Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La vie volée de Martin Sourire, de Christian Chavassieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5072
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: La vie volée de Martin Sourire, de Christian Chavassieux   Jeu 29 Déc - 10:36

Voici un roman qui semble prendre pour source d'inspiration les Enfants Adoptés par la Reine Marie-Antoinette.


La vie volée de Martin Sourire, de Christian Chavassieux





La reine Marie-Antoinette a longtemps désespéré d’être grosse. Pour combler son manque d’enfants, elle adopte des orphelins. Comme ce garçon recueilli au bord d’une route qu’elle prénomme Martin. Mutique et solitaire, il gagne très vite une réputation de sauvage. C’est au hameau, près du Petit Trianon, qu’il grandit, vacher d’une ferme modèle où la reine se rêve bergère. Mais est-ce vraiment la place de Martin ?

Du château de Versailles à la grouillante rue parisienne, des cuisines d’un restaurant de luxe aux massacres en Vendée, Christian Chavassieux nous guide dans la tourmente révolutionnaire. D’une langue lyrique, forte en émotions et en sortilèges, il ressuscite des années décisives où l’espoir se mêle aux trahisons.
On ne peut pas lâcher ce roman d’apprentissage, qui suit un fils de la patrie à la recherche de son identité.


L’auteur :
Christian Chavassieux vit près de Roanne, sa ville natale. Auteur de Mausolées paru aux Éditions Mnémos en 2013, il aborde des domaines aussi variés que le théâtre, la nouvelle, l’essai, la chronique quotidienne sur son blog, la poésie, et les écrits sur l’art. L’écriture est pour lui le terrain d’un engagement.
https://lequotidienjulia.com/2016/12/28/la-vie-volee-de-martin-sourire-de-christian-chavassieux/

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr T

avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 09/09/2016

MessageSujet: Re: La vie volée de Martin Sourire, de Christian Chavassieux   Dim 16 Avr - 21:06

A cinq ans ses joues étaient si roses et si dodues que les femmes ne pouvaient se retenir de les pincer. Elles étaient fendues en permanence d’un étrange sourire, sourire qui bouleversa la reine lorsque le hasard le mit sur sa route. Marie-Antoinette le fit alors monter dans son carrosse et sur le champ l’adopta. Ça tombait bien il était orphelin… et tant pis pour la grand-mère ! Il ne put lui décliner son nom, qu’importe, la reine lui choisira un prénom « Martin » qui deviendra pour l’éternité « Martin Sourire ».
Il grandira au Petit Trianon avec d’autres gamins que l’Autrichienne en mal d’enfants - son serrurier de mari n’ayant pas encore trouvé la clef - avait aussi adoptés. Peu bavard, mutique même, il finira au cul des vaches. Celles que sa Majesté, en royale fermière, se plaisait à faire brouter aux marches du Palais.
Et puis le domaine du Petit Trianon le lassera comme son mutisme avait lassé sa bienfaitrice. Recommandé par le premier architecte des bâtiments du roi qui savait que sa « parole rouillée » n’était pas bêtise il passera le mur et découvrira Paris. Le Paris des Etats Généraux et de la Bastille, celui de la Fête de la Fédération ou de la fusillade du Champs de Mars, du petit peuple de la rue du Pied de Bœuf « la plus sale et la plus puante de la capitale » comme celui du « Beauvilliers » le fameux restaurant à la carte « aux cent plats et aux quarante vins » ou encore celui de l’Architecte. « Martin adore le vertige que lui procurent les dessins de l’Architecte ».
Paris, ce sera aussi Marianne, la petite vendeuse de café, son grand amour. Pour Marianne sa langue se déliera. Pour Marianne qui sut dans l’instant que Martin était « une énigme pour tous les autres, sauf pour elle ».
Plus tard ce sera Valmy, Jemmapes, la Vendée, les colonnes infernales : « Moi, j’étais avec les pires. C’est comme ça. Commandé par les pires, j’ai fait le pire. Je demande pas pardon. J’étais en enfer, s’il y a un autre enfer, je veux bien y aller, ce sera justice, mais je serais surpris qu’il soit pire que le nôtre »


Jacques Plaine
http://lessor.fr/la-vie-volee-de-martin-sourire-18709.html

Mwouais. Clairement inspiré de la vie d'Armand. Rolling Eyes

_________________
Le duc d'Orléans est le vase dans lequel on a jeté toutes les ordures de la Révolution
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La vie volée de Martin Sourire, de Christian Chavassieux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Textes et enseignements : le sourire du bouddha : martin Evans
» Un bébé tigre volé dans un zoo
» Pique-nique vers Besançon Association A CHACUN SON SOURIRE
» La petite soeur Thérèse
» Notre forum associé à "Mon enfant et son sourire"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Autour de Marie-Antoinette :: Bibliographie :: Marie-Antoinette :: Romans-
Sauter vers: