Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 14 juillet (heure par heure)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yann sinclair

avatar

Nombre de messages : 2485
Age : 59
Localisation : Carcassonne
Date d'inscription : 10/01/2016

MessageSujet: 14 juillet (heure par heure)   Jeu 13 Juil - 14:25


Prise de la Bastille à Paris qui détenait, à ce moment, sept prisonniers.


Le gouverneur de la forteresse, Launay, trois officiers et trois invalides sont massacrés par la foule.


Flesselles, prévôt des marchands, accusé de trahison, est lui aussi massacré.


Le 15 juillet au matin, le roi annonce devant l’assemblée qu’il a donné l’ordre de retirer les troupes de Paris.


Premier assaut contre La Bastille - dessin de Prieur - Musée Carnavalet


Un cri éclate

« A la bastille ! »


Qui l’a poussé ?


Un fourrier des gardes-françaises nommé Labarthe, a-t-on dit, et plusieurs de ses camarades.


Cinq ou six cents hommes répètent après eux:

« A la Bastille ! »


Puis, traînant leurs canons, dressant leurs mousquets et leurs piques, par la rue Saint-Antoine ils se portent sur la citadelle pour y trouver d’autres armes.


Du Palais-Royal, une autre colonne accourt.


La Bastille, on en fait après l’événement le symbole du despotisme, l’abominable donjon où agonisaient des malheureux, coupables seulement d’avoir déplu au tyran ou à ses maîtresses.

En vérité, l’ancien château de Charles V, avec ses huit tours grises couronnées de canons rouillés, n’est plus qu’une prison de luxe où le roi fait enfermer pour quelques semaines, bien nourris, bien logés, recevant des visites et parfois même pourvus de permissions de sortie, des fils de famille extravagants ou des libellistes sans mesure.

Elle est commandée par un galant homme, Jourdan de Launay, qui dispose seulement de trente-deux Suisses et de quatre-vingt-deux invalides.

Il n’a que pour deux jours de vivres et d’eau.



       Maillard va chercher le billet où Launay, gouverneur de La Bastille, offre sa reddition - aquatinte de Janinet



Le Comité permanent de l’Hôtel de ville, craignant de voir la populace s’emparer de la forteresse, afin de lui ôter tout prétexte, envoie un officier et deux sous-officiers demander à Launay de retirer ses canons des embrasures. Le gouverneur les retient à déjeuner et fait reculer les pièces.


Ne voyant pas revenir ses émissaires, le Comité en envoie un autre, un avocat de Reims, l’électeur Thuriot, chargé de la même requête. Thuriot, dogue brutal, outrepasse sa mission et harangue de haut la garnison, la somme même de se rendre, au nom « de la nation et de la patrie »



Launay promet de ne pas faire feu sur la foule qui bat les rues, si elle n’attaque pas.

Thuriot est hué par elle quand il sort.

A une heure et demie, un millier d’hommes en armes entourent la forteresse et derrière eux un océan de badauds.

Des coups de feu partent ça et là.


On entend marteler ce refrain:

« Nous voulons la Bastille ! »


Un brasseur du faubourg Saint-Antoine, très populaire, le gros Santerre, propose d’y mettre feu.

Il fait chercher des charrettes de paille et de l’huile.

Cependant deux anciens soldats se faufilent jusqu’au toit du corps-de-garde et abattent à coups de hache le pont-levis qui donne accès à la première des deux cours, dite cour du Gouvernement.

Les plus enragés s’y précipitent. Launay alors commande de tirer.

Le peuple crie à la trahison, car il croit que c’est Launay qui a fait lui-même abaisser le pont-levis pour attirer les assaillants dans un piège.

On relève une quinzaine de blessés qu’on transporte à l’Hôtel de ville.

   Rue de la Contrescarpe, la foule regarde la fumée qui entoure la forteresse - peinture anonyme, école française du temps - collection particulière

Le comité permanent envoie coup sur coup deux députations à Launay pour qu’il accepte une garnison fournie par la milice bourgeoise. La première, conduite par l’abbé Fauchet, ne peut entrer à la Bastille. La seconde, dirigée par Corny, réussirait peut-être quand la fusillade reprend. A ce moment - il est quatre heures - le siège devient sérieux. Trois cent gardes-françaises, avec quatre pièces, de canon, sont arrivés au pas de course, conduits par un officier du régiment Reine-Infanterie, Elie et un ancien sous-officier, Hulin. Sous le feu des défenseurs, ils pénètrent dans la cour du Gouvernement. Elie et un mercier nommé Réole écartent les voitures chargées de paille qui commençaient de flamber.


           Flesselles assassiné sur les marches de l'Hôtel de Ville - dessin de Prieur - Musée Carnavalet

Deux canons sont braqués contre le second pont-levis. Trois pièces le défendent, chargées à mitraille. Launay n’en fait partir qu’une seule. Il ne manque point de bravoure, mais de caractère. Pas un canon des tours ne tire. Sous ce chef incertain, la garnison se divise : les Suisses seuls veulent résister, les invalides ne pensent qu’à se rendre. Impressionné par leurs supplications, n’attendant plus de secours, car Besenval, dont les régiments, rien qu’en paraissant, pouvaient effondrer l’émeute, est resté coi. Launay songe à faire sauter sa poudrière.



Arrestation de Launay - dessin de Prieur - Musée Carnavalet

Deux invalides, Ferrand et Béquart, baïonnette à la main, l’empêchent. Le gouverneur se résigne alors à capituler. Franchissant le fossé sur une planche, un grand diable à tête triste, le clerc d’huissier Maillard, va chercher le billet où Launay offre sa reddition. Elie et Hulin donnent leur parole qu’il ne sera fait de mal à personne. « Bas le pont ! » crie le peuple impatient...



Le Marquis de Launay - d'après une peinture de Cagliostro


Le pont tombé, une horde se rue dans la cour intérieure, s’empare des officiers, saccage dans ces derniers recoins l’immense citadelle, court aux cahots et délivre les sept prisonniers : quatre faussaires, un sadique qu’il faudra le lendemain remettre sous clef et deux fous. On porte en triomphe ces martyrs de l’absolutisme. Traîné par les quais à la place de Grève, tête nue, en frac gris, Launay, en dépit des généreux efforts de Hulin, est massacré après s’être défendu « comme un lion ». Le garçon cuisinier Desnot lui coupe la tête avec un canif. Le corps disparaît, déchiqueté. Sont tués aussi au désespoir d’Elie qui les défend en vain, le major de Losne, l’aide-major Miray, le lieutenant Person et trois invalides, parmi lesquels ce Béquart qui pourtant avait empêché le gouverneur de faire sauter la Bastille avec les assiégeants.



   Délivrance du Comte De Lorges, prisonnier à La Bastille depuis 32 ans - gravure du temps

Saoûle d’une si facile victoire, fière de ses drapeaux souillés et des cinq ou six têtes fichées sur les piques, la populace se jette alors sur l’Hôtel de ville. Elle porte au premier rang Elie, couronné de lauriers. Près de lui, un jeune ouvrier brandit le règlement et les clefs de la Bastille attachés à la baïonnette. Le Comité permanent, que blanchit la peur, entoure le prévôt Flesselles. La foule l’accuse, l’insulte. Quelques électeurs essaient en vain de le défendre. Flesselles, sommé de venir se justifier au Palais-Royal, descend bravement pour s’y rendre. Il est abattu d’un coup de pistolet comme il sort de l’Hôtel de ville. Sa tête, sur une pique, va voisiner avec celle de Launay.


Les prisonniers de La bastille sont conduits en triomphe par les rues de Paris - gravure du temps

Les vainqueurs de la Bastille ont eu quatre-vingt-dix-huit morts. C’est beaucoup moins une victoire du peuple qu’une victoire de la canaille. La faction d’Orléans s’y est activement employée, encore que l’événement ait dépassé son attente. Paris n’est pas très fier: il éprouve surtout de l’angoisse. Des bandits et des filles dansent dans le jardin du Palais-Royal autour des têtes coupées, d’un paquet d’entrailles attaché à une perche et d’un cœur entouré d’œillets blancs. Ils chantent:

« Ah ! il n’est pas de fête

Quand le cœur n’y est pas ! »



La tête de Launay hissée au bout d'une fourche - d'après le croquis au crayon de Girodet

L’abominable saturnale épouvante le vrai peuple. Le Comité permanent fait circuler sans arrêt des patrouilles par les rues dépavées où de loin en loin se dressent des barricades. Les cloches des églises sonnent le tocsin et par instants on entend le canon. Les gens se cachent dans leurs caves. Ils croient que les régiments étrangers sont arrivés pour noyer la ville dans le sang.



La journée mémorable du 14 juillet 1789 - gravure populaire

Le ministère Breteuil, le « ministère des cent heures », comme on l’appellera, est encore tout à l’illusion. Son programme est prêt. Louis XVI doit se rendre le 15 juillet à l’Assemblée ; il y renouvellera sa déclaration du 23 juin et dissoudra les Etats. La banqueroute sera déclarée, et cent millions de billets mis en circulation pour les besoins du Trésor. Les troupes doivent en même temps attaquer Paris sur sept points et occuper le Palais-Royal. Depuis deux jours, les gardes du corps ne quittent plus leurs bottes. Dans la soirée du 14, le comte d’Artois et la duchesse de Polignac viennent apporter des friandises aux deux régiments allemands campés à l’Orangerie de Versailles et boivent gaîment à leur santé.

Premier volet de notre série sur la journée du 14 juillet 1789.

Avant d'entrer dans le feu de l'action à la Bastille, petit rappel du contexte de l'époque.

Claude Quétel, auteur de «L'histoire véritable de la Bastille», plante le décor...



Le 14 juillet 1789, heure par heure (1/3)

Le décor


Deuxième épisode de notre série sur la journée du 14 juillet 1789.

Les émeutiers parisiens, armés de fusils réquisitionnés aux Invalides, prennent la direction de la Bastille.

La tension monte...

Le fil des événements avec Claude Quétel, auteur de «L'histoire véritable de la Bastille»




Le 14 juillet 1789, heure par heure (2/3)

L'assaut



Dernier volet de notre série sur la journée du 14 juillet 1789.


L'historien Claude Quétel revient sur le retentissement de la prise de la Bastille.


Dès le lendemain, les grandes cours d’Europe se figent avec effroi.


Mais à Versailles, le roi Louis XVI sous-estime la portée de l’évènement…


Le 14 juillet 1789, heure par heure 3/3.

Le symbole


3ème volet de notre série sur le 14 juillet 1789: le retentissement de la prise de la Bastille dans les jours qui suivent...


victimes de la Révolution française


Bernard René Jourdan de Launay, seigneur de La Bretonnière marquis de Launay  Gouverneur de la Bastille, massacré le 14 juillet. Né le 9 avril 1740 au Château de la Bastille à Paris. Baptisé le 9 avril 1740 en la Paroisse Saint Paul à Paris, Assassiné le 14 juillet 1789 à La Bastille, Paris (victime de la Révolution française)à l'âge de 49 ans



Parents

   René Jourdan, seigneur de Launay 1673-1749
   Charlotte Renée Aubry d'Armanville +1759

   Marié en 1763 avec Ursule Philippe +/1765

dont
       Ursule 1764-1839
   
Remarié le 21 avril 1768 à Saint-Gervais Saint-Protais, Paris, avec Geneviève Thérèse Le Boursier 1740-1798,

dont
       Charlotte Gabrielle 1770


Né à la Bastille où son père était gouverneur, il est d’abord admis aux mousquetaires du roi en 1748, puis aux gardes-françaises. En 1776, il succède à M. de Jumilhac comme gouverneur de la Bastille. Le 19 décembre 1778, il commet déjà une grosse bévue : comme les ordres n’arrivaient pas, il ne fait pas tonner le canon – comme le voulait la tradition – afin de saluer la naissance de la fille de Louis XVI (Madame Royale).

Le 14 juillet 1789, lors de la prise de la Bastille, il est massacré par les patriotes malgré la tentative de médiation de Corny, sa tête sera dit-on, découpée au canif par un garçon cuisinier nommé Desnot, avant d'être promenée au bout d'une pique dans les rues de la capitale; c'est l'une des premières victimes de la Révolution. Cet événement a fait l'objet d'une toile du peintre Charles Thévenin.
Un des officiers assiégés, le lieutenant Deflue, laissera ce portrait peu flatteur:


Joseph François Foullon, baron de Doué, dit Foulon,Conseiller dEtat ; adjoint à Broglie dans le ministère Breteuil. Intendant des Finances. Né le 26 juin 1715 à Saumur Assassiné le 22 juillet 1789 lynché le 22 juillet  et pendu par le peuple de Paris après la prise de la Bastille (victime de la Révolution française) à l'âge de 74 ans



Louis Bénigne François de Bertier de Sauvigny, seigneur de Sauvigny Conseiller du roi Maître des requêtes Surintendant des finances de la reine gendre du précédent, intendant de Paris, Né le 23 mars 1737 à Paris St Nicolas des Champs. Baptisé le 24 mars 1737 à Paris (Saint-Nicolas des Champs) - Massacré le 22 juillet 1789 à Paris St Merry (victime de la Révolution française) à l'âge de 52 ans. Accusé, entre autres, de spéculations sur les grains, il fut tué, après Foullon, par les émeutiers révolutionnaires le 22 Juillet 1789.


Charles de Rouillé, et son gendre Balthazar Michel de Montesson, tous deux, massacrés à Ballon, le 22 juillet
Charles de Rouillé augmenta les richesses des Cureau, devint grand propriétaire et se donna un vernis de noblesse en achetant une charge anoblissante de secrétaire du roy. Il fut associé au bureau d'agriculture en 1766, conseiller de ville en 1770, lieutenant du maire en 1777, et porta le nom de Cureau de La Moustière, du nom d'une terre qui lui venait de sa femme.

Appelé le 22 juillet 1789 à Ballon pour tenter d'apaiser une émeute, il y fut massacré en même temps que son gendre le comte de Montesson. Ce double assassinat fut un des premiers crimes de la Révolution française.


Balthazar Michel de Montesson. Né le 14 octobre 1748 à Douillet-le-Joly - Assassiné le 22 juillet 1789 à Ballon (victime de la Révolution française) à l'âge de 40 ans


Jean Laisnay, secrétaire de l'Intendance, Bourgeois de Paris Né en 1732 - Assassiné en juillet 1789 à Paris (lynché par la foule) (victime de la Révolution française) à l'âge de 57 ans. Jean Laisnay, était bourgeois de Paris et secrétaire de l'Intendance. En juillet 1789, l'Intendant a été lynché et mis à mort par la foule. Les Laisnay, loyaux serviteurs de la royauté, logeaient à deux pas. Anne, et peut-être sa sœur Thérèse, n'ont dû leur salut qu'à leur fuite en Espagne. Ainsi, Flora Tristan la révoltée, est-elle l'enfant d'un couple de monarchistes catholiques.


Jacques Cathelineau
le Saint de l'Anjou


   Généralissime de l'Armée Catholique et Royale
   Né le 5 janvier 1759 à Le Pin-en-Mauges (Maine-et-Loire)
   Décédé le 14 juillet 1793 à Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire) (victime de la Révolution française) à l'âge de 34 ans

Parents

   Jean Cathelineau 1732/-1777/
   Perrine Hudon 1735-1780

   Marié le 4 février 1777, Le Pin-en-Mauges (Maine-et-Loire), avec Louise Godin 1751-1810
   
dont
       Perrine 1778-1778
       Jeanne Louise 1779-1780
       Marie 1781-1860
       Louise Perrine 1783-1872
       Jacqueline Marie 1784-1784
       Jacques 1785-1785
       Jacques-Joseph de Cathelineau 1787-1832
       Marie Rose 1788-1873
       Félicité 1790-1790
       Jeanne 1791-1873
       Anastasie Perrine 1792-1793

Jacques Cathelineau, le saint d'Anjou, mortellement blessé à la bataille de Nantes, rendit son âme à Dieu le 14 juillet 1793 à Saint Florent le Vieil.



_________________
👑 👑 👑
king


Dernière édition par yann sinclair le Ven 14 Juil - 9:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louis-xvi.over-blog.net/
loulou le hibou

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 06/07/2017

MessageSujet: Re: 14 juillet (heure par heure)   Jeu 13 Juil - 17:44

Très intéressant, ce post !

_________________
houhou ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
14 juillet (heure par heure)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le réparat'heure...
» Garde d'Honneur du Sacré Coeur de Jésus
» Je continuerai à t'informer d'heure en heure-Jésus à JNSR
» Classes bilangues en collège : combien d'heures dans votre DHG pour chaque langue ?
» changement de statut pour la chorale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Au fil des jours :: Juillet-
Sauter vers: