Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Vente d'une pièce du service de la Laiterie de Rambouillet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The Collector



Nombre de messages : 333
Date d'inscription : 21/11/2014

MessageSujet: Vente d'une pièce du service de la Laiterie de Rambouillet   Mar 17 Nov - 20:19

La Gazette Drouot annonce la vente, demain, d'une pièce tout à fait exceptionnelle, à savoir une coupe faisant partie du service de la Laiterie de Rambouillet. Voici l'objet.



Sèvres, service de la Laiterie de Rambouillet, coupe circulaire sur piédouche, dite «jatte à anses étrusques», décorée en polychromie sur chaque face d'un profil d'une femme à l'antique encadré d'entrelacs rouges et de plumets violines. A la base, au piédouche et sur les anses un bandeau rouge orangé décoré d'ornements géométriques « étrusques » en noir. Au revers les deux L entrelacés et la lettre date KK pour l'année 1787-1788, h. 8, diam. 28 cm.
Estimation : 200 000/300 000 €.



Je vous livre la notice des experts : Cette pièce est exécutée en 1787-1788 pour la reine Marie-Antoinette pour la Laiterie de Rambouillet à la demande du roi Louis XVI d'après un dessin de Jean-Jacques Lagrenée. La lettre KK correspond à la date 1787-1788 selon la nouvelle datation de Peters. Il existe dans cette commande pour la Laiterie de Rambouillet trois formes de jattes: « jatte à anse étrusque », « jatte au bandeau » et « jatte écuelle ». Dans l'extrait de « l'état des porcelaines » (archives de Sèvres) pour la Laiterie du roi à Rambouillet le 25 mai 1787 et ensuite le 15 mai 1788, on y note « quatre jattes à anse étrusque » en projet. Dans le document concernant « les pièces finies », on note une « jatte à anse étrusque a longée décoration de têtes de femmes ». Il s'agit de la jatte que nous présentons qui a probablement été la seule réalisée. Les formes des pièces de ce service ont été influencées par la collection de 525 poteries antiques achetées par Dominique-Vivant Denon pour la manufacture royale. Les dessins préparatoires sont réalisés par le peintre Jean-Jacques Lagrenée Le Jeune (directeur artistique associé de la Manufacture depuis 1785). Le projet de la Laiterie de Rambouillet rassemble plusieurs artistes majeurs de la période. Le Comte d'Angiviller nomme Hubert Robert, res-ponsable général du projet. La conception des formes fut confiée à Louis Simon Boizot et Jean-Jacques Lagrenée eut en charge la conception du décor. Le service en porcelaine fut livré en 1787 et 1788, il comptait 65 pièces. Un peu moins de 20 pièces de ce service sont répertoriées aujourd'hui. C'est l'un des derniers commandés par la couronne à la veille de la Révolution, il illustre le nouveau goût pour le néo-classique. La Laiterie de Rambouillet a été offerte à Marie-Antoinette par Louis XVI, la reine trouvant ce domaine de chasse trop « gothique ». La Lai-terie érigée en 1785 est une oeuvre d'art totale illustrant le nouveau goût de la reine pour notamment le retour à l'antique. Ce pavillon fut ouvert à des visiteurs privilégiés en 1787. On y servait des tartes aux fruits et divers rafraîchissements incluant tout ce qui provenait du lait des brebis, des chèvres et des vaches comme des glaces, sorbets, crèmes fraiches, fromages laitages... Les cheptels d'animaux amenés sur place, provenaient d'une sélection des meilleures races pour exemple les moutons et brebis de race Mérinos arrivèrent d'Espagne



Je vous transmets aussi les renseignements annexes.

Louis XVI aime chasser en forêt des Yvelines. Il y possède le château de Saint-Hubert, destiné à accueillir les chasses royales. Cependant, l’endroit n’est pas au rang d’une véritable demeure princière. Il se trouve que le duc de Penthièvre, cousin de sa majesté, possède le château de Rambouillet, agrandi et embelli par son père, le fils légitimé de Louis XIV et de Madame de Montespan. Pour seize millions de livres, l’accord est conclu en 1783 : le roi pourra y recevoir la cour. Seul problème, et non des moindres, Marie-Antoinette déteste cet édifice à l’allure «gothique», qu’elle appelle «la crapaudière». Pour attirer son épouse dans sa demeure tant aimée, Louis décide de faire réaménager des appartements au goût du jour et de lancer la construction, en 1785, dans le plus grand secret, d’une laiterie et d’une ferme, nichées dans les jardins anglo-chinois imaginés par Hubert Robert. La laiterie sera inaugurée en juin 1787, la plus grande édifiée en France. Les artistes les plus innovants sont chargés de son décor, et notamment d’un service commandé à Sèvres. Hubert Robert, sorte de maître d’œuvre général, officie en tant que consultant, le peintre Jean-Jacques Lagrenée prenant la fonction de directeur artistique associé de la manufacture. Ce dernier vient de passer quatre années à Rome, et a visité les fouilles de Pompéi et d’Herculanum.

 

Le service sera donc de goût «étrusque». Les décors s’inspirent d’une collection de 525 céramiques gréco-romaines, réunie à Naples par Vivant-Denon – achetée par le comte d’Angiviller, directeur général des Bâtiments du roi, en 1785 –, des planches des Antiquités étrusques, grecques et romaines tirées du cabinet de M. Hamilton, recueil obtenu en 1786, ainsi que de la suite de gravures des ornements décoratifs des Loges du Vatican, acquise l’année suivante par Lagrenée.

Le service doit comprendre 108 pièces, dont seules soixante-cinq seront livrées, entre mai 1787 et mai 1788. Il est vraiment novateur, tant par ses formes que par ses décors, se détachant sur fond coloré ou blanc. C’est le cas de cette coupe dite «jatte à anses étrusques», peinte de bustes de femme à l’antique de profil, d’entrelacs rouges et de plumets violines. La base du piédouche et les anses sont soulignées d’un bandeau rouge orangé, aux ornements géométriques noirs. Elle revêt l’une des trois formes imaginées pour cet ensemble et semble être l’unique produite de ce modèle, ou du moins la seule connue à ce jour. De cet extraordinaire service, un peu moins de vingt pièces sont répertoriées. La dernière apparition de l’une d’elles à Drouot, en février 2011, fut celle d’un pot à lait.







Ce lot sera mis en vente, donc, demain mercredi 18 novembre, salle 7 - Drouot-Richelieu.
Thierry de Maigret SVV. M. L’Herrou.
http://catalogue.drouot.com/ref-drouot/lot-ventes-aux-encheres-drouot.jsp?id=5426531

A suivre... Wink

_________________
Less Is More
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Collector



Nombre de messages : 333
Date d'inscription : 21/11/2014

MessageSujet: Re: Vente d'une pièce du service de la Laiterie de Rambouillet   Jeu 19 Nov - 18:21

Malheureusement cette pièce exceptionnelle fut adjugée à un collectionneur américain pour la somme de 360 000 € sans les frais. Encore une merveille de notre patrimoine qui quitte le sol français... Sad

Il est à déplorer que cette coupe n'ait même pas été gratifiée du label de Trésor national. Rolling Eyes
http://www.latribunedelart.com/double-preemption-de-versailles-lors-de-la-vente-fraysse

Déception et départ pour l'Amérique (tout comme, en leur temps, le pot à lait et la tasse). Une perte de substance pour notre pays et un atout que n'aura pas Rambouillet.

Nous n'avons pas encore fini de regretter le pot à lait de la vente Aguttes, le 11 février 2011  



Ni la tasse avec sa soucoupe de la vente Piasa, le 23 juin 2000  


https://www.facebook.com/sitesetmonuments/posts/536639053154245

_________________
Less Is More
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucrezia P



Nombre de messages : 259
Date d'inscription : 07/04/2015

MessageSujet: Re: Vente d'une pièce du service de la Laiterie de Rambouillet   Jeu 19 Nov - 18:52

Quel dommage et quelle perte pour Rambouillet ! Crying or Very sad

_________________
Je préfère l'original à la copie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur


Nombre de messages : 39257
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Vente d'une pièce du service de la Laiterie de Rambouillet   Dim 22 Nov - 17:05

On en parle ici aussi:
http://www.bilan.ch/etienne-dumont/courants-dart/parisun-demi-million-une-coupe-de-marie-antoinette

L'amateur a obtenu l'objet, autorisé de sortie du territoire national, pour 360.000 euros plus les frais, qui doivent tourner autour des 25 pour-cent. On arriverait ainsi à 450.000 euros, soit un petit moins qu'un demi million de francs. Je ne vais pas affiner les comptes. Ne nous montrons pas mesquins.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vente d'une pièce du service de la Laiterie de Rambouillet   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vente d'une pièce du service de la Laiterie de Rambouillet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Variantes autour du "bol-sein" du service de la Laiterie de Rambouillet
» La laiterie de Rambouillet, de Antoine Maes
» Service de Marie-Antoinette pour Rambouillet en porcelaine de Sèvres
» vente patch US Army Service Forces
» Service àprès vente ou monopole ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Collections et ventes-
Sauter vers: