Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
madame antoine



Nombre de messages : 4715
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Mar 20 Jan - 8:43

Bonjour,

Les tragiques événements de ces derniers jours ont ramené en avant le terme Terreur. Ce mot fut dit et répété en repoussoir par la foule, inquiète de voir s'annoncer une ère de terreur. Explicitement, la filiation entre Terreur et terrorisme était affirmée. Il y a pourtant largement matière à réflexions. Voici dans cet ordre d'idées un article qui risque de faire polémique.

Quand le terrorisme était une valeur républicaine

Si la réalité du terrorisme est ancienne, le mot français est un héritage de la Révolution française. La Première République est née dans et par la Terreur.

La monarchie à peine renversée, une première Terreur pousse les révolutionnaires à massacrer dans les prisons de Paris plus de 1000 détenus considérés comme des « ennemis de l’intérieur » prêts à égorger les « patriotes » en septembre 1792. La plupart des victimes étaient de banals détenus de droit commun. Les éléments radicaux ne cessent de faire pression sur les organismes officiels, contraints ainsi d’adopter une politique visant à faire peur aux ennemis de la Révolution, ces comploteurs, ces traîtres, ces puissances étrangères qui veulent, dans l’esprit des révolutionnaires, « terroriser » les partisans de la Révolution. La Terreur réelle répond à une menace terroriste contre-révolutionnaire fantasmée.

Dans la situation de guerre où la France révolutionnaire est en guerre contre l’Europe coalisée, toute opposition est traduite comme une « trahison ». La Seconde Terreur, légale cette fois, se met en place. Comme le déclare Danton : « soyons terribles pour dispenser le peuple de l’être ». L’argument est toujours repris par les historiens : la Terreur légale a permis d’encadrer la violence et donc éviter une violence plus grande encore. « Il est temps d’épouvanter tous les conspirateurs » déclare le club des Jacobins dans son adresse à la Convention le 5 septembre 1793. La Terreur était désormais « à l’ordre du jour », formule creuse qui permettait toutes les mesures d’exception.

En fait dès l’été 1793, la Terreur occupe une place déterminante dans l’activité gouvernementale, confiée aux deux comités, le Comité de Salut Public et le Comité de Sûreté générale. La loi du 17 septembre donne du suspect une définition des plus vagues : « ceux qui par leur conduite, leurs relations, leurs propos ou leurs écrits se sont montrés partisans de la tyrannie, du fédéralisme et ennemis de la liberté ; ceux qui ne pourront justifier de leurs moyens d’existence et de l’acquit de leurs devoirs civiques ; ceux qui n’auront pu obtenir de certificat de civisme ; les ci-devant nobles qui n’ont pas constamment manifesté leur attachement à la Révolution, les émigrés, même s’ils sont rentrés, les prévenus de délits, même acquittés ». Bref, n’importe qui peut se retrouver « suspect ». Tout le monde pouvant être arrêté, cela permet de soustraire ainsi le grand nombre à la « vengeance » du « peuple » à croire l’interprétation rassurante de nombreux spécialistes de la période. Et d’ailleurs, assure Jean Jaurès dans son Histoire socialiste de la Révolution française, la Terreur consistait à faire de « terribles exemples » et non des « exécutions ». La volonté des historiens français d’expliquer (on n’ose plus justifier depuis longtemps), de replacer dans le contexte, d’éviter les anachronismes (avec les totalitarismes du XXe siècle) fait chaud au cœur mais témoigne de l’embarras suscité par les analyses d’un François Furet, homme de gauche qu’il était difficile de placer, comme à l’ordinaire, pour éliminer les approches gênantes, dans la « Réaction ».

Les « suspects » sont jugés par des cours extraordinaires. L’instruction est rapide et sans indépendance, les débats hâtifs et un décret d’octobre les limite à trois jours. Les jugements vont très vite se limiter à l’acquittement ou à la mort.

Le représentant en mission (membre de la Convention) est le levier de la Terreur en province : il a pleins pouvoirs pour instituer sur place tribunaux ou cours martiales extraordinaires chargés d’accélérer la répression, sans parler d’exécutions collectives : à Lyon, Fouché utilise la mitraille, trouvant la guillotine trop lente ; à Nantes, Carrier pratique les fameuses noyades dans la Loire. Le rappel de ces terroristes enragés par Robespierre est perpétuellement invoqué par ses admirateurs pour souligner combien leur grand homme était hostile aux « excès ». C’est néanmoins lui qui va inspirer la dernière phase dite la « Grande Terreur ».

La Terreur trouve son apogée institutionnel par la loi du 22 prairial (10 juin 1794) qui renouvelle le personnel du Tribunal révolutionnaire. L’article 4 indique qu’il « est institué pour punir les ennemis du peuple », l’article 9 fonde l’acte d’accusation sur les simples dénonciations, l’article 12 supprime l’instruction, l’article 16 enlève à l’accusé les secours d’un avocat et l’article 13 rend superflue l’audition de témoins. Robespierre soutient le projet de Couthon à la barre de la Convention : « Cette sévérité n’est redoutable que pour les conspirateurs, que pour les ennemis de la liberté. »

Le mode de raisonnement de l’incorruptible restait le même qu’à l’époque du procès de Louis XVI. Le 28 décembre 1792, Robespierre avait déclaré : « Citoyens, la dernière preuve de dévouement que les représentants doivent à la patrie, c’est d’immoler ces premiers mouvements de la sensibilité naturelle au salut d’un grand peuple et de l’humanité opprimée ! Citoyens, la sensibilité qui sacrifie l’innocence au crime est une sensibilité cruelle, la clémence qui compose avec la tyrannie est barbare. »

Pour reprendre la fameuse formule de Saint-Just, le sinistre archange de la Révolution : « pas de liberté pour les ennemis de la liberté ». Il faut prendre la formule « la liberté ou la mort » au sens littéral : il s’agit bien non seulement de « mourir » mais aussi de « faire mourir » pour fonder la liberté.

C’est désormais la « Grande Terreur » alors même que la république a triomphé de ses ennemis extérieurs et intérieurs. « Les têtes tombent comme des ardoises » note Fouquier-Tinville. Jean Jaurès toujours soucieux d’innocenter la grande figure révolutionnaire écrit : « Robespierre rêva d’intensifier le terrorisme, de le concentrer en quelques semaines effroyables et inoubliables, pour avoir la force et le droit d’en finir avec le terrorisme. » Le délire terroriste de l’été 1794, qui ne peut plus se justifier par les « périls », serait ainsi une façon de mettre fin à la Terreur.

Seule la chute de Robespierre le 27 juillet 1794 mit fin au bain de sang. Mais en réalité, la Terreur ne devait pas disparaître totalement et continuer à réapparaître pendant la période thermidorienne et sous le Directoire par des mesures d’exception.

Entre mars 1793 et fin juillet 1794, un demi million de personnes avaient été arrêtées. Au moment du 9 Thermidor, beaucoup de « suspects » croupissaient en prison sans jugement. Plus de 16 000 personnes avaient été exécutées après avoir été condamnées à mort mais il faut y ajouter autour de 30 000 exécutés sans procès. Il faut surtout évoquer le bilan autrement plus lourd de la Vendée, source de nombreuses polémiques, impossible à chiffrer, les estimations étant très différentes suivant les auteurs soucieux de minimiser ou d’exagérer l’ampleur des massacres.

La Terreur, loin de sauver la Révolution, a surtout contribué à discréditer l’idée de république pendant plusieurs décennies.



Noyades de Nantes de 1793, Joseph Aubert (1882)

http://www.contrepoints.org/2015/01/19/194562-quand-le-terrorisme-etait-une-valeur-republicaine

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur


Nombre de messages : 31631
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Mar 20 Jan - 13:35

C'est un sujet très compliqué en effet, car souvent orienté, mais tellement intéressant Very Happy

On peut aussi se poser la question par moment quant à la différence, selon les cas, entre terrorisme et résistance....là aussi vaste sujet non?

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
le beau lauzun



Nombre de messages : 649
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Mar 20 Jan - 14:52

Il me semble que "résistance" sous-entend d'office "légitimité du fait de résister à un pouvoir injustifié", tandis que le terrorisme n'a pas à priori cette connotation de légitimité. On peut être terroriste au nom d'une cause débile ou carrément injuste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur


Nombre de messages : 31631
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Mer 21 Jan - 10:12

Oui mais justement, la légitimité dont vous parlez est très subjective. Very Happy
Par exemple, du point de vue des Talibans qui se battent contre les forces de l'OTAN chez eux en Afghanistan, ils sont des résistants....ils sont chez eux, ils étaient au pouvoir avant que des étrangers viennent les déloger, et ils luttent pour le récupérer. Mais de notre point de vue, ce sont des terroristes Wink A chacun sa légitimité en somme, or il n'y en a pas d'universelle, malheureusement certes

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
levengeur



Nombre de messages : 602
Date d'inscription : 31/03/2014

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Mer 21 Jan - 23:11

la resistance en 40 n'a rien de relatif. les resistants étaient des heros. ils se battaient pour une cause universellement reconnue juste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur


Nombre de messages : 31631
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Jeu 22 Jan - 14:12

Universelle? De nos jours avec le recul oui elle est universelle cette cause, mais en 1940 pendant les événements elle ne l'était déjà pas encore pour les allemands, ni même pour Vichy d'ailleurs Wink

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
madame antoine



Nombre de messages : 4715
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Ven 23 Jan - 10:10

Je suis d'accord avec vous, Chou d'amour. Il est difficile de se départir de sa propre culture au point de parvenir à remettre en cause les valeurs essentielles qu'elle nous a inculquées.

Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur


Nombre de messages : 31631
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Ven 23 Jan - 10:54

Oui, tout est relatif dans notre monde, tout dépend des points de vue. Einstein l'a démontré pour l'espace-temps, mais c'est aussi valable pour les sociétés Very Happy
Chaque pays défend ses valeurs, ses besoins, ses convictions, forcément au détriment d'autres, et donc l'universalité des causes devient presque impossible à définir....

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur


Nombre de messages : 39257
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Dim 8 Mar - 15:35

Essai de définition par le spécialiste Gilles Ferragu, auteur d’une magistrale Histoire du terrorisme, pour le magasine Marianne:

Marianne: Vous situez les débuts du terrorisme en France, à la fin du XVIIIe siècle. C’est la Révolution française qui a été son catalyseur ?

Il s’agit d’abord de distinguer le tyrannicide, qui vise à éliminer un mauvais roi, du terrorisme, qui veut renverser le système en éliminant celui placé à sa tête. Si la terreur a certes été employée depuis la naissance de l’humanité pour réduire l’adversaire, notons que le terrorisme, c’est-à-dire l’emploi systématique de la violence politique et sa théorisation, apparaît dans les textes pendant la Révolution française. C’est le régime de la Terreur pensé après l’assassinat de Marat en 1793, et observé par le philosophe Edmund Burke, qui évoque le « terrorisme » comme un mode de « gouvernement par la terreur ».
http://www.marianne.net/terrorisme-deux-siecles-ultra-violence-100231833.html


Euh... "Mauvais roi"? Suspect Mauvais système éventuellement... mais "mauvais roi", c'est lui qui le dit. Suspect

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur


Nombre de messages : 31631
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Lun 9 Mar - 10:02

Ce débat est toujours intéressant Very Happy

Je ne suis pas sûr que Gilles Ferragu faisait particulièrement référence à Louis XVI en parlant de "mauvais roi", je dirais qu'il parle là au sens large non? Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur


Nombre de messages : 39257
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Lun 9 Mar - 10:47

J'espère!

C'est dire à distinguer, vu que son argumentaire se contre sur la révolution. Shocked

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur


Nombre de messages : 31631
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Lun 9 Mar - 11:12

En effet, mais je pense qu'en parlant de "mauvais roi" il se place du point de vue des révolutionnaires Very Happy Ce n'est pas forcément une opinion personnelle, car sinon oui ça serait complètement hors de propos par rapport à son sujet

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur


Nombre de messages : 39257
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Lun 9 Mar - 12:08

J'ai comme l'impression qu'il n'y a plus que les révolutionnaires de l'époque et leurs partisans les plus aveugles pour oser qualifier ces agissements de "tyrannicides". Pour le reste du monde, cela apparaît clairement comme du terrorisme. Wink


_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur


Nombre de messages : 31631
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Lun 9 Mar - 13:12

En effet Very Happy

Après la question est de savoir si une révolution peut se faire sans acte terroriste Wink

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur


Nombre de messages : 39257
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Lun 9 Mar - 13:25

Demande à Gandhi...

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur


Nombre de messages : 31631
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Lun 9 Mar - 13:37

Ben même lui je crois s'est laissé dire que dans certains cas....

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
pimprenelle
Administrateur


Nombre de messages : 39257
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Lun 9 Mar - 13:44

... nan... ?! Shocked

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur


Nombre de messages : 31631
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Lun 9 Mar - 14:08

Si il me semble bien! Wink cela dit je n'arrive pas à retrouver l'info donc il faudrait que je creuse plus

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
madame antoine



Nombre de messages : 4715
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Mar 10 Mar - 8:11

Pour en revenir avec le fil su sujet, signalons que tout le monde ne sera pas d'accord avec votre postulat de départ.

A contrario, on voit bien comment continuent d'être vivaces des thématiques contre-révolutionnaires, dans les amalgames faits entre le moment historique de la Terreur et le terrorisme, dans les clichés les plus éculés et les plus onfrayens sur le tyran Robespierre.

http://blogs.mediapart.fr/blog/patrick-rodel/090315/transmettre-lhistoire-de-la-revolution

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chou d'amour
Administrateur


Nombre de messages : 31631
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   Mar 10 Mar - 10:41

Oui et c'est compréhensible car ces sujets sont très sensibles aux points de vues, à la culture et à l'histoire de chacun Very Happy

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Terreur et terrorisme, une réelle filiation ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» que dit l'islam sur le terrorisme
» Egypte : l’Eglise copte condamnée parce qu’elle ne reconnaît pas le divorce
» Une religion est-elle une secte qui a réussi ?
» aide pour cas pratique sur la filiation
» La prière vaut-elle un antidépresseur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Contexte social et économique :: La Révolution-
Sauter vers: