Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 11 juillet 1789: Necker est renvoyé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yann sinclair

avatar

Nombre de messages : 2485
Age : 59
Localisation : Carcassonne
Date d'inscription : 10/01/2016

MessageSujet: 11 juillet 1789: Necker est renvoyé   Lun 10 Juil - 16:18

11 juillet 1789: Necker est renvoyé
À l’ouverture des États généraux, le discours de Necker, centré sur les questions financières alors que les députés n’ont en tête que la question du vote, est mal accueilli. Necker refuse d’assister à la séance royale du 23 juin 1789 dans laquelle Louis XVI fixe les limites des concessions qu’il est prêt à accorder aux députés du tiers état. S’apprêtant à prendre des mesures de fermeté à l’égard de l’Assemblée nationale, le Roi congédie Necker le 11 juillet 1789 à cause de sa « condescendance extrême » à l’égard des États généraux. Le ministre quitte aussitôt la France et rejoint Bruxelles (13 juillet) puis Bâle (20 juillet). Une fois connu, ce renvoi est l’une des causes déterminantes du soulèvement populaire du 14 juillet. Necker était très apprécié du peuple parisien parce qu'il a alimenté l'opinion publique et notamment la presse.


Dans le journal du Roi

Rien

Louis XVI renvoie Jacques Necker, ministre des finances est congédié et remplacé par le
Photobaron de Breteuil  contribuant à provoquer le mouvement révolutionnaire.


Lettre de renvoi de Necker

Versailles 12 juillet


La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre : ce matin, le roi a exigé le départ du très populaire Necker.


Ce dernier a pris la route de Bruxelles dans le plus grand secret, car la Cour craint que son renvoi ne provoque des troubles.


Les deux autres ministres libéraux, Montmorin et Saint-Priest, ont d^u démissionner eux aussi.

histoire

Jacques Necker

Né à Genève le 31 août 1730

mort à Coppet le 10 avril 1804

fils d’un régent de collège, destiné au commerce, Necker fait son noviciat commercial à la banque Vernet, à Paris.

Il amasse une fortune honorable, fonde une banque en 1765.

Nommé président par la République de Genève, il inspire confiance à Choiseul. Syndic de la Compagnie des Indes, il la ranime et la défend contre l’abbé Morellet en 1769.

Il épouse en 1764 Suzanne Curchod, fille d’un pasteur du pays de Vaud.

Intelligente, elle s’occupe d’œuvres de bienfaisance, tient un salon qui rivalise avec ceux de Mme Geoffrin et de Mme du Deffand.

Jacques Necker souhaite assumer des responsabilités, rédige un Éloge de Colbert , couronné par l’Académie en 1773.

Sa renommée le fait recommander à Louis XVI par Maurepas lors de la crise financière en 1776.

Ainsi, un Genevois, de religion réformée, professionnel de la finance, devient directeur du Trésor puis directeur général des Finances en 1777.

Il soulève de grandes espérances alors que la guerre d’Amérique vient encore alourdir les charges du Trésor.

Necker agit avec ordre et économie, réalise quelques réformes suggérées par Turgot: suppression de charges, réduction des traitements, abolition de la mainmorte, allégement de la taille, révision de la cote des vingtièmes; une régie des domaines, une régie des aides et droits réunis privent la ferme de la plupart de ses droits; il place les emprunts à des taux avantageux pour les particuliers mais ruineux pour l’État.

Pour ranimer la confiance du public, il publie le fameux Compte rendu au Roi , tableau des recettes et dépenses pour 1781.

S’il présente un budget en équilibre, il révèle le montant des pensions payées aux courtisans: "les frelons"

Cette brochure lui attire beaucoup d’ennemis.

Il en accroît le nombre par un projet d’assemblées provinciales des trois ordres dans le but de diminuer l’omnipotence des intendants et d’associer les Français à la gestion de leurs intérêts.

Necker tente cette expérience en Berry, en Guyenne en 1779, puis propose de l’étendre à toutes les généralités.

Maurepas, qui s’était déjà opposé à Necker quand celui-ci proposa le duc de Castries pour remplacer Sartine à la Marine, critique ce projet devant Louis XVI et se joint à la résistance des parlements et des intendants.

Le roi repousse le projet.

Necker démissionne (mai 1781)

Très populaire, le ministre se retire à Saint-Ouen et rédige son Traité de l’administration des finances de France  (1784)

Attaqué par Calonne devant l’assemblée des Notables, il répond par plusieurs brochures qui le font exiler à vingt lieues de Paris.

Après la malheureuse expérience de Brienne, Louis XVI rappelle Necker et le nomme directeur général des Finances et ministre d’État.

Necker ne soupçonne pas la gravité de la crise.

Sûr de lui, homme des demi-mesures, il veut gouverner par la popularité.

Il disgrâcie Lamoignon, rétablit les parlements, interdit la libre circulation des grains pour pallier la disette et annonce la convocation des États généraux.

Il conseille le doublement du tiers pour les élections, malgré l’avis du parlement de Paris et de l’assemblée des Notables.

Il déçoit les députés dans son discours d’ouverture (5 mai 1789) et le 23 juin, à la séance royale, en hésitant avant d’accorder la réunion des ordres.

Le 11 juillet, le roi le renvoie, ce qui provoque une panique financière. Necker se retire à Bâle.

Il en est rappelé après la prise de la Bastille et rentre à Paris sous les acclamations.

Mais il rencontre à l’Assemblée l’opposition de Mirabeau à qui il a refusé l’entrée au Conseil du roi.

Necker freine le mouvement réformateur, condamne la sécularisation des biens du clergé et l’abolition de la noblesse, propose le veto suspensif pour le roi.

Les Jacobins se dressent contre lui; il se retire et il gagne Coppet en septembre 1790 où il s’emploiera à justifier sa politique par des essais: De l’administration de M. Necker par lui-même  (1791); Du pouvoir exécutif dans les grands États  (1792)

Pour défendre le roi, il rédige ses Réflexions offertes à la nation française , ce qui le fait inscrire sur la liste des émigrés; ses biens sont confisqués.

Il publie encore Cours de morale religieuse  (1800) et Dernières vues de politique et de finances , livre qui irrite Bonaparte.

Sa fille, Mme de Staël*, rédige une Notice  sur le ministre, et son petit-fils édite ses Œuvres complètes  (1820) en quinze volumes.

© 1998 Encyclopædia Universalis France S.A.



Le futur Maréchal d'EmpireLouis-Alexandre Berthier est nommé Lieutenant-colonel



   Joseph-Gilbert Motier, marquis de La Fayette présente un projet de déclaration des droits de l'homme à l'Assemblée constituante.



 Emeute à Rouen, provoquée par la famine

Mécontentement, agitation dans Paris

Violentes émeutes à Paris.

L'armée charge la foule aux Tuileries.

Le maréchal de Broglie est nommé au ministère de la Guerre

Charles-Louis-Victor de Broglie, prince de Broglie

Camille Desmoulins enflamme le Palais royal avec son discours disant :

"Le renvoi de Necker est le tocsin d'une Saint-Barthélémy de patriotes. Ce soir même tous les bataillons suisses et allemands sortiront du Champ-de-Mars pour nous égorger"



Camille Desmoulins

Le 12 juillet 1789, il appelle aux armes dans les jardins du Palais Royal.


Il est membre du club des Cordeliers.


Robespierre tente à plusieurs reprise de lui sauver la vie mais Desmoulins persiste dans ses idées d'indulgence.


Il est guillotiné avec Danton le 5 avril 1794


Le 27 août 1788, Necker avait été rappelé au ministère; il y était depuis onze mois, lorsque le parti de la cour, plus animé que jamais contre lui, provoqua son renvoi, et même demanda qu'il fût mis à la Bastille.
Louis XVI s'y opposa énergiquement, et congédia Necker par la lettre suivante.

[Versailles], le 11 juillet 1789.

Depuis que je vous ai engagé, Monsieur, à rester dans votre place, vous m'avez demandé de prendre un plan de conduite vis-à-vis des états généraux, et vous m'avez montré plusieurs fois que celui de condescendance extrême était celui que vous préfériez, et que vous me demandiez la permission de vous retirer, si je prenais un parti différent.
J'accepte la proposition que vous m'avez faite de vous retirer hors du royaume, pour ce moment de crise; et je compte que, comme vous me l'avez dit, votre retraite soit prompte et secrète. Il importe à votre droiture et à votre réputation de ne donner lieu à aucune commotion.
J'espère qu'un temps plus calme me mettra à portée de vous donner des preuves de mes sentiments pour vous.

( Necker, Œuvres complètes, t. Ier, Notice sur M. Necker, par le baron de Staël.)




_________________
👑 👑 👑
king


Dernière édition par yann sinclair le Lun 14 Aoû - 17:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louis-xvi.over-blog.net/
loulou le hibou

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 06/07/2017

MessageSujet: Re: 11 juillet 1789: Necker est renvoyé   Lun 10 Juil - 17:50

Compliquée, cette affaire de Necker ! Smile

_________________
houhou ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
11 juillet 1789: Necker est renvoyé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le 14 juillet 1789 : prise de la Bastille
» les temps forts de la révolution et de l'empire: 14 juillet 1789 ?
» Photographie : Rochefort sur mer entourée par les eaux
» History - Les Mémoires pour servir à l'histoire du Jacobinisme (illuminati)
» DATES A RETENIR en histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Au fil des jours :: Juillet-
Sauter vers: