds, l'embrasser, lui montrer mon âme tout entière, et lui faire voir comme elle est pénétrée de respect, de tendresse et de reconnaissance.

Comment, en effet, une archiduchesse élevée dans la perspective de s'asseoir un jour sur un trône pourrait-elle exprimer de la stupéfaction et, sans savoir les malheurs qui l'attendent, ressentir tant de frissons ?

Nombre de ces lettres publiées à Paris sont donc suspectes. De plus, certaines erreurs trahissent l'apocryphe. Elle sont parfois maladroitement signées "Marie Antoinette", quand la petite dauphine ne signait pas ou de son nom "Antoinette". Elles contiennent de plus des couacs chronologiques. Ainsi de l'épisode du Barry ou de la mort du roi Louis XV, où elles se révèlent en contradiction patente avec la correspondance de Vienne.

Il en va de même pour ces savoureux échanges avec Marie Christine. Les papiers de Vermond et de Mercy prouvent au contraire qu'il n'existait entre les deux soeurs aucune intimité pouvant amener aux confidences.

En fait, les autographes eux-mêmes sont faux. Mais une maladresse de taille les trahit, comme la nuit, la neige l'a démontré plus haut. Les faussaires n'ont tenu compte d'aucune évolution. Or, c'est progressivement que l'écriture de Marie Antoinette sortira de sa gangue malhabile pour devenir celle qui nous est familière. Aussi est-il assez facile de démasquer l'apocryphe de jeunesse.

Après, ça se complique...  santa

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31665
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 14:23

Très instructif vraiment! cheers

Enfin une étude globale de la correspondance de Marie-Antoinette! Ceci m'intéresse énormément, car j'adore en plus suivre l'évolution, progressive en effet, de son style d'écriture.

Le livre de A. Guffroy est-il encore disponible? j'ai cherché sur Amazon mais...le vide...Crying or Very sad

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 14:38

Le travail, nous explique M. Guffroy, s'avère plus compliqué pour la correspondance plus tardive. En effet, les faussaires disposaient alors d'un matériel important, à partir duquel ils pouvaient peaufiner leur imitation.

Mais, là encore, même si l'écriture ressemble, des signent trahissent leur besogne : elles ne soutiennent pas la comparaison avec les lettres authentiques de Vienne, qui fait immédiatement ressortir leurs erreurs morales et matérielles.

Contradictions psychologiques, en effet, entre le mépris que Marie Antoinette manifeste à l’égard de l’affaire du Collier, qu’elle semble vouloir oublier au plus tôt, et l’indignation fulminante, le désir de vengeance aveugle que lui prêtent les apocryphes. Une de ces lettres n’hésite d’ailleurs pas à paraphraser une scène décrite par Madame Campan, lorsque le cardinal s’était introduit subrepticement à Trianon.

Etrange aussi de la voir subitement multiplier les écrits su sujet de Mirabeau, alors qu’elle s’abstient en réalité d’entretenir sa famille de politique intérieure et que, surtout, les contacts pris avec le tribun devaient rester secrets à tout prix.

Mais voici l’exemple le plus intéressant : face à une lettre que Marie Antoinette aurait adressée à Mercy le 7 décembre 1791, Monsieur Guffroy démonte admirablement le mécanisme utilisé par les faussaires. Tout part d’une lettre de Fersen à Gustave III. Celle-ci contient 4 paragraphes recopiés d’une lettre de Marie Antoinette et présentés point par point.

L’original auquel Fersen fait allusion se trouve à Vienne, envoyé à Mercy le 16 décembre 1791. Il contient naturellement les 4 paragraphes repris par le comte, entrecoupés de développements. Or, la lettre apocryphe nous offre des passages bien différents, entre ces paragraphes. Les auteurs, nous explique Monsieur Gurffoy, se sont donc appuyés sur ces 4 extraits authentiques et ont brodé le reste.

albino  albino  albino  albino  albino  albino  albino  albino  albino  albino


_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer


Dernière édition par le Mer 4 Juil - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 14:39

Merci ...je suis aux aguets de l'évolution des enquêtes... Wink

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 17:43

Eh bien, voici deux lettres qui illustrent le propos développé par Monsieur Geffroy. Elles proviennent toutes les deux de l'ouvrage Marie Antoinette, femme réelle, femme mythique, Bibliothèque municipale de Versailles, Magellan et Cie, 2006.

La première est adressée à la duchesse de Gramont. La date est incertaine, mais la dauphine y fait allusion au fait que le roi autorise les visites à Chantleloup (chez Monsieur de Choiseul), permission qu'il a accordée le 24 décembre 1770. La lettre est donc postérieure à cette date (p. 102)





L'écriture est fort régulière, ce qui pourrait correspondre à un aveu de Mercy à Marie Thérèse : Marie Antoinette n'écrit jamais aussi mal que lorsqu'elle s'adresse à sa mère. Nous savons en effet que, dans la crainte d'être épiée, elle rédigeait alors à la hâte, sur un coin de table, par exemple pendant sa toilette.

Ici, on retrouve certaines caractéritiques qui reviendront souvent : mots liés sans apostrophes ("ma" pour m'a", "jespere"), ponctuation aléatoire (aucune avant "jespere"), absence d'accents (jespere", "desire", amitie"), ainsi que le flottement dans les sons "é" (vous "seres" pour vous "serez").

Les jambages sont déjà bien plongeants, les hampes hautes. Les "d" ne sont pas encore en forme de deltas et l'écriture est toujours liée.


La seconde date du 28 juin 1785, et elle est adressée à la comtesse de Lage de Volude :





Catriona Seth (qui présente cette lettre dans son Marie Antoinette, Anthologie et dictionnaire, Laffont, 2006, p.50) la commente pour nous (pp 118-119). Ces quelques lignes, griffonnées à la hâte, témoignent de l'amitié dont jouit toujours Madame de Lamballe. Son frère, Eugène de Savoie Carignan, va mourir, et la reine félicite Madame de Lage de Volude, amie de la princesse de Lamballe, pour sa délicatesse.

Quelques remarques : en 1785, l'écriture de la reine est fixée. Nous y trouvons donc ses beaux deltas, ses jambages plongeants, ses hampes élancées et l'aspect général disjoint. Marie Antoinette omet les majuscules ("madame", "lamballe", "drouais") et ponctue comme elle le sent. Remarquons le "toute autant" et le "d'avantage".

Cette lettre était dans une enveloppe. L'usage des enveloppes commençait seulement à se répandre.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31665
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 18:43

Le meilleur faussaire qu'il soit, du moins celui qui aura le meilleur outillage pour reproduire au mieux une écriture, aura toujours l'extrême difficulté de copier la psychologie de la personne...et à moins d'avoir étudié de près la correspondance existante de cette personne, il prendra toujours le risque d'écrire des incohérences morales.
Surtout que Marie-Antoinette, en plus d'avoir une écriture particulière de par la forme de ses lettres mais aussi de par ses fautes, avait une manière d'enchaîner les idées et de dire les choses, assez originale.
En effet elle ne brodait pas le vent, elle ne partait jamais dans des descriptions ou des raisonnements infinis...elle allait à l'essentiel, elle disait les choses clairement, simplement et sans détour. Ce qui ne l'empêchait pas d'écrire des marques d'amitié très fortes du genre "mon cher coeur" ou "je vous embrasse très fort", mais sans plus.
Le coup de récupérer quelques vrais paragraphes puis de broder autour peut être une excellente idée, encore faut-il s'assurer que ces rajouts de broderies correspondent à Marie-Antoinette...et là...des outils matériels ne le permettent pas...Wink

Pour moi, un faussaire, un vrai, celui qui ne se fait pas prendre (pas comme La Villette et ses superbes signatures ) est quelqu'un qui a forcément cotoyé de près la personne qu'il copie...

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!


Dernière édition par le Mer 4 Juil - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 18:54

Citation :
Le coup de récupérer quelques vrais paragraphes puis de broder autour peut être une excellente idée, encore faut-il s'assurer que ces rajouts de broderies correspondent à Marie-Antoinette...et là...des outils matériels ne le permettent pas...Wink
C'est vrai que cette technique devait induire les connaisseurs en erreur. Il se trouvaient tout à coup devant une lettre qui leur disait furieusement quelque chose, l'écriture ressemblait... hop, dans le stress ambiant, ils sautaient dessus ! Wink

Quand on lit les volumes de Feuillet de Conches, sur gallica, à la fin, on s'y perd... Mais il y a toujours un passage qui coince, comme le soulève Monsieur Guffroy, un truc trop descriptif ou inutile ou larmoyant... Marie Antoinette n'écrivait pas pour rien, elle n'aimait pas ça, elle a mis des années à tenir sa plume correctement ! Alors, en effet, quand elle écrivait, elle disait ce qu'elle avait à dire, elle ne perdait pas son temps à faire de la poésie ou à décrire un personnage destiné à devenir ultra célèbre, juste pour le plaisir des lecteurs à venir !

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31665
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 18:59

Oui elle avait autre chose à penser : soit se dépêcher de finir d'écrire pour ne pas se faire prendre, soit essayer de sauver sa famille...en gros c'est ça

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 19:04

Le petit mot à Madame de Lage de Volude est bien représentatif. Elle était à table, dit-elle, quand elle a reçu la lettre où la comtesse lui expliquait qu'elle avait caché à Madame de Lamballe l'état critique de son frère. Dès qu'elle le peut, vite, vite, elle griffonne, comme le dit Catriona Seth, ces quelques mots pour la rassurer et la féliciter.

Ce n'est pas un truc de faussaires, ça ! Un faussaire parlerait plutôt de chagrin et de prières, dans un cas aussi extrême !

Et, surtout, il ajouterait au bas de la page une belle signature, pas un trait. Wink

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer


Dernière édition par le Jeu 5 Juil - 23:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31665
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 19:09

Oui une belle signature comme "Marie-Antoinette de France"!! cheers (Rétaux de Villette si tu nous lis.... ).

J'adore le coup du trait comme signature! On sent que les formalités saoulaient plus qu'autre chose Marie-Antoinette...genre "allez c'est bon ils verront bien que c'est moi là!" et hop un coup de trait à l'arrache
Et finalement...c'est tellement propre à elle que c'est une vraie signature!

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 20:41

Chou d'amour a écrit:
J'adore le coup du trait comme signature! On sent que les formalités saoulaient plus qu'autre chose Marie-Antoinette...genre "allez c'est bon ils verront bien que c'est moi là!" et hop un coup de trait à l'arrache
Et finalement...c'est tellement propre à elle que c'est une vraie signature!
Il ne faut pas oublier non plus, et tout simplement l'usage de l'acheminement du courrier.
Imaginez un porteur spécial, à la livrée de la maison de la reine, le courrier cacheté avec son sceau et annoncé de la part de...
Inutile de signer en ce cas non ?
Ou encore ces autres mots, sans doute transmis de main à la main par des personnes de confiance, le courrier sous pli diplomatique ainsi que plus tard les lettres codées etc.
Et je ne vais pas parler ici des fameux secrétaires à la main de la reine, déjà évoqués ailleurs... What a Face

Pas facile donc de vous y retrouver Chère Pimprenelle ! Suspect
Merci de nous communiquer votre point de vue et vos connaissances. Very Happy
D'autant que, il est vrai, les faux furent très, très nombreux.
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39377
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 20:49

... Ah... mais on dirait que les faussaires n'étaient pas si perspicaces que ça, tout compte fait !  lol!

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mer 4 Juil - 21:12

Citation :
Imaginez un porteur spécial, à la livrée de la maison de la reine, le courrier cacheté avec son sceau et annoncé de la part de...
Inutile de signer en ce cas non ?  

C'est certain qu'une signature,en de pareilles circonstances, relève presque du pléonasme Wink

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Lun 9 Juil - 15:40

Je viens de faire un voyage fascinant à travers les écrits de MA, dont certains étaient présents à l'exposition récente aux Archives Nationales. Merci à tous pour cette fascinante discussion! En effet l'émotion que l'on ressent en lisant cette écriture est immense et intemporel. Je trouve que son écriture se lit assez facilement, et on se familiarise assez vite avec ce style simple et juste. Et que ces mots nous paraissent contemporains et remplis de bon sens, de justesse et de finesse...je n'ai jamais douté de l'authenticité de ces lettres, et surtout de cette dernière lettre, que j'avais devant les yeux il y a quelques mois, et que j'éspère peut-être bientot tenir une seconde dans ma main gantée, et dont le parcours est bien moins remarquable que par exemple le coeur du petit Louis-Charles! (A part l'épisode où on a retrouvée celle-ci sous le lit de Robespierre!)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mar 21 Aoû - 16:39

Bonjour !
Est-ce que vous de temps en temps vous allez visiter le site de Gallica ?
Ici y il y a deux long articles consacrés à Marie Antoinette :
le premier traite des lettres de la Reine P: 181 a 217 et le second Sa vie privée, sa vie publics P: 385 a 464. écrit par Georges Gandy

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k16920q/f221.table

Bonne lecture. study

Fleurdelys
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31665
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   Mar 21 Aoû - 18:34

Merci pour ce lien Fleudelys!!!! cheers

J'y vais de temps en temps, mais j'ai pu voir sur votre lien qu'on parle de Lescure justement...je vais m'y pencher....Wink

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ecrits de Marie-Antoinette: méthodes pour repérer les apocryphes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le tombeau de Marie-Antoinette
» Marie-Antoinette par Mme Vigée-Lebrun (1778)
» Le mariage de Marie-Antoinette et Louis-Auguste
» Marie-Antoinette et Fersen : un amour secret
» Robe attribuée à Mlle Bertin pour Marie-Antoinette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Reliques, écrits, meubles :: écrits et compositions de Marie Antoinette-
Sauter vers: