Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39553
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Sam 1 Fév - 21:55

Bon, j'ai encore essayé de déchiffrer les lettres, peine perdue.  Sad J'arrive à peine à reconnaître les passages donnés en clair, et pour le reste, impossible.  Sad Sad Sad 

Quelques réflexions et interrogations sur le contenu. Lettre 1. C'est fou comme les hémorroïdes étaient un mal répandu.  Shocked Je me demande ce que la princesse veut dire par comme japrand tous les jour que chacun est pour sois dans ce bas monde, je ne me gêne pour personne. Je suis replongée dans la bio par Decker, qui donne une autre remarque de ce style au moment du retour aux Tuileries en 1791: Madame de Lamballe dit revenir dans une Cour qu'elle déteste. Elle me paraît bien amère...

Lettre 2. La princesse s'adresse à Madame de Lage de Volude et lui parle de Madame de Ginestous. Elle dit n'avoir besoin que d'une seule de ses deux dames, et demande en conséquence à Madame de Lage de Volude de ne pas venir la rejoindre, puisque Madame de Ginestous viendra.

C'est à Aix La Chapelle, où Madame de Lamballe s'était installée après l'épisode de Varennes. Elle y menait la vie oisive et agréable des émigrés. C'est là que viendra la trouver un message de Marie Antoinette la rappelant à Paris. Mais aucune de ces belles lettres citées par les biographes de la princesse, je le crains. Il y a en effet fort à parier qu'elles ne sortent tout droit de l'imagination de Feuillet de Conches, malheureusement pour la gueule du tigre, que je trouve une expression si jolie... Bref, la princesse va faire ses paquets et son testament pour venir, en pleine conscience, offrir sa vie à sa reine.

Madame de Ginestous. Il s'agit de Marie-Louise-Jérôme Célésia, épouse de Jean François, marquis de Ginestous, depuis le 2 décembre 1781. Elle est dame d'honneur de la princesse de Lamballe.
http://genealogiequebec.info/testphp/info.php?no=283865

Madame de Lage de Volude. Stephanie Béatrix-Étiennette Renart Fuchsamberg d'Amblimont, marquise de Lage de Volude (1764 - 1842). Elle est née à Paris et morte à Baden-Baden. Dame d'honneur de la princesse de Lamballe.


http://www.geni.com/people/Stephanie-Beatrix-d-Amblimont-marquise-de-Lage-de-Volude/6000000018418680445

Béatrix-Étiennette Renart de Fuchsamberg d'Amblimont, dame d'honneur de la princesse de Lamballe, née à Paris, le 17 avril 1764, mariée le 13 janvier 1782 à Joseph-Paul-Jean, comte de Lage de Volude, lieutenant de vaisseau. Le contrat de mariage est signé par le Roi et la famille royale. La comtesse de Lage de Volude meurt à Bade, le 7 décembre 1842.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude-Marguerite_Renart_de_Fuchsamberg

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer


Dernière édition par pimprenelle le Dim 2 Fév - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39553
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Sam 1 Fév - 22:01

La marquise de Lage de Volude a laissé des mémoires:



Béatrix-Étiennette Renart de Fuchsamberg d'Amblimont naquit à Paris, le 17 avril 1764. Elle eut pour parrain et marraine les deux grandes puissances du jour, le duc de Choiseul, qui gouvernait la France, et la duchesse de Gramont, qui gouvernait le duc de Choiseul, son frère. La cérémonie du baptême eut lieu à Saint-Eustache : en voici l'acte :

"Du jeudy 19e avril 1764 fut baptisée Béatrix-Etiennette, née de mardy dernier, fille de très-haut et très-puissant seigneur Claude-Marguerite-François Renard de Fuchamberg, comte d'Amblimont, seigneur de Saint-Fort, le Bouquet et autres lieux, lieutenant de vaisseaux du Roy et chevalier de l'ordre de Saint-Lazare, et de très-haute et très-puissante dame (Marie-)Anne de Chaumont-Quitry, son épouse, demeurants rue du Sentier. Le parrain Monseigneur Etienne-François, duc de Choiseul, pair de France, chevalier des ordres du Roy et de la Toison d'or, lieutenant général des armées de Sa Majesté, colonel général des Suisses et Grisons, grand-maître et surintendant général des postes et relais de France, gouverneur de la province de Touraine et de Mirecourt, grand bailly du baillage de Haguenau, ministre et secrétaire d'État aux départements de la guerre et de la marine ; la marraine très-haute et très-puissante dame Béatrix de Choiseul, épouse de très-haut et très-puissant seigneur Antoine (-Antonin) de Gramont, pair de France, souverain de Bidache, brigadier des armées du Roy, gouverneur des royaumes de Navarre et païs souverain de Béarn, gouverneur particulier des villes et citadelles de Bayonne et de Pau, seigneur de la Motte, Beuron et autres lieux ; le père absent, de présent sur mer commendant la Ferme.
CHOISEUL DUCHESSE DE GRAMONT - LE DUC DE CHOISEUL
- SECOUSSE."
(Archives de famille)

Le temps de son enfance fut partagé entre Paris et le château de Saint-Fort-sur-Gironde ; durant quatre années elle vécut auprès de son oncle le comte de Quitry "un gentilhomme de la vieille roche", dont elle a laissé un portrait peint au vif.

En 1779, la jeune fille est dans sa seizième année. Voici le moment de songer à l'avenir. Le duc de Choiseul, qui comptait de précieuses amitiés, - La Reine et le duc de Penthièvre, - s'était chargé de parler de sa filleule à la Reine, et, pour première faveur, Mlle d'Amblimont avait obtenu du Roi la survivance de l'appartement de sa mère à l'Arsenal. Après elle, Sa Majesté la réservait au comte d'Artois.
A cette même époque, Étiennette fut présentée au duc de Penthièvre et à sa belle-fille, la princesse de Lamballe. Elle plut à la Princesse, qui, charmée de sa grâce et de sa vivacité, s'éprit bientôt pour elle d'une affection véritablement maternelle. La présence de la jeune fille devint si nécessaire à la Princesse que celle-ci voulut la garder auprès d'elle. Son bonheur fut de la former suivant ses goûts, et sur les leçons qu'elle-même avait reçues. Compagne inséparable de Mme de Lamballe, Melle d'Amblimont la suit dans ses voyages aux différents châteaux du duc de Penthièvre, à Eu, à Vernon, à Sceaux, à Crécy, à Anet, à Rambouillet.

Mme de Lamballe, qui prenait au sérieux son rôle maternel, songea de bonne heure à choisir le mari d'Étiennette ; les prétendants ne se firent pas attendre. Dans le nombre se trouva un jeune enseigne de vaisseau, riche, de bonne maison, aimable et de figure avenante, le comte de Lâge de Volude.

Le contrat dressé avec l'agrément du Roi, de la Reine, de Monsieur, du comte d'Artois, de Madame Élisabeth, de Mesdames Adélaïde, Louise et Sophie de France, du duc de Penthièvre et de la princesse de Lamballe, fut signé à Versailles, le 13 janvier 1782, par Leurs Majestés et la Famille Royale, et le surlendemain à l'Arsenal, chez Mme d'Amblimont. C'est le 16, qu'eut lieu la cérémonie religieuse, dans la chapelle particulière de l'Hôtel de la Guerre. L'évêque de Saintes, Mgr de la Rochefoucauld-Bayers, officia en présence d'une brillante assemblée. Les témoins de Melle d'Amblimont étaient : son oncle, le comte de Quitry, brigadier de cavalerie, et ses cousins, le marquis de Castellane, maréchal de camp, chevalier d'honneur de Madame Sophie de France, et le comte de Moriolles, maréchal de camp.

Le jeune marié n'avait que dix-neuf ans ; il était né le 27 février 1763, au château d'Asnières, en Saintonge, et avait été présenté au baptême le 10 novembre 1766, en la chapelle du château de Coetilliau, en Bretagne, par son grand-père le comte de Kergariou, et par sa cousine germaine Melle de Guébriant, la future marquise de Las-Cases, qui devint dame d'honneur de la princesse de Lamballe. Le jeune couple est installé à l'Arsenal pour tout le temps de sa lune de miel, pendant qu'on lui prépare son appartement à l'Hôtel de Toulouse. Il court les bals, les spectacles, les dîners, les promenades ; il est de toutes les fêtes brillantes, à Versailles et à Paris ... Et ce sera ainsi jusqu'au jour où sonnera le tocsin de la Révolution.

De cette union naîtront trois filles : Marie-Louise-Stéphanie-Béatrix-Nathalie (mariée le 20 mars 1802 à Thomas Sumter) ; Anne-Joséphine-Françoise-Stéphanie (mariée le 7 mars 1809 avec Louis-François Isle de Beauchesne) ; Jeanne-Henriette-Calixte-Stéphanie, le 19 février 1790, baptisée le 17 juin, elle eut pour parrain et marraine, son grand-oncle, le comte de Chaumont-Quitry, et sa bisaïeule, la comtesse de Kergariou, morte à Madrid pendant l'émigration.

En 1788, la Princesse et sa jeune amie firent une excursion dans l'ouest de la France. Elles s'arrêtèrent entre autres à Fontevrault, chez l'abbesse, Mme de Pardaillan d'Antin.

De 1794 à 1800, Mme de Lâge résida en Espagne. Pendant ce laps de temps elle fit toutefois un voyage en Suisse et en Angleterre : Elle était à Edimbourg au mois de mai et au mois de juin de l'année 1796.

Le 14 février 1797, l'armée navale, sous les ordres de don Josué de Cordoba, se trouve à la hauteur du cap Saint-Vincent, en face de la flotte anglaise conduite par l'amiral Jervis. D'Amblimont, qui commande une division, monte le Comte de la Règle, un vaisseau à trois ponts de 110 canons. L'affaire tourne mal du côté des Espagnols. La bataille est perdue. Alors, avec son impétuosité ordinaire, d'Amblimont se jette au centre même des ennemis. Il a dans sa Tactique navale posé un exemple qu'il veut mettre en pratique ; celui d'un seul vaisseau qui arrête un flotte victorieuse. Le succès répond à son jugement et à l'audace de sa manoeuvre ; il sauve sa division ; mais la mort le frappe au milieu du triomphe : un boulet lui coupe le corps en deux. L'Espagne a gardé le souvenir du glorieux général tué pour elle, "dexando en la marina espanola la memoria de un pundonoroso gefe y de un soldado bizarro ; recuerdo que siempre se menciona en los anales de nuestra armada con orgullo y con honra," suivant les termes d'un certificat du directeur général de la flotte.

Quatre années auparavant, son frère, le vicomte de Volude, avait été frappé par une balle française à Quiberon. Il pouvait obtenir un sursis en cachant son âge ; on l'exhortait à le faire ; son oncle, M. de Kergariou, qu'il interrogeait du regard, lui répondit : "La vie n'est pas d'un prix égal à la vérité ; mieux vaut mourir que de mentir." Et Volude et son oncle, tous deux résignés, allèrent à la mort.

Ainsi les deuils se succèdent : après le beau-père, le beau-frère ; après le beau-frère, le père ; après le père, le mari ; et voilà venir le tour d'un enfant : la petite Calixte meurt à Madrid, le 12 avril 1800. Elle était à peine âgée de dix ans.

Le 14 septembre 1800, Mme de Lâge rentre en France. Après sept années d'absence, il lui fut donné la joie de pouvoir embrasser sa mère. Mme d'Amblimont alors n'habitait plus Bordeaux. Saint-Fort ayant été vendu par le domaine national, elle avait été s'installer à Saintes, où elle retrouvait la plupart des parents et des amis de son mari sortis des prisons de la Terreur ou rentrés de l'étranger. C'est là que se rendit Mme de Lâge avec Stéphanie, qu'elle ramenait d'Espagne.

A sa rentrée en France, Mme de Lâge avait fait des démarches pour obtenir sa radiation de la liste des émigrés. L'arrêté qui fut pris à ce sujet le 12 messidor an IX (1er juillet 1801), la replaça en possession de ses biens non vendus. Mais que lui restait-il de la fortune de son père et de son mari ? La république avait aliéné les biens de M. d'Amblimont pour une somme de 526.555 francs et ceux de M. de Lâge pour celle de 1.009.748 francs. Elle avait oublié deux maisons situées à Rochefort : l'hôtel de M. d'Amblimont, sur la place des Capucins où la commune avait installé les services de la mairie, et la maison de Mme d'Amblimont, dans le port. Le 8 frimaire an X (29 novembre 1801), Mme de Lâge vendit l'hôtel de son père au citoyen Philippe Augier, négociant et sous-préfet de l'arrondissement. Elle put donner en dot à l'une de ses filles la maison du port. En même temps, elle chercha à recouvrer quelques lambeaux des biens de la famille ; elle essaya à cette occasion plusieurs arrangements, entama plusieurs procès ; mais elle échoua. Elle ne fut pas plus heureuse dans la revendication de l'appartement de sa mère à l'Arsenal : le Gouvernement s'en était emparé et l'avait affecté à la Bibliothèque.

Le 20 mars 1802, la fille aînée de Mme de Lâge, Nathalie, revenue d'Amérique, épousait M. Sumter, le chargé d'affaires des États-Unis, fils du général Thomas Sumter, membre du congrès et l'un des plus illustres compagnons d'armes de Washington.

Au mois de mars 1809, Mlle Stéphanie de Lâge épousa, à Saintes, M. le comte d'Isle de Beauchaîne, fils du marquis d'Isle, ancien lieutenant- colonel de Noailles-dragons, et de Mlle du Breuil de Théon, - deux noms de vieilles races saintongeaises.

Mme d'Amblimont mourut le 4 mai 1812. Plus que jamais Mme de Lâge éprouva le besoin de voyager ; elle ne saurait longtemps rester au même lieu ; ainsi on la rencontre à Bordeaux, à Agen, à Toulouse, à Montpellier, à Nîmes, à Paris, à Versailles, à Rambouillet, au Lac, à Citran, à Clisson, à la Bretesche, à Esclimont, à Dampierre ; elle ira mourir en pays étranger. Montpellier, le Lac, Citran et Clisson, la Bretesche, Esclimont et Dampierre, c'est pour elle Mme de Ginestous, Mme de Monteil, Mme de la Rochejaquelein, Mme de Durfort, Mme de Luynes.

Clisson a un attrait de plus : le château, situé en plein Bocage, à Boismé auprès de Bressuire, est au centre de ces populations dévouées à la royauté et encore frémissantes de la lutte des chouans et des bleus. L'âme d'Étiennette se sent là plus à l'aise que partout ailleurs : elle y sympathise avec les sentiments et avec le paysage.

En 1825, surprise par la maladie à Rambouillet, Mme de Lâge fit un testament, acte suprême écrit tout entier de sa main : c'est une admirable profession de foi politique mêlée aux plus tendres souvenirs de l'amitié ou de la reconnaissance. En face de la mort, voici l'expression de ses dernières pensées :

"Je donne à la cure de Boëmé, paroisse de Clisson, ce que je viens d'acheter dans cette paroisse, et qui autrefois dépendoit de la cure. J'écris cette volonté dans la crainte de mourir avant d'avoir eu le tems de remplir les formalités pour cette donation, quoique je sois bien sûre que le premier soin de mes enfans sera d'exécuter mes intentions à cet égard, car elles savent bien que je n'ai pu acheter un bien du clergé que pour le rendre au clergé.
Je prie monsieur l'abbé Joubert, curé de Boëmé, d'accepter cette donation, à charge, premièrement, qu'il sera dit quinze messes par an : une pour ma mère, mon père, mon mari, mon beau-père, mon beau-frère, Mde Louise de Polastron, Mde Henriette de Durfort, Mr Edmond, Mde la princesse de Lamballe, Mde la duchesse d'Orléans, née Penthièvre, Mr de St Marc, vieillard ami de ma famille, qui, me sachant ruinée, m'a laissé un legs en mourant, Mde Coutanceau et Mr Perrier, qui ont exposé leur vie pour sauver la mienne en me cachant chez eux lorsqu'on vint me chercher pour me mener au Tribunal révolutionnaire du tems de la Terreur, et deux messes pour moi, une le jour de ma mort, l'autre le jour de St Etienne, mon patron. Secondement, je demande qu'on entretienne constamment le plus vieux pauvre de la paroisse, homme ou femme ; cet entretien consistera à lui donner son pain blanc, sa provision de beurre, un pot au feu par semaine et de quoi se couvrir ; troisièmement, qu'il sera permis de faire à mes frais un petit caveau sous le porche de l'église, en face de la croix du cimetière, laissant l'espace nécessaire pour pouvoir au besoin raccomoder les murs de l'église sans toucher à ma tombe. Sur ma tombe on mettra une pierre, sur laquelle sera gravé une croix, et au bas : Icy repose l'amie des Vendéens. Pas autre chose ; pas mon nom. Ce caveau voûté sera élevé de manière à ce que mon corps ne soit pas dans la terre. J'espère que nos bons paysans vendéens, en entrant à l'église, élèveront quelquefois leur coeur vers Dieu pour moi. Je me recommande bien aux prières de leur respectable curé monsieur l'abbé Joubert.
A Rambouillet, 20 octobre 1825.
BÉATRIX- ÉTIENNETTE FUCHSAMBERG D'AMBLIMONT-DELAGE.

C'est la vénération dont je suis pénétrée pour monsieur le curé et l'espoir qu'il priera Dieu pour moi et pour ceux que j'ai tant aimés qui m'a déterminée à ce que je fais aujourd'hui, et aussi mon sentiment pour les Vendéens et le désir que mon corps repose au milieu des bons paysans qui ont tout sacrifié à Dieu et au Roi."

Mme de Lâge était à Bade lorsque la mort l'enleva le 7 décembre 1842, à l'âge de soixante-dix-huit ans. Elle s'éteignit doucement, sans secousse, sans lutte, préparée au grand voyage de l'éternité. Elle demanda à être enterrée à Boismé, dans une chapelle appartenant à M. le marquis de la Rochejaquelein, où reposait déjà sa petite-fille Marie Sumter, et elle pria M. le baron de Sèze, qui l'avait assistée à ses derniers moments en véritable ami, d'accompagner sa dépouille jusqu'à Orléans.

Son acte de décès est inscrit sur les registres de Bade : voici la traduction textuelle de cet acte.

"En l'année mil-huit-cent-quarante-deux, le sept décembre, à onze heures et demie du matin, mourut ici, et le quatorze décembre, à dix heures et demie du matin, fut bénie en cette église, pour être le quinze décembre transportée à Bohemé, près Clisson, en France, et être enterrée dans son caveau de famille, Madame la marquise Étiennette-Béatrix d'Amplimonte de Delage, née d'Amplimonte, âgée de 78 ans, née à Paris, demeurant ici, veuve du défunt capitaine de vaisseau de la marine royale d'Espagne, le marquis d'Amplimonte de Delage.
Témoins : les bourgeois d'ici, Valentin Blosz, premier instituteur, et Joseph Wagner, procureur de la ville.
Bade, le 14 décembre 1842.
GROSHOLZ".



Extraits du livre : Souvenirs d'émigration de MADAME LA MARQUISE DE LAGE DE VOLUDE, Dame de S.A.S. MADAME LA PRINCESSE DE LAMBALLE - 1792-1794
Lettres à MADAME LA COMTESSE DE MONTIJO
publiées par M. LE BARON DE LA MORINERIE
Imprimerie d'Auguste Hérissey - Évreux - 1869

http://shenandoahdavis.canalblog.com/archives/2013/02/08/26360876.html

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39553
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Sam 1 Fév - 22:05

Autre portrait, que je me souviens avoir vu passer quelque part dans nos galeries, sur ce forum.  Very Happy 



1783 Marquise de Laage, née d'Amblimont by Louis Carrogis (Musée Condé - Chantilly France)


This should be Marquise Beatrix-Stephanie-Renart de Fuchsamberg d'Amblimont. A brief genealogical chart for her is found here. The de Laage family is apparently Belgian.

Photo - René Gabriel Ojéda

http://www.gogmsite.net/grand-ladies-of-the-reign-o/1783-marquise-de-laage-nee-.html

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39553
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Sam 1 Fév - 22:17

Peu de renseignements sur le net au sujet de Madame de Ginestous.

To Benjamin Franklin from Pietro Paolo and Dorothea Mallet de Celesia, [c. 3 December 1781]
From Pietro Paolo and Dorothea Mallet de Celesia2

Printed announcement: American Philosophical Society

Weddings of the children of Parisian nobility and haute bourgeoisie were announced by notices issued by both families. Spare in wording, these coordinated announcements mention neither date nor place. Franklin received at least ten sets of these notices, characterized by a large initial M, often highly decorated, in the upper left corner. The two we print in this volume, the one below and the one of circa February 18, 1782, announce the only two marriages we have so far been able to date.
[c. December 3, 1781]M

Monsieur & Madame De Celesia ont l’honneur de vous faire part du Mariage de Mademoiselle De Celesia, leur fille, avec Monsieur le Comte De Ginestous.3

[Note numbering follows the Franklin Papers source.]
2. Pietro Paolo Celesia (xxxiii, 213–14, 454) and his wife Dorothea, daughter of the English poet David Mallet, came from Genoa to Paris in 1780. By Jan. 23, 1781, their elder daughter, Marie-Jérôme-Louise, was engaged to Jean-François, comte de Ginestous (DBF), commandant of the Belsunce regiment of dragoons. They were married on Dec. 3 by the papal nuncio, Prince Giuseppe Doria Pamfili: Jour. de Paris, Dec. 4. See Georges Dulac and Daniel Maggetti, eds., Ferdinando Galiani, Louise d’Epinay: Correspondance (5 vols., Paris, 1992–1997), v, 230, 251; Marc-Marie, marquis de Bombelles, Journal, Jean Grassion and Frans Durif, eds., (4 vols., Geneva, 1977–1998), i, 15n.
3. bf also received an almost identical announcement from the bridegroom.

http://founders.archives.gov/documents/Franklin/01-36-02-0122

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39553
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Dim 2 Fév - 0:57

Ce qui suit est censé être une lettre écrite par Madame de Lamballe. Je reconnais peu l'écriture comparée aux lettres postées supra. Mais, bon... elles sont quasi illisibles, donc... who knows?  Shocked 

Dans le doute, je poste !  Very Happy 


https://24.media.tumblr.com/tumblr_lxne6ub7M91qatfdco1_400.jpg

Ouais, admettons... Ca date de 1779 et c'est plutôt formel, comme courrier. Des fioritures intempestives ne seraient donc pas impensables.  Cool 

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39553
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Dim 2 Fév - 1:25

La transcription de cet autographe en anglais:

SAVOY MARIE LOUISE OF: (1749-1792) French Princess, wife of the Prince de Lamballe, and confidante of Queen Marie Antionette. Marie Louise was brutally murdered in the massacres of September 1792 during the French Revolution which sparked a movement of anti-revolutionary propaganda, ultimately leading to the development and implementation of the Reign of Terror. L.S., M L T de Savoye, one page, 8vo, Versailles, 31st March 1779, to the French Minister of Marine, de Sartine, in French. The Princess writes, in full, 'I am very indebted to you, Monsieur, for the favour you so kindly did for the brother of Mr. Gaultier de la Cloperie in procuring for him the vice-consultant's position in Tripoli. I take great pleasure in assuring you whenever I can that you will always have my sincere respect and esteem.' With blank integral leaf. Rare. VG

http://www.autographauctions.co.uk/bidcat/SearchResults.asp?keywords=p&offset=11610

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39553
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Lun 3 Fév - 8:51

L'ouvrier et la princesse.

C'est de l'Arabie que nous vinrent les premières modifications apportées à l'archet ; façonné comme un arc, il ne prit sa forme normale que vers le XVIe siècle. C'est en 1775 qu'un ouvrier habile, nommé Tourte, natif de Paris, prit à cœur de fabriquer des archets d'une grande souplesse et d'un joli travail; toutefois, la rénovation devait venir du fils cadet de Tourte. Celui-ci ne montrant aucun penchant pour la lutherie, fut placé chez un parent horloger. La réparation des horloges ouvrit au jeune homme les portes des salons de l'aristocratie française; et il fut appelé à Versailles pour l'arrangement des pendules de Louis XVI; il y rencontra l'aimable princesse de Lamballe, surnommée l'ange par son entourage: elle lui confia un bijou de famille dont le mécanisme réclamait des soins.

L'heure de la Révolution vint à sonner; la confidente de Marie-Antoinette partagea sa captivité. Tourte se rendait au temple pour rapporter la montre à sa propriétaire, lorsque, chemin faisant, il se trouve mêlé à la cohue du peuple en révolte. Tout à coup, ses yeux se fixèrent sur une pique surmontée d'une tête blonde et bouclée, admirablement belle. L'apprenti horloger jeta un cri et s'évanouit: il venait de reconnaitre la princesse de Lamballe. Le jeune homme demeura longtemps malade; lorsqu'il revint à la vie, il renonça à l'horlogerie et conserva comme une relique la petite montre merveilleuse. Dès lors, il rentra dans l'atelier de son père et s'appliqua à perfectionner l'archet. Ses premiers essais furent faits avec du bois provenant de douves et se vendirent 20 et 30 sous. Il ne tarda pas à reconnaitre que le bois de Fernambouc (du Brésil) seul réunissait les qualités voulues ; mais la beauté du bois, la supériorité du travail rendaient l'archet d'un prix élevé.
Tourte sciait lui-même les bûches pour obtenir le droit fil; il fixa les dimensions de l'archet, donna un soin minutieux aux crins dont sa fille faisait le triage. Tourte mourut à 88 ans, Vuillaume, de Paris, lui succéda dans la fabrication de l'archet auquel la colophane donne le mordant nécessaire.


source:
"L'anatomie des instruments de musique" d' Ernestine André van HASSELT (Georges BALAT, Editeur à Bruxelles - 1899)
cité par ce très beau site:  http://atelier-raffin.blogspot.be/2013/08/tourte-et-la-princesse-de-lamballe-si.html

Bien belle histoire... Est-elle authentique? Elle fut édifiante, en tout cas, et Madame de Lamballe joua son rôle d'ange par delà la mort.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39553
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Mar 4 Mar - 11:35


_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5275
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Mer 20 Aoû - 11:10

Bonjour,

Voici un joli portrait de la Princesse de Lamballe.



http://photos-c.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-prn2/t1.0-0/c0.44.483.322/10151354_295614893929609_235841129_n.jpg

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39553
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Sam 23 Aoû - 11:57

Ah, je n'avais pas encore vu ce joli portrait!  Very Happy Merci beaucoup!

Il me rappelle ce portrait de la princesse écrivant, peint par Hickel:


http://maria-antonia.justgoo.com/t4139p225-la-princesse-marie-therese-de-lamballe

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39553
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Sam 23 Aoû - 12:07

La princesse de Lamballe est un personnalité très difficile à cerner, les nombreux sujets qui lui sont consacrés dans ce forum le prouvent à satiété.
http://maria-antonia.justgoo.com/t1477-la-princesse-de-lamballe-grande-maitresse
http://maria-antonia.justgoo.com/t1848-le-role-politique-de-la-princesse-de-lamballe
http://maria-antonia.justgoo.com/t5064-qu-est-ce-qui-fit-revenir-la-princesse-de-lamballe
http://maria-antonia.justgoo.com/t1476-le-massacre-de-la-princesse-de-lamballe

Très vite, celui qui se penche sur ce personnage se rend compte qu'il dépasse de loin la réputation, loyale certes mais un peu mièvre, que lui a concédée l'Histoire. Cette discordance est en partie due, à mon avis, au parti-pris d'une des sources les plus souvent citées sur la princesse, et je rejoins tout à fait l'opinion de Michel De Decker rappelée ici;
https://www.facebook.com/LaPrincesseDeLamballe


« La Genlis déteste la Lamballe : c'est incontestable. Quand elle ne critique pas « ses mains affreuses » ou « son air enfantin qui cache agréablement sa nullité », elle l'accuse de « terreurs puériles », de « répugnances affectées ». La vue d'un bouquet de violettes la faisait évanouir ainsi que l'aspect d'une écrevisse ou d'un homard, « même en peinture » se raille-t-elle.
Bref, Mme de Genlis, cette « pédagogue en jupon », affirme clairement que la surintendante de la Maison de la Reine a inauguré la coquetterie des syncopes, qu'elle est une parfaite simulatrice.
Que faut-il donc en penser ?
Seul l'établissement d'un diagnostic psychiatrique - aussi scientifique que possible, pour un sujet ayant vécu il y a plus de deux siècles - nous permettra de déceler toute la vérité sur la maladie de Marie-Thérèse de Savoie-Carignan. »


Source : Michel De Decker,  La princesse de Lamballe - Mourir pour la reine, Librairie Académique Perrin, 1979

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
levengeur

avatar

Nombre de messages : 704
Date d'inscription : 31/03/2014

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Lun 25 Aoû - 2:22

decidément vous etes très partiale   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5275
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Lun 17 Nov - 5:00

Bonjour,

Voici une représentation de l'interrogatoire de la Princesse de Lamballe, lors qu'elle refusa de jurer ce qui n'était pas dans son coeur et de trahir le Roi et la Reine.



http://teaattrianon.blogspot.be/2014/11/madame-de-lamballe-condemned.html

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5275
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Mar 3 Fév - 7:04

Voici une illustration du XIXème siècle représentant la Princesse de Lamballe.



http://www.ebay.fr/itm/GRAVURE-ANCIENNE-19e-LA-PRINCESSE-DE-LAMBALLE-/171556547548?pt=FR_JG_Art_Estampes&hash=item27f1912bdc

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39553
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Sam 7 Jan - 13:59

S'agit-il de la demande du prince de Lamballe? Wink C'est un 7 janvier que Louis XV déclara le mariage, en tout cas. Anniversaire de cette triste union... Rolling Eyes

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
transgression

avatar

Nombre de messages : 117
Date d'inscription : 01/08/2016

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Sam 7 Jan - 23:32

princess lamballe dancing with death affraid


_________________
Would you lie for me?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucrezia P

avatar

Nombre de messages : 404
Date d'inscription : 07/04/2015

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Sam 7 Jan - 23:53

A vous glacer les sangs ! pale

Reprenons un peu de couleurs avec ce portrait de son frère adoré, Eugène Marie Louis Hilarion, Prince de Savoie - Carignan.


https://fr.pinterest.com/pin/506936501781258860/

Ma foi bien joli garçon. Wink

_________________
Je préfère l'original à la copie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zebulon89

avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 20/11/2016

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Dim 8 Jan - 17:03

Marie Louise Thérèse ? Ou Marie Thérèse Louise ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le beau lauzun

avatar

Nombre de messages : 741
Date d'inscription : 04/09/2014

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Mar 10 Jan - 12:46

C'est Marie-Thérèse. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
madame antoine

avatar

Nombre de messages : 5275
Date d'inscription : 30/03/2014

MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   Dim 15 Oct - 12:58

Voici une vue plus large d'une gravure postée antérieurement.



Bien à vous

madame antoine

_________________
Plus rien ne peut plus me faire de mal à présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe   

Revenir en haut Aller en bas
 
La princesse Marie Louise Thérèse de Lamballe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» La Trahison de Marie-Louise.....
» Nouveau - Napoléon 1er et Marie-Louise à Compiègne
» ABEL DE PUJOL, Adrienne Marie Louise
» Un Autographe de Marie-Louise......
» Napoléon et Marie-Louise à Chartres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Marie-Antoinette et ses contemporains :: Ses relations amicales-
Sauter vers: