Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 1783: Philippe Mathé-Curtz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yann sinclair

avatar

Nombre de messages : 1318
Age : 59
Localisation : Carcassonne
Date d'inscription : 10/01/2016

MessageSujet: 1783: Philippe Mathé-Curtz   Mer 24 Mai - 11:03

Philippe Mathé-Curtz

(1737-1794)

surnommé Curtius


médecin et physicien suisse mais aussi un sculpteur sur cire.

Dans les années 1760, il est installé à Berne et engage une femme de ménage française, Anne Made jeune veuve accompagnée de son bébé Marie Grosholtz née en 1761.

Ce dernier était un physicien, médecin et aussi un sculpteur sur cire, technique qu'il utilisé principalement pour illustrer l'anatomie. Il se lança plus tard dans les portraits. L'absence de son père et sa présence dans la maison du docteur Curtius firent que Marie l'appelait son oncle.

En 1765, Curtius déménage à Paris pour y monter un cabinet de portrait en cire et laisse Marie et sa mère à Berne. Curtius réalise un portrait de Madame du Barry, la maîtresse de Louis XV. Ce portrait est le plus vieux modèle encore exposé.

En 1767, Curtius fait venir Marie et sa mère à Paris.

En 1770, Curtius expose pour la première fois ses réalisations en cire et l'exposition attire une importante foule.

L'exposition est déplacée dans le Palais-Royal en 1776.

Curtius apprend à Marie l'art de modelage en cire, la fait travailler pour lui ; elle montre un talent certain.

Sa première réalisation est le visage de François Marie Arouet (dit Voltaire), en 1777.

Elle réalisera aussi celui de Jean-Jacques Rousseau, en 1778 et à la même époque le portrait Benjamin Franklin.

En 1782, Curtius ouvre un second lieu d'exposition sur le Boulevard du Temple, la Caverne des Grands Voleurs, un précurseur de la Chambre des horreurs.

En 1783

Même les peintres qui ne se rendent pas à Versailles ou n'osent pénétrer chez le Roi au Louvre lors du Salon, peuvent approcher de la ressemblance de la jeune Reine.
Un sculpteur de cire, Philippe Curtius (1741-1794) , invente en effet un genre de spectacle nouveau promis à une grande popularité.

Il propose , vers 1783, une scène : le dîner de la famille royale.

Une robe est même commandée à la fournisseuse royale pour habiller le mannequin représentant Marie-Antoinette.

Le succès est considérable ainsi qu'en témoignent les reproductions gravées du groupe sculpté devant lequel se pressent les badauds.
L'autre triomphe de l'artiste , comme homme d'affaire, est constitué par ses têtes de grands criminels. Le recul historique rend cette conjonction effrayante..


En 1794, Curtius décède et lègue sa collection d'œuvres en cire à Marie.

Elle se marie l'année suivant à un M Tussaud.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Math%C3%A9-Curtz

_________________
king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louis-xvi.over-blog.net/
 
1783: Philippe Mathé-Curtz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livre d'axiomatique des maths de collège (par Philippe Colliard) : www.mathemagique.com
» FOURIER (Joseph) Mathématicien - Physicien - Préfet etc..
» Bibliothèque idéale (en mathématiques)
» Horloge et son Horloger , la preuve mathématique de Dieu
» Tombeau de Philippe Pot, Grand Sénéchal de Bourgogne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Au fil des jours :: Mai-
Sauter vers: