Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Athéna Craufurd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5118
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: L'Athéna Craufurd   Jeu 28 Mai - 11:58

Bonjour à Tous les Amis du Boudoir,

Voici l'étonnante aventure d'une statuette d'Athéna qui fit partie de la collection de Mr Craufurd.



Athéna, dite Minerve avec le géant ou Athéna Craufurd

Cette acquisition prestigieuse fait revenir au Louvre l’une des pièces majeures de la collection d’antiques de Quintin Craufurd (1743-1819), saisie à Paris dans son hôtel du 12, rue de Clichy, à la Révolution. Ce noble écossais, intime de Marie-Antoinette, compromis dans la fuite de Varennes car il avait fourni la voiture qui avait permis à la famille royale de quitter Paris, fut compté au nombre des immigrés. À ce titre, ses biens furent saisis. Huit statuettes de cette collection, dont cette Minerve avec le géant, furent présentées de 1800 à 1815 au Louvre et furent alors abondamment publiées et reproduites. La statue est mentionnée dans les Notices du musée dès 1800 et reproduite par de nombreuses gravures dans les ouvrages de Legrand en 1803, dans le Petit-Radel en 1807 et dans le Bins de Saint-Victor paru en 1821, puis chez Clarac, et encore chez Reinach en 1897. L’histoire méconnue de cette saisie est pourtant bien documentée grâce à des sources d’archives abondantes. Nous disposons notamment de l’inventaire des biens de Craufurd, dressé au moment de la saisie par les commissaires Boizot et Jollain le 22 vendémiaire de l’an II (octobre 1793). On retrouve la trace de ces sculptures grâce aux registres du dépôt de Nesle. Enfin, le volume V de l’inventaire du Louvre de 18103 fournit de précieux renseignements sur l’exposition de ces sculptures au Louvre.

Restituée à son propriétaire en 1815, la collection est dispersée le 20 novembre 1820 au cours d’une vente publique connue par un catalogue. Plusieurs œuvres passent alors dans des collections prestigieuses, notamment l’Éros, acquis par Ingres, aujourd’hui à Montauban, ou l’un des Faunes, passé par la collection Pourtalès et conservé au musée du Cinquantenaire à Bruxelles. C’est à l’occasion de l’exposition « Ingres et l’Antique » qu’un premier bilan de cette dispersion a pu être dressé. On avait cependant perdu la trace de la Minerve avec le géant depuis la vente de 1820, puisque les publications postérieures ne faisaient que reprendre les ouvrages de l’époque napoléonienne, perpétuant le souvenir glorieux de la réunion de cette collection au Louvre jusqu’à la fin du XIXe siècle. L’apparition de la statuette de Minerve sur le marché de l’art parisien en octobre 2010 fut donc une heureuse surprise, qui vint récompenser un lent et patient travail de recherches sur les antiques en France aux XVIIIe et XIXe siècles. L’antique, très restauré, est un souvenir caractéristique du « grand tour » que le noble écossais accomplit au début des années 1780 après son retour de Manille, où il s’était enrichi comme directeur de la Compagnie des Indes. La Minerve reproduit une variante de l’Athéna Parthénos de Phidias, connue par d’autres répliques conservées à Copenhague et à Saint-Pétersbourg : elles se caractérisent notamment par le péplos ceinturé haut sous les seins et les proportions menues du buste. L’association avec le géant (Encelade ?) est connue par des images de gigantomachie (au Louvre par exemple, sur l’amphore de Milo) et par des documents (une intaille à Munich ou un petit groupe en ivoire de Paestum) qui semblent diffuser une composition du IIe siècle avant J.-C. La statuette Craufurd en serait le seul exemplaire parvenu jusqu’à nous en sculpture. Témoignage exceptionnel du « grand tour », pièce insigne d’une collection d’antiques parisienne constituée dans les années 1780, sculpture admirée du musée Napoléon, la Minerve avec le géant de la collection Craufurd trouvera toute sa place dans les salles qui évoqueront en 2013 le goût pour l’antique de la fin du XVIIIe siècle aux côtés des antiques des collections Brissac, d’Orsay ou Dufourny.

http://www.louvre.fr/athena-dite-minerve-avec-le-geant-ou-athena-craufurd-mne-1340

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad Tepes

avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: Re: L'Athéna Craufurd   Sam 30 Mai - 11:41

Merci madame antoine. Vous êtes la perle du Boudoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'Athéna Craufurd
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'athée est un sous-homme
» Une religion athée, à quoi ça sert ?
» athés,les mauvais-croyants les bons !!
» L'immoralisme intrinséque de l'athée
» L'athéisme militant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Contexte social et économique :: Arts et artisanats au XVIIIème :: Peinture, dessin et sculpture-
Sauter vers: