Le Boudoir de Marie-Antoinette

Prenons une tasse de thé dans les jardins du Petit Trianon
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 20 août 1792

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yann sinclair

avatar

Nombre de messages : 1861
Age : 59
Localisation : Carcassonne
Date d'inscription : 10/01/2016

MessageSujet: 20 août 1792   Jeu 27 Juil - 11:22

Le dernier groupe, Hue, est interrogé à 6 heures du matin

Entré dans la salle où il espère retrouver ses compagnons, il n'y voit aucune connaissance

il est, le seul, autorisé à retourner au Temple vers 9 heures du matin

Dans le fiacre qui le ramène au Temple, Hue a eu le temps de s'informer auprès de son gardien, le municipal Michel, sur le sort qui attendait ses compagnons d'infortune

Ce dernier lui a répondu:

"Mes collègues accablés de fatigue et de sommeil, ayant déjà passé plusieurs nuits sans dormir, ont dû prendre du repos

Ce soir, l'assemblée sera complète et statuera sur le sort de ces personnes

Leur interrogatoire est clos, je présume qu'elles seront renvoyés à leur service

Son retour engendre l'espoir de voir revenir les autres serviteurs, mais cette espérance est de courte durée

manuel, porte-parole de la Commune se présente, au Temple, vers les 6 heures du soir et annonce que personne d'autre ne reviendra, tous restants enfermés à la Prison de la Force qui est un ensemble carcéral constituée de deux prisons, la Grande Force et la Petite Force

Les femmes qui ont suivi le Roi et la Reine, au Temple, se trouvent à la Petite Force, avec les femmes dites de mauvaise vie

En apprenant l'incarcération de leurs fidèles serviteurs, Marie Antoinette, Madame Elisabeth, aidées par Hue, préparent des paquets de linge et autres effets, qui sont portés à La Force "Nous reçûmes un paquet venant du Temple: c'étaient nos effets que nous renvoyait la Reine; elle-même, avec cette bonté qui ne se démentit jamais, avait pris soin de les rassembler. Dans le paquet se trouvait cette robe de Madame Elisabeth dont je vous parlé plus haut; elle devient pour moi un gage d'un éternel souvenir, d'un éternel attachement, et je la conserverai toute ma vie

Ces derniers fidèles subissent les rigueurs vengeresses, non seulement du pouvoir en place, mais également celles de la populace à qui l'on abandonne les prisonniers

Les femmes de la Reine ont retrouvé Madame de Mackau (la sous-gouvernante des Enfants Royaux) et sa femme de chambre, Demoiselle Adélaïde Rotin, toutes forment un ensemble de femmes suspect

Madame de Lamballe et Madame de Tourzel retiennent particulièrement l'attention

toutes les deux, âgées de 43 ans, veuves, tiennent à la Cour, des positions importantes, l'une par les liens familiaux, et toutes les deux par la fonction

La reine, au Temple, les unit dans une prière que son enfant récite à voix basse, chaque soir,

Si rester fidèle au Roi engendre la suspicion, appartenir à la famille royale par les liens du sang est la mort assurée

_________________
👑 👑 👑
king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louis-xvi.over-blog.net/
MindTheGap

avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 02/11/2016

MessageSujet: Re: 20 août 1792   Ven 28 Juil - 2:33

Sinistre journée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
20 août 1792
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le 20 avril 1792
» Charlet aux origines de la légende napoléonienne 1792-1845
» NOUVEAU - Les Hussards 1792-1815
» Les guerres de la Révolution (1792-1797) par Jomini
» Bienheureux Martyrs des Carmes (+ 1792) Saint du jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Boudoir de Marie-Antoinette :: Au fil des jours :: Août-
Sauter vers: