Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Interview de Marie-Antoinette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
levengeur

avatar

Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 31/03/2014

MessageSujet: Interview de Marie-Antoinette    Lun 15 Aoû - 15:15

Marie-Antoinette : “Louis XVI n’avait aucune vision politique. Il était incapable de prendre une décision. Ça nous a mené à la catastrophe…”

Elle revient d'entre les morts pour nous donner son avis !!



Madame la reine, bonjour. Vous n’avez pas laissé l’image d’une souveraine très impliquée dans les affaires de l’Etat, mais plutôt distante et frivole...

Je n’ai pas laissé d’image, vous êtes gentille, mais ma tête. Je n’avais pas de conseiller en communication. Ma mère peut être, en qui j’avais confiance mais qui était tellement loin de Paris. Alors, effectivement je n’ai jamais été très douée pour les études, ni appliquée pour les travaux intellectuels ou spirituels, au grand désarroi de ma mère, l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, ou du comte de Mercy qui m’avait accompagnée en France et venait chaque jour me donner des leçons à tomber d’ennui ! En fait, il n'était pas précepteur, il était agent secret au service de ma mère. Il me surveillait et rendait des comptes à ma mère sur mes allers et venues. Je pense qu’il espionnait aussi le roi, pour le compte de l’Autriche.  

Je ne suis pas venue à Paris, par plaisir, croyez moi, j'y étais en mission. En fait, être reine de France, c’était le métier qu’on avait choisi pour moi, m'bligeant à vivre avec un homme qui ne me touchait pas.

Mais alors, si je puis me permettre, que me vaut l’honneur de votre interview aujourd’hui ? Je dois avouer que je n’ai jamais aimé la presse. On racontait tant d’horreurs à mon sujet, dans ces fameux libelles…

Vous avez vécu et régné à une période charnière de l’histoire de France. Etiez vous consciente du changement qui s’opérait ? A quel moment avez-vous réalisé que la Révolution était inéluctable ?

J’ai toujours pensé et espéré que le peuple sauverait son roi et sa reine. C’est bête à dire, mais pour moi, la royauté a toujours été le seul et unique modèle politique, comme l’est pour vous aujourd’hui la démocratie. J’étais légitime là où j’étais, je ne devais rien à personne et tout le monde devait me vénérer. Je ne puis imaginer une seule seconde un système différent. Nous n’étions pas préparés à ça, ni mon époux, ni moi. Et tout ça a été tellement vite…

Mademoiselle l’archiduchesse d’Autriche, quelle est, pour vous, la vraie cause de la Révolution : un roi incompétent politiquement ? Une reine - c’est-à-dire vous - qui a creusé un déficit abyssal ? Le siècle des Lumières, qui est venu apporter son lot de philosophes et de concepts démocratiques ?

Un peu tout à la fois. Même si j’aime beaucoup votre première proposition, elle est cruelle mais pas totalement fausse. Les affaires du pays passionnaient peu mon époux, le roi Louis XVI. Vous savez, à part lui parler de chasse ou de serrure, il était impossible d’attirer un quelconque intérêt de sa part. Il n’avait aucun sens politique, ni vision, ni courage. Il était le roi des demi-mesures : gouverner sans franchement se compromettre, sans cap. Avouez que sur ce point, il me rappelle votre monarque actuel.

Sauf que votre roi actuel a l'air d’aimer les femmes, lui. Espérons qu’il ne connaisse pas la même fin tragique que ce pauvre Louis ! Ceci dit, vous savez que le peuple de France est régicide. C’est dans ses gènes. Depuis la Révolution, tous les chefs d’Etat le savent.

L’idée s’est répandue à travers l’Europe que les peuples avaient la possibilité de renverser le roi. N’oublions pas que c’est l’Angleterre qui a connu la première une révolution qui a abouti, elle aussi, à la mise à mort du roi Charles II en 1649. Mon mari connaissait cette histoire, il avait rencontré et lu David Hume, l’auteur d'Histoire d’Angleterre. Il a voulu comprendre la révolte française à travers celle qu’avaient connu nos voisins d’outre-Manche un siècle plus tôt, mais on ne refait pas l’Histoire avec des formules réchauffées. Ça a été son erreur.

Et vous, ma très chère reine, en avez-vous commises des erreurs ?  

Vous allez me parler de mes achats, je le sens bien. J’étais jeune, j’étais capricieuse et oui, j‘étais shopping addict. Il me fallait des robes, des parures de bijoux pour faire honneur à mon rang, être la plus belle, la mieux habillée. Le roi s’endettait même sur des années pour une simple paire de boucles d’oreilles ! Il y avait les chapeaux aussi. Il faut dire que Madame Bertin, ma modiste, avait un talent fou et que je succombais à chaque fois. Elle était chère m’a-t-on dit .

Ma seconde erreur a été de m’immiscer dans la vie politique pour y placer mes amis, un sport national qui, je crois, se pratique encore aujourd’hui. Et tous n’ont pas été de bons ministres, il faut le dire.

En ce qui concerne les finances du royaume, je n’étais pas la seule responsable des dépenses ! Les guerres menées, notamment en Amérique et en Angleterre, ont été rudement coûteuses et ont laissé des traces et des dettes colossales.

Etiez-vous touchée par les inégalités entre les différentes catégories de la population, et notamment en comparant la misère de certains à votre vie fastueuse ?

J’avoue ne jamais avoir mis les pieds hors de mon château à Versailles, si ce n’est à Paris pour aller au bal de l’Opéra, mais nous nous arrêtions guère saluer les Parisiens. La première vision que j’ai eue de mon peuple a été le 20 juin 1791, lors de la fuite où nous avons été arrêtés à Varennes. Nous traversions la France dans l’idée de rejoindre la frontière à l’est, et j’ai enfin aperçu des villageois mais ceux-ci n’étaient pas des plus amicaux.

A cette époque-là, il y a eu une prise de conscience des inégalités de naissance, de rang, qui existaient de facto dans notre société. Alors que la notion de "privilège" était innée donc légitime pour chacun d’entre nous, cette prise de conscience s’est répandue de la capitale jusqu’aux plus profondes campagnes. Ils nous ont un peu bousculé de notre trône, mais moi, de sang royal des Habsbourg, j’ai mis un peu plus de temps à le réaliser…

Mais regardez votre société aujourd’hui : elle n’est pas exempte d’inégalités, loin de là. L’école ou l’universalité de la loi ne parviennent pas à mettre tout le monde sur un pied d’égalité. Un de vos économistes, Edward Wolff, a même écrit que votre société connaissait un "retour à Marie-Antoinette".

On m’a tellement décrite comme futile, frivole et peu intellectuelle. Mais moi, j’en avais assez de toutes ces procédures longues, je les trouvais déshonorantes : la cérémonie de l’habillage, du dîner. Je m’ennuyais ferme, j’aurais voulais plus de modernité, plus de simplicité. Mais c’était impossible. Au château, on ne me laissait pas faire et ma mère sans cesse me rappelait à mes obligations.

Je ne vais pas vous dire que j'aurais voulu être du peuple, mais c’est vrai que j’aimais sortir avec des filles et des garçons de mon âge.  Aller à Paris dans des bals masqués, la vingtaine, le bel âge. C’est comme sortir en boîte ! Une reine n’a-t-elle pas le droit de profiter de sa jeunesse ?

Peut-être, mais dans la limite de l’acceptable… A cause de tout cela, vous avez été surnommée "Madame Déficit". Vous deviez donc avoir une sacrée connaissance en ce qui concerne les dépenses budgétaires... Alors, dites-nous franchement, la France est-elle trop dépensière ?

Je ne suis pas très bien placée pour dire ça. Quand vous aviez devant vous les fastes de Versailles, il fallait les faire vivre et perpétuer; le besoin d’argent était donc croissant. Les ministres des Finances se succédaient, chacun empreint d’idées nouvelles, à l’origine même de certains courants économiques.

Turgot, qui entretenait des correspondances avec Adam Smith, avait installé le libre-échange dans le domaine des grains. Il a eu d’ailleurs des idées avant-gardistes en prônant l’abolition des privilèges avant tout le monde. Heureusement qu’il n’a pas été écouté par le roi !

Alors que d’autres, comme le ministre d’Ormesson, finançaient tout par grands emprunts, Calonne, qui lui a succédé, avait un sens économique plus aigu et était un adepte avant l’heure de la relance. Les seules ressources du pays - puisqu’on étranglait déjà les populations par des impôts élevés pour rembourser le service de la guerre - étaient le crédit. Il effectue une relance des dépenses publiques, et pas seulement à destination de la Cour, mais d’infrastructures, dans les transports maritimes notamment.

Necker était, lui, un fervent partisan de la réduction des dépenses et de l’équilibre des budgets, et c’est d’ailleurs pour cela qu’on l’a rappelé en 1789, quand on était presque au bord de la faillite, alors que moi, je ne l’aimais pas beaucoup.

Bref, tout ça ne nous a pas sauvés, moi et mon modeste époux. Les Français n’ont jamais été très disciplinés pour les finances, ce ne sont pas les autrichiens ou les Suédois. Ah les Suédois, je les ai toujours admirés, surtout un…

   

Vous pensez à Alex de Fersen ?

ALEX     doit arrêter la fumette l'intervieweur  

Oui, bien sûr. Fersen est arrivé en France en 1774 alors qu’il effectuait un tour de l'Europe pour parfaire son éducation. Axel de Fersen est un cousin de la maîtresse du futur roi de Suède. (remarquez qu'elle elle ne se trompe pas   )

Quand il termine son voyage d’études, il débarque à la cour de France, où il fait vive impression, par son physique avantageux, à tout le monde. Nous nous sommes rencontrés au bal de l'Opéra et franchement on s’est toujours revus. Nous étions devenus très proches.

Etait-ce votre amant ?              

Alex (mais non   ) collectionnait les conquêtes féminines, je le savais... Il m’a consacré beaucoup de son temps. Il me protégeait. Alors mon amant...vous en avez de ces questions ! Mais vous connaissiez le roi, ça n’était pas un foudre de guerre. Et puis je vais vous dire, dans mon contrat de travail, je devais donner un héritier à la couronne de France. Mais pour le reste, on n’était pas obligés de coucher ensemble tous les soirs...Alors moi, j'avais du temps et j'avais 20 ans. Fersen était magnifique.

 

Etait-il riche ?

Oui, mais je ne couchais pas pour l'argent, vous me prenez pour qui ? Enfin j'acceptais ses cadeaux. On m a posé cette question pendant le procès, c’est absolument indécent.

Disons que la France a toujours dépensé sans compter, comme si elle avait une sorte de corne d’abondance. En fait, elle percevait des impôts, beaucoup trop. Mais c’est encore le cas aujourd’hui. Et votre corne d’abondance aujourd’hui s’appelle la Banque centrale européenne. Avec des taux aussi bas, ce ne sont pas vos politiciens démagos qui vont s’empêcher d’emprunter.

Vous semblez avoir beaucoup potassé ces sujets on dirait.  A l’époque, cela ne vous intéressait guère, je me trompe ?

Ce n’est pas parce que je me suis fait couper la tête que je n’ai pas de tête ! Ma mere m'avait appris à compter. Rétrospectivement, je me suis intéressée à tous ces sujets bien trop tard, seulement à partir de 1789, quand nous nous sommes installés aux Tuileries. Ah, si j’avais su où cela allait me mener, j’aurais surement plus écouté ma mère…
http://www.atlantico.fr/decryptage/marie-antoinette-louis-xvi-avait-aucune-vision-politique-etait-incapable-prendre-decision-mene-catastrophe-jean-marc-sylvestre-2792458.html


_________________
Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sido Scorpion

avatar

Nombre de messages : 449
Date d'inscription : 05/08/2015

MessageSujet: Re: Interview de Marie-Antoinette    Lun 15 Aoû - 21:10

Franchement, je trouve ce papier pathétique !

Un journaleux qui ne sait même pas que le Comte de Fersen s'appelait AXEL mais qui se mêle quand même de faire de la Reine de France sa maîtresse !

Par contre, ce sur quoi il ne s'attarde pas, c'est sur les charités de la Reine et ses adoptions !

Les putasseries des pamphlets, les brioches mensongères, tout y est ... mais pour les actes de bienfaisance bien réels, eux, les lecteurs repasseront !

Roooooh je suis en colère !!!

_________________
Avais-je atteint ici ce qu'on ne recommence point ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Autumn in NY

avatar

Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 30/06/2016

MessageSujet: Re: Interview de Marie-Antoinette    Mar 16 Aoû - 17:11

Je vous comprends. C'est à pleurer. Rolling Eyes Rolling Eyes

_________________
What if nothing exists and we're all in somebody's dream?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview de Marie-Antoinette    

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview de Marie-Antoinette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MARIE ANTOINETTE
» Marie-Antoinette à ArtParis
» Exposition Marie Antoinette en 2008 au Grand Palais
» La Reine Marie -Antoinette.
» Marie-Antoinette emprisonnée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Perception et utilisation de son image-
Sauter vers: