Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Comtesse de Sabran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Comtesse de Sabran   Mar 2 Sep - 1:04

Bonjour à tous!!!

Je voudrais avoir des reinsegnements sur la Comtesse de Sabran, maitresse du Chevalier de Boufflers et amie de la Reine.

Mercy davantage pour vos reponses!!!
Revenir en haut Aller en bas
Chou d'amour
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 31671
Age : 35
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Mar 2 Sep - 4:54

Bonjour et bienvenue sur le Boudoir de Marie-Antoinette Very Happy

J'avoue ne pas connaître grand chose sur cette dame, mais je pense que quelques uns de nos membres pourront vous renseigner

_________________
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est le contraire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maria-antonia.justgoo.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Mar 2 Sep - 9:15

Bienvenu, cher Comte, dans le boudoir de notre Reine !
Fersen est très sollicité parmi les pseudos, décidément
En ce qui concerne la Comtesse de Sabran, j'ai lu le livre que Joseph Callewaert a consacré a son histoire avec le chevalier de Boufflers, en 1990, chez Perrin, c'est un délicieux aperçu que je vous recommande vivement Wink

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: comtesse de sabran   Mar 2 Sep - 10:17

La comtesse de Sabran est née Eléonore-Françoise de Mandeville, en 1750.    
On la marie au comte de Sabran, officier de marine qui s'illustra devant Gibraltar en 1756 .    Le jeune marié n'avait jamais que 50 ans de plus qu'Eléonore !!!!!
Elle devient veuve en 1776.    
C'est à ce moment qu'elle rencontre le chevalier de Boufflers qui s'éprend d'elle, comme elle de lui ... Le prince de Ligne disait de Boufflers qu'il était 'd'une bonté sans mesure".  Cette grande passion est contrariée par la nomination de M. de Boufflers au poste de Gouverneur du Sénégal, en 1785;  il y part.
Ce sont des adieux déchirants.    Ils s'écrivent tous les jours la plus passionnée des correspondances, à la lecture de laquelle on ne peut que vibrer, c'est un régal !!!!!!!!
Eléonore s'interroge:

                      " Pourquoi l'amour est-il donc le poison
                        Et l'amitié le charme de la vie ?
                        C'est que l'amour est fils de la folie
                        Et l'amitié fille de la raison ...  "

Pendant l'absence du chevalier, Eléonore se rapproche de la société intime de la Reine, c'est à dire celle de Mme de Polignac.  Diane de Polignac (belle-soeur de la duchesse) se toque absolument de la charmante Madame de Sabran qu'elle voit tellement malheureuse.
Eléonore n'entre dans cette société qu'avec quelques réticences : le salon de Mme de Polignac a la pire réputation qui soit.  On déteste généralement cordialement tout ce que est Polignac, à la Cour.
Mais, débordée par la tendresse délirante de Diane, Eléonore se retrouve bientôt à Montreuil   (Diane est à la tête de la maison de Mme Elsabeth) , installée chez Diane, avec ses enfants.

Elle revient bientôt sur ses préjugés et l'écrit à Boufflers:
"La comtesse Diane me parle souvent de toi. J'ai éprouvé dans cette occasion-ci combien je pouvais compter sur elle; elle a été pour moi autant qu'une mère, une soeur, une amie; je t'en parle les larmes aux yeux, car j'en suis pépétrée jusqu'au fond du coeur."
Diane s'est mise en tête de marier ces deux là;  elle y travaille après de la Reine, de toute son influence.
Le mariage a lieu, à la fin de l'année 1787;

La correspondance avec le chevalier, je le répète, est une merveille,  mais une autre est également tout à fait importante, c'est le recueil des lettres que Mme de Sabran reçoit de la comtesse Diane en émigration.   Il a été publié sous le titre " Journal d'Italie et de Suisse" et fait le pendant aux Mémoires que Diane a laissés, qui sont une apologie de la duchesse Yolande de Polignac.
Elzéar de Sabran, le fils d'Eléonore, était précepteur des jeunes Polignac et présent chez eux à la mort de la duchesse dans la nuit du 4 au 5 Décembre 1793  ( et non 9 décembre comme le dit Wiki )
A la Révolution, Eléonore avait suivi Boufflers réfugié en Prusse , en 1791.    Ils rentrent à Paris en 1800.
Bien en Cour dans la France de Napoléon, Boufflers est bibliothécaire-adjoint de la bibiothèque Mazarine.
Il meurt à 75 ans en 1815;   Eléonore le rejoint en 1827.

Mme Vigée-Lebrun nous a laissé de Mme de Sabran le charmant portrait, en gaulle, que vous pouvez découvrir à gauche de mon sujet.

Dans, "The French Review "    publiée par " The American Association of Teachers of French "          Vol. 62  N°  6
on peut trouver l'article   "Home at last.
                                     The Story of the Comtesse de Sabran and the Chevalier de Boufflers.   1789   1815 "
                     de Susan Lee Carell.
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39454
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Mar 2 Sep - 10:48

Merci pour cette petite biographie de votre avatar, chère amie !  Very Happy C'est toujours un plaisir de vous lire !  Very Happy

J'ai beaucoup aimé le "Journal d'Italie et de Suisse", qu'on peut consulter facilement en ligne.

On y apprend de précieuses informations sur l'exode de la famille Polignac. On y voit notamment l'arrivée de leur fils, une scène très émouvante.

Hélas, Diane quitta assez tôt ses proches, pour continuer son voyage seule. Et puis... ce journal est trop court, on reste sur sa fin !

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer


Dernière édition par pimprenelle le Mer 3 Sep - 7:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: comtesse de sabran   Mar 2 Sep - 10:51

Comment ça, Pim ?
Diane ne quitte pas ses proches !
Revenir en haut Aller en bas
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39454
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Mar 2 Sep - 11:12

Désolée, Madame de Sabran, je n'ai pas le temps de chercher maintenant, je dois aller au boulot.

Mais, au bout d'un certain temps, le chemin de Diane s'est séparé de celui de sa famille, et elle a continué sa route seule. C'est ce qu'elle explique dans son journal.

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 39454
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Mar 2 Sep - 11:16

Voilà ! C'est à la page 18, "le premier octobre, je me séparai de ma famille et de mes amis".

Oups ! je vais devoir en faire de même ! Je suis en retard de chez en retard !

_________________
rien que la mort peut me faire cesser de vous aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: mME DE SABRAN   Mar 2 Sep - 11:23

pimprenelle a écrit:
Voilà ! C'est à la page 18, "le premier octobre, je me séparai de ma famille et de mes amis".

Oups ! je vais devoir en faire de même ! Je suis en retard de chez en retard !



Merci, Pim, je saute voir cela. A ma connaissance, si Diane s'éloigne de Jules, Yolande et Vaudreuil, ce n'est que cinq minutes (pose pipi ?)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Mme de Sabran   Mar 2 Sep - 11:48

BRAVO , PIM !!!!! Vous avez raison. J'y suis:
" Le premier Octobre, je me séparai de ma famille et de mes amis. Les uns partaient pour Rome, les autres pour la France, et nous devions tous être réunis au mois de Décembre dans cette fameuse ville , autrefois la maîtresse du monde. "
Et Diane d'expliquer qu'elle s'attarde "onze jours seule à Berne" , puis périple par Chambéry, enfin Turin où elle rejoint Jules, Yolande, Vaudreuil, Louise de Polastron, le duc de Guiche (qui arrive de Versailles après les journées affreuses des 5 et 6 octobre) ... et le comte d'Artois arrivé lui aussi à la Cour de son beau-père.
Jules Yolande et Vaudreuil étaient arrivés le 11 octobre à Turin. De là, ils prennent la route de Rome.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Mar 2 Sep - 12:12

merci beaucoup pour cette biographie! je ne connaissais ce personnage que de nom, mais il me charme de plus en plus!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Mar 2 Sep - 12:38

Merci de nouveau pour ces précieuses informations!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Ven 24 Avr - 12:04

Petit cadeau pour notre chère Eléonore : son Chevalier de Boufflers Wink


Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Ven 24 Avr - 12:20

Oh merci, Majesté ! Very Happy Vous me gâtez ! Il n'a pas encore les cheveux aussi blancs ni le front aussi dégarni, mais c'est bien lui !!!!! Il est un excellent ami du prince de Ligne et des Polignac.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Ven 24 Avr - 12:47

" Chevalier de Bouffe l'air !" , corrige mon seigneur et maître, qui trouve que je passe ma vie dans le Boudoir !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Lun 4 Mai - 18:45

Votre chevalier, plus jeune, ma chère Eléonore Smile :


Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Lun 4 Mai - 19:52

Tiens ! Je ne connaissais pas ce portrait de mon cher et tendre ! Merci, Majesté ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Dim 17 Mai - 11:43

Portrait de Madame de Sabran, par EVLB :

J'ai fait connaissance avec madame la comtesse de Sabran quelques années avant la révolution.
Elle était alors fort jolie, ses yeux bleus exprimaient sa finesse et sa bonté. Elle aimait les arts et les lettres, faisait de très jolis vers, racontait à merveille, et tout cela sans montrer la moindre prétention à quoi que ce soit.
Son esprit naïf et gai avait une simplicité toute gracieuse qui faisait aimer et rechercher généralement, sans qu'elle se prévalût en rien de ses nombreux succès dans le monde.
Quant aux qualités de son coeur, il suffira de dire qu'une tendresse extrême pour son fils n'empêchait point quelle neût beaucoup d'amis, auxquels elle est toujours restée fidèle et dévouée.
Madame de Sabran était une des femmes que je voyais le plus souvent, que j'allais chercher et que je recevais chez moi avec le plus grand plaisir.
Près d'elle, on n'a jamais connu l'ennui ; aussi fus-je charmée dans l'émigration de la retrouver en Prusse.
Elle était alors établie à Rainsberg, chez le prince Henri, de même que le chevalier de Boufflers, qu'elle a depuis épousé.

Rentrée en France dans les derniers temps de sa vie, elle devint aveugle.
Son fils ne la quitta plus ; son bras, ainsi dire, était attaché au bras de sa mère, et vraiment on pouvait envier le sort de M. de Sabran ; car, malgré ses souffrances et son âge, madame de Boufflers toujours bonne, toujours aimable, conservait ce charme qui plaît et attire tout le monde.
Je me rappelle que sur la fin de sa vie, Forlense, le fameux occuliste, venant de lui faire l'opération de la cataracte, elle était obligée de se tenir dans la plus grande obscurité.
Un soir, je vais la voir, je la trouve seule sans lumière, je croyais n'y rester qu'un moment ; mais le charme toujours renaissant de sa conversation si piquante, si pleine d'anecdotes que personne ne savait conter ainsi, me retint plus de trois heures auprès d'elle.
Je pensai, en l'écoutant, que, ne voyant rien, ne recevant aucune distraction des objets extérieurs, elle lisait en elle-même, si je puis m'exprimer ainsi, et que cette sorte de lanterne magique de choses et d'idées, qu'elle me retraçait avec tant de grâce, c'était ce qui me retenait là.
Je ne la quittai qu'à regret, car jamais je ne l'avais trouvée plus aimable.

Madame de Boufflers n'a laissé que deux enfants, son fils, M. le comte Eléazar de Sabran, bien connu aussi non seulement pour son esprit plein de finesse, mais encore par des fables charmantes qu'il récite dans la perfection, et madame de Custine, que j'ai connue dans ma jeunesse et qui ressemblait au printemps.
Elle était passionnée pour la peinture, et copiait parfaitement les grands maîtres, dont elle imitait le coloris et la vigueur, au point qu'en rentrant un jour dans son cabinet, je pris sa copie pour l'original.
Elle ne me cacha point tout le plaisir que lui causa mon erreur ; car elle était aussi naturelle qu'elle était aimable et belle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Dim 17 Mai - 12:37

Je vous remercie, la nuit la neige, pour ce témoignage très amical de Madame Lebrun. Very Happy
Chic ! Je vais épouser M. de Boufflers !!!! Ce sera bien grâce à ma chère comtesse Diane qui travaille, avec l'aplomb que vous lui connaissez Wink , à obtenir l'agrément de Leurs Majestés. Mais pourquoi Elisabeth parle t-elle d'émigration ??? Quelle idée aurions-nous de quitter le si beau royaume de France, je vous le demande ? Il faudrait au moins une révolution pour nous en chasser !
Brrrrr, je ne suis pas aise d'apprendre que je vais devenir aveugle, comme cette pauvre Madame du Deffand ! Mon Elzéar s'occupera de moi ... Il sera mes yeux, comme Antigone ceux d'Oedipe ... Sad
Enfin, consolation suprême, je garderai mes plus chers amis ....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Jeu 28 Mai - 16:15

Je suis un peu inquiète tout de même à l'idée de me faire opérer de la cataracte ...... brrrrrrr .......... et pour finir ma vie aveugle malgré tout ! allons bon, c'est bien la peine !
Je prends mes renseignements, courageuse mais pas téméraire.
Cette opération est effectivement pratiquée par nos chirurgiens, je dirais presque, depuis toujours. Et je ne le savais pas !!! M. Daviel, par exemple, se propose d'extraire mon cristalin opacifié . Je ne vous soumets que deux pages de ses savantes explications qui ne sont pas forcément faites pour me rassurer :


Un certain Jean-Paul Marat, médecin des Gardes du corps de Monseigneur le comte d'Artois, se dit ophtalmologiste. Mon oeil !!!!! Je parierais gros que cet individu rentré d'Angleterre avec son diplôme, l'a trouvé dans une pochette surprise. Du reste, aucun de ses "confrères" de la Faculté ne veut le reconnaître pour un des leurs. Il en est mortifié, aigri. Il y a quelquechose chez lui qui me rebute invinciblement . Bouh ! que la physionomie de homme-là ne me revient pas !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Jeu 28 Mai - 16:19

Je serais très étonnée que M. Marat ait potassé des publications comme celle-ci, par exemple :



... à d'autres !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Jeu 28 Mai - 16:24

En réalité, l'opération de la cataracte est pratiquée, avec brio, dans notre doulce France, depuis le Moyen-Age .

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Jeu 28 Mai - 16:24

Vous avez raison Marat ne voit pas plus loin que le bout de son nez (crochu je suis sûr !)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Jeu 28 Mai - 16:32

Crochu, je ne sais...mais pustuleux, alors oui, assurément ! Neutral pale

Bien à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   Jeu 28 Mai - 16:52

Nous avons imité les Arabes, qui eux-mêmes tenaient leur science des Romains, semble t-il, puisque une stèle gallo-romaine du IIème ou IIIème siècle après J.C., à Montiers sur Saulx, illustre sans ambiguité une opération de la cataracte.

Je ne vous parle même pas des Egyptiens, champions en tout ...... pour sauter allègrement XVIII siècles avant notre ère !!!!!!!!!! YES !
Quatre lois du code de Hammurabi concernent la chirurgie ophtalmologique !!!!!!!!!!

Je sais que je fais un hors sujet, que je tombe une fois de plus dans la digression ... mais je ne résiste pas au plaisir de vous citer le code de Hammurabi. C'est trop fort !!!

Si un médecin,
un homme, d'une plaie grave
avec le poinçon de bronze
a traité,
et guérit l'homme
avec le poinçon de bronze
a ouvert,
et l'œil de l'homme
a guéri,
10 sicles d'argent
il recevra.

s'il s'agit d'un noble,
5 sicles d'argent
il recevra.
S'il s'agit d'un esclave d'homme
libre,
le maître de l'esclave au médecin
2 sicles d'argent
donnera.

Si un médecin un homme libre,
d'une plaie grave
avec le poinçon de bronze
a traité,
et a fait mourir l'homme,
et la taie de l'homme
avec le poinçon de bronze
a ouvert et l'œil de l'homme
a détruit,
ses mains on coupera.


LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ !!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comtesse de Sabran   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comtesse de Sabran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Comtesse de Ségur
» Élisabeth Báthory dit la comtesse sanglante
» Interview de Christian Comtesse - Repas Ufologiques
» Christian Comtesse sur ADO FM le 2 janvier 2013 pour parler de l'affaire PRATO
» Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d'Artois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Marie-Antoinette et ses contemporains :: Ses relations amicales-
Sauter vers: