Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Livre "Histoire du Citoyen" par Jean de Viguerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5077
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Livre "Histoire du Citoyen" par Jean de Viguerie   Jeu 8 Jan - 8:26

Voici un livre qui s'attache à la réalité du concept du citoyen.

Auteur : Jean de Viguerie
Editeur : Via Romana
Nombre de pages : 299

La Révolution a voulu créer un homme nouveau, abstrait, sans famille ni pays. Ni religion bien sûr, explique Jean de Viguerie dans son dernier livre.



Dans le charabia médiatico-politique environnant, le mot « citoyen », en principe substantif, est devenu un adjectif. On disait autrefois un citoyen. On dit aujourd’hui un débat citoyen, un comité citoyen, une démarche citoyenne… Le mot « civique » a disparu. Trop ringard. Être citoyen, c’est moderne. C’est républicain. C’est même révolutionnaire.

C’est ce dernier aspect que Jean de Viguerie, en historien des idées qu’il est, a choisi de traiter dans ce livre. Plus précisément : la naissance et l’histoire du citoyen tel que la Révolution française l’a conçu. Le citoyen, explique-t-il, c’est l’« être nouveau » que la Révolution entend créer. Pur « produit de la philosophie des Lumières », c’est un être imaginaire, abstrait, qui n’existe pas. Il se définit par « ses droits, par ses besoins et par ses intérêts ». Il est seul, il n’a pas de famille ; sa famille, c’est la nation – révolutionnaire s’entend. Il est utile (contrairement aux vieux, aux handicapés, aux religieux…). S’il oublie de l’être, l’État y veillera. Notamment grâce à l’« Éducation nationale » – l’expression date de cette époque.

C’est un homme étrange que ce citoyen. « Il a une patrie, mais ce sont les droits de l’homme », écrit Jean de Viguerie. C’est un homme hors-sol, il n’a ni croyance religieuse, ni profession, ni métier. Cet « être nouveau » correspond à l’« ordre nouveau » né de la Révolution.

La révolution de 1789 réduit l'homme et le diminue

L’apparition de cet homme nouveau est pour l’auteur un événement capital, qu’il va jusqu’à comparer à l’Incarnation : « Après la naissance du Rédempteur (si l’on retient la réalité historique de l’Incarnation), la naissance de l’“être nouveau”, appelé citoyen, est le fait le plus important de l’histoire de l’humanité ». Peut-on vraiment mettre les deux événements sur le même plan ? Ce n’est pas tout à fait ce qu’écrit l’auteur, mais on peut dire que l’« être nouveau » est une réponse à la venue du Sauveur. « L’Incarnation élève l’homme et le renouvelle, poursuit l’auteur. La révolution de 1789 le réduit et le diminue. » Et d’enfoncer le clou en citant l’historien Xavier Martin : l’œuvre de la Révolution consiste, selon le vœu de Rousseau, à « transformer l’homme pour mieux le socialiser ». Le transformer, c’est-à-dire le « libérer » de toutes ses attaches traditionnelles, religieuses, nationales, familiales ; le socialiser, c’est en faire une monade adaptable à la volonté politique des gouvernants (et aujourd’hui à la stratégie des grands groupes). La société, dès lors, n’est plus qu’un ensemble d’individus que rien ne relie et que tout sépare, puisqu’ils ne sont animés que par leur égoïsme et leurs intérêts. Il y a dans la Révolution un projet démiurgique : le citoyen, être révolutionnaire, en sera le fruit et l’instrument.

Cette analyse est très éclairante. À sa lumière, l’auteur retrace l’histoire des deux derniers siècles, en tout cas les épisodes les plus significatifs. On comprend mieux, ainsi, la société actuelle. On comprend que la république n’est pas seulement un régime politique mais aussi un mythe – d’où les cris d’orfraie lancés à ceux qui ne seraient pas « républicains ». On comprend que notre société divisée, atomisée, minée de l’intérieur par l’individualisme, n’en est plus vraiment une. On comprend le rôle prépondérant joué par l’État, devenu par la force des choses tentaculaire et omnipotent, chargé qu’il est d’assurer tant bien que mal, et plutôt mal que bien, la cohésion de la société. C’est le mérite de ce livre que de nous en faire prendre conscience.


http://www.famillechretienne.fr/livres/sciences-humaines/histoire-et-civilisation/histoire-du-citoyen-157013

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pilayrou

avatar

Nombre de messages : 266
Date d'inscription : 22/12/2014

MessageSujet: Re: Livre "Histoire du Citoyen" par Jean de Viguerie   Jeu 8 Jan - 9:51

Je connais un contre-amiral qui n'aurait jamais été contre-amiral avant 1789.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Livre "Histoire du Citoyen" par Jean de Viguerie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livre : "Histoire de l'Aviation" par René Chambe
» Histoire vraie de l'homme qui cherchait le yéti (livre)
» Livre Histoire du Droit L1
» Livre traitant de l'histoire de Rome
» Livre: Chasseurs d'ovnis de Jean-Marie Bigorne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Bibliographie :: Autres-
Sauter vers: