Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 1er juin 1795(13 prairial): L'agonie de l'Enfant-Martyr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yann sinclair

avatar

Nombre de messages : 905
Age : 59
Localisation : Carcassonne
Date d'inscription : 10/01/2016

MessageSujet: 1er juin 1795(13 prairial): L'agonie de l'Enfant-Martyr   Jeu 1 Juin - 11:23

Le 1er juin (13 prairial)

M. Desault ne vint point encore.

Les gardiens s'étonnaient de son absence et le pauvre petit malade s'en attristait.

Le commissaire de service (M. Benoist, faubourg Denis, 4) émit l'opinion qu'il serait convenable d'envoyer chez le médecin pour s'enquérir du motif d'une absence aussi prolongée.

Gomin et Lasne n'avaient point osé déférer encore à cet avis, lorsque le lendemain M. Bidault (rue de Bondy, 17), qui relevait M. Benoist, entendant à son arrivée prononcer le nom de M. Desault, dit aussitot:

"Ne l'attendez plus : il est mort hier "

Le Moniteur du 16 prairial an III (4 juin 1795 vieux style) lui consacra cet article nécrologique:

« La France, l'Europe entière vient de perdre le citoyen Desault, officier de santé on chef de l'hospice do l'Humanité, le premier dans la pratique comme dans l'enseignement de l'art qu'il a professé. Son nom est depuis longtemps célèbre dans tous les pays du monde où la chirurgie est en honneur; son nom ne périra point.

M Son pays lui doit d'immenses travaux et do nombreux élèves. En ce moment, la République n'a pas une armée dont les plus habiles officiers de santé ne soient les élèves de Desault.

«Toile fut la supériorité de ce grand chirurgien, que la postérité, qui commence, hélas ! trop tôt pour lui, le nommera sans doute un grand homme»

Desault fut un excellent citoyen; nos derniers tyrans l'avaient persécuté*

Pour comprendre cette allusion faite aux persécutions subies par Desault. il faut savoir que, sur la dénonciation de Chaumette, l'illustre médecin avait été arrêté le 28 mai 1791.

Au bout de trois jour» il fut rendu à la liberté, sur les plaintes de ses malades et les réclamations de ses élèves.

Depuis sa détention il avait conservé un fond de tristesse, qui s'était augmenté avec les calamités révolutionnaires.

Dans la nuit du 29 mai 1793

Il fut atteint d'une fièvre ataxique qui l'enleva le 1er juin à peine âgé de 51 ans.

Cette mort presque subite et dans une pareille circonstance ouvrit un vaste champ aux conjectures; il en est une qui doit étonner par sa hardiesse, parlons plus juste, par son infamie

On osa dire que M. Desault, après avoir administré un poison lent à son malade, avait été empoisonné lui-même par ceux qui avaient commandé le crime.

La vie si noble de M. Desault le protège sans doute assez contre une telle calomnie

Mais s'il était besoin de joindre une preuve matérielle à toutes les garanties morales, je dirais que l'existence même de Lasne et de Gomin est une protestation contre un pareil mensonge

Car je déclare tenir de leur bouche que le Prince n'a rien pris dont ils n'aient l'un ou l'autre goûté avant lui.

D'autres inventeurs n'ont pas craint de dire que M. Desault n'avait point reconnu dans le pauvre petit rachitique de la tour du Temple cet enfant plein de force et de grâce qu'il avait admiré plus d'une fois dans des temps meilleurs et dans un autre séjour

Et que c'était pour avoir manifesté l'intention d'éclairer le gouvernement sur cette substitution, que le docteur avait été empoisonné.

Cette supposition est tout aussi vraie que la première.

M. Desault, qui avait été médecin des enfants de France, n'a jamais douté que son jeune malade ne fut le Dauphin.

Non-seulement il le reconnut tout d'abord à ses traits, mais il lui eût été impossible de lui donner des soins pendant huit jours sans acquérir la plus intime conviction de son identité.

A propos de ce bruit d'empoisonnement qui courut sur la mort presque subite de M. Desault, un de ses jeunes élèves, qui en est devenu le plus célèbre, Pichat s'écria:

« Quel est l'homme illustre dont la mort n'a pas été le sujet des fausses conjectures du derniers complices ont causé sa mort. La journée du 1er prairial a déterminé la crise désespérée qui l'a précipité, à 49 ans, dans le tombeau»

Un de ses amis a inscrit, à l'heure mime des funérailles, ces vers au pied de son buste

■ Portes du temple de Mémoire,
Ouvrez-vous! il l'a mérité.
Il vécut assez pour sa gloire,
Et trop peu pour l'humanité.

public, toujours empressé d'y trouver quelque chose d'extraordinaire?

Heureux celui dont ces conjectures honorent la mémoire ! »

Les romanciers ont beau jeu avec les morts.

Après avoir interprété selon leur intérêt la fin imprévue de M. Desault, ils ont cherché à fortifier l'échafaudage de leurs inventions en l'étayant dela mort subite de M. Choppart, qui, disaient-ils, succéda au célèbre médecin dans le traitement du royal prisonnier.

Eh bien! M. Choppart n'a jamais paru à la tour du Temple, et ce n'est pas chez lui que les médicaments fournis aux prisonniers étaient préparés, mais bien chez M. Robert, et plus tard chez M. Baccoffe, pharmacien, demeurant presque en face du Temple.

On n'a trouvé dans les papiers de M. Desault aucune note sur les visites qu'il avait faites au Prince.

Depuis le 31 mai, veille de sa mort, jusqu'au 5 juin, c'est-à-dire pendant six jours, aucuns soins du dehors ne sont arrivés au prisonnier, et l'on a vu quels étaient ceux qu'il pouvait attendre du dedans.

Ses pauvres gardiens n'avaient à lui offrir que ceux d'une pitié stérile, soumise au controle permanent d'un commissaire presque toujours ombrageux ou timide.





_________________
king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louis-xvi.over-blog.net/
certified

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 21/05/2017

MessageSujet: Re: 1er juin 1795(13 prairial): L'agonie de l'Enfant-Martyr   Jeu 1 Juin - 12:45

Ce récit est à pleurer. Quel malheur ! Crying or Very sad Crying or Very sad

_________________
Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
1er juin 1795(13 prairial): L'agonie de l'Enfant-Martyr
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 13 juin fête de Saint Antoine de Padoue
» WILLAUMEZ,Jean Baptiste Philibert,Vice- amiral et comte.
» Jésus en agonie jusqu'à la fin du monde
» Neuvaine pour la Vie du 29 mai au 7 juin
» 11 juin : Solennité du Sacré-Coeur de Jésus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Au fil des jours :: Juin-
Sauter vers: